La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ciboire »

Ciboire

Variantes Singulier Pluriel
Masculin ciboire ciboires

Définitions de « ciboire »

Trésor de la Langue Française informatisé

CIBOIRE, subst. masc.

A.− ARCHÉOL. CHRÉT. Baldaquin à colonnes élevé au-dessus du maître-autel d'une basilique chrétienne :
1. L'Italie (...) montre (...) de remarquables ciboires de la période gothique, (...) [celui] de Sainte-Cécile au Transtevère (...) est entièrement construit au marbre blanc (...) il est placé au-dessus du martyrium. A. Lenoir, Archit. monastique,t. 2, 1856, pp. 256-257.
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. ciborium, subst. masc. (cf. A. Lenoir, Archit. monastique, t. 2, 1856, p. 257), qui désigne aussi par ext., hors du domaine relig. et rarement, le « couronnement d'un siège ». Cathèdre à ciborium (cf. J. Péladan, Le Vice suprême, 1884, p. 304).
B.− LITURG. Vase sacré en forme de calice couvert, fait de métal précieux, où sont déposées les hosties consacrées destinées à la communion des fidèles. Le saint ciboire (cf. absolutionnel et calice I B 1) :
2. Le vieux curé, tenant en main le ciboire d'argent doré, passait devant eux [les enfants], leur offrant, entre deux doigts, l'hostie sacrée, le corps du Christ, la rédemption du monde. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Maison Tellier, 1881, p. 1196.
Rem. La docum. atteste l'adj. masc. ciborial « du ciboire ». Les mystérieux éclats de l'or ciborial sous le cierge (Valéry, Correspondance [avec Gide], 1890, p. 41).
[Mis pour calice (cf. ce mot I B 1)] Rare. Ce prêtre rejetait la gorgée au ciboire (Hugo, La Légende des siècles, t. 6, La vision de Dante, 1883, p. 360).Cet autre boit le vin consacré du ciboire (Leconte de Lisle, Poèmes tragiques,Le Lévrier de Magnus, 1886, p. 131).
[Employé comme interj. (cf. Dieu!)] Rare :
3. ... J'en ai assez d'être guetté comme ça : quand tu serais mon père et ma mère, ciboire, ça ne serait pas pire (...) Je calcule quatre jours pour me guérir de ton violon, de tes histoires, de tes ronflottements quand tu dors... Genevoix, Match à Vancouver,Laframboise et Belle-humeur, 1942, p. 45.
P. ext., rare. Ce cœur de Marat eut pour ciboire une pyxide précieuse du garde-meuble (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 377).
P. métaph. Un grimpereau, cherchant à boire, Vit un arum, parmi le thym, Qui dans sa feuille, blanc ciboire, Cachait la perle du matin (Hugo, Les Chansons des rues et des bois,Ama, 1865, p. 216):
4. Vie, vérité, mensonge, amour, haine, fiel et vinaigre mêlés ensemble dans mon ciboire, oui, l'univers, c'était moi. Quinet, Ahasvérus,épilogue, 1833, p. 400.
Prononc. et Orth. : [sibwa:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 archit. civoire « toiture voûtée, voûte » (Eneas, 446 ds T.-L.); 1288 [date du ms. Bibl. nat. fr. 375 source de la var.] ciboire (H. de Paris, Alexandre, éd. H. Michelant, 334, 17, var.). seulement au Moyen Âge; 2. 1165-70 civoire « dais soutenu par des colonnes [ici surmontant un tombeau] » (B. de Ste-Maure, Troie, 16707 ds T.-L.), évincé par ciborium* dep. le xixes.; 3. 1382 cibore « vase sacré renfermant l'Eucharistie » (A.N. MM 31, fo88 vods Gdf. Compl.). Le lat. impérial ciborium empr. au gr. κ ι ϐ ω ́ ρ ι ο ν « fruit du nénuphar » et « coupe ayant la forme de ce fruit » désigne une coupe : 3 lui est empr.; 2 est empr. au lat. eccl. ciborium « dais surmontant l'autel d'une basilique ou la sépulture d'un saint », v. Cabrol, Leclerc, Dict. d'archéol. chrét. et de liturgie; 1 bien que plus anc., est une ext. de 2. Fréq. abs. littér. : 92.

Wiktionnaire

Interjection - français

ciboire \si.bwaʁ\

  1. (Québec) (Vulgaire) Juron manifestant la colère, la frustration ou l’indignation.
    • Et une fois de plus sa voix s’élevait en jurons et en plaintes : Je te dis que je t’aurai… ah ! Ciboire !. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine : récit du Canada français)
    • M’as passer mon check-up
      M’en vas faire mon ketchup
      On va voir c’qu’on va voir
      M’as m’forcer en ciboire.
      — (Richard Desjardins, chanson Le bon gars, album Tu m’aimes-tu?, 1990)

Nom commun - français

ciboire \si.bwaʁ\ masculin

  1. (Liturgie catholique) Coupe sacrée où l’on conserve les hosties pour la communion des fidèles.
    • À l’aide d’un de ces instruments, il ouvrit le tabernacle, en tirant d’abord le saint-ciboire, magnifique coupe de vieil argent, ciselée sous Henri II, puis un ostensoir massif. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • On aspergea d’eau bénite les draps du lit ; le prêtre retira du saint ciboire la blanche hostie ; et ce fut en défaillant d’une joie céleste qu’elle avança les lèvres pour accepter le corps du Sauveur qui se présentait. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary : mœurs de province)
    • Le vol des choses consacrées à Dieu était un sacrilège, parce que ce vol renfermait une profanation de choses saintes : tel était le vol des calices, ciboires, reliques, images et même des troncs d'église. — (Adolphe Chauveau & ‎Faustin Hélie, Théorie du Code pénal, Bruxelles : Imprimerie typographique belge, 1844, volume 3, page 40)
    • Imaginez qu’il a dû marquer des essais de cent mètres en serrant le ballon contre sa poitrine comme Tarcisius son ciboire. — (Antoine Blondin, Monsieur Jadis ou l'École du soir, 1970, réédition Folio, 1972, page 198)
  2. (Héraldique) Meuble représentant la coupe du même nom dans les armoiries. À rapprocher de calice, coupe et hanap.
    • D’azur, semé de croix recroisetées au pied fiché d’or, au ciboire de même, qui était anciennement du royaume de Galice français illustration « armoiries avec un ciboire »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIBOIRE. n. m.
T. de Liturgie. Vase sacré où l'on conserve les saintes hosties pour la communion des fidèles. Le saint ciboire. Donner la bénédiction avec le saint ciboire. Serrer le saint ciboire dans le tabernacle.

Littré (1872-1877)

CIBOIRE (si-boi-r') s. m.
  • 1Vase où l'on conserve les hosties consacrées pour la communion des fidèles. Le saint ciboire. Un beau ciboire.
  • 2Petit dais, espèce de baldaquin dont on couvrait autrefois les autels.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ly donne cil communion… Et puiz ly donne la sainte oille Qu'illec tenoit en sa chyboille, De Laborde, Émaux, p. 214. Li fiex au bon roi Charlemaine… Nous donna sainte Leochade ; Là fu grant tens en no chiboire Leis [près] saint Maart, leis saint Gregoire, Du Cange, ciborium.

XVe s. Le supliant print, dedens le ciboire, ung calixe avec lequel estoit enveloppée une petite boite dedens laquelle estoit le corps de nostre Seigneur, Du Cange, ib. Ung grand cyboire d'argent doré, sans pié, pour mettre deux corpus domini, garni de pierres autour et au dessus ung petit crucifix, De Laborde, Émaux, p. 214.

XVIe s. Deux cyboires : ung de cristal garny d'argent doré, de perles et roses de vermeilles, et l'autre de fonte bien doré, De Laborde, ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CIBOIRE, s. m. (Hist. ecclésiastiq. & prof.) vase sacré où l’on garde les hosties. C’est un vaisseau en forme de grand calice couvert, qui sert à conserver les hosties consacrées pour la communion des Chrétiens dans l’Église catholique.

On gardoit autrefois ce vase dans une colombe d’argent suspendue dans les baptisteres & sur les tombeaux des martyrs, ou sur les autels, comme le P. Mabillon l’a remarqué dans sa liturgie de l’église Gallicane ; le concile de Tours a ordonné de placer le ciboire sous la croix qui étoit au haut de l’autel.

Chez les anciens écrivains, selon le Dictionnaire de Trévoux, ce mot se disoit de toutes sortes de constructions faites en voûtes portées sur quatre piliers. Chez les auteurs ecclésiastiques, il désigne un petit dais élevé & suspendu sur quatre colonnes sur le maître autel. On en voit dans quelques églises à Paris & à Rome, ce qui prouve que c’est la même chose que baldaquin ; aussi les Italiens appellent-ils encore ciborio un tabernacle isolé.

Les connoisseurs ne peuvent supporter que sous une coupole comme celle du Val-de-Grace, par exemple, qui est d’une beauté supérieure, on voye au-dessus de l’autel une petite espece de ciboire qui est mal conçû, écrasé, enterré, recogné contre la muraille, & qui n’ajoûte rien à la splendeur de son dôme.

Le mot de ciboire vient originairement des Egyptiens. Ces peuples donnerent d’abord ce nom à une espece de feve de leur pays, faba Ægyptia, dont la gousse s’ouvroit par le haut quand le fruit étoit mûr. Ils ont ensuite transporté ce nom à cette gousse même qui leur servoit de coupe. Cette gousse est fort ouverte par le haut, & fort pointue par le bas. Les Grecs & les Romains appellerent ciboria, ciboires, toutes les coupes de quelque matiere qu’elles fussent, dans lesquelles on versoit des liquides, & en particulier le vin que l’on bûvoit dans les repas. Horace a employé ce terme dans ce dernier sens :

Oblivioso levia Massico
Ciboria exple.
Lib. II. ode vij.


« Vuidez les coupes de cet excellent vin de Massique ; il est souverain pour dissiper les soucis ».

Enfin l’église Romaine a retenu ce mot pour les vases où l’on met les hosties, & qui restent consacrés à l’usage de la communion. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ciboire »

Provenç. cibori ; ital. ciborio ; de ciborium, vase où l'on conserve les provisions, proprement gousse de fève.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin ciborium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ciboire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ciboire sibwar

Évolution historique de l’usage du mot « ciboire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ciboire »

  • Dieu n'est pas fait pour être mis dans le jeu des hommes comme un ciboire dans une poche de voleur. André Malraux, L'Espoir, Gallimard
  • Le ciboire  tient son nom de sa forme semblable à une fleur de nénuphar. Il sert à contenir les hosties à consacrer, pour la distribution de la communion et à conserver les hosties dans le Tabernacle. Il est fermé par un couvercle. La Croix Africa, [ Les mots de la foi]: Les vases sacrés: le calice, le ciboire et la patène - La Croix Africa
  • La police se pose des questions : qu'est-ce qui a motivé le voleur pour qu'il ne vole que deux ciboires, d'une valeur relative, et les hosties consacrées qu'ils contenaient ? France 3 Nouvelle-Aquitaine, Bergerac : le tabernacle de l'église Saint-Jean des Cordeliers profané, et les hosties volées
  • Alors qu’on n’a pas encore fini d’évoquer l’histoire de la mosquée profanée à Diamniadio, un autre lieu de culte a été saccagé. L’église de la paroisse Sainte-Germaine de Marsassoum dans le diocèse de Kolda (Sénégal) a été profanée ce 21 avril 2020 renseigne Igfm. Le tabernacle a été ouvert, le ciboire et la custode contenant des hosties ont été emportés par les malfaiteurs. Une enquête est ouverte pour en savoir un peu plus sur cette affaire qui fera forcément parler. Xibaaru, Kolda : Une église profanée...le ciboire et la custode emportés Xibaaru
  • Les faits ont été découverts jeudi matin par le prêtre. Des individus ont volé un ciboire et des hosties dans le tabernacle de l'église de Sorigny, en Indre-et-Loire. France Bleu, Indre-et-Loire : Un ciboire et des hosties volés dans une église à Sorigny
  • "L’inventaire qui sert aujourd’hui de référence est celui réalisé en 1892 par le chanoine Chartraire, qui récapitule la provenance de chaque objet présent. Le Trésor a connu les vicissitudes de la Révolution française. Grâce à l’action courageuse des Sénonais, dont l’orfèvre Thomas, des objets capitaux ont pu survivre, dont la sainte Coupe, ciboire du XXIIe siècle, inventoriée pour la première fois en 1446", indique Stéphane Barbillon. www.lyonne.fr, L’histoire agitée de la sainte Coupe, trésor de la cathédrale de Sens - Sens (89100)
  • Il faut se replonger en l’an de grâce 1532 aux alentours de Noël. Le temps est froid. La neige tombe en abondance. C’est le moment choisi par deux voleurs pour s’emparer du ciboire de l’église de la bourgade. La coupe contient des hosties consacrées, enveloppées de crêpe. Les malfrats ne veulent pas s’en encombrer et les jettent dans un buisson. , Marseille-en-Beauvaisis : le miracle de la chapelle des Saintes-Hosties | L'Observateur de Beauvais

Traductions du mot « ciboire »

Langue Traduction
Anglais ciborium
Espagnol copón
Italien ciborio
Portugais cibório
Source : Google Translate API

Synonymes de « ciboire »

Source : synonymes de ciboire sur lebonsynonyme.fr

Ciboire

Retour au sommaire ➦

Partager