Dorloteur : définition de dorloteur, dorloteuse

chevron_left
chevron_right

Dorloteur, dorloteuse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

Dorloteur, euse, adj. et subst.a) Adj., rare. Qui dorlote. Synon. cajoleur.C'est la voix même, puérile et mouillée, qu'il avait autrefois, quand on le promenait, brûlant de fièvre, pendant les nuits de maladie, à grands pas dorloteurs, dans la chambre bien close, en le berçant et en chantant (Duhamel, Suzanne,1941, p. 279).b) Subst. Personne qui dorlote. Il est agréable que quelques explosions de vieille vérité sautent (...) au visage de tous ces (...) dorloteurs et endormeurs qui répètent sur toutes les variations possibles de ton : « Je suis né bon, et vous aussi, et vous tous, nous sommes bons » (Baudel., Nouv. Hist. extr.,1857, p. 6).Le subst. n'est attesté qu'au masc. 1reattest. 1611 subst. (Cotgr.), de dorloter, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 2.

Phonétique du mot « dorloteur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dorloteur dɔrlɔtœr play_arrow

Citations contenant le mot « dorloteur »

  • Cet article aurait pu également s’intituler « Des racines et des elles », un titre qui exprime parfaitement la mutation au cœur de laquelle s’est récemment trouvée Sophie Fontanel. Le jour où elle a refusé de plier face à une société qui dicte aux femmes des croisades à l’ammoniac contre la moindre racine grisonnante, où elle a décidé d’arrêter de se teindre les cheveux, les abandonnant à un destin hésitant entre sel et poivre, on jurerait volontiers qu’il a poussé des ailes à Sophie Fontanel, dont cet épanouissement relativement tardif a été détaillé dans les pages de L’Apparition, paru en août dernier. Et au moment où on l’envisagerait naïvement en contra contrariante, la batailleuse qui prend le contre-pied d’une féminité figée se fait dorloteuse et cajole ses roses cambrées dans des vases en porcelaine blanche alors qu’elle avance : « Je suis féminine parce que je pardonne. Je suis féminine parce que je préférerai toujours la caresse à la baffe. » Mais en l’ignorant, elle vient de nous asséner une claque qui provoque toutefois l’envie de tendre l’autre joue. Autant Jane Birkin que Francis HusterSi, aux pieds, Fontanel a enfilé des boots qu’on dirait empruntées à un clown randonneur, si elle revendique ses excès et affirme ses folies en se régalant de mochis au chocolat dont elle dit : « Méfiez-vous, c’est une drogue ! » ses lèvres ne se défont pas d’un vouvoiement qu’une certaine facilité associerait à son enfance passée dans le XVIe arrondissement. Pendant cette période, « dans une famille qui m’a transmis l’amour de la littérature » et où « la beauté était l’apanage de Marc, mon frère aîné », résume-t-elle, les mots étreignent naturellement la petite Sophie, héritière boulimique de la culture, qui dévore Cocteau et La Rochefoucauld pour mieux noircir ses cahiers de poèmes, de scénarios de théâtre et même de paroles de chansons qui feront l’objet de deux albums. À l’époque, quand tous les garçons et filles de son âge se rangeaient dans les cases d’une sexualité normée, la future écrivaine préférait déjà torsader les désirs-désordres de sa personnalité. Elle l’irrigue autant de la dégaine en Levi’s 501 de Jane Birkin, « parce qu’elle proposait quelque chose de réalisable, auquel on pouvait oser ressembler », que de la masculinité de Francis Huster, planquée sous sa frange rideau dans Les Dames de la Côte. « Je m’identifiais à lui, je parlais comme lui », tant et si bien qu’elle se conçoit comme « le garçon et la fille, à la fois ». Ainsi, l’adolescente accroche sa féminité indécise à un vestiaire fluide qui tombe les frontières des genres. « Cette féminité que j’ai interrogée pendant 40 ans de ma vie », songe-t-elle en s’égarant vers la fenêtre où semblent s’accrocher les Tuileries. Par-delà la découverte du pouvoir du verbe, elle réalise tout ce que peut dire un vêtement, chose qui lui vient du versant maternel. « La légende raconte que ma grand-mère arménienne, fuyant la Turquie, avait glissé des pages de Vogue sous sa manche. » Ou sinon de ses premiers séjours à Saint-Tropez au cours desquels elle caresse « les premiers beaux vêtements. Je découvrais en fait l’infini des possibles pour une femme ». L'Orient-Le Jour, Les bonheurs de Sophie (Fontanel) - L'Orient-Le Jour
  • En 1955, Sihanouk descendit du trône en abdiquant en faveur de son père. Redevenu le prince, il était libre de participer aux élections. C'était un coup de maître. Il fonda son propre parti, le Sangkum, d'inspiration socialiste, «régime dictatorial et dorloteur», estime Élisabeth Becker dans Les larmes du Cambodge. Le prince Sihanouk «avait tissé un cocon de mythes rassurants et de légendes désuètes pour protéger son peuple et son pays de la guerre d'Indochine ainsi que de tous les maux pouvant se cacher aux portes du paradis qu'était le Cambodge». Mais les louvoiements neutralistes pouvaient de moins en moins conjurer le spectre de la guerre. Cette «neutralité» vantée par de Gaulle en 1966 dans son fameux discours de Phnom Penh était en train de sombrer. Le Figaro.fr, Décès de l'ancien roi du Cambodge
  • «Je suis un dorloteur de bois», dit le bûcheron Paul Chaperon devant la caméra d’Anaïs Barbeau-Lavalette et d’Émile Proulx-Cloutier. Quelques plans plus tard, on verra Raphaël, l’ado qui s’initie à ses méthodes sur sa terre, faire les louanges d’une forêt qu’il dit aimer «écouter agir». Nous sommes à Saint-Romain, en Estrie, où s’est installée la «Maison familiale rurale», une école secondaire pas comme les autres où chaque mois, après deux semaines de cours du tronçon général, les étudiants passent deux semaines à la ferme à s’initier à la production laitière ou à l’abattage. Intéressés par les «contextes d’apprentissage inusités» depuis leur précédent film, Les petits géants, Proulx-Cloutier et Barbeau-Lavalette ont braqué leur caméra sur cet inspirant compagnonnage, se montrant sensibles à la relation maître-apprenti autant qu’aux hauts et bas de l’adolescence. Voir.ca, Anais Barbeau-Lavalette et Emile Proulx-Cloutier / Le plancher des vaches : Dorloter le bois | Cinéma | Voir.ca

Images d'illustration du mot « dorloteur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dorloteur »

Langue Traduction
Corse pamper
Basque pamper
Japonais 甘やかす
Russe баловать
Portugais mimar
Arabe دلل
Chinois 宠爱
Allemand verwöhnen
Italien coccolare
Espagnol mimar
Anglais pamper
Source : Google Translate API

Synonymes de « dorloteur »

Source : synonymes de dorloteur sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires