La langue française

Cotonnade

Sommaire

Définitions du mot cotonnade

Trésor de la Langue Française informatisé

COTONNADE, subst. fém.

Étoffe de coton, pur ou mélangé, à dessins (carreaux ou raies), tissé. Vêtue d'une simple petite chemise en gaze couleur brun de Madère et de larges pantalons en cotonnade blanche à raies roses (Du Camp, Nil,1854, p. 115).
Prononc. et Orth. : [kɔtɔnad]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1. 1615 « mèche de coton pour étancher les plaies » (L. Guyon, Miroir de la beauté, II, 289 ds R. Hist. litt. Fr. t. 8, p. 496), attest. isolée; 2. 1771 « étoffe de coton » (J.-J. Schmidlin, Catholicon ds Z. fr. Spr. Lit. t. 23, p. 22). Dér. de coton*; suff. -ade*. L'ital. cotonato, attesté au sens de « étoffe de coton » ca 1565 ds Batt. t. 3 1964, ne semble pas connaître le sens 1. Fréq. abs. littér. : 108. Bbg. Darm. 1877, p. 81. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois 1905, t. 36, p. 385. − Sain. Lang. par. 1920, p. 104.

cotonnade « toute étoffe fabriquée avec du coton »

Wiktionnaire

Nom commun

cotonnade \kɔ.tɔ.nad\ féminin

  1. (Textile) Étoffe de coton.
    • Il y avait des baraques de toile où l’on vendait des cotonnades, des couvertures et des bas de laine. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • L'habitué du Moulin-Rouge ou du Casino de Paris n'aime que l'élégance de la cuisse, et il distingue assez mal le linon de la cotonnade: Plus il y a de linge, plus il est content. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Deux ou trois pans de cotonnades rouges, disposées avec goût, sollicitaient l'admiration des invités. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • […], Mme Hyde braqua sur eux le volumineux parapluie qu'elle tenait à la main et l'ouvrit subitement; tandis que la surprise clouait sur place les deux hommes, occupés à se dépêtrer de l'énorme dôme de cotonnade bombée, Hyde, à l'abri de ce bouclier improvisé, battait en retraite, […]. — (G. Lenotre, Femmes, amours évanouies: ouvrage orné de quatre héliogravures, Éditions Bernard Grasset, 1933, p. 133)
    • […] tout vêtu de blanc de la tête aux pieds et d'un blanc qui n'était pas celui de la vulgaire cotonnade que portent les peintres en bâtiments ou les plâtriers : son pantalon était de la flanelle la plus souple et le veston de l’alpaga de soie le plus subtil. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, pages 416-417)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COTONNADE. n. f.
Toute espèce d'étoffe faite de coton. Une pièce de cotonnade.

Littré (1872-1877)

COTONNADE (ko-to-na-d') s. f.
  • Toute sorte d'étoffes de coton. Une pièce de cotonnade.

    Dans un sens plus restreint, étoffe de coton de couleur ordinairement à carreaux ou à raies, dont le dessin est tissé et non imprimé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « cotonnade »

(Siècle à préciser) Dérivé de coton avec le suffixe -ade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Coton.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cotonnade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cotonnade kɔtɔnad

Évolution historique de l’usage du mot « cotonnade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cotonnade »

  • Esterel. BB a toujours été nature. Pas question pour son mariage (avec Jacques Charrier) de s'habiller « couture », elle préféra choisir cette cotonnade qui ne servait plus guère qu'à tailler serviettes, torchons et tabliers. Un jour de juin 1959 à Saint-Tropez suffit pourtant à l'«upgrader», comme on ne disait pas encore. La mariée était en rose. Le lendemain, sa robe faisait la couverture de Elle et le magazine d'Hélène Lazareff en diffusait le patron : « 4,35 mètres de vichy rose bambin en 90 de large, 2,75 mètres de broderie anglaise. » Les lectrices se sont précipitées sur leur papier de soie ou chez leurs couturières. En pantalons, en chemises, en robes, en ballerines, le vichy dit Je suis partout : « Avec Bardot, le vichy s'impose comme un manifeste. La simplicité devient un style », explique l'historien Farid Chenoune dans un excellent documentaire. D'ailleurs, les magasins Tati en firent leur emblème, il fut la vedette de la collection « Barbès » de Jean-Paul Gaultier en 1984. Puis le vichy fit pschitt, tapissa les boîtes de camembert, n'habillant plus que les saucissons. Le voilà aujourd'hui redevenu fashion, sa vraie nature depuis que l'impératrice Eugénie tomba amoureuse de cette étoffe découverte dans une filature de l'Allier. Souvenez-vous aussi de Judy Garland dans Le Magicien d'Oz. Comment un tel tissu aurait-il pu rester sur le carreau ? Les Echos, La chronique de Sabine Delanglade : le vichy | Les Echos
  • Nichée au 6 Rond-Point des Champs-Elysées, la marque connaît d’emblée le succès avec une première collection baptisée “Ma Griffe”, dont les robes d’été en cotonnade rayée séduisent rédactrices de mode et célébrités. Michèle Morgan, Edith Piaf ou encore Anne-Aymone Giscard d’Estaing feront partie de ses premières clientes mais aussi de ses plus fidèles. Marie Claire, Tout savoir sur l'histoire de Carven - Marie Claire
  • Aux délicieuses couleurs et rayures s’ajoute la vision de cette cotonnade, presque glacée par la vapeur. Toute la délicatesse du monde se retrouve dans ce col bien plié, ce bord net, cet ourlet tendu. Une apothéose de savoir-vivre. La chemise par ce repassage devient raffinée, courtoise et drape avec une préciosité sans égale. Les hommes aiment rarement repasser. Les femmes presque autant, mais elles se sentent investies de cette mission. Pour passer cette épreuve, il faut y voir non une tâche rébarbative, mais l’expression d’une dignité. Rendre les choses belles et distinguées est un des chemins du bonheur. Le Figaro.fr, Dépassé le fer à repasser?

Images d'illustration du mot « cotonnade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « cotonnade »

Traductions du mot « cotonnade »

Langue Traduction
Anglais cotton fabric
Espagnol tela de algodón
Italien tessuto di cotone
Allemand baumwollfabrik
Chinois 棉织物
Arabe نسيج قطني
Portugais fábrica de algodão
Russe хлопковая фабрика
Japonais 綿織物
Basque kotoizko ehuna
Corse tela di cuttuni
Source : Google Translate API

Synonymes de « cotonnade »

Source : synonymes de cotonnade sur lebonsynonyme.fr
Partager