La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « darbouka »

Darbouka

Variantes Singulier Pluriel
Féminin darbouka darboukas

Définitions de « darbouka »

Wiktionnaire

Nom commun - français

darbouka \daʁ.bu.ka\ féminin

  1. (Musique) Tambourin d’origine tunisienne fait d'une peau tendue sur l'extrémité renflée d'un cylindre de poterie ou de métal.
    • Les darboukas en matériaux modernes produisent un son plus puissant et plus clair, ce qui les rend plus attrayantes dans les musiques modernes.
    • En frappant le sol de leurs sabots, ils hochent la tête en mesure, entraînés par la cadence d’une darbouka. — (Martine Desmonts, Torture psychiatrique à Genève, 1982)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « darbouka »

(XIXe siècle) Emprunté de l'arabe dar(a)boukka, en arabe algérien derbouka.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « darbouka »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
darbouka darbuka

Évolution historique de l’usage du mot « darbouka »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « darbouka »

  • Rock The Souk ! D’un côté, le producteur de rock psychédélique franco-américain Thomas Attar Bellier. De l’autre, Jaouad El Garouge, chanteur et musicien de l’ancestrale tradition Gnawa originaire d’Essaouira (Maroc). Ensemble, ils unissent garage rock psyché et musiques traditionnelles du monde arabe : guitares fuzz et orgues électriques rencontrent le oud et le mizmar égyptien, les batteries Ludwig accompagnent darbouka, daf et karkabou. Repéré aux Trans Musicales de Rennes en 2018, Al-Qasar est le coup de coeur des Abattoirs. Concertlive.fr actualité concerts et festivals, AL QASAR + ARABIAN FUZZ à COGNAC à partir du 2020-10-10 – Concertlive.fr actualité concerts et festivals
  • Jusqu’alors, ces temps-ci, de Deena Abdelwahed à nos Acid Arab en passant par les compilations Arabstazy, le terrain de jeu favori des musiques orientalo-maghrébines était de s’acoquiner avec les machines électroniques. Jusqu’alors, on a bien dit. Car Al-Qasar vient rebattre magnifiquement les cartes en proposant une fusion basée, elle, non pas sur le beat d’une TB-303, mais sur les fracas de guitares se plaquant sur des ouds en transe. A l’origine du projet découvert sur scène lors des Transmusicales de Rennes 2018, un producteur guitariste effréné, le Franco-Américain Thomas Attar Bellier, qui convie le musicien marocain et chanteur gnawa Jaouad El Garouge à imaginer une musique bouillante entre fuzz et darbouka, aussi punk que psychédélique. Exemple parfait avec le démarrage à fond les ballons de leur premier EP, Miraj, par le renversant Ahlan wa Sahlan où la section rythmique pilonne un déferlement d’instruments traditionnels. Enregistré entre Nashville, Paris, Los Angeles et Le Caire, ce sept-titres reprend le flambeau, longtemps éteint, du mélange rock-Maghreb, initié par les Carte de Séjour de Rachid Taha puis popularisé mondialement par le Clash de Rock The Casbah. Accompagné également par des pointures du oud comme le Franco-Algérien Mehdi Haddab ou l’Egyptien Mohamed Abozekry, et en utilisant des instruments bédouins comme l’arghoul (une sorte de flûte double) ou le kaval (flûte oblique en roseau), Attar Bellier se montre certes respectueux de la tradition mais en lui apportant une salutaire dose de modernité. Les nouvelles révolutions arabes seront-elles musicales ? Patrice Bardot Libération.fr, Al-Qasar, Eric Serra, The Romeo Sextape… la playlist du cahier musique de «Libération» - Culture / Next
  • Cette troisième course aux élections vient révéler une nouvelle réalité sur le terrain. Le peuple dans son ensemble s’essouffle. La politique ne passionne plus, les politiciens manquent d’humour et souvent du minimum d’humilité. Trop de condescendance et surtout trop de méchanceté. On s’est habitué à haïr, à l’intérieur de notre propre peuple. Plus besoin d’ennemis, on a tout ce qu’il faut chez nous. Les deux camps se motivent à coup de paroles glaçantes dans cet hiver si rude. Le dernier coup d’épée a été donné par Yoaz Hendel (Bleu-Blanc). Le député a provoqué un tollé pour certains, un cri de joie pour d’autres, après une interview au journal Haaretz. Il a déclaré que « des gens ont immigré en Israël avec la culture des concerts viennois et d’autres avec celle la darbouka ». A vous de choisir votre camp. En fait, au lieu de construire des ponts, il a une fois de plus, pour ces élections 2020, bâti de nouveaux murs : les valses viennoises face à l’ambiance “darbouka”. Personnellement j’apprécie les deux, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs j’imagine. Dans ce froid dominant, toutes les méthodes sont bonnes pour se réchauffer. Pas de boules de neige, les paroles incendiaires produisent plus d’effet. Vivement le printemps. Le gel hivernal a trop duré, il laisse souvent des traces indélébiles. Vivement Pourim aussi. On a besoin de se déguiser et d’oublier, de s’oublier un peu les uns les autres sous les effluves de l’alcool et les éclats de rire. À nos masques !   Cachons-nous de cette drôle de réalité pour le moins déroutante. L’exemple du combat politique ne doit pas se répandre sur notre quotidien déjà suffisamment survolté. La grandeur de l’homme se mesure souvent non pas à ses nombreuses actions mais plutôt à sa retenue, à sa réflexion. Peu importe nos opinions. Il est temps de comprendre que nous vivons sur le même bateau, qui tangue gaiement au gré des nombreuses vagues, et que nous aimons tant, pourtant si différemment. À l’instar de Moshé qui a su entendre la sagesse de son beau-père Yitro, écoutons-nous un peu plus les uns les autres. LPH INFO, Génération darbouka. Par Avraham Azoulay - LPH INFO
  • Tous ses fans le savent, Gad Elmaleh est un pro de la darbouka. Il l’a encore prouvé lors d’un show. L’humoriste, le plus adulé en France, est aussi un pianiste et un guitariste très habile. Et pour couronner le tout, le Casablancais d’origine pousse aussi la chansonnette, de temps en temps, et sa voix est loin d’être désagréable. Le Site Info, Vidéo. Quand Gad Elmaleh prouve qu'il est (aussi) pro de la darbouka
  • Dans la musique orientale, il y a un avant et un après Setrak Sarkissian. Le musicien percussionniste libanais d'origine arménienne a en effet redoré le blason de la darbouka, manipulant l'instrument comme de rares l'ont fait avant lui, désormais considéré comme « dabet el-masrah » (celui qui donne le ton) et son musicien tenant le rôle de « dabet el-iqaa » (le donneur de tempo). Setrak Sarkissian est décédé hier, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI, officielle), sans préciser les raisons du décès.Sa passion pour la musique se manifeste très tôt. Il s'initie, sous l'aile de son frère aîné, aux percussions et à la darbouka. Malgré les réticences de son entourage familial, il décide d'en faire sa profession et s'inscrit au conservatoire pour y parfaire ses connaissances musicales. De 1958 à 1962, il accompagne la danseuse égyptienne Nadia Gamal dans ses performances et tournées. Dans les années soixante, c'est aux côtés de Samira Toufik qu'il connaîtra la reconnaissance et sera nommé « roi de la darbouka ». Les plus grands se disputent alors la darbouka de Setrak Sarkissian : de Feyrouz à Mohammad Abdel Wahab en passant par Abdel Halim Hafez, Fayza Ahmad, Warda, Sabah, Majida el-Roumi et Sabah Fakhri.Sa technique de jeu bien particulière et saccadée, pour ne pas dire endiablée, a fait danser de nombreuses reines du baladi, comme Nadia Gamal, Tahiya Carioca, Fifi Abdo, Nagwa Fouad, Samara, Ranine... Il disait fièrement qu'il avait participé à l'enregistrement de 95 % des albums des grands classiques de la musique orientale. Ses compositions et ses arrangements figurent sur plus de 30 enregistrements et bandes originales de film, dont cinq avec Farid el-Atrache.Setrak Sarkissian devait avoir près de 80 ans. La date de sa naissance à Beyrouth reste inconnue.Les funérailles auront lieu aujourd'hui à 13h au patriarcat arménien-orthodoxe à Antélias. Setrak Sarkissian sera ensuite enterré à Bourj Hammoud. L'Orient-Le Jour, La darbouka en deuil de son roi - L'Orient-Le Jour

Images d'illustration du mot « darbouka »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « darbouka »

Langue Traduction
Anglais darbouka
Espagnol darbouka
Italien darbouka
Allemand darbouka
Chinois 达布卡
Arabe دربوكة
Portugais darbouka
Russe darbouka
Japonais ダルボウカ
Basque darbouka
Corse darbouka
Source : Google Translate API

Synonymes de « darbouka »

Source : synonymes de darbouka sur lebonsynonyme.fr

Darbouka

Retour au sommaire ➦

Partager