La langue française

Chaude-pisse

Définitions du mot « chaude-pisse »

Wiktionnaire

Nom commun

chaude-pisse féminin

  1. (Vulgaire) Blennorragie ou gonorrhée, maladie sexuellement transmissible.
    • En 1903, dans un souci analogue, Paul Bru consacre son roman "L'Insexuée" aux conséquences de la blennorragie. La trame est simple: Raymond Morel, fils unique d'un grand fabricant de meubles, épouse Simone Laugier; Ils s'adorent mais le jeune homme avait contracté une chaude-pisse. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CHAUDE-PISSE (chô-de-pi-s') s. f.
  • Nom vulgaire et grossier de la blennorrhagie.

HISTORIQUE

XVIe s. Et par ce que un malheur ne vient jamais seul, lui print une pisse chaulde qui…, Rabelais, Pant. II, 33. La chaude pisse ou ardeur d'urine, Paré, XVI, 16. À d'aucuns, par un reliqua d'une chaude-pisse, se procrée des carnosités, Paré, XVI, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHAUDE-PISSE. - HIST. Ajoutez : XIIIe s. Si un chival eut beu de celle eave par aventure [une eau noire ou jaune ou vermeille], si averoit la chaude pisse, Bibl. des ch. 4e série, t. II, p. 373.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chaude-pisse »

Chaud, et pisse ; à cause que l'urine, en passant, excite de la douleur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De chaude et pisse à cause des brûlures ressenties lors de la miction par ceux qui sont atteints de cette maladie ainsi dénommée dès le XIIIe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chaude-pisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaude-pisse ʃodœpis

Évolution historique de l’usage du mot « chaude-pisse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaude-pisse »

  • La différence qu'il y a entre une chaude-pisse et une hirondelle, c'est qu'on ne peut pas attraper une hirondelle. De Frédéric Dard / Les mots en épingle
  • Elec­tro­nic Arts règlera sûre­ment le problème d’ici peu, mais les images de cette chaude-pisse de l’en­fer sont fantas­tiques. Ulyces, À cause d'un bug, les personnages des Sims 4 urinent du feu
  • La gonorrhée, aussi appelée blennorragie ou "chaude-pisse" désignent toutes les trois la même infection sexuellement transmissible, qui touche les organes génitaux, le rectum, mais aussi la gorge. Jusque là, il était établi qu'elle ne se transmettait que lors d'un rapport sexuel, mais de récentes recherches à ce sujet sont venues bousculer ces certitudes. aufeminin, Santé : la "chaude pisse" pourrait se transmettre par un simple baiser
  •  Selon les chiffres de l’Institut de veille sanitaire, les cas de Gonorrhée, plus connue sous le nom de "chaude-pisse" ont augmenté de 100% chez les hommes homosexuels ou bisexuels, de 32% chez les femmes hétérosexuelles et de 8% chez les hommes hétérosexuels entre 2013 et 2015 en France. LCI, La "chaude-pisse" en pleine explosion en France, un spécialiste interpelle les pouvoirs publics | LCI
  • Des mots pour les mauxLa gonorrhée, communément appelée « chaude-pisse », « chaude-lance », « blennorragie » ou « gonococcie », car il s’agit d’une infection à gonocoque, donne souvent des infections de l’urètre ou « urétrite ». www.pourquoidocteur.fr, Gonorrhée ou gonococcie : la blennorragie ne brûle pas toujours - Pourquoi Docteur
  • Vous la croyiez disparue? Non, la gonorrhée –autrefois appelée «chaude-pisse»– est une infection sexuellement transmissible (IST) qui continue à se propager, et de plus belle. Car certaines souches ne répondent plus aux antibiotiques. En Grande-Bretagne, les autorités sanitaires ont en effet annoncé qu’elles enquêtaient sur une épidémie de gonorrhée résistante à l’azithromycine, un antibiotique utilisé couramment dans le traitement de la maladie. Douze cas ont été identifiés à Leeds et quatre autres dans un rayon de 60 kilomètres. Faut-il s’en inquiéter? «En elle-même, l’annonce de cette épidémie n’est pas si grave, modère le professeur Jacques Schrenzel, bactériologue aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais dans un contexte où la bactérie responsable de la gonorrhée accroît sa résistance à plusieurs antibiotiques, nous sommes sur une mauvaise pente.» La gonorrhée, une maladie qui progresse en silence - Planete sante, La gonorrhée, une maladie qui progresse en silence - Planete sante
  • Les infections à gonocoques touchent les organes génito-urinaires, l’anus ou la gorge. Les principales victimes en sont des sujets jeunes, le plus souvent des hommes (environ 85 %). Elles provoquent des douleurs, particulièrement lors de la miction. D’où le surnom de la « chaude-pisse ». Destination Santé, Le retour en force de la chaude-pisse - - Destination Santé
  • SANTÉ - On l'appelait la chtouille, ou encore la chaude-pisse. Loin d'appartenir au passé, cette maladie touche 105 millions de personnes dans le monde et serait en passe de ne plus pouvoir être traitée. Le Huffington Post, MST: la gonorrhée, bactérie responsable de la "chaude-pisse" résiste à la plupart des traitements | Le Huffington Post LIFE
  • Dépêche estivale et urgente datée du 19 août en provenance de l’Institut national de veille sanitaire (InVS): les «infections à gonocoques» ne cessent de progresser en France. «Infections à gonocoques»? Parlons clair: il s’agit ici de «blennorragies», de «gonorrhées» ou –pour parler plus familièrement encore– de la célèbre «chaude-pisse» tenue pour une maladie quasi-professionnelle du temps du service militaire obligatoire. On peut le dire autrement: une infection des organes génito-urinaires due à un gonocoque, bactérie bien connu des services hospitaliers sous le nom de Neisseria gonorrhoeae. Dans tous les cas, une infection transmise via toutes les pratiques mettant en contact –de différentes manières– des muqueuses sexuelles avec d’autres (y compris la sodomie et la fellation). Slate.fr, La «chaude-pisse» de retour en France | Slate.fr
  • Mauvaise nouvelle, car si l’infection gagne du terrain, il en va tout autrement pour les médicaments utilisés pour la contrôler. La bactérie en cause est effectivement très habile à développer des mécanismes de résistance aux médicaments. On ne traite plus la gonorrhée, communément appelée «chaude-pisse», comme on pouvait le faire avec la pénicilline, dans les années 80. On la soigne désormais à l’aide d’antibiotiques de la famille des céphalosporines, dernière classe de médicaments encore disponible pour la traiter et très inquiétant, une nouvelle souche de la bactérie découverte au cours des dernières années résiste même à ces antibiotiques. Le Journal de Montréal, Chaude-pisse, sueurs froides... | Le Journal de Montréal
  • Dr Sylvie Dodin : La gonorrhée, communément appelée «chaude-pisse», urétrite ou blennorragie, est une Maladie sexuellement transmissible (MST), attribuable à la bactérie Neisseria gonorrhoeae. Elle est le plus souvent détectée chez les hommes que chez les femmes, peut-être parce que chez les hommes, elle entraîne des signes évidents, alors que chez plus de la moitié des femmes, cette infection n’entraîne aucun signe visible. Les hommes âgés de 21 à 30 ans et les jeunes femmes de 16 à 25 ans sont les plus touchés par le diagnostic de cette MST. Elle peut infecter le pénis, le vagin, l’urètre, le rectum, la gorge et parfois les yeux. Chez les femmes, le col de l’utérus peut également être endommagé. Editions Le Pays, GONORRHEE OU CHAUDE-PISSE : « Elle peut infecter le pénis comme le vagin », selon Dr Sylvie Dodin - Editions Le Pays
  • Les cas de gonorrhée ou blennorragie – communément appelés « chaude-pisse » ou « chtouille » – sont moins nombreux, mais leur progression de 91 % entre 2014 et 2016 est tout aussi alarmante. Ils concernent majoritairement (à 68 %) les HSH, mais les hétérosexuels, hommes et femmes de façon équivalente, sont également de plus en plus touchés. Ces infections s'accompagnent souvent de symptômes, notamment chez les hommes, et ne sont pas sans conséquence avec des complications articulaires, cardiaques ou ophtalmologiques possibles ou des séquelles génitales (plutôt chez les femmes). Cette augmentation est d'autant plus inquiétante que des résistances à tous les antibiotiques se développent. Le Point, Retour des infections sexuellement transmissibles : vers une épidémie de l'ampleur du sida  ? - Le Point
  • Le Royaume-Uni a une réputation sérieuse à tenir. On connaissait déjà les statistiques alarmantes de consommation d'alcool, mais récemment, le Royaume-Uni est devenu leader européen en termes de consommation de cocaïne, mais aussi d'infection par la gonorrhée, maladie également connue sous le nom de blennorragie ou de chaude-pisse. Konbini - All Pop Everything : #1 Media Pop Culture chez les Jeunes, En Europe, les Anglais sont les champions de la coke et de la chaude-pisse
  • Alors, pour éviter de rapporter des chlamydiæ ou une gonorrhée -la chaude-pisse- comme (mauvais) souvenir de vacances, il n’y a pas trente-six solutions. « Il faut se protéger, d’autant plus si l’on a une sexualité à risques, avec plusieurs partenaires, d’où l’importance d’utiliser un préservatif systématiquement », insiste le Dr Nicolas Dupin. Préservatif masculin, féminin, ou encore digue dentaire pour les cunnilingus et anulingus tiendront les IST à distance. , Chlamydia, herpès génital... Attention, l'été rime avec une hausse des MST
  • La gonorrhée est également connue sous le nom de blennorragie ou de "chaude-pisse". Cette infection touche aussi bien les hommes que les femmes et provient d’une bactérie, le gonocoque (Neisseria gonorrhoeae). Cette bactérie se fixe aux muqueuses des voies urinaires et des parties génitales. La contamination peut également se faire par le rectum (sexe anal) ou la gorge (sexe oral). , La gonorrhée ou chaude-pisse - Vivat.be
  • Outre le VIH, cette journée du 29 novembre est consacrée au dépistage des hépatites B et C, des infections sexuellement transmissibles (IST) comme la syphilis, la gonorrhée, plus communément appelée dit la « chaude-pisse », la chlamydiæ, en outre « responsable de l’infertilité chez la femme ». « Au niveau national, les chiffres pour le VIH et les hépatites sont plutôt stables. En revanche, il y a une hausse des cas de gonorrhée, syphilis et chlamydiæ  », note le Dr Démettre. Le médecin l’affirme : « On peut détecter des infections de tous ordres. Quand on est contaminé, c’est important de le savoir. On peut vivre en étant traité et on ne contamine plus. » , Edition Bar le Duc | VIH et hépatites : venez vous faire dépister
  • Chtouille, chaude-pisse, gonorrhée. Les termes sont nombreux pour désigner cette infection sexuellement transmissible. Connue depuis longtemps, la blennorragie n’en reste pas moins ignorée. Un rapport du Centre européen pour le contrôle et la prévention des maladies en atteste : le nombre de cas annuels est toujours plus élevé. Les résistances aux antibiotiques, elles, continuent de progresser, soulevant l’inquiétude des spécialistes. www.pourquoidocteur.fr, Gonorrhée : les cas ont doublé en Europe
  • Les facteurs de risque sont : avoir au moins deux partenaires dans l'année, un changement de partenaire récent, être soi ou ses partenaires diagnostiqués avec une autre IST (gonorrhée communément appelée "chaude-pisse", syphilis, VIH, Mycoplasma genitalium) et "après un viol". Europe 1, Le dépistage systématique de la Chlamydia recommandé pour les jeunes femmes
  • Pour le cas de la gonococcie familièrement appelée « chaude-pisse » par exemple, c'est une maladie très répandue qui touche les organes génitaux, le rectum et la gorge. Elle se transmet par rapport sexuel, et chez la femme enceinte infectée, de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement. On estime à 200 millions le nombre de personnes qui souffrent de cette infection par an dans le monde. , MST : les contaminations ne sont pas toujours le lot de l’infidélité | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Les chiffres d’infections à gonocoques (la «chaude-pisse») sont éloquents: «Entre 2013 et 2015, le nombre de gonococcies, a augmenté d’environ 100 % chez les HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, NDLR), de 32 % chez les femmes hétérosexuelles et de 8 % chez les hommes hétérosexuels», soulignent les auteurs du BEH. , Forte hausse des infections sexuellement transmissibles 
  • Parmi les trois maladies qui inquiètent l'OMS, seul la gonorrhée, plus connue sous le nom de "chaude-pisse", montre pour l'instant une résistance aux antibiotiques en France. Franceinfo, IST : la résistance aux antibiotiques inquiète
  • Enfin la gonorrhée, aussi appelée la chaude-pisse, peut aussi être infectée en même temps que la chlamydia. Les hommes sont aussi les plus concernés. Quant aux symptômes, ils apparaissent entre 2 à 7 jours après la contamination. Des brûlures urinaires, des écoulement jaunâtre et des douleurs en bas du ventre sont souvent observés.  Télésambre, Syphilis : 276% de hausse en 10 ans en Belgique ! - Télévision locale de Charleroi et sa région - Thuin - Chimay - Basse Sambre
  • Petite rectification la chaude-pisse ou la chtouille n'est pas la syphilis! C'est la Gonorrhée, et comme sont nom l'indique ça fait mal quand on pisse! C'est une infection purulente du canal par où passe l'urine, c'est une autre MST. La syphilis possède le petit surnom de "grande simulatrice", car les symptômes ressemblent à plein d'autres choses et on passe parfais à côté à cause de ça. Autre rectification : le chancre syphilitique (le premier), n'est pas purulent, il est juste rouge, non douloureux et passe souvent inaperçu, alors que justement il est très contagieux. Voila pour ceux qui se disent que s'il n'ont pas mal quand ils pissent, et qu'il n'ont pas de bouton purulent, ils n'ont pas la syphilis, LOUPE! C'est plus fourbe que ça, enfin du moins au début, si tu attends tu peux plus trop passer à côté.... leplus.nouvelobs.com, DESSINS. La syphilis : dans l'Angleterre du XIXe siècle, on la soignait avec une pucelle - le Plus
  • De moins de 1000 cas (988 précisément) en 2002 en Belgique, l'infection à Chlamydia est passée à plus de 6000 cas (6063 exactement) en 2015, ce qui en fait l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquemment diagnostiquée dans notre pays, le groupe d’âge le plus touché restant les jeunes femmes entre 15 et 29 ans et les jeunes hommes entre 20 et 34 ans. Et quand on sait que, non traitée, une infection à Chlamydia peut provoquer des problèmes de l’appa­reil reproducteur, pouvant aller jusqu’à la stérilité, on réalise l'importance d'informer sur la maladie. Derrière l'infection à Chlamydia, aussi appelée blennorragie ou chaude-pisse, la gonorrhée arrive en deuxième position. Le nombre de cas enregistrés est passé de 275 à 1 339 cas en 2015, alors que le nombre de cas de syphilis accuse aussi une hausse continue avec 45 cas enregistrés en 2002 et 906 cas en 2015. , Ces trois infections sexuellement transmissibles en recrudescence chez les jeunes - La Libre
  • Alors que la syphilis avait quasiment disparu au début des années 2000, ne figurant que dans la littérature, l’augmentation est aujourd’hui exponentielle. Même tendance pour les infections à gonocoques, ou gonococcies, encore appelées blennorragies – la « chaude-pisse » de Rabelais. Elles augmentent depuis dix ans, avec environ 15 000 cas diagnostiqués en 2014, contre un nombre bien moindre au milieu des années 1990. Le Monde.fr, Le retour en force des infections sexuellement transmissibles
  • En ce qui concerne les hommes et les femmes de plus de 25 ans, la HAS recommande un dépistage ciblé pour ceux et celles qui rencontrent des situations considérées plus « à risque » comme le fait d’avoir au moins deux partenaires dans l’année, un changement de partenaire récent, être soi ou ses partenaires diagnostiqués avec une autre IST (gonorrhée communément appelée « chaude-pisse », syphilis, VIH, Mycoplasma genitalium) et « après un viol ». Le dépistage est également conseillé aux femmes enceintes qui souhaitent interrompre leur grossesse, peu importe leur âge. DemarchesAdministratives.fr, Dépistage de la Chlamydia systématique conseillé pour les femmes de 15 à 25 ans
  • La gonorrhéeLa gonorrhée ou « chaude-pisse » dans le langage courant, est une IST transmise lors de relations sexuelles orales, vaginales ou anales sans protection avec un partenaire infecté. Elle se transmet aussi au nouveau-né par une mère infectée durant l'accouchement.Au Canada, cette maladie est un vrai danger pour les jeunes, car ces dernières années, le nombre de nouveaux cas a plus que doublé et les cas résistants aux antibiotiques sont en constante augmentation. , Les MTS les plus fréquemment dépistées chez les jeunes de moins de 25 ans - SANTÉ ET BEAUTÉ - Santé et Beauté - Estrieplus.com - Le journal Internet
  • Pour le receveur, la fellation reproduit davantage l’acte sexuel. Aussi, lorsqu’elle va jusqu’à l’éjaculation, la possibilité de transmission de maladie par le sperme n’est guère différente. Une fois encore, chlamydia, papillomavirus, blennorragie (aussi dénommée « chaude-pisse »), syphilis, herpès ou hépatite B peuvent s’inviter sans s’annoncer. Attention également, « le virus du sida est même transmissible sans éjaculation par les sécrétions qui la précèdent », met en garde Mireille Bonierbale. En cas de partenaires multiples ou si le couple est récent, se protéger systématiquement est donc plus sûr. , Sexe oral, ce n’est pas sans risque
  • Cette campagne entend être une «première mesure choc» pour répondre à l'augmentation des IST chez les jeunes. La blennorragie ou gonorrhée - dite familièrement chaude-pisse- a ainsi connu une hausse annuelle moyenne de plus de 26% entre 2013 et 2017, selon le ministère. La syphilis - dite vérole ou grande vérole - «connaît une moindre augmentation mais en 2017, a atteint le taux le plus élevé depuis le début des statistiques en Espagne: 10,61 infections pour 100.000 habitants, contre 2,57 en 1995». Dans le cas de la chlamydia, les taux les plus importants affectent les jeunes de 20 à 24 ans et surtout les femmes, précise le ministère. Le Figaro.fr, L'Espagne lance une campagne choc face à la montée des IST
  • Le "premier de cordée" s'appelait Alexis Boyer. Jeune barbier à Uzerche, il passa tardivement du rasoir à la lancette et devint premier chirurgien de Napoléon pendant les campagnes de Prusse et de Pologne. Quoiqu'il prît un rhume de l'Empereur pour le symptôme d'une chaude-pisse, il obtint de celui-ci une baronnie et la Légion d'honneur, sa main opératoire étant habile et sûre. Deux cents ans après, la main de Jérôme Garcin, son descendant, est tout aussi habile et sûre, non pour ouvrir des ventres ou ligaturer des plaies, mais, mêlant avec brio langage littéraire et vocabulaire médical, pour recoudre le passé d'une incroyable famille de grands médecins. Il n'est pas des leurs. C'est son père, Philippe Garcin, éditeur, qui a "trahi". Lui aussi, ayant choisi le journalisme et la littérature. Mais il a raison d'écrire avec fierté qu'il fait son métier en leur consacrant un livre où il fait l'éloge du leur. lejdd.fr, "Une dynastie de grands médecins", la chronique de Bernard Pivot
  • Il n’y a pas que ceux qui savaient, qui avaient tout prévu au point de miser de jolies sommes leur permettant, à tous, de rajouter une étoile à leur hôtel de vacances. Non, il n’y a pas qu’eux qui ont le droit d’en profiter. Les éditorialistes, les critiques "pisse-froid" qui ont chopé la "chaude-pisse" dimanche soir, eux aussi veulent croquer la vie et la coupe ! RMC SPORT, Riolo : « Mise au point afterienne »
  • Le deuxième et le troisième groupe de la liste - les catégories de priorité élevée et moyenne - comportent d’autres bactéries de plus en plus résistantes provoquant des maladies plus courantes telles que la gonorrhée (la «chaude-pisse»), des inflammations chroniques de l’intestin (Helicobacter pylori) et des intoxications alimentaires par les salmonelles. , Ces bactéries contre lesquelles il est urgent d’avoir de nouveaux antibiotiques 

Images d'illustration du mot « chaude-pisse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chaude-pisse »

Langue Traduction
Anglais clap
Espagnol gonorrea
Italien gonorrea
Allemand tripper
Portugais gonorreia
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaude-pisse »

Source : synonymes de chaude-pisse sur lebonsynonyme.fr

Chaude-pisse

Retour au sommaire ➦

Partager