La langue française

Consilience

Sommaire

  • Définitions du mot consilience
  • Phonétique de « consilience »
  • Évolution historique de l’usage du mot « consilience »
  • Citations contenant le mot « consilience »
  • Traductions du mot « consilience »
  • Synonymes de « consilience »

Définitions du mot consilience

Wiktionnaire

Nom commun

consilience \Prononciation ?\ féminin

  1. (Philosophie) Établissement ou démonstration de la réalité par la convergence apparente de sources diverses.
    • La consilience signifie « unité de la connaissance », et reprend le terme employé par le philosophe anglais William Whewell en 1840 dans un ouvrage intitulé The Philosophy of the Inductive Sciences. Ce besoin de consilience se fait sentir en raison de deux siècles d’hyperspécialisation et de balkanisation du savoir mais, pour Wilson, la consilience est la quête réductionniste de l'ordre qui gouverne le cosmos. — (Yanni Gunnell, Écologie et société: Repères pour comprendre les questions d'environnement, Armand Colin, 2009, chap. 3, §. 2)
    • En épistémologie, la consilience exprime le fait que deux modes de pensée, et pour être plus précis, deux disciplines scientifiques connexes, mais indépendantes dans leurs sujets d'études et leurs méthodes, consolident un même modèle. — (Pascal Picq, Un paléoanthropologue dans l'entreprise: S'adapter et innover pour survivre, Éditions Eyrolles, 2011, p. 116)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « consilience »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
consilience kɔ̃siljɛ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « consilience »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « consilience »

  • La thèse que nous voudrions développer est que les SHS sont confrontées à un triple problème qui fait obstacle à leur consolidation scientifique (notamment mesurée à l’aune de la consilience) : risque normatif, monochromie éthique, et fragilité analytique. Telos, Triple embûche pour les sciences sociales - Telos
  •             Raconter des histoires, inventer des fictions, créer des intrigues, bref résider dans des mondes imaginaires sont autant de spécificités humaines sur lesquelles on s’interroge au moins depuis Aristote et Platon. Tout récemment ces questions sont envisagées dans le cadre de l’évolution. L’anthropologie, la sociologie et la psychologie se marient pour proposer une nouvelle épistémologie évolutionniste dans le sillage de ce que l’entomologiste et fondateur de la sociobiologie, Edward O. Wilson, appelle la « consilience ». C’est le titre de son ouvrage majeur (1998 – en français « l’unicité du savoir »). Il s’agit de montrer que la propension uniquement humaine à raconter et de consommer des histoires n’est pas le produit dérivé d’un cerveau hypertrophié, mais répond à des besoins neurocognitifs. En d’autres termes, les narrations, et par extension toutes les formes purement artistiques (non utilitaires) sont non seulement le résultat de notre évolution, mais elles sont tout simplement nécessaires à notre survie d’un point de vue adaptatif. Jean-Marie Schaeffer avait abordé ces questions dans Pourquoi la fiction ? (Seuil, 1999), mais le biologique ne faisait qu’y affleurer car il ne débordait pas du cadre de la littérature, mettant même à mal plusieurs notions couramment en circulation parmi les évolutionnistes, telles que celle des « mèmes », concept identifié par Richard Dawkins dans Le gène égoïste (1976 en traduction française). , Autour du darwinisme littéraire
  • Depuis toujours, Jan Fabre aime traverser les frontières des arts et des sciences, jeter des ponts entre les disciplines. Son théâtre, ses sculptures, ses dessins, ses films ne mélangent pas les genres, mais la juxtaposition de ces pratiques est pour lui cette « consilience », qui permet que chaque art puisse entrer en résonance avec l’autre. En s’appropriant ce terme, emprunté à Edward Osborne Wilson et ses travaux sur la biodiversité notamment sa théorie de la complémentarité des savoirs, Jan Fabre se positionne comme un « artiste de la consilience » et non comme un artiste hybride ou multimédia. Dans ces dialogues entre disciplines, l’artiste visualise les découvertes de la neurobiologie à travers ses oeuvres. Jan Fabre a notamment réalisé un film avec Giacomo Rizzolatti. L’artiste s’amuse une nouvelle fois à mêler l’art et la science, la réflexion profonde et un jeu de rôle déroutant. Jan Fabre est ici face au neurobiologiste italien, dont les recherches ont notamment abouti à la découverte des neurones miroirs expliquant le fonctionnement de l’empathie. Les deux hommes, vêtus de la même manière, discutent passionnément et s’amusent en illustrant et en expliquant les notions d’empathie, d’imitation et d’intelligence. « Mon dialogue avec Rizzolatti a, bien sûr, une part d’ironie. Nous pratiquons « la singerie ». J’aime la consilience entre art et science. L’art et la science ont ceci de commun que ce sont tous deux des sauts dans l’inconnu », précise Jan Fabre. , Les sculptures en marbre de Jan Fabre répondent à la (...) - Art Côte d'Azur

Traductions du mot « consilience »

Langue Traduction
Anglais consilience
Espagnol consiliencia
Italien consilience
Allemand konsilienz
Chinois 一致性
Arabe الضمير
Portugais consiliência
Russe совпадение
Japonais 良心
Basque eragotzirik
Corse cunsilenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « consilience »

Source : synonymes de consilience sur lebonsynonyme.fr
Partager