La langue française

Cygne

Sommaire

  • Définitions du mot cygne
  • Étymologie de « cygne »
  • Phonétique de « cygne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cygne »
  • Citations contenant le mot « cygne »
  • Images d'illustration du mot « cygne »
  • Traductions du mot « cygne »

Définitions du mot cygne

Trésor de la Langue Française informatisé

CYGNE, subst. masc.

A.−
1. Oiseau palmipède aquatique de grande taille, caractérisé par un plumage brillant, généralement blanc et par un cou long et flexible. Le cygne (...) immangeable, ménagé de l'homme pour sa beauté, sa grâce, le cygne, si commun jadis en Italie (Michelet, Oiseau,1856, p. 61):
1. Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes, Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil À des neiges d'avril qui croulent au soleil; Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire, Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire. Sully Prudhomme, Les Solitudes,Le Cygne, 1869, p. 17.
SYNT. a) Cygne + adj. : cygne blanc, chanteur, muet, nain, noir, sauvage, tuberculé. b) Adj. + cygne : beau, grand cygne. c) Cygne + subst. : cygne trompette, cygne à bec noir, rouge, à cou noir, . Expr. Duvet de cygne ou p. ell. cygne. Petites plumes du ventre du cygne, utilisées pour bourrer des coussins, des édredons, etc. Duvet de cygne, peau de cygne ou p. ell cygne. Peau tannée du cygne, garnie de son duvet, utilisée comme fourrure pour garnir les vêtements de luxe. Deux casaques, l'une de peau de cygne, l'autre de peau de veau marin (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 418). Pantoufles de velours fourrées de cygne (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 161). Plume(s) de cygne ou p. ell. cygne. Plumes des ailes et de la queue du cygne, employées pour la confection de pinceaux. Boîtes à poudre avec leurs gros pinceaux de cygne (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 163).
2. MYTHOLOGIE
a) [P. allus. aux cygnes, compagnons inséparables d'Apollon] Je ne vis nager aucun cygne sur l'Eurotas (Barrès, Voy. Sparte,1906, p. 187).
b) [P. allus. à Jupiter qui se transforma en cygne pour séduire Léda] Je suis jaloux de tout... j'ai peur que ce taureau ne soit Jupiter...; ce cygne...; ce bélier (Chénier, Bucoliques,1794, p. 148).
c) [P. allus. à Lohengrin, le chevalier au cygne, voyageant dans une nacelle conduite par un cygne] Lohengrin descendant d'une nacelle conduite par un cygne (Proust, Guermantes 1,1920, p. 234).
3. [Le cygne comme symbole d'éclat et de pureté, p. réf. à sa robe immaculée et brillante] Toutes les blancheurs sont des strophes d'amour; Le cygne dit : Lumière! Et le lys dit : Clémence! (Hugo, Contempl., t. 1, 1856, p. 29).
Rem. [P. oppos., le cygne noir devient symbole de tristesse, de mort] Alternant pour le poète gai, le poète mélancolique, des plumes de cygne blanc, des plumes de cygne noir (Giraudoux, Simon, 1926, p. 45).
[Le cygne dans ses représentations figuratives]
HÉRALD. Comme le fit Racine Formant son écu d'un cygne (Verlaine, Œuvres compl.,t. 3, Épigrammes, 1894, p. 224).
♦ Domaine des arts décoratifs (principalement sous l'Empire).Pour éclairer et orner la table de Napoléon, Biennais fournit entre 1806 et 1812 douze « girandoles » de vermeil, à décor de cornes d'abondance et de cygnes (Grandjean, Orfèvr. XIXes.,1962, p. 55).
Expr. Bec de cygne; cou/col de cygne; tête de cygne. Ces pliants à cols de cygnes bleus dont le bec jaune mord les bâtons du siège (Gautier, Rom. momie,1858, p. 200).Je ne connais rien de plus pompier, de plus bourgeois que cet horrible style, avec ces commodes qui ont des têtes de cygnes comme des baignoires (Proust, Swann,1913, p. 338).
B.− [P. anal]
1. [de forme]
a) [P. réf. aux formes aérodynamiques du cygne] Léonard de Vinci (...) inventa l'homme volant (...) monté sur son grand cygne (Valéry, Variété III,1936, p. 217).
b) [P. réf. au cou long et flexible de l'oiseau]
[En parlant d'une pers., notamment d'une femme] Edith au cou de cygne (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 152).
P. ext. [À propos d'un mouvement sinueux semblable à celui du cygne plongeant la tête dans l'eau] La poignée de main plongeuse, en cou de cygne, de Barrès (Renard, Journal,1891, p. 103).
[En parlant d'animaux] Des chevaux de très-haute taille (...) des encolures de cygne (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 222).
[En parlant de choses concr.]
CHIR. Bec de cygne. Pince en forme de bec. Noms vulgaires des instruments de chirurgie : « bec de cygne, bec de cane, bec de grue » (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 37).
TECHNOLOGIE
Col de cygne (vx). Partie de l'avant-train d'une voiture à quatre roues, qui est courbée afin de laisser passer les roues de devant quand le véhicule tourne.
Rem. Attesté ds Ac. 1835-78, Lar. 19e-Lar. encyclop., Littré, Guérin 1892, Quillet 1965.
Bec/col de cygne. Tube, robinet évoquant le bec, le col d'un cygne. [Les] vapeurs [d'alcool] gagnent... par un col de cygne le serpentin du chauffe-vin (Ser, Phys. industr., t. 2, 1890, p. 335).
2. [de couleur]
a) [P. réf. à la blancheur du cygne, en parlant de l'aspect extérieur d'une pers., notamment épiderme, barbe ou cheveux] Blanc comme un cygne. D'un blanc pur. Beau vieillard blanc comme un cygne (Chateaubr., Mém.,t. 3, 1848, p. 65).
b) Littér. et poét.
[P. réf. à la blancheur du cygne, symbole de pureté, d'innocence, de virginité] :
2. Ce couple, sieur et dame Clubin, avait réalisé dans Torteval l'idéal de l'épithète anglaise, « respectable ». Dame Clubin était le cygne; sieur Clubin était l'hermine. Il fût mort d'une tache. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 137.
Candeur de cygne :
3. Avec cela le charme insigne D'un frais sourire triomphant Éclos dans des candeurs de cygne Et des rougeurs de femme-enfant; ... Verlaine, Œuvres complètes,t. 1, La Bonne chanson, 1870, p. 130.
[P. réf. à la blancheur du cygne, symbole de l'amour, de l'âme, de l'ange] N'est-ce pas une forme angélique Qui flotte mollement sous ce rideau léger? S'il est vrai que l'amour, ce cygne passager, N'ait besoin, pour dorer son chant mélancolique, Que des contours divins de la réalité (Musset, Rolla,1833, p. 29).
[P. réf. à la couleur noire de certains cygnes, symbole de tristesse, de mort et p. oppos. au cygne blanc] Les cygnes noirs du désespoir, durs et sauvages (Rodenbach, Règne silence,1891, p. 208).
3. [de comportement ou p. métaph.]
a) [P. réf. à la lenteur, la délicatesse des mouvements du cygne] Elle tourna la tête sur son épaule avec la lenteur délicate du cygne (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 111).
b) [P. réf. à la puissance de ses ailes et à la force de l'oiseau dans le combat] L'embrassement de la bien-aimée, pareil à un combat contre un cygne! (Claudel, Ville,1901, p. 475).
c) [P. réf. à la hauteur de son vol] :
4. Il s'échappa, laissant David en proie à l'une de ces émotions que l'on ne sent aussi complètement qu'à cet âge, surtout dans la situation où se trouvaient ces deux jeunes cygnes auxquels la vie de province n'avait pas encore coupé les ailes. Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 35.
Expr. Faire un cygne d'un oison. Louer une personne qui ne le mérite pas. Bête comme un cygne. Une vierge aux yeux bleus, blanche comme les lys, taillée comme une statue antique, et bête comme un cygne (Sand, Jeanne,1844, p. 87).
En partic. Élévation spirituelle :
5. Le cygne du christianisme planait au ciel et descendait et remontait de la terre au ciel. Il a coupé ses ailes et le beau cygne ne fait plus que marcher et nager sur la terre et l'eau d'une planète à demi « submergée ». Vigny, Le Journal d'un poète,1853, p. 1309.
d) [P. réf. au chant du cygne (notamment à la tristesse et à la beauté légendaires du chant du cygne mourant)] Quel chant d'hirondelle joyeuse, quand elle pouvait rire! Mais quelle voix de cygne appelant ses compagnes, quand elle parlait de ses chagrins! (Balzac, Lys,1836, p. 40).
En partic., littér. et poét. Chant/voix du cygne. Voix du poète, de l'orateur, etc. :
6. Ah! Si la muse sainte soutenoit mon génie, si elle m'accordoit un moment le chant du cygne ou la langue dorée du poëte, qu'il me seroit aisé de redire dans un touchant langage les malheurs de la persécution! Chateaubriand, Les Martyrs,t. 3, 1810, p. 75.
P. ell. Cygne. Écrivain, compositeur remarquable par la pureté du style, par la grâce de l'expression. Le cygne + nom de lieu. Le cygne de Mantoue (Virgile), de Méonie (Homère), de Thèbes ou de Dircé (Pindare), etc. Bossuet : est l'aigle de Meaux. Fénelon : est le cygne de Cambrai (Flaub., Corresp.,1852, p. 67).Un cygne au plumage éblouissant [Lamartine], pareil à un sentiment pur, nageait dans un beau lac (Barrès, Maîtres,1923, p. 203).
P. méton. Chant du cygne. Dernière œuvre d'un écrivain, d'un artiste, au sommet de sa perfection, avant le déclin ou la mort. [M. de Saint-Cyran] écrivit à la mère Angélique une belle lettre qui nous est comme son rude chant du cygne et son dernier oracle (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 201).
Rem. On rencontre ds la docum. les adj. a) Cycnéen, enne. Qui se rapporte au cygne, qui rappelle le cygne. Le fleuve herbeux, cycnéen (Claudel, Ville, 1893, p. 316). b) Cycniforme ou cycnoïde. Qui a les formes d'un cygne, qui évoque un cygne par la grâce de ses lignes. [La comtesse de Greffulhe] (...) cycniforme et ingénieuse (R. de Montesquiou, P. Hellen, 1913, p. 34).
Prononc. et Orth. : [siɳ]. C'est la graph. étymol. qui préserve la prononc. avec [ɳ] (cf. Buben 1935, § 169). Une anc. prononc. [sin] existait dans les milieux pop. mais aussi dans Ronsard (cf. Rouss.-Lacl. 1927, p. 165). Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Homon. signe. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 ornith. cisne (M. de France, Lais, éd. J. Rychner, Milun, 172 [:meschine]); mil. xiiies. [ms.] cigne (Id., ibid., p. 174); 1546 chant du cycne (Rabelais, III, 21 ds Hug.); 1640 chanter le chant du cigne (Oudin Curiositez); 2. p. ext. 1831 « duvet de cygne » 3. 1630 poét. « poète » (Malherbe, Fin d'une ode pour le roi, 2 ds Œuvres, éd. Lalanne, t. 1, p. 317). Cygne, altération de cisne, cine du b. lat. cicinus attesté chez Oribase et ds la loi Salique (TLL s.v., 1585, 13), lat. class. cycnus (gr. κ υ ́ κ ν ο ς) écrit aussi cygnus, cignus (TLL s.v., 1584, 72); à rapprocher du sens 3, Hor. Carm. 4, 2, 25 (ibid., 1585, 66). Fréq. abs. littér. : 995. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 853, b) 2 040; xxes. : a) 1 222, b) 821. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 106. − Rog. 1965, p. 42.

Wiktionnaire

Nom commun

cygne \siɲ\ masculin

  1. Gros oiseau palmipède, aquatique, dont le plumage est d’ordinaire blanc et qui a un cou long et souple.
    • Vers le 20 mars, les chasseurs signalèrent les premiers cygnes, qui émigraient des territoires méridionaux et s’envolaient vers le nord en poussant d’aigres sifflements. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • D'après des renseignements fournis par M. Zschokké, ces Cygnes ont le corps pie-noir, à l'exception du cou qui est resté tout noir. — (Charles Cornevin, Traité de zootechnie spéciale : les oiseaux de bassecour, 1895, page 12)
    • Le cygne trompette, siffle, drense et drensite.
  2. (Figuré) (Poétique) Grand poète, homme éloquent, grand musicien.
    • Le cygne de Mantoue : Virgile.
    • Le cygne de Cambrai : Fénelon.
  3. (Marine) (Désuet) Glace flottante isolée.
    • Les grands floes épais mis en liberté sont usés par la friction, rongés par les mouvements de la mer et par le dégel, ils constituent fréquemment des masses aux formes bizarres et élégantes d’une glace bleue-verdâtre très dure. Ils deviennent finalement des glaçons, les « cygnes » ou « bourguignons » des pêcheurs d’Islande qui les rencontrent à de grandes distances en mer libre. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  4. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Il est représenté de profil et ses pattes sont visibles ce qui le distingue de l’alcyon qui est sur couché dans son nid, cachant ainsi les pattes. À rapprocher de canard, cane, canette, jars et oie.
    • De sinople au cygne d’argent colleté d’une couronne d’or, qui est de Magnac-sur-Touvre → voir illustration « armoiries avec un cygne »
  5. (Québec) Évier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CYGNE. n. m.
Gros oiseau palmipède, aquatique, dont le plumage est d'ordinaire blanc et qui a un cou long et souple. Plume de cygne. Le duvet d'un cygne. Être blanche comme un cygne, être blanc comme un cygne, avoir la blancheur du cygne, Avoir la peau blanche. Fig., Le chant du cygne. Voyez CHANT. Il s'est dit figurément, dans le style élevé, de Grands poètes, d'hommes éloquents, de grands musiciens. Le cygne de Mantoue, Virgile. Le cygne de Cambrai, Fénelon.

Littré (1872-1877)

CYGNE (si-gn') s. m.
  • 1Oiseau palmipède, aquatique, du genre de l'oie. Le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la grandeur, la majesté, la douceur ; avec des puissances, des forces, du courage et la volonté de n'en pas abuser et de ne les employer que pour la défense, il sait combattre et vaincre sans jamais attaquer, Buffon, Cygne. À sa noble aisance, à la facilité, à la liberté de ses mouvements sur l'eau, on doit reconnaître le cygne, non-seulement comme le premier des navigateurs ailés, mais comme le plus beau modèle que la nature nous ait offert pour la navigation ; son cou élevé et sa poitrine relevée et arrondie semblent en effet figurer la proue du navire fendant l'onde ; son large estomac en représente la carène ; son corps, penché en avant pour cingler, se redresse à l'arrière et se relève en poupe ; la queue est un vrai gouvernail ; les pieds sont de larges rames ; et ses grandes ailes, demi-ouvertes au vent et doucement enflées, sont les voiles qui poussent le vaisseau vivant, navire et pilote à la fois, Buffon, ib. À leur tête s'avance et nage avec fierté Le cygne au cou superbe, au plumage argenté, Delille, Jardins, III.

    Avoir la blancheur du cygne, être d'une blancheur éclatante. Longtemps on n'a connu que le cygne blanc ; aussi en a-t-on fait le type de la blancheur Aujourd'hui on connaît des cygnes noirs, originaires de la Nouvelle-Hollande.

    Il est blanc comme un cygne, se dit d'un homme qui a la barbe et les cheveux tout blancs.

    Cou de cygne, en parlant d'une femme, cou élégant et flexible. J'ai pris femme noble aux doux yeux, Aux mains blanches, au cou de cygne, Béranger, Contr. de m.

    Familièrement et par antiphrase. Blanc comme un cygne qui casse des noix, c'est-à-dire noir comme un corbeau.

    Fig. Faire un cygne d'un oison, louer une personne, une chose démesurément.

    Le chant du cygne, chant mélodieux que l'antiquité attribuait au cygne près de mourir. Ce sera là que ma lyre, Faisant son dernier effort, Entreprendra de mieux dire Qu'un cygne près de sa mort, Malherbe, II, 2. Un jour le cuisinier, ayant trop bu d'un coup, Prit pour oison le cygne ; et, le tenant au cou, Il allait l'égorger, puis le mettre en potage ; L'autre, prêt à mourir, se plaint en son ramage, La Fontaine, Fabl. III, 12. Ce que l'on dit des cygnes, qu'ils ne chantent que quand ils sont près de mourir et qu'alors ils chantent mélodieusement, n'est fondé que sur une erreur populaire, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 50, dans POUGENS. À leurs chants on croirait entendre dans les cieux De cygnes argentés un chœur mélodieux, Delille, Énéide, VII. Je suis un cygne aussi ; je meurs, je puis chanter, Lamartine, Socr. 342. Mais il ne faut pas qu'on ignore Qu'en chantant le cygne a fini, Béranger, Ma dern. chans.

    Figurément, le chant du cygne, la dernière composition d'un musicien, d'un poëte distingué.

  • 2 Fig. Poëte, orateur, musicien illustre surtout par la douceur et le fini de ses compositions, plutôt que par l'originalité et la grandeur. Le cygne de Mantoue, Virgile. Le cygne de Cambrai, Fénelon. De Bossuet, on dit l'aigle de Meaux ; on ne dirait pas le cygne.
  • 3 Terme d'astronomie. Constellation de l'hémisphère septentrional.
  • 4Cou de cygne, partie de l'avant-train d'une voiture à quatre roues, qui est courbée afin de laisser passer les roues de devant quand la voiture tourne.

HISTORIQUE

XIIe s. Paons rotiz et bons cisnes pevreis, Et venoison à molt riche plenté : Que tout li pires an ait tot à son gré, Raoul de C. 62.

XIIIe s. Et contrefaisoient le cinne qui chante quant il doit morir, Hist. occid. des croisades, t. II, p. 293. C'est oisel cler semé en terre, Si legierement congnoissable, Qu'il est au cine noir semblable, la Rose, 8746. Puis-ge voler avec les grues, Voire saillir outre les nues, Cum fist li cine Socratès ? ib. 5443. Quant il encommençoient à corner, vous deissiez que ce sont les voiz des cynes qui se partent de l'estanc, Joinville, 269. Qui partout rent l'ame benigne, Qui en trait toute riens maligne, Et d'innocence si l'acesme, Qu'il la fait plus blanche que cygne, J. de Meung, Tr. 261.

XVe s. Au roi fut presenté ung cherf-volant, au duc d'Orliens ung blanc chisne, au duc de Bourgoigne un lyon, Chastelain, Chron. des ducs de Bourg. 1re part. ch. 20.

XVIe s. Aussi blanches que cignes, Carloix, III, 30. Tout blanc oysel n'est pas cygne, Rozier histor. I, 7. On ne voit cyne noir, nulle neige noire, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 17. Vous y serez cogneu comme un oyson parmy les cygnes, je voulois dire comme un cygne parmy les oysons, D'Ambroise, Les Napolitaines, Anc. théâtre fr. t. VII, p. 256.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CYGNE, s. m. cygnus mansuetus, (Hist. nat. Orn.) oiseau qui pese jusqu’à vingt livres, quand il est un peu avancé en âge. Il a quatre piés trois pouces de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; quatre piés cinq pouces jusqu’au bout des pattes, & plus de sept piés d’envergure. Tout le corps est couvert de plumes très-fines & douces au toucher, qui sont blanches comme la neige quand le cygne est vieux ; dans les jeunes, elles sont au contraire de couleur cendrée. Les tuyaux des grandes plumes des ailes sont plus gros dans le cygne privé, que dans le sauvage. Le bec est de couleur livide, & terminé par une appendice en forme d’ongle. Il y a une marque noire à côté des narines, & entre les yeux & le bec, un espace triangulaire de la même couleur, & dégarni de plumes ; la base de ce triangle est du côté du bec, & la pointe du côté des yeux. Quand les cygnes sont plus avancés en âge, le bec devient rougeâtre, & l’ongle qui est à l’extrémité, prend une couleur noirâtre. Ils ont aussi à la base du bec une tumeur charnue, noire, élevée, & recourbée en-avant & en-bas. La langue est comme hérissée de petites dents ; les ongles sont noirâtres, & les pattes de couleur livide, & dégarnies de plumes jusqu’au-dessus du genou.

On prétend que le cygne vit très long-tems. Il se nourrit de plantes aquatiques & d’insectes ; il pond cinq ou six œufs, qu’il couve pendant près de deux mois.

Il y a des cygnes sauvages ; ils sont moins grands & moins pesans que le cygne domestique ; toutes leurs plumes ne sont pas blanches, ils en ont de couleur cendrée & de rousses ; la base du bec est recouverte par une peau jaune, &c. Willughby, Ornith. Rai, sinop. meth. avium. Voyez Oiseau. Le duvet du cygne sert à remplir des coussins & des oreillers ; & sa peau, garnie du duvet, est préparée chez les fourreurs, & fait une fourrure fort chaude. (I)

Cygne, (Mat. medic.) La graisse du cygne est la partie de cet oiseau dont on se sert principalement en Medecine ; elle passe pour émolliente, atténuante, & laxative : on la recommande dans les hémorrhoïdes & dans les contractions spasmodiques de la matrice ; mêlée avec le vin, elle dissipe les taches de rousseur si on les en frotte.

On applique avec succès la peau de cygne sur différentes parties du corps que l’on veut préserver du froid extérieur, & dont on veut soûtenir ou augmenter la transpiration, comme dans les rhumatismes.

Cygne, (Astron.) constellation de l’hémisphere boréal, proche de la Lyre, de Cephée, & de Pegase. Cette constellation s’étend dans la direction de la voie lactée. Il y a près de la queue du cygne une étoile fort brillante. Voyez Lyre, Cephée, Voie lactée. (O)

* Cygne, (Mythol.) cet oiseau étoit consacré à Apollon. On lui croyoit un ramage très-mélodieux, mais c’étoit seulement lorsqu’il étoit sur le point de mourir. Je ne sai sur quel fondement on le regardoit comme un oiseau voluptueux ; mais c’étoit à ce titre, ou peut-être à cause de la beauté de son plumage, qu’il étoit consacré à Vénus. Jupiter s’est métamorphosé en cygne en faveur de Léda. Le char de Vénus est quelquefois attelé de cygnes.

Cygne, (Marechallerie.) encolure de cygne. Voyez Encolure. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cygne »

(Date à préciser) Emprunt savant au latin cygnus, a remplacé l’ancien français cisne. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, cyngne ; provenç. cigne ; espagn. cisne ; ital. cigno ; du latin cycnus, de ϰύϰνος, qui tient au latin ciconia, cigogne, par l'intermédiaire du sanscrit çakuni, oiseau en général.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cygne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cygne siɲ

Évolution historique de l’usage du mot « cygne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cygne »

  • La police britannique a lancé un appel à témoin pour retrouver un homme qui en a poussé un autre dans un canal ce vendredi. Les faits se sont déroulés à Limehouse, un quartier de l’est de Londres. Dans une vidéo, on peut voir une femme, membre d’un groupe de jeunes, s’en prendre à un couple de cygnes. Metro, Il s'interpose contre une femme qui frappait un cygne, il est jeté à l’eau
  • Outre le pangolin, la crise sanitaire a mis en lumière un autre animal rare : le cygne noir. En finance, un cygne noir désigne un événement si imprévisible qu’il ne peut être probabilisé, mais qui emporte des effets considérables. Ainsi la crise de 2008 était-elle un cygne noir, et celle du Covid l’est aussi. Faut-il s’attendre à croiser de plus en plus de ces cygnes ? La réponse est assurément oui. Les Echos, Opinion | Entreprises : nager avec les cygnes noirs | Les Echos
  • J'aime mieux, en soucis et pensers élevés, Être un aigle abattu d'un grand coup de tonnerre Qu'un cygne vieillissant ès jardins cultivés. Jean Bertaut, Stances
  • Si j'étais rossignol, j'accomplirais l'œuvre du rossignol ; si j'étais un cygne, celle du cygne. Mais je suis un être raisonnable, je dois chanter Dieu. Épictète, Entretiens, I, 6, 20-21 (traduction Souilhé)
  • Il n'y a pas de mal à être né dans une basse-cour lorsqu'on sort d'un œuf de cygne. Hans Christian Andersen, Contes, le Vilain Petit Canard
  • C'est l'eau qui fait le cygne. Qui veut faire le cygne sans l'eau fait l'oie. De Gilbert Cesbron
  • Le cygne se tait toute sa vie pour bien chanter une seule fois. De Proverbe
  • Le langage de l'amant est son chant du cygne. De Jorge Gaitan Duran / Si demain je m'éveille
  • Il n’y a pas de mal à être né dans une basse-cour lorsqu’on sort d’un oeuf de cygne. De Hans Christian Andersen / Le vilain petit canard
  • Les cygnes chantent avant de mourir. Certaines personnes feraient bien de mourir avant de chanter. De Samuel Taylor Coleridge
  • L’amour d’une maman, c’est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleure façon de donner du moral à des enfants qui sont convaincus d’être de vilains petits canards. De Pam Brown / Maman ou mère
  • Depuis plusieurs mois, une famille de cygnes est l’objet de toutes les attentions de la part de nombreux Verdunois. Le couple et ses désormais trois petits - ils étaient encore quatre la semaine dernière - se promènent régulièrement sur le canal entre la rue sur l’Eau et le pont du boulevard Stratégique. , Insolite | L’association Targa a sauvé un cygne blessé
  • Malheureusement, seuls trois des six oeufs non éclos ont survécu à l’attaque. À la suite de cet incident, le cygne mâle a quitté le nid et n’est toujours pas revenu. Demotivateur, Un cygne meurt de chagrin après la destruction de son nid par un groupe d'adolescents
  • Coronavirus, une conversation mondiale | Théorisé par Nassim Nicholas Taleb, le cygne noir caractérise un événement peu probable aux conséquences considérables. Peut-on considérer la COVID-19 comme tel ? Pas pour l’essayiste américain, qui s'en explique dans cette conversation mondiale inédite. France Culture, Nassim Nicholas Taleb : "Le coronavirus n'est pas un cygne noir "
  • L'histoire s'est déroulée il y a un mois environ du côté de Manchester dans le nord du Royaume-Uni. En effet, un cygne a été victime d'une cruauté inconcevable, inimaginable, impardonnable. Selon le journal, Het Laatste Nieuws, c'est près d'un canal que des adolescents auraient pour décidé de briser les oeufs que ce cygne couvait depuis des jours. Le pauvre animal, terrassé par la douleur de perdre sa progéniture, n’a pas survécu au choc émotionnel. Blasting News, Des adolescents brisent ses oeufs, un cygne meurt 'de chagrin' en Grande-Bretagne
  • S’agissant des nouvelles technologies, sont considérés comme des cygnes noirs l’émergence de l’ordinateur personnel et l’apparition d’Internet. TheCoinTribune, Rare, Unique et Improbable, Bitcoin est un Parfait "Cygne Noir" – TheCoinTribune
  • Il existe deux morphes chez les cygneaux : le morphe gris et le morphe blanc. Le morphe gris est plus commun alors que les cygneaux blancs possèdent un gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou...) leucistique. La coloration blanche est surtout observée dans les états du centre nord de l'Amérique et en Pologne. Techno-Science.net, 🔎 Cygne tuberculé - Définition et Explications

Images d'illustration du mot « cygne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cygne »

Langue Traduction
Anglais swan
Espagnol cisne
Italien cigno
Allemand schwan
Chinois 天鹅
Arabe بجعة
Portugais cisne
Russe лебедь
Japonais 白鳥
Basque swan
Corse cigno
Source : Google Translate API
Partager