La langue française

Chleuh

Définitions du mot « chleuh »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHLEU(H),(CHLEU, CHLEUH) adj.

A.− Propre aux populations berbères du Maroc occidental, à leur langue, à leur culture, à leur territoire. Les ânes chleuhs de l'Atlas (Morand, Air indien,1932, p. 114).
Emploi subst. Soldat des troupes territoriales de 1914-1918.
B.− Fam., péj. Allemand, allemande. Un avion chleuh. Pou chleu. Pou au dos marqué d'une « croix de fer ».
Pris subst. Allemand, notamment soldat allemand des troupes d'occupation :
« ... le nazisme je ne suis ni pour ni contre : avec les Chleuhs ça peut réussir, mais ça ne convient pas au tempérament français... » Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 274.
Prononc. et Orth. : [ʃlø]. La majorité des dict. écrit chleuh. Rob. Suppl. 1970 traite séparément chleuh (Berbères) et chleuh ou schleu (qui désigne les Allemands). Noter que Guérin 1892 écrit, s.v. chleuh : ,,Syn. de chellouh`` qu'il enregistre à côté de shellous ou chellaha. Étymol. et Hist. 1. 1866 Chellouh ling. et ethnol. (tribu du Maroc) (Lar. 19e); 1891 chleuh (Gde Encyclop.); 2. p. ext. a) 1914-18 chleuh « soldat des troupes territoriales » (arg. des soldats combattant au Maroc, Esn.); b) 1936 « frontalier parlant une langue autre que le français : comtois ou alsacien » (Esn., Dauzat ds Fr. mod., t. 16, p. 139); c) 1939 « personne allemande ou de langue allemande » (à Metz d'apr. Dauzat, loc. cit.); d) mai 1940 « militaire allemand » (Esn., Dauzat, loc. cit.). Empr. à l'ar. du Maroc : šelḥ, plur. šlöḥ, nom d'une tribu du Maroc, šölḥa, nom de leur lang. (Lang. Monde, p. 162). Mot introduit en France vers 1933 par des soldats ayant combattu au Maroc (pour les sens dér. sous 2, Dauzat, loc. cit.). Bbg. Dauzat (A.). Pognon : fillette; chleuh : surnom des Allemands. Fr. Mod. 1948, t. 16, p. 138.

Wiktionnaire

Nom commun

chleuh \ʃlø\ masculin (pour une femme on dit : chleuhe)

  1. Langue berbère parlée par les Chleuhs.
  2. (Injurieux) Militaire allemand.
    • Leurs premiers mots furent des moqueries à l'encontre du boche, du chleuh, du vert-de-gris, du doryphore. chacun y allant d'un sobriquet le plus méprisant possible pour qualifier l'allemand pincé par une étrille. — (Philippe Lhommet, Cauchois d'hier et d'autrefois, TheBookEdition, 2013, p.153)

Adjectif

chleuh \ʃlø\

  1. Relatif aux Chleuhs, à leur langue, à leur culture.
  2. (Péjoratif) Relatif aux Allemands.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « chleuh »

De Chleuh, un peuple amazighe du sud marocain.
Lors de la Première Guerre mondiale, le mot apparait avec le sens de « soldat des troupes territoriales » dans l’argot des soldats combattant au Maroc. (1936) Avec le sens de « frontalier parlant une langue autre que le français : comtois ou alsacien ». (1939) Le sens évolue vers « personne allemande ou de langue allemande » (à Metz d’après Dauzat) puis, vers mai 1940 « militaire allemand ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chleuh »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chleuh klœ

Évolution historique de l’usage du mot « chleuh »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chleuh »

  • Sur le plan politique, « l’affrontement » entre les deux communautés n’est apparu qu’au lendemain de l’indépendance. « Dès les premières années, les commerçants chleuhs de Casablanca se détachent du parti de l’Istiqlal, derrière lequel ils ressentent trop souvent la présence de leurs concurrents fassis », écrit Rémy Leveau dans son ouvrage de référence, Le Fellah marocain défenseur du trône. Dans les années 1960, les Soussis se rabattent ainsi sur l’Union nationale des forces populaires (UNFP), qui porte alors la revendication identitaire amazigh, encore à ses balbutiements. JeuneAfrique.com, Maroc : comment les Amazighs se sont imposés au sein de l’alliance gouvernementale – Jeune Afrique
  • Azu, izem, itri… "Vent", "lion", "étoile". Les archéologues ont daté les inscriptions les plus anciennes du tifinagh, l’alphabet berbère, du VIe siècle avant J.-C. Seuls les Touareg utilisent encore ce système d’écriture vieux de 2 500 ans. Les autres populations berbères transcrivent leur langue en caractères latins ou arabes. Communément appelé tamazight, le berbère appartient à la famille linguistique dite chamito-sémitique, avec l’ancien égyptien et l’hébreu. Après les conquêtes arabes qui ont débuté au VIIe siècle de notre ère, l’Afrique du Nord s’est lentement arabisée mais le berbère s’est maintenu dans des zones refuges, dans les campagnes, les montagnes et les oasis. Une quarantaine de dialectes dérivent du berbère ancien (le chleuh et le rifain au Maroc, le kabyle et le chaoui en Algérie…). Seuls le Maroc et l’Algérie ont reconnu au berbère le statut de langue officielle au même titre que l’arabe. Geo.fr, Touareg, Kabyles, Rifains... Qui sont les Berbères d'Algérie ? - Geo.fr
  • Vendredi dernier, au lieu d’être fier de notre petit Idder, auquel une chaîne danoise veut consacrer une émission en se déplaçant jusqu’au Maroc, certains internautes, pour le moins racistes, n’ayant pris en compte ni son jeune âge ni ses origines ont profité de ses efforts et de sa joie de parler avec le public pour critiquer… son accent chleuh ainsi que sa manière de parler, bref rien qui ne soit ni de près ni de loin en rapport avec la programmation informatique. Bladi.net, Rachid show : Le plus jeune développeur marocain insulté pour... son accent chleuh
  • Les chleuhs sont la 13OR-du-HipHop, Sony adresse un message à Nekfeu pour reprendre les Playstation qu'il a dérobé !
  • Etant en Allemagne pour quelques jours, je me suis demandé d’où pouvaient bien venir les surnoms boche et chleuh que beaucoup de français donnent à nos amis allemands. Culture générale, Origine des mots boche et chleuh - Culture générale
  • “Au collège, j'étais cheum mais déter' comme un chleuh,J'volais des PlayStation, j'les revendais, j'm'achetais des jeux.“ Mouv, PlayStation met à l'honneur le rap français pour ses 25 ans
  • Il fut élève du professeur Destaing de l’école des langues orientales de Paris de 1939 à 1942 pour les langues berbères chleuh, chaoui, tamacheq. Sa soif inextinguible des connaissances musicales des diverses régions d’Algérie l’amena jusqu’aux confins du Hoggar et l’inspira dans de nombreuses compositions tirées de thèmes touaregs, dans une série d’émissions musico-ethnologiques aux ELAK. En 1956, le musicologue universaliste est rentré au pays pour se consacrer, à Alger, aux émissions radiophoniques sur les musiques amazighe, arabe et occidentale. Iguerbouchen décède dans la plus grande indifférence le 21 août 1966 des suites d’un diabète. Il n’avait que 59 ans. La Dépêche de Kabylie, Il y a 112 ans naissait Iguerbouchen... - La Dépêche de Kabylie
  • « L’Afrique C Chic ». On ne pouvait pas s’y tromper, le nom de la dernière collection de Queen Création donne clairement le ton. Avec ses sacs à main, ceintures, lacets et autres pochettes, Malika Bahadi a voulu réaffirmer son ambition : offrir un accessoire féminin 100 % made in Africa, en particulier aux héritières de l’immigration. Teint mate, les yeux en amande, Malika – reine en arabe – a grandi à Dunkerque, vit à Paris ; mais pense à Tazarine, dans la région de Drâa-Tafilalet au Maroc, chaque jour. « C’est le village chleuh [berbère NDLR] de mes parents, dans le sud-est du Royaume, aux portes du Sahara. Beaucoup de choses m’inspirent là-bas, notamment certains tissus comme le ktib », détaille l’entrepreneuse de 35 ans. Les tissus sont justement au cœur de ses créations. « Un tissu, c’est une histoire à raconter. Sur le continent, il y a tout un art autour de lui. Chaque wax, chaque bazin, dit quelque chose. Je me procure de petits coupons de qualité un peu partout : Côte d’Ivoire, Tanzanie, Ghana, Sénégal, Mali… Car je veux que chaque sac soit unique. » Le Point, Artisanat : de Tazarine à Paris, les tissus africains sublimés - Le Point
  • «C'est très marocain, tout ça! J'ai grandi dans une famille où se rencontraient les générations, les styles musicaux, le passé et le présent. Ainsi, musiques modernes et traditionnelles ont toujours cohabité. Chez moi, la musique n'a pas de frontières géographiques ou temporelles. Plus précisément, je viens du Souss, une grande région située entre Agadir et Ouarzazate. On y parle le chleuh, un dialecte amazigh [berbère]. On y parle aussi darija, ce créole marocain qui intègre du berbère, du français, du portugais, de l'arabe. Le Maroc est à la croisée de plusieurs peuples et des voyageurs. Il n'y a pas si longtemps [les années 60-70], les hippies y ont ramené plein de musiques, les nôtres en ont subi les influences.» La Presse, Hindi Zahra: Amazigh 2.0
  • Plusieurs facteurs sociaux ont contribué à l’ouverture des parlers et à leurs contacts avec les autres. Le présent dictionnaire en tient largement compte et dépasse les limites du seul berbère du Maroc central en empruntant aux deux autres géolectes, le rifain et le chleuh. L'ACTU de l'Université de Franche-Comté, Présentation d'un dictionnaire raisonné berbère-français | L'ACTU de l'Université de Franche-Comté
  • Le rapport note que parmi les langues non territoriales parlées en France, les plus pratiquées sont les langues berbères (kabyle, chleuh, rifain, chaoui) avec un total de 1,5 à 2 millions en France. Vient ensuite l’arabe dialectal (270.000), l’arménien occidental (180.000), le romani, langue des Roms (200.000), le yiddish (100.000) ou le judéo-espagnol (quelques milliers). Algerie Focus, Le berbère : deuxième langue parlée en France :Algerie Focus
  • Du point de vue politique, les Kabyles montrent à chaque scrutin qu’ils ont des idées politiques constantes et différentes du reste de la population algérienne. Quand un mécontentement se manifeste dans la rue, il le fait à travers toute la kabylie. Pour tenter de résoudre des problèmes spécifiquement kabyles, des délégués venant de toute la Kabylie se réunissent ensemble, se reconnaissent, discutent et prennent des résolutions engageant la Kabylie et le peuple kabyle. Je ne vois pas ce qu’il y a de « national », ni même d’amazigh ou de berbère dans tout cela. la Kabylie, le peuple kabyle, c’est du concret, du palpable, du vivant, du solide, de la chair et du sang, de la colère et des larmes, de la souffrance et du cœur. L’amazighité, la berbérité, c’est du vent, du rêve, un non sens qui voudrait lier le kabyle au chleuh, le chawi au rifain, le mozabite au chenwi, et le tout disparaissant dans la même marmite. Kabyle.com, Les Kabyles noyés dans un terme générique, jusqu'à quand ? – Kabyle.com
  • Lire l’écrivain tunisien Mahmoud Messadi (1911- 2004) c’est repenser l’origine et l’histoire de la modernité romanesque dans le monde arabe, dans l’écriture en arabe. Aujourd’hui, en relisant les romans de Mahmoud Messadi : Açed (Le Barrage) écrit dans les années trente ou Mawlid al-Nisyane (La naissance de l’oubli) ou Haddatha Abou Hourayra (Ainsi parla Abou Hourayra) ou Ayyamou Imran (Les jours d’Imran), nous constatons que la modernité, si modernité existe, dans l’écriture romanesque arabe a été entreprise d’abord par les  intellectuels littéraires maghrébins. Ecrire un roman dans les années quarante, selon la vision de Mahmoud Messadi, était une grande résistance esthétique et philosophique et linguistique à l’encontre de l’hégémonie d’une écriture rhétorique égyptienne. Lire un autre Maghrébin, un certain Ali Douadji (1909-1949), auteur de Jaoulet Baina Hanet Al-Bahr Al-Abyadh Al-Motawasset (Promenades entre les bars de la Méditerranée) ou Sahirtou Minhou Al Layali (Autant il m'a éveillé des nuits), nous donne une certaine idée sur l’histoire des littérateurs maghrébins, les casseurs des tabous. Ali Douadji, ami de Abou El-Kacem Chebbi (1909-1943), était le Baudelaire maghrébin. Lire un autre écrivain et syndicaliste maghrébin, un certain Tahar Haddad (1899-1935) auteur d’un livre controversé intitulé Imaraatouna Bayna Achariati wa Al-Moujtamae (Notre femme entre la charia et la société), nous donne l’idée à quel point le travail intellectuel des Maghrébins était courageux et désobéissant. Lire Mohamed Choukri (1935-2003), ce nouvelliste et romancier chleuh, auteur de Al-Khoubz al-Hafi (Le pain nu) ou Leilat al-Akhtae (La nuit de l’erreur) ou Majnoun al-Ward (Le Fou des roses), nous montre la vérité historique suivante : la révolution esthétique dans le roman, après celle réalisée par Mahmoud Messadi dans les années quarante, fut, une fois encore, maghrébine. Mohamed Choukri, que j’ai eu le plaisir de connaître, fut un rebelle et un contestataire dans son mode de vie comme dans son style d’écriture. Lire Mohammed Arkoun (1928-2010), fils du Djurdjura, Taourirt Mimoun, c’est découvrir la profondeur de la rationalité contemporaine maghrébine qui, en réalité, n’est que la continuité historique de celle déclenchée par un autre maghrébin : Ibn Rochd, Averroès (1126-1198). Malheureusement, cette modernité, dans la littérature comme dans la philosophie ou dans l’islamologie, réalisée par les écrivains maghrébins, n’a pas pu survivre. A travers les années, cela dure depuis un siècle, cette modernité maghrébine a été frappée, en continuité,  par une forte pluie en forme d’écrits descriptifs et impalpables moyen-orientaux. Nos librairies, nos bibliothèques étaient noyées, elles le sont toujours, cela dure depuis quatre générations, dans un océan livresque superficiel produit par l’école littéraire égyptienne. L’intelligence maghrébine est formatée, déformée. La modernité avortée. Et le lectorat est égaré. L’histoire du savoir nous a appris la certitude épistémologique et littéraire suivante : c’est aux intellectuels persans d’antan que revient l’honneur d’avoir révolutionné plusieurs domaines de la culture et la langue arabes. Cette même histoire nous apprend aujourd’hui que c’est aux écrivains maghrébins que revient l’honneur d’ouvrir le texte littéraire et philosophique en arabe sur les chemins de la modernité et de la rationalité. http://www.liberte-algerie.com/, Les Maghrébins et la modernité avortée: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • Il s’agit de l’écrivain Mohamed Akounad. Fawzi At Hmed de la fondation Tiregwa a remis un chèque de 1000$ à Lahsene Oulhadj, un intellectuel amazigh chleuh vivant au Canada, lui-même auteur de plusieurs œuvres de qualité dont un volumineux dictionnaire Amazigh-Anglais édité récemment aux USA. Lahsene Oulhadj remettra à son tour le chèque à l’écrivain Mohammed Akounad, qui n’a pas pu se présenter au Canada pour recevoir lui-même le chèque. Le Matin d'Algérie, Mohamed Akounad, lauréat du prix Ali Azaykou | Culture
  • Ahwach est un fondement de l’identité culturelle des communautés chleuhes de la région Sud Est du Maroc. D’une tradition authentique, il est réduit aujourd’hui à une danse folklorique. Un résultat du processus d’aplatissement qui a déraciné Ahwach de son contexte original pour en faire un produit dans le marché touristique. Il n’a plus de valeur en lui sauf quand il répond à la dimension pittoresque revendiquée par les touristes. Cette exploitation abusive et irréfléchie fait de lui un spectacle artificiel. Par conséquent, elle dénature la culture locale et donne une image banale et surtout caricaturale de cet art traditionnel. Lequel art nous dévoile sa beauté au travers ses poèmes, ses danses et surtout le talent de celles et ceux qui l’exécutent en pleine liberté. Almaouja.com, Ahwach, patrimoine en danger
  • Fatima Maghnaoui comptait, mardi soir, dans le centre d’accueil Annajda à Rabat, trois femmes qui avaient préalablement composé le 0 8000 8888. « Des femmes appellent, mais aussi des hommes, pour leur sœur », révèle Hanane Nadir, chef de service aux affaires féminines du secrétariat d’Etat chargée de la famille. Les appels durent en moyenne 10 à 15 minutes. « Cette première semaine est une semaine pilote, nous avons depuis la date d’ouverture de la ligne verte jusqu’à ce mercredi matin comptabilisé 230 appels téléphoniques sérieux, mais nous avons aussi reçu 217 appels de plaisantin. C’est un satisfecit, car c’est plus que ce que nous imaginions », poursuit-elle. Hanane Nadir et Fatima Maghnaoui espèrent très rapidement recruter de nouvelles opératrices pour pouvoir fonctionner 24H/24H et 7 jours sur 7. Seule contrainte, le Maroc étant un Etat multilinguistique (arabe, chleuh), les prochaines opératrices devront être en partie berbérophones. Afrik.com, Maroc : le premier numéro vert dédié aux femmes battues
  • Pourtant, dans le même rapport, en annexe, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, dans un vaste tableau comparatif, estime à seulement 50 000 le nombre de locuteurs de l’arabe dialectal, qu’il soit marocain, algérien ou tunisien, et à 220 000 le nombre de locuteurs occasionnels supplémentaires. Selon ce même tableau établi sur la base de l’enquête Famille associée au recensement de 1999, réalisée par l’INSEE et conçue avec le concours de l’INED, 1,5 à 2 millions de personnes parlent une langue amazighe. 1 million d’Algériens parlent kabyle et 300 000 le chaoui. Du côté marocains 500 000 parlent chleuh et on dénombre 300 000 rifains. , France : 2 millions de personnes parlent amazigh, pas arabe
  • L’étau se resserre encore plus sur le sanhaja de srayr. Cette langue, qui endosse la paternité de plusieurs dialectes - Zenaga, chleuh et kabyle -, est toujours parlée dans le nord du Maroc, à l’ouest du Rif. De récentes recherches et d’autres toujours en cours en ont montré la vitalité, bien qu’elle soit classée «en situation critique» ; les locuteurs les plus jeunes sont les grands-parents et leurs ascendants, et ils ne parlent la langue que partiellement et peu fréquemment. , Le Maroc pourrait bientôt perdre huit dialectes selon l'UNESCO (Partie 1/2)
  • Cet ersatz de schpountz, de frisé, de fridolin, de fritz, de chleuh, de doryphore avec son air con et sa vue basse, est vraiment un pou laid. Liberté d'expression, France confinée : gare à l'effet cocotte-minute ! - Liberté d'expression
  • En 2016, le président Bouteflika inscrit enfin la langue berbère dans la Constitution. A l’oralité ancestrale s’adjoignent ainsi l’écrit, la parole, et plus encore l’expression. Des maisons de la culture berbère s’érigent, des livres sont traduits, la langue s’apprend, à haute voix, en Kabylie, mais aussi dans les Aurès, dans le Sud, l’Est et l’Ouest*. Pendant quasiment quatre décennies Idir n’avait pas chanté dans le pays. Comme le Kabyle est féru de symboles, c’est donc en janvier qu’il choisit de retrouver son pays, pour une tournée nationale qu’il commence à Alger, capitale d’où est partie la reconnaissance de la langue berbère et où le 12 janvier vient d’être consacré Nouvel An, jour férié et chômé – désormais revendiqué à grand bruit par le voisin chleuh, le berbère marocain. Le président Bouteflika a également demandé à ce qu’aucun effort ne soit ménagé pour la généralisation de l’enseignement et de l’usage du berbère et la création rapide d’une Académie algérienne de la langue amazighe. Certains affirment que ces gestes sont électoralistes alors même que rien n’assure que le président se représentera au prochain scrutin. Il semble plus probable que le pouvoir veuille rallier les Kabyles, dont une partie est séduite par le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (Mak) et un cousin plus récent, le Rassemblement pour la Kabylie (RPK). Ces mouvements politiques minoritaires, soutenus par des puissances et quelques « grandes voix » de l’étranger, ne sont pas sans rappeler leurs pendants indépendantistes kurdes ou ukrainien, desquels ils veulent s’inspirer. Par la voix de son ministre de la Jeunesse el Hadi Ould Ali, ancien directeur de la Maison de la culture de Tizi Ouzou, la capitale régionale, l’Etat a récemment appelé les Kabyles à se méfier des propagandes mensongères visant à leur faire croire qu’ils sont des laissés-pour-compte. En appuyant la reconnaissance du fait berbère, le régime, dont on dit qu’il est de moins en moins arabophile, ne veut donc pas seulement apporter la paix au pays, mais surtout le préserver de la guerre. , L'année berbère en Algérie
  • En Israël, « chleuh », le mot qui désigne au Maroc les Amazighs du sud, est utilisé en argot pour dire ‘primitif’ JeuneAfrique.com, Israël : les discriminations historiques à l’égard des juifs marocains mises à nue – Jeune Afrique
  • Il s’agit de la seconde langue amazighe (berbère) la plus parlée, après la tachelhit  (chleuh au sud du Maroc). Kabyle.com, Pour comprendre la Kabylie : repères – Kabyle.com
  • Depuis cent cinquante ans, une géographie militaire s'était imprimée dans la tête des Français : elle formait la ligne bleue des Vosges. Notre mythologie intime ne quittait pas le Rhin des yeux. Sans remonter jusqu'aux Huns, battus aux champs Catalauniques, nos aïeux savaient que la menace venait de l'Est : Sambre et Meuse, La Rothière, Verdun, les vents mauvais arrivaient toujours des plaines de l'Orient. Pour s'en prémunir, ils avaient dressé une dentelle de régiments destinés à arrêter l'ennemi, qu'il se nomme «le Prussien», «le boche», «le chleuh». Les garnisons s'étaient établies à Mourmelon, Commercy, Thionville, Dieuze. La présence des pantalons garance dans ces villes était aussi immuable que le melon à Cavaillon et les bêtises à Cambrai. Le Figaro.fr, La fin de la ligne bleue des Vosges
  • "Le défi aujourd'hui est de trouver un corpus unifié qui englobera les différents dialectes, kabyle, chaoui, mozabite, targui et chleuh, et cela relève du travail des linguistes et des académiciens, qui devront s'appuyer sur les travaux déjà fait dans ce domaine ainsi que sur les développements technologiques apparus, qui peuvent leur faciliter la tâche", a-t-il indiqué. , Tizi-Ouzou : le défi de la promotion de tamazight est "scientifique et académique"
  •     J’utilise le terme communauté avec beaucoup de vigilance pour désigner les Berbères de France. Je ne crois pas qu’ils existent des liens affectifs ou un sentiment d’appartenance commune entre tous les Berbères de France (Kabyles, Chleuhs ou Rifains). En revanche, l’appartenance régionale berbère, selon le dialecte parlé (kabyle, chleuh ou rifain) parait plus fort que l’appartenance à une identité berbère plus générale. Sans parler bien évidement des appartenances selon les pays d’origine. Ceci dit, les Berbères de France sont encore une identité en construction à l’aide des discours des mouvements de défense de la langue et de la culture berbère. Reste à s’interroger sur le nombre des Berbères en France. , L’amazighité des Marocains en France : Entre la gestion de la France et le traitement du Maroc
  • Des militants souverainistes kabyles sont tous les jours provoqués, intimidés, injuriés, calomniés, agressés et aussi arrêtés. Mis à part les sites souverainistes (talk et info, siwel, kabyle.com et quelques blogs kabyles), ni les moutonniers kabyles khawawist y compris les 3ar-tistes kabyles autoproclamés ne leur apporte soutien. Au contraire on ferme les yeux sur l’injustice qu’ils subissent autant qu’on les combat par la vile calomnie. La calomnie est le seul argument dont disposent ces moutons kabyles du hirak pour contredire la pensée souverainiste kabyle. L’opinion légitime de ces kabyles authentiques (droit à la différence naturel et à la souveraineté confisquée) est plus légitime et juste en ce qui concerne la cause amazigh que le port des symbole amazigh juste pour la mode et les gains pécuniaires. Qu’est-ce qu’être Amazigh si ce n’est être kabyle, mzab, targui, chleuh, nefoussins, etc?! Tamazight ne survivre à pas par le seul fait de brandir des symboles et de commercialiser son folklore. L’algerienité, la marocainité, la tunisienité, etc n’ont jamais été amazigh en dehors des rêves de berberophones soumis. Ces références sont même anti-amazigh. C’est la lâcheté et l’impuissance de ces peureux suivistes kabyles de bousculer l’ordre établi qui les contraints de se prostituer en “algérien” et privilégier cette référence au détriment de son “être kabyle”. Kabyle.com, Zedek Mouloud apporte son soutien aux détenus d'opinion – Kabyle.com
  • Avec d'autres étudiants comme Yacine Si Ahmed, Arezki Graïne, Ammar Zentar, ou encore Mohya, Ali Sayed avait travaillé dans les Aurès pour rassembler des "définitions et de nouveaux mots" dans la variante chaoui, pendant que d'autres condisciples travaillaient sur les variantes zénète, tamasheq ou chleuh (très répandu au Maroc), afin de les "expurger" des "emprunts" du Français et de l'Arabe". , "Amawal", un lexique collectif validé par la population amazighophone 
  • @NUMIDE: j allais te dire salam ,je vois qu il n etait pas d usage en ton temps,j ai pensé à AZUL, tu sais bien que AVE ne lui cedait aucune place, je ne trouve plus que le langage que tu preferes ,le plus ancien ,celui des GOYS ,pour te saluer. BOKER TOV Numide !! Tu sais numide ,je l ai souvent dit ,je ne cesserai de le repeter, je vomis les dirigeants arabes et tous ceux qui composent avec eux, en Amazigh,chleuh, durzi,rifi ,ou kbaili,toute cette racaille qui avilit et ridiculise nos peuples sans excption .l union du maghreb des peuples pour moi est necessaire pour notre survie tenant compte du reel plutot que de l imaginaire .Signe ZORO. …..Z… Algérie Patriotique, Le Marocain qui espionnait nos diplomates travaille pour le Mossad - Algérie Patriotique
  • • Pour tamazight, l’une des langues les plus anciennes du bassin méditerranéen, afin d’accélérer la convergence des parlers actuels (kabyle, chaoui, chleuh, rifain, mozabite, touarègue, etc). • Pour la dardja (arabe populaire, maghribi), qui est une synthèse de l’arabe et de l’amazigh, définir un statut au niveau de Tamazgha (rappelons que c’était l’une des revendications du Printemps berbère d’avril 1980 en Kabylie). La Règle du Jeu, Nafa Kireche, Les Kabyles, Bernard-Henri Lévy et la fachosphère - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts

Traductions du mot « chleuh »

Langue Traduction
Anglais fritz
Espagnol pierna alemana
Italien crucco
Portugais alemão
Source : Google Translate API

Synonymes de « chleuh »

Source : synonymes de chleuh sur lebonsynonyme.fr

Chleuh

Retour au sommaire ➦

Partager