La langue française

Corybante

Définitions du mot « corybante »

Trésor de la Langue Française informatisé

CORYBANTE, subst. masc.

Le plus souvent au plur. Prêtres de la mère des Dieux, Cybèle, qui dansaient armés, aux sons des flûtes, des tambours, des trompes et des boucliers frappés par les lances, Les bruyants corybantes; les corybantes phrygiens :
Ces derviches représentent la tradition non interrompue des cabires, des dactyles et des corybantes, qui ont dansé et hurlé durant tant de siècles sur ce même rivage. Nerval, Voyage en Orient,t. 3, 1851, p. 99.
P. compar. et p. métaph. (littér.). Tous les démantibulés corybantes de l'art moderne (Bloy, Désesp.,1886, p. 114).
Rem. 1. Certains écrivains emploient aussi le mot corybante au fém. La corybante qui danse (Barrès, Cahiers, t. 5, 1906-07, p. 81). On aperçoit la corybante qui s'apprête à trépigner (Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 188). 2. La docum. atteste corybantique, adj. Qui possède les caractéristiques des danses des corybantes. Frénésie corybantique. Il s'y mêla peut-être aussi [à cette renaissance du prophétisme en Phrygie] un élément orgiastique et corybantique, propre au pays (Renan, Hist. orig. Christianisme, Marc-Aurèle, 1881, pp. 211-212). 3. On rencontre aussi corybantisme (ou corybantiasme), subst. masc. Délire et transport accompagnant les danses des corybantes. P. anal. Les accès de corybantisme sacré auxquels Saül était sujet (Id., Hist. peuple Israël, t. 1, 1887, p. 401).
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀibɑ ̃:t]. Ds Ac. 1762-1878. On rencontre ds la docum. la graph. corybanthe (cf. Laforgue, Complaintes, 1885, p. 133). Étymol. et Hist. Ca 1375 [éd. 1531] corybans plur. (R. de Presles, Cité de Dieu, VII ds R. Hist. litt. Fr. t. 8, p. 495) − 1605 corybants plur. (Ph. de Marnix ds Hug.); 2emoitié du xves. [éd. 1540] coribantes plur. (O. de Saint-Gelais, Enéide, 22 rods R. Hist. litt. Fr., loc. cit.), graphie isolée; 1512 corybantes plur. (J. Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, 208, ibid.). Empr. au gr. κ ο ρ υ ́ ϐ α ν τ ε ς, lat. corybantes. Fréq. abs. littér. : 17.

Wiktionnaire

Nom commun

corybante \kɔ.ʁi.bɑ̃t\ masculin

  1. (Antiquité) Prêtre de la déesse Cybèle.
    • La nuit tirait à sa fin ; sous les nuages dorés, la tribu, aussi heureuse que moi, s’offrait à l’averse vivifiante avec une sorte d’extase. On aurait dit des corybantes possédés par le dieu. — (Jorge Luis Borges, L’Immortel, 1947, traduit par Roger Caillois (1953 in Labyrinthes, 1966 in L’Aleph)
  2. (Figuré) (Par extension) Admirateur zélé qui ne contrôle pas ses manifestations d’enthousiasme.
    • Tous les démantibulés corybantes de l’art moderne, et tous les intègres épiciers d’un voltairianisme ennemi de l’art, ont, d’une commune voix, approuvé le cénobitisme des religieux de la Trappe et de la Chartreuse. — (Léon Bloy, Le Désespéré, chapitre 31, A. Soirat, 1886, page 136)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CORYBANTE (ko-ri-ban-t') s. m.
  • Terme d'antiquité grecque. Nom des prêtres de la déesse Cybèle, très fameux pour certaines dévotions violentes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CORYBANTE, s. m. (Myth.) nom des prêtres de Cybele, qui en dansant frappoient comme des furieux à coups redoublés leurs bruyantes cymbales ; ce qui fait dire à Horace, dans sa peinture de la colere :

Non acuta
Sic geminant Corybantes æra,
Tristes ut iræ.

Liv. I. ode xvj. v. 8.

Ces prêtres célebres dans la Mythologie & dans l’Histoire, ont été ainsi nommés, au rapport de Diodore de Sicile, liv. V. de Corybas fils de Jason & de cette déesse, lequel accompagné de Dardanus son oncle, porta dans la Phrygie le culte de la mere des dieux. Saisis d’une fureur prétendue sacrée, ils dansoient au son des cymbales qu’ils frappoient eux-mêmes en secoüant violemment la tête, & communiquoient leur fureur à ceux qui les regardoient. Catulle, dans son poëme intitulé Atys, en donne une belle description ; & Strabon, dans son X. livre, fait une digression curieuse sur ce sujet. Ainsi les Grecs employerent le mot de κορυβαντιᾶν, corybantiser, pour être transporté de fureur & de phrénésie. Les curieux peuvent encore consulter Noel Lecomte, Mythol. liv. IX. cap. vij. & Vossius, de idolol. l. II. cap. liij.

Ovide, Catulle, & Festus, ajoûtent que ces prêtres mêloient à leurs danses des cris & des hurlemens pour pleurer la mort d’Atys, dont ils souffroient volontairement le supplice, afin de satisfaire à la loi que Cybele leur avoit prescrite ; que par la même raison ils honoroient le pin près duquel Atys avoit été mutilé ; qu’ils couronnoient les branches de cet arbre, & en couvroient le tronc avec de la laine, parce que la déesse avoit ainsi couvert le corps de son amant, espérant par ce secours lui redonner la vie qu’il venoit de perdre.

Quoi qu’il en soit, les Corybantes après avoir long-tems demeuré en Phrygie sur le mont Ida, vinrent en Crete, & s’établirent sur une montagne à laquelle ils donnerent le nom de leur ancienne habitation. Ce fut là qu’ils prirent soin de l’enfance de Jupiter. Plusieurs auteurs prétendent que les Corybantes, les Cabires, les Curetes, les Idéens, & les Dactyles, n’étoient que la même sorte de prêtres ; & cette opinion paroîtra très-vraissemblable à ceux qui considéreront que Cybele portoit plusieurs noms, suivant les divers lieux de son culte, le plus ancien du paganisme.

Ce n’est pas même dans la Phrygie qu’il en faut chercher l’origine ; il passa premierement avec les autres cérémonies des Egyptiens dans la Syrie & la Phénicie, de-là dans la Phrygie qui est une partie de l’Asie mineure, ensuite dans la Grece, & enfin en Italie où fut établi le siége de son empire, au point qu’on lavoit dans le fleuve Almon le simulacre de Cybele, & que la folie licentieuse de ses fêtes régnoit encore singulierement du tems de l’empereur Commode, au rapport d’Hérodien Quantùm mutata ab illo est tempore Italia ! Ceci est un point de question, & non pas d’admiration. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « corybante »

Zend, gerevantô, montagnard ; sanscr. giri, montagne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin Corybantes (« prêtres de Cybèle »), Corybas (« fils de Cybèle »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « corybante »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
corybante kɔribɑ̃t

Évolution historique de l’usage du mot « corybante »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « corybante »

  • Conclusion : je ne suis pas, je le répète, un adorateur de Zida ni de personne. La preuve est que le Général n’a toujours pas écouté mon appel qui est, oui, un conseil en ce sens qu’il me semble qu’il a plus à gagner qu’à perdre en revenant faire la lumière sur toutes ces accusations qui sont des condamnations d’office sans être officielles. Même Blaise Compaoré y gagnerait aussi à répondre devant la Justice plutôt qu’à la fuir : je rappelais dans un article l’exemple du Béninois M.Kérékou, qui a certainement fait pire que le dernier et encore plus que Zida, mais qui a eu l’humilité d’aller vers son peuple qui lui en a pardonné pour lui permettre même de mourir en héros national ! Je ne suis pas le corybante (admirateur zélé) d’un soleil Zida, et me garde de toutes ablutions corybantiques devant quelque homme fort et devant quelque voisin opulent ... Le peuple burkinabè a aussi tout à gagner si Zida se présentait à la Justice : et si, je le clame, le Général Zida devait à lui seul payer pour tant d’injustices accumulées au pays des hommes dignes mais frustrés de justice, qu’il s’y présente et réponde. Ce serait encore patriotisme et grandeur, car ce n’est pas n’importe qui qui paye pour tous les autres. La victime sacrificielle est toujours différente des autres pour lesquels il paye, a toujours quelque chose de plus que les autres n’ont pas : un animal à une corne, tout noir ou tout blanc, un étranger qui forcément vient d’un autre pays ou d’une autre culture, un Christ rédempteur, un albinos (comme malheureusement encore dans l’Est de l’Afrique), etc... , D'une pierre quatre coups : Remarques sur un nouveau "RSP" anti-ZIDA nommé Koudraogo Ouédraogo - leFaso.net

Traductions du mot « corybante »

Langue Traduction
Anglais corybante
Espagnol corybante
Italien corybante
Allemand corybante
Chinois corybante
Arabe كوريبانت
Portugais coribante
Russe corybante
Japonais コリーバンテ
Basque corybante
Corse corybante
Source : Google Translate API

Synonymes de « corybante »

Source : synonymes de corybante sur lebonsynonyme.fr

Corybante

Retour au sommaire ➦

Partager