La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « culture du viol »

Culture du viol

Définitions de « culture du viol »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

culture du viol \kyl.tyʁ dy vjɔl\ féminin

  1. (Sociologie) Ensemble de comportements et d’attitudes partagés au sein d’une société donnée qui minimisent, normalisent voire encouragent le viol.
    • La culture du viol change selon les pays, mais elle a bien sûr un socle commun : le fait de mettre en doute la parole des victimes, de les rendre responsables, de minimiser leur agression. — (Valérie Rey-Robert, Culture du viol : “Les hommes doivent apprendre à supporter que les femmes leur disent ‘non’” sur Marieclaire.fr, 19 juin 2019)
    • Ce procès et son verdict sont devenus emblématiques de la culture du viol, ce système qui blâme les victimes de violences sexuelles plutôt que leurs auteurs. — (Mymy, La victime du violeur Brock Turner raconte son histoire sur Madmoizelle.com, 5 septembre 2019)
    • La réponse est que les jeunes sont aujourd’hui abreuvés non seulement d’une culture de la violence, mais aussi d’une culture du viol, car c’est bien cela qu’est la pornographie. — (Laurent Guyénot, Le livre noir de l’industrie rose, chapitre III, Éditions Imago, 2000)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « culture du viol »

(1970) Composé de culture et de viol, traduction du concept anglophone rape culture de même sens. Concept né dans les milieux féministes[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « culture du viol »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
culture du viol kyltyr dy vjɔl

Évolution historique de l’usage du mot « culture du viol »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « culture du viol »

  • Parce que le cinéma est fait par des hommes, pour des hommes, validés par des hommes. Bien sûr, il y a des évolutions mais cela reste le cas et cela me met encore très en colère. Voir les codes virilistes en permanence valorisés, la culture du viol en permanence valorisée, si on y réfléchit, c'est insupportable. Le cinéma valide et transmet tous les codes du patriarcat. Or les viols et les féminicides en sont les conséquences directes parce que c'est ce qui arrive en bout de spectre. Avant le viol, il y a tout ce qui annihile les femmes dans la vie et la société, ces petites réflexions quotidiennes, le fait que vous soyez payée 25 % de moins, qu'on vous dévalorise en permanence, qu'on considère qu'être agressée, c'est valorisant, etc. C'est juste des petites choses, mais qui répétées toute votre vie font qu'on vous rappelle bien qu'il faut rester à votre place, c'est-à-dire à une place de joli objet et... de proie. France Culture, Viol : savez-vous vraiment ce que c'est ?
  • Annabelle Locks, membre du collectif féministe était l’invitée du 12h30 sur BX1+ ce lundi. Elle est venue présenter une chanson qui a vu le jour à la suite de l’agression d’une femme à Liège. Ce geste artistique a pour but de faire face au silence qui entoure les violences sexuelles et la culture du viol. Pour l’invitée, les membres du collectif, on fait leur travail, à leur échelle, maintenant, c’est au tour de la justice et des politiques de faire le leur. BX1, "Tu n'es pas seule" : un clip pour dénoncer les violences sexuelles et la culture du viol - BX1
  • Des milliers de femmes ont manifesté vendredi 28 janvier dans le centre de Montevideo contre les violences sexuelles, dénonçant la «culture du viol» en Uruguay, après qu'une femme de 30 ans eut été victime d'un viol collectif. Aux cris de «Non, c'est non», «Ce n'est pas une présomption, c'est un viol» ou encore «Qu'il brûle», des manifestations étaient organisées par des collectifs féministes à travers tout le pays, avec un grand défilé dans la capitale, après plusieurs cas d'agressions sexuelles révélés ces derniers jours. LEFIGARO, Des milliers de femmes manifestent contre la «culture du viol» en Uruguay
  • Valérie Rey Robert: La culture du viol, c’est un concept sociologique qui inclut l’ensemble des idées reçues sur les violeurs, les victimes de viol et les violences sexuelles elles-mêmes, et qui participent à la déculpabilisation des violeurs et à l’invisibilisation du sujet. Ce sont, par exemple, les réflexions spontanées du type: «Oui elle s’est fait violer, mais ne l’avait-elle pas un peu cherché?» Le viol reste un des seuls crimes de haine – avec certains crimes racistes – que la société dans son ensemble a tendance à «justifier» par l’attitude de la victime.  TV5MONDE, "Culture du viol" : appel à la mobilisation nationale contre les violences sexuelles en Suisse
  • Les néologismes sont utiles pour définir de nouvelles réalités lorsqu’il en paraît ; ils sont néfastes dès lors que des groupes militants cherchent à les imposer pour redéfinir la réalité d’une manière idéologiquement orientée, autrement dit pour la déformer. L’expression « culture du viol » relève de cette seconde catégorie : elle suggère que, dans les sociétés occidentales actuelles, le viol est toléré, banalisé, excusé, justifié, voire encouragé par tout un ensemble de dispositifs culturels (discours ambiants, jugements sociaux, œuvres cinématographiques, etc.). Or, c’est tout simplement faux. Le Devoir, Une «culture du viol» très anachronique | Le Devoir

Images d'illustration du mot « culture du viol »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Culture du viol

Retour au sommaire ➦

Partager