La langue française

Cunéiforme

Définitions du mot « cunéiforme »

Trésor de la Langue Française informatisé

CUNÉIFORME, adj.

Qui a la forme d'un coin.
A.− [En parlant d'éléments naturels]
1. ANAT. [En parlant d'un os] Os cunéiforme.
Emploi subst. p. ell. de os. Chacun des trois os de la deuxième rangée antérieure du tarse. Premier ou grand (vx), deuxième ou petit (vx), troisième ou moyen (vx) cunéiforme (cf. Cuvier, Anat. comp., 1805, passim).
2. BOT. Feuilles cunéiformes (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 2, 1821, p. 579).
3. MINÉR. Octaèdre cunéiforme. Dont quatre des faces sont des trapèzes, et quatre des triangles (cf. Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 169).
4. PATHOL. DENT. Qui ,,se rapporte à certaines lésions en forme de coin de la région du collet`` (Courtois 1972). Lacunes cunéiformes.
B.− LING. [En parlant d'une forme d'écriture]
1. [En parlant de caractères] En forme de coin, ou plus exactement de clou. Signe cunéiforme :
Le terme d'écriture cunéiforme (c'est-à-dire en forme de coins) caractérise l'aspect extérieur de cette écriture, qui se présente en effet d'ordinaire comme des combinaisons de signes en forme de clous triangulaires, alignés avec une belle régularité sur des tablettes d'argile. Cet aspect provient de ce que le scribe se servait d'un roseau taillé en forme de biseau, qu'il tenait à plein poing, et avec lequel il frappait à petits coups rapides sur une tablette d'argile fraîche. J.-G. Février, Hist. de l'écriture,Paris, Payot, 1959, pp. 105-106.
P. ext. Qui est écrit en caractères cunéiformes. Texte cunéiforme. Il livre encore parfois quelqu'une de ces inscriptions cunéiformes qui sont la plus ancienne écriture connue (Faure, Hist. art,1909, p. 59).
Rem. Bien que les systèmes d'écritures cunéiformes aient servi à noter des langues très diverses (sumérien, akkadien, khaldi, hittite, etc.), on a employé au xixes. l'expr. langue cunéiforme (cf. Tocqueville, Corresp. [avec Gobineau], 1859, p. 299 et Goncourt, Journal, 1884, p. 310).
2. Emploi subst. masc. Caractère cunéiforme. Une révolution d'outillage humain analogue à l'invention des hiéroglyphes et des cunéiformes, à celle de l'écriture alphabétique (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 218).Écriture cunéiforme. M. de Saulcy est celui qui a trouvé le moyen de lire le cunéiforme (Flaub., Corresp.,1850, p. 266).Cette spécialiste du cunéiforme (H. Bazin, Vipère,1948, p. 148).
Prononc. et Orth. : [kyneifɔ ʀṃ]. Ds Ac. 1762 puis Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1559 os cuneiformis (Notabilia supra Guidonem, p. 156 ds Sigurs, p. 273); 1561 os Cuneïforme (Paré, Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, livre 3, chap. 4); 1778 bot. cunéiforme (Lamarck, A.-P. de Candolle, Flore fr., t. 1, p. 55, § 185); 1813 graph. (Gattel, Dict. ds Quem. Fichier). Dér. du rad. du lat. cuneus « coin »; élément suff. -forme*. Fréq. abs. littér. : 67. Bbg. Quem. 2es. t. 3 1972.

Wiktionnaire

Adjectif

cunéiforme \ky.ne.i.fɔʁm\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a la forme d’un coin.
    • Cet entre-noeud à section transversale cunéiforme porte, à son extrémité, trois petites feuilles qui sous-tendent l'inflorescence formée d’épis lâches et brun violacé, avec 3 à 8 épillets.— (I. Okezie Akobundu, ‎C. W. Agyakwa, Guide des adventices d’Afrique de l’ouest, 1989, page 424)
    • CUNÉIFORME, adj., cuneiformis ; keilförmig (all.) (cuneus, coin, forma, forme). Se dit, en minéralogie, d’un octaèdre, quand il a subi un allongement dans le sens de deux faces parallèles, d’où il résulta que les autres ne sont plus des triangles, mais des trapèzes, comme les deux côtés d’un coin ; en botanique, d’un filet d’étamine (ex. Thalictrum petaloïdeum), ou d’une feuille (ex. Verbena cuneiformis), qui a la forme d’un coin ; en zoologie, d’une coquille, qui a la même forme (ex. Gastrochaena cuneiformis). — (Antoine-Jacques-Louis Jourdan, Dictionnaire des termes usités dans les sciences naturelles, Société belge de librairie, Bruxelles, 1837, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée)
    • Os cunéiforme. (Anatomie)
    • L’homme et le chien ont 3 os cunéiformes, le cheval et les ruminants n’en ont que deux, le grand cunéiforme et le petit cunéiforme.
    • Feuilles, pétales cunéiformes : (Botanique) Parties qui vont en s’élargissant de la base au sommet.
    • Coquille cunéiforme. (Malacologie)
  2. (Antiquité) Qualifie les écritures, en forme de coin, employées anciennement par les Chaldéens, les Assyriens, les Sumériens, les Babyloniens et les Perses.
    • L'auteur de cette Notice a imaginé un système qui a simplifié cette opération de telle sorte, qu'avec quatre-vingts poinçons, représentant tous les éléments de groupes, et combinés de manière que toutes les parties se parangonnent et se juxtaposent dans tous les sens, on peut reproduire exactement toutes les inscriptions cunéiformes assyriennes. — (François-Antoine Duprat, Précis historique sur l'Imprimerie nationale et ses types, Paris : Librairie orientale de Benjamin Duprat, 1848, page 46)
    • L’écriture cunéiforme hittite, une langue indo-européenne, fut déchiffrée en 1915 par Bartel Hrozny à partir des très nombreuses tablettes découvertes par Hugo Winkler […]. — (François Djindjian, Manuel d'archéologie : Méthodes, objets et concepts, Armand Colin (collection U), 2011, §.8)
  3. (Minéralogie) Caractérise un octaèdre dont quatre faces sont des triangles et les quatre autres des trapèzes.
    • Les cristaux d’Anglesea présentent la forme d’un octaèdre cunéiforme (fig. 311). Ils sont composés des modifications a2 et e2 ; Haüy avait adopté cet octaèdre pour forme primitive ; il domine effectivement dans un grand nombre de cristaux, tandis que les faces M et P sont rares ou peu développées. — (Armand Dufrénoy, Traité de minéralogie, tome 3, Carillan-Goeury & Veuve Dalmont, Paris, 1847, p. 35)
    • Enfin on emploie très souvent l’expression d’octaèdre cunéiforme (fig. 28) (en forme de coin) pour désigner une modification de l’un des octaèdres précédents qui se produit lorsque le cristal s’allonge dans le sens de deux arêtes parallèles de la base ou de la coupe horizontale ; auquel cas cette base devient un rectangle lorsqu’elle est un carré, en même temps que l’angle-sommet de la pyramide se convertit en une arête parallèle à la base. Alors aussi deux des côtés de la pyramide deviennent des trapèzes inclinés entre eux comme les côtés d’un coin. L’or natif, le fer et le cuivre oxidulés, le soufre natif, se présentent souvent en octaèdres cunéiformes. — (« Histoire naturelle des drogues simples, ou Cours d’histoire naturelle médicale », professé par Nicolas Jean-Baptiste Gaston Guibourt, tome 1, J.-B. Baillière, Paris, 1849, 4e édition augmentée, p. 45)

Nom commun

cunéiforme \ky.ne.i.fɔʁm\ masculin

  1. (Antiquité) Système d’écriture, en forme de coin, employé anciennement par les Chaldéens, les Assyriens, les Sumériens, les Babyloniens et les Perses.
  2. (Anatomie) Nom de certains os du tarse (partie du pied).
    • L’homme et le chien ont 3 os cunéiformes, le cheval et les ruminants n’en ont que deux, le grand cunéiforme et le petit cunéiforme.
    • Le cunéiforme latéral du pied droit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CUNÉIFORME. adj. des deux genres
. Qui a la forme d'un coin. En termes d'Anatomie, Os cunéiforme. En termes de Botanique, Feuilles, pétales cunéiformes, Parties qui vont en s'élargissant de la base au sommet. Il se dit, en termes d'Antiquités, de Certaines écritures employées anciennement par les Chaldéens, les Assyriens et les Perses. L'écriture cunéiforme est formée de figures en fer de lance ou en clous diversement combinées. Caractères cunéiformes.

Littré (1872-1877)

CUNÉIFORME (ku-né-i-for-m') adj.
  • Qui est en forme de coin.

    Écriture cunéiforme, écriture des Assyriens, des Mèdes et des Perses, formée de figures en fer de lance ou en clous, diversement combinées. L'écriture cunéiforme des Perses est aujourd'hui déchiffrée et expliquée ; sur celle des Assyriens et des Mèdes, beaucoup plus difficile, on n'a encore que des essais ; cependant on lit les noms propres et certains autres mots, du moins dans le système assyrien.

    Terme de botanique. Feuilles, pétales cunéiformes.

    Terme d'anatomie. Les os cunéiformes, et, substantivement, les cunéiformes, nom de trois os de la seconde rangée du tarse. Le premier, le second, le troisième cunéiforme.

HISTORIQUE

XVIe s. L'os basilaire ou cuneïforme, Paré, III, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CUNÉIFORME, os du crâne, voyez Sphénoïde.

Cunéïformes, (Anatom.) os du tarse. C’est le nom qu’on donne aux trois derniers os du tarse, à cause de quelque ressemblance qu’ils ont avec des coins. Dans un fœtus de neuf mois, les trois os cunéiformes ne sont tous encore que des cartilages qui s’ossifient dans la suite : ils sont situés entre les trois premiers os du métatarse, le cuboïde & le scaphoïde : leur grosseur & leur grandeur n’est point la même dans tous les trois ; car le premier ou le plus intérieur est le plus grand ; le troisieme l’est plus que le second, & il a moins de volume que le premier.

Les Anatomistes considerent dans chacun de ces os cinq faces, de même que dans un coin ; leur situation est telle, que le second & le troisieme ont leur pointe tournée vers la plante du pié, tandis que le premier a la sienne tournée vers le dessus du pié. Ils sont joints par leur face antérieure aux trois premiers os du métatarse, & par la postérieure avec l’os scaphoïde. On observe que le troisieme est joint aussi par sa face externe au cuboïde.

L’articulation des trois cunéïformes avec l’os cuboïde, celle de ces quatre os avec les os du métatarse, & celle des os du métatarse entr’eux, ont un mouvement très-obscur. C’est au moyen de ces articulations que l’on peut courber ou voûter le pié selon sa longueur, & tant soit peu selon sa largeur : ce dernier mouvement est moins obscur vers les têtes des os du métatarse, que vers leur base, & vers les os du tarse qui sont dans le voisinage.

Ajoûtons un mot des ligamens qui attachent les trois cunéiformes au scaphoïde & au cuboïde. Ils sont joints ensemble dans leur partie supérieure & inférieure, par des plans ligamenteux particuliers qui vont plus ou moins transversalement d’un os à un autre, étant unis à une bande ligamenteuse commune qui les couvre tous, & qui s’étend même sur le cuboïde. Ils sont encore joints dans leur partie supérieure & inférieure, avec les quatre premiers os du métatarse par plusieurs ligamens ; mais ceux de la partie supérieure ne sont que des bandes ligamenteuses très-courtes, qui de la partie antérieure de ces os vont se rendre à la postérieure des quatre derniers du métatarse.

Il seroit inutile d’entrer dans de plus grands détails ; les figures même ne les rendroient pas sensibles. Pour comprendre l’arrangement de tous ces os en place, leurs articulations, les divers ligamens qui les attachent, il faut avoir devant les yeux un squelete frais préparé, & un démonstrateur pour guide. Cet art. est de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cunéiforme »

(Adjectif) (1559) Du latin cuneus (« coin ») et forma (« forme »).
(Nom) (1813)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. cuneus, coin, et forme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cunéiforme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cunéiforme kyneifɔrm

Évolution historique de l’usage du mot « cunéiforme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cunéiforme »

  • Après un BA en histoire (2010) et un MA en archéologie à Sapienza – Università di Roma (2012), Armando Bramanti a obtenu un doctorat en assyriologie en cotutelle entre Sapienza et Friedrich-Schiller-Universität Jena (2017). Après de nombreuses périodes de recherche pré- et postdoctorale en Italie, Allemagne, Espagne et aux Etats-Unis, il a travaillé à l’Université de Genève, grâce à une bourse d’excellence de la Confédération suisse (ESKAS), sur un projet de paléographie cunéiforme. Après un an de résidence de recherche à l’Istituto Svizzero (2019/2020), il travaillera comme chercheur postdoctoral en Espagne au CSIC – CCHS de Madrid. Ses recherches portent sur l’administration sumérienne, la paléographie cunéiforme et l’histoire quotidienne de la Mésopotamie et du Proche-Orient ancien. Arts et sciences en Italie, À chacun sa peste : épidémies et pestilences dans le Proche-Orient ancien – Arts et sciences en Italie
  • Une des conditions essentielles pour la création de fictions, c’est d’abord la tradition orale c’est à dire le langage. Mais pour que cette tradition devienne vraiment pérenne, elle doit être écrite. L’invention de l’écriture a largement contribué à l’essor et à la suprématie des grandes civilisations. Il est intéressant de constater, en visitant les huit salles du musée de Figeac, que les principales formes d’écriture connues sont apparues spontanément et presque simultanément à différents points du globe : le cunéiforme sumérien vers 3300 avant notre ère, les hiéroglyphes égyptiens autour de 3200, les idéogrammes chinois vers 1700. Seules les caractères méso-américains qui n’ont pas encore été totalement décryptés sont postérieurs à l’an zéro. Toutes ces écritures marquent sans doute une étape obligée dans l’itinéraire hégémoniste de Sapiens dont on se demande, à l’instar de Stanley Kubrick, si la suivante ne serait pas l’odyssée de l’espace. , Lot. Le Musée Champollion - Les Écritures du Monde, de Figeac, a rouvert ses portes : une pure merveille | Actu Lot
  • Quelle guerre ? Si le Vietnam, la guerre de Sécession ou même la Première Guerre mondiale vous venaient à l'esprit… vous auriez tout faux : les symptômes de ces soldats n'ont pas été couchés sur le papier mais gravés en cunéiforme sur des tablettes il y a plus de 3 000 ans, en Mésopotamie. National Geographic, Trouble de stress post-traumatique, un long chemin pour la reconnaissance | National Geographic
  • Photographie non datée fournie par le British Museum à Londres le 30 août 2019 montrant des tablettes cunéiformes mésopotamiennes saisies à l'aéroport d'Heathrow en 2011 LExpress.fr, Le British Museum rend à l'Irak des tablettes cunéiformes probablement pillées - L'Express
  • La documentation cunéiforme exhumée sur les sites fouillés en Irak, Syrie, Iran et Turquie fait état d’une grande variété de maladies. Les textes médicaux proposent toutes sortes de traitements et de rituels pour soigner les malades, et mentionnent une pharmacopée très développée pour des maladies dont nous ne connaissons que le nom akkadien [1]. Pourlascience.fr, Maîtriser les épidémies dans l’antiquité au Proche-Orient | Pour la Science
  • Alors que les vestiges du Proche-Orient antique sont pillés et détruits, des assyriologues bâtissent depuis des années une gigantesque bibliothèque numérique de textes cunéiformes. Pourlascience.fr, Une bibliothèque numérique des textes cunéiformes | Pour la Science
  • Petit à petit, les pictogrammes vont laisser place à des symboles représentant des sons puis à une écriture dite cunéiforme – comprenez « en forme de coins » – qui permet réellement à l’écrit de raconter des histoires. Futura, L'invention de l'écriture en Mésopotamie
  • Pour son quatrième numéro, la collection « Histoire & Civilisations » nous mène au pays de Sumer, dans le sud de l’Irak actuel, où a notamment été inventée une écriture cunéiforme, vers 3200 av. J.-C., et dont les peuples ont modelé les cultures du Moyen-Orient et de l’Occident. Le Monde.fr, La Mésopotamie, un héritage universel
  • Figurines en argile, pots en forme d'animaux et près de 190 tablettes d'argile recouvertes d'une écriture cunéiforme avaient alors été trouvés, soigneusement emballés dans deux conteneurs en provenance de Bahreïn et à destination d'une adresse privée au Royaume-Uni. Le Journal Des Arts, Royaume-Uni : un trafic de fausses antiquités mésopotamiennes mis au jour - 7 mai 2020 - lejournaldesarts.fr
  • Le support qui fut choisi dès l’origine est l’argile. C’est ce qui explique le nom même de l’écriture cunéiforme, en raison de l’apparence des signes, résultant de la combinaison de coins (ou clous) formés par l’impression d’un calame en roseau à la surface d’une tablette d’argile. France Culture, La formation des scribes et le problème de la littéracie - Ép. 9/10 - La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne

Images d'illustration du mot « cunéiforme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cunéiforme »

Langue Traduction
Anglais cuneiform
Espagnol cuneiforme
Italien cuneiforme
Allemand keilschrift
Chinois 楔形文字
Arabe المسمارية
Portugais cuneiforme
Russe клинопись
Japonais 楔形文字
Basque kuneiformea
Corse cuneiforme
Source : Google Translate API

Cunéiforme

Retour au sommaire ➦

Partager