La langue française

Déicide

Définitions du mot « déicide »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉICIDE, subst. et adj.

I.− Subst. masc. Meurtre de Dieu; en partic., meurtre commis par ceux qui ont crucifié ou fait crucifier Jésus-Christ. Depuis le déicide des Juifs, jamais crime plus énorme [que la condamnation de Louis XVI] n'avait été commis (Lamennais, Indifférence,t. 1, 1817-23, p. 313):
1. Lorsque le prêtre (...) déposa doucement l'hostie sur mes lèvres, je n'osai pas les refermer et il me sembla que mes dents allaient commettre un déicide et que ma bouche serait inondée du sang divin qui coula sur le calvaire. Vigny, Mémoires inédits,1863, p. 70.
P. ext. Tout acte qui attente à Dieu. Le péché est théologiquement ce qu'il y a de plus horrible, puisqu'il se ramène à un déicide (Mauriac, Journal 2,1937, p. 118):
2. Toutes [les révolutions], ou presque, ont été homicides. Mais quelques-unes ont, de surcroît, pratiqué le régicide et le déicide. (...) les régicides (...) attaquent l'incarnation divine sans oser encore tuer le principe éternel. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 139.
[P. réf. à la doctrine du dr. divin] Les hommes de ce temps [1789] ont voulu (...) renverser le principe de droit divin (...). Ils ont ajouté ainsi au tyrannicide traditionnel un déicide raisonné (Camus, L'Homme révolté,1951p. 143).
II.− Subst. Meurtrier de Jésus-Christ. Jérusalem, aveugle déicide (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 202).
Emploi adj. Serions-nous donc pareils au peuple déicide, Qui (...), Du sang de son sauveur teignit Jérusalem? (Lamart., Harm.,1830, p. 312).
P. ext. (Personne) qui tend à détruire l'idée de Dieu :
3. Le communisme russe (...) achève l'œuvre révoltée du xixesiècle en niant tout principe supérieur. Aux régicides du xixesiècle succèdent les déicides du xxesiècle qui (...) veulent faire de la terre le royaume où l'homme sera dieu. Camus, L'Homme révolté,1951p. 167.
Prononc. et Orth. : [deisid]. Ds Ac. 1718-1932; Ac. 1762 écrit déïcide (où le tréma rappelle qu'il faut prononcer -i-) en vedette mais déicide dans le texte. Étymol. et Hist. 1. 1585 subst. « meurtre de Dieu » (Fr. Feu-Ardent, IeSepmaine des Dialogues, 240 a ds Fr. mod., t. 5, p. 74); 2. av. 1704 « meurtrier de Dieu » (Bourd., Sur le jug. du peuple contre J.-C. ds DG). Empr. au lat. chrét. deicida « meurtrier de Dieu »; sens 1 d'apr. homicide*. Fréq. abs. littér. : 14.

Wiktionnaire

Adjectif

déicide \de.i.sid\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Qui a tué Dieu.
    • Un des plus grands orateurs de la chaire chrétienne a dit, de nos jours, à l’occasion de Voltaire, que l’impie est à-la-fois déicide, homicide et suicide; déicide, en ce qu’il étouffe dans les cœurs la foi du grand Être vengeur du crime et rémunérateur de la vertu ; […]. — (P. L. Ossude, Le siècle des beaux-arts et de la gloire, ou La mémoire de Louis XIV justifiée, 1838, page 80)
    • Les Juifs de Tolède, probablement pour diminuer l’horreur qu’ils inspiraient aux populations chrétiennes en leur qualité de déicides, prétendaient n’avoir pas consenti à la mort de Jésus-Christ, et voici comment : lorsque Jésus fut mis en jugement, le conseil des prêtres, présidé par Caïphe, envoya consulter les tribus pour savoir s’il devait être relâché ou mis à mort : l’on posa la question aux Juifs d’Espagne, et la synagogue de Tolède se prononça pour l’acquittement. Cette tribu n’est donc pas couverte du sang du Juste, et ne mérite pas l’exécration soulevée par les Juifs qui ont voté contre le Fils de Dieu. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)

Nom commun 1

déicide \de.i.sid\ masculin

  1. (Religion) Meurtre de Dieu.
    • Les chrétiens attribuent l’état de souffrance et l’exil universel de cette étonnante nation, errante sur ce globe depuis 18 siècles […] au déicide dont elle s’est rendue coupable. — (Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 1835, V.19, p.254)

Nom commun 2

déicide \de.i.sid\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Meurtrier de Dieu.
    • Et les hordes fanatisées par les prédicateurs de la Croisade trouvèrent tout naturel, avant de régler leur compte à ceux qui avaient profané (soi-disant) le tombeau du Christ, de châtier les descendants des « déicides ». — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉICIDE. n. m.
Meurtrier de Dieu. Il ne se dit que des Juifs qui ont fait mourir Notre-Seigneur. Adjectivement, Un peuple déicide. Il signifie aussi Meurtre de Dieu. Il ne se dit qu'en parlant de la Mort de Notre-Seigneur.

Littré (1872-1877)

DÉICIDE (dé-i-si-d') s. m.
  • 1Meurtrier de Dieu ; il se dit des Juifs par rapport à Jésus-Christ. Nous consentons à être traités, nous et toute notre postérité, comme des déicides, Bourdaloue, Exhort. sur le jug. du peuple contre J.-C.

    Par extension. Profanateur de l'Eucharistie.

  • 2 Adj. La loi du ToutPuissant fleurit dans nos cités… Elle vit même dans nos âmes, Dont l'orgueil déicide étouffait ses clartés, Gilbert, le Jubilé. Serions-nous donc pareils au peuple déicide, Qui, dans l'aveuglement de son orgueil stupide, Du sang de son Sauveur teignit Jérusalem ? Lamartine, Harm. I, 6.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déicide »

Lat. deicida, formé lui-même de Deus, Dieu, et caedere, tuer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin deicida, composé de deus (« dieu ») et du déverbal de caedere (« tuer ») → voir -cide.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déicide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déicide deisid

Évolution historique de l’usage du mot « déicide »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déicide »

  • Chaque roman est un déicide secret, un assassinat symbolique de la réalité. De Mario Vargas Llosa / Le Romancier et ses démons
  • Longtemps considéré comme « déicide », responsable de la crucifixion du Christ, le peuple juif fut aussi souvent vu par les chrétiens comme maudit. « La destruction du Temple et la dispersion des juifs ont été considérées comme les châtiments dus au refus du Christ, de la part du peuple élu, désormais errant jusqu’à la fin des temps », résume le père Louis-Marie Coudray, directeur du Service national pour les relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques de France. Pourtant, saint Paul lui-même affirme dans son Épître aux Romains que Dieu n’a « pas rejeté son peuple » et que « les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance ». La Croix, Du « peuple déicide » aux « frères aînés dans la foi »
  • Alors que le deux artistes ont empilé les certifications notamment les singles de Diamant lors de ces dernières mois, Ninho et Heuss L’Enfoiré ont collaboré ensemble pour la première fois au mois de mars dernier sur le titre “Centre commercial” extrait de la mixtape “M.I.L.S 3.0” et ont donc déicide de récidiver cette collaboration. 13OR-du-HipHop, Heuss L'Enfoiré et Ninho font le buzz en reprenant la Marseillaise, les internautes réagissent
  • L'islam ne se définit pas dogmatiquement par rapport au judaïsme. Le christianisme s'est idéologiquement construit sur la notion d'un peuple juif déicide, et c'est une Europe déchristianisée qui a mis la judéophobie au service de la destruction génocidaire. La judéophobie au Maghreb n'est pas ancrée dans une histoire profonde, c'est pourquoi je parle de civilisation judéo-musulmane, mais pas de civilisation judéo-chrétienne. Le Point, Julien Cohen-Lacassagne : « Au-delà des Berbères juifs… » - Le Point
  • Comment expliquez-vous cette nécessité de rappeler une nouvelle fois que les juifs n’ont pas tué Jésus? Le pape a écrit un livre qui est en grande partie historique. Ses conclusions sont tirées d’une exégèse approfondie. Il est logique que dans un livre sur la vie de Jésus de Nazareth, sa mort soit évoquée.  De plus le déicide a servi de prétexte à la persécution des juifs pendant des siècles. L’initiative du pape de rappeler le contraire est importante. Contrairement à ce qui est dit, le concile Vatican 2 n’a pas explicitement affirmé l’innocence de la communauté juive dans la mort de Jésus. Il l’a dit implicitement  mais ne l’a pas clairement exprimé. Enfin, même  si pour l’immense majorité des catholiques les juifs n’ont pas tué Jésus, il est important que le Benoît XVI de part sa fonction, le rappelle. , La mort de Jésus: «Le déicide a servi de prétexte à la persécution des juifs pendant des siècles»
  • L’apparition polémique de Juifs caricaturés à outrance, dans les défauts qui leur sont à l’excès attribués, au cours du carnaval d’Alost depuis l’année 2019 s’inscrit dans une permanence séculaire de défiance et de dénigrement de l’Israélite dénoncé comme pervers, déicide, voleur, faussaire ou tueur d’enfants. Le Soir Plus, Le carnaval, période critique pour les Juifs depuis des siècles - Le Soir Plus

Traductions du mot « déicide »

Langue Traduction
Anglais deicide
Espagnol deicidio
Italien deicida
Allemand deizid
Chinois 杀人
Arabe قاتل اله
Portugais deicídio
Russe богоубийство
Japonais 殺人
Basque deicide
Corse deicidio
Source : Google Translate API

Déicide

Retour au sommaire ➦

Partager