La langue française

Diacritique

Définitions du mot « diacritique »

Trésor de la Langue Française informatisé

DIACRITIQUE, adj.

Qui sert à distinguer.
A.− ORTH. Signe diacritique. (Signe) qui est ajouté à une lettre de l'alphabet pour en modifier la prononciation. [En chinois] l'accroissement des homonymes a obligé les locuteurs à introduire dans leur langue les éléments différentiels des homophones (...) [et] l'écriture ne rend aucun compte de ces signes diacritiques oraux (Langage, Alarcos-Llorach, 1968, p. 530).
B.− MÉD. Qui sert à caractériser une maladie, à la distinguer de toutes les autres. Symptômes diacritiques (DG).
Prononc. et Orth. : [djakʀitik]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1635 (Cl. de Saumaise, Let., in les Correspondants de Peirex, I, 270, 240 − Slatkine). Empr. au gr. δ ι α κ ρ ι τ ι κ ο ́ ς « qui permet de distinguer ».

Wiktionnaire

Adjectif

diacritique \dja.kʁi.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Grammaire) Qui sert à distinguer plusieurs lettres écrites presque de la même façon, en parlant des signes graphiques qui ont par exemple pour but d’empêcher, pour les yeux, la confusion des mots ayant le même son, comme par exemple l’accent grave placé sur À, sur et .
    • Les signes diacritiques sont d’un grand usage dans les langues sémitiques.
  2. (Médecine) Qualifie les symptômes spéciaux et distinctifs d’une maladie.
    • Signes diacritiques de la rubéole.
    • Les signes diacritiques permettent de faire un diagnostique différentiel.

Nom commun 1

diacritique \dja.kʁi.tik\ masculin

  1. (Grammaire) Signe diacritique.
    • La cédille est un des diacritiques utilisés en français.
    • Là, le programme ne sait pas afficher le diacritique au-dessus de la lettre correspondante.
    • Il ne s’agit pas d’un diacritique pour Unicode, mais d’un clone à chasse du diacritique tilde ◌̃ U+0303. — (Patrick Andries, Unicode 5.0 en pratique : Codage des caractères et internationalisation des logiciels et des documents, Dunod, 2008, page 136)
    • En principe, t et d représentent dans la transcription API des apico-alvéolaires, du type qu’illustre par exemple l’anglais, un diacritique devant être rajouté pour noter des apico-dentales. — (Denis Creissels, Aperçu sur les structures phonologiques des langues négro-africaines, ELLUG, 1994, page 110)

Nom commun 2

diacritique \dja.kʁi.tik\ féminin singulier

  1. (Grammaire) Ensemble des signes diacritiques d’une langue.
    • J'ai appris sommairement le turc mais je l'oublie aujourd'hui et j'ai toujours des problèmes pour "sonoriser" si je ne vois pas la diacritique (dhamma, kesra, soukoun, etc.)
    • La gestion de la diacritique dans l'indexation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIACRITIQUE. adj. des deux genres
. Qui sert à discerner. Il s'emploie comme terme de Grammaire pour désigner des Signes graphiques qui ont pour but d'empêcher, pour les yeux, la confusion des mots ayant le même son, par exemple, l'accent grave placé sur à préposition et sur et adverbes. Les signes diacritiques sont d'un grand usage dans les langues sémitiques. Signes diacritiques se dit aussi, en termes de Médecine, pour désigner les Symptômes spéciaux et distinctifs d'une maladie.

Littré (1872-1877)

DIACRITIQUE (di-a-kri-ti-k') adj.
  • 1 Terme de grammaire. Qui sert à distinguer. Signes diacritiques, signes qui n'ont d'autre but que d'empêcher la confusion des mots ; tels sont certains accents. Ainsi l'accent grave est mis sur où adverbe pour le distinguer de ou conjonction ; telles sont aussi les grandes lettres opposées aux petites, et les italiques opposées aux lettres droites ou romaines.

    Points diacritiques, points mis sur certaines lettres de l'alphabet arabe qui ont même forme et ne se distinguent que par ces points.

  • 2 Terme de médecine. Signes diacritiques, signes qui distinguent exactement une maladie de toutes les autres.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DIACRITIQUE. Ajoutez :
3 Terme d'antiquité. Nom diacritique, voy. NOM.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « diacritique »

Διὰ, et ϰρίνειν, distinguer (voy. CRITIQUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du grec ancien διακριτικός, diakritikós (« distinctif ») → voir dia- et critique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « diacritique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
diacritique djakritik

Évolution historique de l’usage du mot « diacritique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « diacritique »

  • Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l’usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l’établissement des actes de l’état civil. Actualité fonction publique territoriale, La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil - Actualité fonction publique territoriale
  • Savez-vous ce que sont les signes diacritiques ? Leur nom sonne comme un symptôme de maladie, mais ça ne s’attrape pas, promis. Les signes diacritiques, du grec diakritikos, "qui distingue", ce sont tous ces petits signes qui sont ajoutés aux lettres pour en modifier la prononciation ou le sens. RTL.fr, Accents, cédille, tilde... Petits signes, grandes passions
  • Si Nutella, donc, mais aussi Fraise ou encore Liam pour une fille ou Ambre pour un garçon ont été défaits par la justice, comme Jihad, le cas de Fañch apparaît plus compliqué. Il viendrait à ce que le tilde ne fasse pas partie de l’alphabet français alors qu’une ordonnance royale, dite de Villers-Cotterêt (1539, sous François Ier, qui s’y connaît en signe diacritique) commande que tous les actes officiels doivent être écrits en français. Passembleu. Et si l’on ajoute que les révolutionnaires ont pareillement repris cette règle dans une loi du 2 Thermidor an II, difficile de dire plus. Juste une chose : jusqu’en 1993, il fallait que les prénoms choisis soient consignés dans divers calendriers, alors que maintenant le choix est total. Et que l’interdiction ne repose plus que sur les épaules d’un fonctionnaire territorial tatillon, peut-être plus laxe d’une ville à l’autre. Qui ne s’appelle sûrement pas Fañch Nuñez, mais peut-être Aragorn, autorisé à Brest il y a quelques années. Et qui d’une certaine façon, peut rompre une forme d’égalité, dont l’origine se trouve aussi dans les mois révolutionnaires chers à Fabre d’Eglantine. Le Telegramme, Comment peut-on refuser un prénom ? - LeTelegramme Soir
  • Une proposition de loi pour la promotion des langues régionales, qui sera débattue le 13 février à l’Assemblée nationale, vise l’autorisation du tilde (~) à l’état civil, signe diacritique au cœur d’une bataille judiciaire depuis deux ans, a annoncé le député du Morbihan Paul Molac (Libertés et territoires). L'Obs, Une proposition de loi déposée pour autoriser le tilde (~) à l’état civil
  • Rappelons les faits : Fañch Bernard naît à Quimper en mai 2017. Le service d’état civil refuse l’orthographe bretonne Fañch en invoquant une circulaire de 2014 qui n’admet pas le « tilde » comme signe diacritique de la langue française. Pourtant, depuis cinquante ans, les prénoms bretons sont autorisés. Bon an mal an, on compte environ une dizaine de Fanch en France contre une trentaine de François, le prénom français correspondant. Les parents Bernard tombent des nues, se renseignent, trouvent des appuis et la première adjointe de la municipalité, en l’absence du maire, fait rectifier l’écriture de Fañch. La machine judiciaire se met alors en route, première instance à Quimper (13 septembre 2017, ndlr), appel à Rennes (19 novembre 2018, ndlr), renvoi en cassation où l’appel du parquet est débouté pour vice de forme (17  octobre 2019, ndlr). C’est donc le jugement de la cour d’appel de Rennes qui fait jurisprudence : la cour dans sa grande sagesse a constaté que « le tilde n’est pas inconnu de la langue française ». On pensait l’affaire réglée. Mais l’évidence passe mal puisque le procureur de Brest vient de refuser un second Fañch en arguant que la Cour de cassation ne s’est pas prononcée sur le fond. Quel est l’enjeu de ce bras de fer inédit entre la raison d’Etat et la liberté individuelle ? Pour cela, il faut revenir à la décision de première instance du juge de Quimper : « Admettre un ñ reviendrait à rompre la volonté de notre Etat de droit de maintenir l’unité du pays et l’égalité sans distinction d’origine. » Derrière le ñ, il y a la reconnaissance d’une spécificité de l’alphabet breton, le tilde marque la nasalisation : Fañch, ne se prononce pas « Fanch » mais « Fainch ». Reconnaître le ñ dans l’état civil, c’est reconnaître de fait la langue bretonne. Selon la Constitution, les langues régionales font partie du patrimoine de la France, mais tant que le code du patrimoine ne les prend pas en compte, ni leur protection ni leur conservation, ni leur mise en valeur n’est assurée. Le hic c’est qu’il n’y a pas plus français que le tilde, appelé « tiltre » par l’auteur du « Thresor de la langue françoyse », le grammairien Jean Nicot et utilisé massivement aux XVIe et XVIIe siècles. Ce signe diacritique tombe ensuite en désuétude, conséquence de la chasse aux provincialismes menée par l’Académie française. Ce n’est qu’au XIXe siècle que le mot espagnol tilde fait son entrée dans le vocabulaire français en même temps que señor, señorita, cañon, etc. Aujourd’hui, le dictionnaire de la langue française du CNRS admet sans problème les deux utilisations de ce signe diacritique. Il y a lieu, donc, de différencier le « tiltre » français, qui marque la nasalisation, utilisé dans le breton contemporain, du tilde espagnol, qui marque la palatalisation, utilisé dans l’orthographe basque comme dans quelques mots français. Le tilde ou tiltre fait donc partie de l’histoire de la langue française, il est employé dans deux langues régionales, patrimoine de la France, il s’affiche au plus haut niveau de l’Etat en la personne du secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez. Il suffirait d’une modification minime de la circulaire de 2014 pour qu’on n’encombre plus les tribunaux de telles mesquineries. La Gazette des Communes, Fañch, le prénom breton qui menacerait l’unité française
  • mai 2020, Malgré les engagements, y compris au plus haut niveau de l’État, promettant d’autoriser le signe diacritique “tilde” pour les prénoms bretons, une nouvelle “Affaire Fañch” vient d’éclater dans les Côtes-d’Armor, à Pabu plus précisément. 7seizh.info, Après le tilde, oseront-ils proscrire le macron ? - 7seizh.info

Traductions du mot « diacritique »

Langue Traduction
Anglais diacritical
Espagnol diacrítico
Italien diacritico
Allemand diakritisch
Chinois 变音的
Arabe تشكيل
Portugais diacrítico
Russe диакритический
Japonais ダイアクリティカル
Basque diakritiko
Corse diacriticu
Source : Google Translate API

Synonymes de « diacritique »

Source : synonymes de diacritique sur lebonsynonyme.fr

Diacritique

Retour au sommaire ➦

Partager