La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « dogmatiser »

Dogmatiser

Définitions de « dogmatiser »

Trésor de la Langue Française informatisé

DOGMATISER, verbe.

A.− Emploi trans., rare. Ériger un dogme, en principe absolu. La moralité des vertus, dogmatisée par la philosophie grecque, que la morale impérative du devoir (Traité sociol.,1968, p. 152).
B.− Emploi intrans.
1. Établir, formuler des dogmes.
a) [Correspond à dogme A] :
1. À l'époque où Luther commença de dogmatiser, il existait depuis quinze siècles une Église ou société religieuse, gouvernée, sous l'autorité d'un chef suprême par un corps de pasteurs... Lamennais, Indifférence,t. 2, 1817-23, p. 141.
b) [Correspond à dogme B] :
2. C'est-à-dire que par amour du vrai, tu t'abstiens de dogmatiser; que tu suspends ton jugement définitif, et que tu fais de toute question une question ouverte. Un sceptique, tolérant par désillusion et par bonté, telle serait donc ma formule actuelle. Amiel, Journal intime,1866, p. 518.
2. P. ext., péj. Énoncer des affirmations d'une manière tranchante, autoritaire. Robert de Montesquiou. Un cuistre, quoi qu'il en semble, qui cherche toujours des formules pour tout, qui professe, qui dogmatise; un esprit si aride, nulle souplesse (Barrès, Cahiers,t. 9, 1911-12, p. 362).
Prononc. et Orth. : [dɔgmatize], (je) dogmatise [dɔgmati:z]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1294 domatiser « formuler comme un dogme » (Mir. St Eloi, éd. M. Peigné-Delacourt, p. 60 b); 2. 1718 « énoncer d'une manière absolue » (Ac.). Empr. au b. lat.dogmatizare « établir un dogme » spéc. en lat. chrét. « enseigner une croyance religieuse », gr. δ ο γ μ α τ ι ́ ζ ε ι ν « soutenir une opinion » dér. de dogma, δ ο ́ γ μ α (dogme*). Fréq. abs. littér. : 29.
DÉR. 1.
Dogmatisation. Action de dogmatiser. La délimitation du droit comme fait social doit éviter toute prise de position philosophique et toute dogmatisation d'une situation particulière du droit (Traité sociol.,1968, p. 188). 1reattest. 1430 dogmatization (Janv., Lett. du roy Henry, roy de France et d'Anglet., à l'évêque de Beauvais, ap. Quicherat, Procès de Jeanne d'Arc, I, 18 ds Gdf. Compl.) attest. isolée; à nouv. 1870 (Lar. 19e); du rad. de dogmatiser, suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Dogmatiseur, euse, subst.,rare et péj. Personne qui prétend établir des dogmes. Il est certain que votre esprit vous perd. Vous êtes une dogmatiseuse, une théologienne et une philosophe (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 170). 1reattest. 1586 (Archives municipales de Bayonne, Registres français, 2, 329 ds R. Ling. rom., t. 20, p. 80); du rad. de dogmatiser, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 2.

Wiktionnaire

Verbe - français

dogmatiser \dɔɡ.ma.ti.ze\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Donner à un enseignement ou à une opinion un caractère dogmatique.
    • Peut-être qu'il n'aurait pas convenu, dans un livre où l'on se proposait de dogmatiser le crime et la tyrannie, de mettre au jour ce qui devrait la détruire. — (Frédéric II & Voltaire, L'anti-Machiavel, 1739 (édition de 1947))
    • Encore une ou deux histoires, et nous dogmatiserons. — (Charles Baudelaire, Du vin et du haschisch, 1851)
  2. (Figuré) Exprimer, débiter ses opinions, ses raisonnements d’un ton décisif, sentencieux et tranchant, et en homme qui veut régenter.
    • Il dogmatise perpétuellement, sur tout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DOGMATISER. v. intr.
Donner à un enseignement ou à une opinion un caractère dogmatique. Il se dit principalement en termes de Religion. Il se mêle de dogmatiser. Il signifie figurément Exprimer, débiter ses opinions, ses raisonnements d'un ton décisif, sentencieux et tranchant, et en homme qui veut régenter. Il dogmatise perpétuellement. Il dogmatise sur tout.

Littré (1872-1877)

DOGMATISER (do-gma-ti-zé) v. n.
  • 1Établir des dogmes. Mais, sans nous égarer dans ces digressions, Traiter, comme Senaut, toutes les passions, Et les distribuant par classes et par titres, Dogmatiser en vers et rimer par chapitres, Boileau, Sat. VIII. Les grands hommes dogmatisent, le peuple croit, Vauvenargues, Nouv. max. 13.
  • 2Enseigner une doctrine religieuse ou philosophique. Comme il [Cromwell] eut aperçu que, dans ce mélange infini de sectes qui n'avaient plus de règles certaines, le plaisir de dogmatiser, sans être repris ni contraint par aucune autorité ecclésiastique ni séculière, était le charme qui possédait les esprits, Bossuet, Reine d'Anglet. J'ai prêché publiquement, dit-il à Caïphe qui l'interrogeait sur ce point, et je n'ai jamais dogmatisé, Bourdaloue, 6e dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 285.
  • 3Se mêler de raisonner là où rien ne nous y autorise. C'était principalement des femmes qui dogmatisaient sous le voile de la sainteté, Bossuet, États d'orais. I, 11. Si vous saviez comme elle dogmatise sur la religion, Sévigné, 36. Ceux qui dogmatisent sur ce qu'ils n'entendent pas, Voltaire, Mœurs, 45.

    Débiter ses discours d'un ton sentencieux et tranchant. Il dogmatise sur tout.

  • 4Activement. J'ai dogmatisé l'inconstance Et prêché l'infidélité, Chaulieu, dans le Dict. de POITEVIN. L'emploi actif se trouve dans l'historique.

HISTORIQUE

XVe s. Au commencement de l'eglise, pluseurs dogmatiserent contre la perdurable virginité de nostre Dame, Gerson, dans le Dictionn. de DOCHEZ.

XVIe s. Il a esté basti pour precher et dogmatizer une nouvelle religion, Carloix, VIII, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DOGMATISER, v. n. d’un mot grec qui signifie enseigner, terme qui se prend aujourd’hui en mauvaise part & dans un sens odieux pour exprimer l’action d’un homme qui seme des erreurs & des principes pernicieux. Ainsi l’on dit que Calvin & Socin commencerent à dogmatiser en secret, & qu’enhardis par le nombre des personnes séduites, ils répandirent leurs opinions plus ouvertement. Voyez Dogme & Dogmatique. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dogmatiser »

Dogme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Via le latin dogmatizo, du grec δογματίζω, dogmatizo (« décréter »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dogmatiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dogmatiser dɔgmatize

Évolution historique de l’usage du mot « dogmatiser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dogmatiser »

  • La science est une réalité humaine qui, comme la démocratie, repose sur les débats d’idées, bien que ses modes de vérification soient plus rigoureux. Malgré cela, les grandes théories admises tendent à se dogmatiser, et les grands innovateurs ont toujours eu du mal à faire reconnaitre leurs découvertes. L’épisode que nous vivons aujourd'hui peut donc être le bon moment pour faire prendre conscience, aux citoyens comme aux chercheurs eux-mêmes, de la nécessité de comprendre que les théories scientifiques ne sont pas absolues, comme les dogmes des religions, mais biodégradables... CNRS Le journal, Edgar Morin: «Nous devons vivre avec l'incertitude» | CNRS Le journal
  • Sans céder à ceux qui voudraient dogmatiser un célibat qui a toujours connu des exceptions, et quitte à en décevoir certains, il devrait surtout essayer de ne pas ouvrir une polémique risquant de mettre au second plan les véritables enjeux du texte, La Croix, « Querida Amazonia », fruit d’une longue réflexion du pape François
  • On voit donc à quel point Marx, en toute honnêteté intellectuelle, hésite à se prononcer en faveur de sa correspondante d’une manière tranchée. Ici même, donc en 1877, tout en rappelant sa vison théorique de la sortie du capitalisme, il refuse de la dogmatiser et de « métamorphoser (son) esquisse historique de la genèse du capitalisme dans l’Europe occidentale en une théorie historico-philosophique de la marche générale, fatalement imposée à tous les peuples, quelles que soient les circonstances historiques où ils se trouvent placés, pour arriver en dernier lieu à cette formation économique qui assure, avec le plus grand essor des pouvoirs productifs du travail social, le développement le plus intégral de l’homme » (ib.). C’est là, conclue-t-il, une théorie « passe-partout » (…) dont la suprême vertu  consiste à être supra-historique » (p. 352). Il est donc ouvert à l’hypothèse, voulue par Véra Zassoulitch, d’un passage original et unique de la commune agricole russe au communisme, au point  d’envisager, dans un brouillon de sa lettre, qu’elle puisse « devenir le point de départ direct (souligné par lui) du système économique  auquel tend la société moderne et faire peau neuve sans commencer par son suicide » (p. 339) ou encore, comme il le dit à plusieurs reprises, « sans passer par les fourches caudines du capitalisme ». Il y a là une vue étonnante quand on pense à sa loi générale du développement historique qu’il avait exposée dans sa fameuse Préface de 1859 à la Contribution à la critique de l’économie politique, qu’il ne nie pas pour l’Occident, mais qui paraissait exclure une révolution à visée communiste dans un pays relativement arriéré, thèse qu’il semble donc désormais abandonner dans le cadre de ce dialogue avec l’intellectuelle russe et pour son peuple. D’autant qu’il ajoute une idée qu’il répète dans ses brouillons, et qui est stimulante pour cette nouvelle hypothèse, à savoir celle de la « contemporanéité » du capitalisme développé, dont il souligne que celui-ci pourrait, de l’extérieur, apporter ses « acquêts » (ou acquis) à cette révolution communiste de type inédit, si elle avait lieu, favorisant son essor technique et productif et l’aidant à dépasser assez vite son arriération économique. Club de Mediapart, Marx (et Engels) face à une éventuelle révolution en Russie | Le Club de Mediapart
  • On y lit : ” (…) chevalier errant de la philosophie, jouet de la fortune, et dépourvu de tout, parcourut encore diverses contrées d’Allemagne, jusqu’à ce qu’ayant succombé à la tentation d’aller dogmatiser dans sa patrie, il y tomba entre les mains de l’Inquisition, qui délivra le pays des commotions qu’il aurait pu y exciter, en le livrant au bras séculier, qui le fit mourir à Rome, en 1600. (…) C’était un vrai enthousiaste qui, sous des images exaltées et gigantesques, disait les choses les plus inintelligibles, et souvent les plus ineptes.” (Fin de citation) LUMINESCIENCES : le blog de Jean-Pierre LUMINET, astrophysicien, Hommage à Giordano Bruno : l'ivresse de l'infini, par Jean-Pierre Luminet
  • Les autres méthodes elles, s’appuient sur la foi et les dogmes et n’acceptent pas les contradicteurs et les contradictions qui pourraient détruire les temples construits par les dieux divers. Par temple, j’entends toutes les superstitions qui permettent de dogmatiser, sans preuve aucune, et d’établir l’inquisition qui se gausse de déclarer péremptoirement et démontrant ainsi de son manque d’esprit scientifique et d’esprit tout court «Ça prend vraiment un nounoune pour dire ça. » L’actualité, Des produits chimiques secrets dans les parfums | L’actualité
  • Ce qu’il ne faut pas c’est dogmatiser un postulat, pour la raison qu’il serait énoncé par un génie mort qui ne proférait que vérités absolues, éternelles et définitives. Surtout si on présume de ce qu’aurait pensé le génie en question s’il vivait toujours. D’ailleurs tant que la notion de génie ne peut pas être quantifiée ni mesurée scientifiquement, elle ne peut pas être prise en compte par la science. AgoraVox, La science est la description du monde sans postulat - AgoraVox le média citoyen
  • Le pari de Matthieu Amat est celui de la cohérence d’une pensée. Il lui fallut pour cela non seulement stabiliser certaines thèses dans une pensée en progression continue, mais parfois assumer le risque de les dogmatiser. Simmel recourt au concept d’« Esprit objectif » pour penser les effets durables des interventions individuelles et ainsi la persistance des structures collectives. Amat expose la fécondité de ce concept à partir d’une analyse circonstanciée qui fournit les distinctions nécessaires d’avec ses inspirateurs (Hegel et Moritz Lazarus). Le style reconstructif adopté est très favorable à la clarté du propos. Prenant acte de la coexistence de différents ordres de valeur hétérogènes, Amat propose d’adosser son étude à l’hypothèse d’une « reformulation relativiste » de la philosophie critique. Il propose ainsi un relationnisme vient remplacer une philosophie systématique qui n’a plus lieu d’être et articuler cependant de façon non hiérarchique les différents ordres de valeur que sont les mondes culturels [3]. Cette approche permet de comprendre pourquoi, alors qu’il a opéré un mouvement de dépassement de la métaphysique dans tous ses premiers travaux, Simmel en vient sur la fin à s’y intéresser et à la revendiquer. Il y va d’une réinterprétation fonctionnelle et relationniste. , Simmel et la complexité - La Vie des idées

Traductions du mot « dogmatiser »

Langue Traduction
Anglais dogmatize
Espagnol dogmatizar
Italien dogmatizzare
Allemand dogmatisieren
Chinois 教化
Arabe دوغمائيًا
Portugais dogmatizar
Russe догматизировать
Japonais 独断する
Basque dogmatizatzen
Corse dogmatize
Source : Google Translate API

Synonymes de « dogmatiser »

Source : synonymes de dogmatiser sur lebonsynonyme.fr

Dogmatiser

Retour au sommaire ➦

Partager