La langue française

Castille

Sommaire

  • Définitions du mot castille
  • Étymologie de « castille »
  • Phonétique de « castille »
  • Évolution historique de l’usage du mot « castille »
  • Traductions du mot « castille »
  • Synonymes de « castille »

Définitions du mot « castille »

Trésor de la Langue Française informatisé

CASTILLE1, subst. fém.

Vx et littér. [Dans un tournoi au Moy. Âge] Combat qui simulait l'attaque et la défense d'une imitation de tour, de château-fort :
1. Tout-à-coup les fanfares sonnent, les barrières s'abaissent, les combattants se mêlent et les jeux commencent : (...); Lusignan, animé d'une ardeur sans égale, lutte dans les pas d'armes, les castilles et les joûtes, et lutte victorieusement. MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 151.
P. métaph. Petite dispute pour des vétilles, petite querelle sans gravité entre deux personnes. Ils sont toujours en castille (Ac.1798-1878).Il a seulement parlé d'une castille qu'ils ont eue ensemble (J. de La Varende, Le Troisième jour,1947, p. 158):
2. C'est alors, s'il me souvient bien, qu'éclata la castille du hêtre-à-feuille-de-persil. MlleVerdure et l'abbé vivaient en état de guerre. Les combats n'étaient pas bien sérieux et l'abbé ne faisait qu'en rire; ... Gide, Isabelle,1911, p. 650.
Loc. fam. Avoir, chercher castille. Chercher noise à quelqu'un. Son frère, qui lui avait cherché castille dans la semaine (G. Sand, La Petite Fadette,1849, p. 58).
Rem. Se castiller, verbe pronom. réciproque. Se disputer. Nous ne sommes pas ici pour nous castiller (Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 190).
Prononc. et Orth. : [kastij]. Ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. 1456-67 « querelle » (Cent nouvelles nouvelles, éd. F.-P. Sweetser, p. 151 : je vous livreray castille), qualifié de ,,vx`` dep. Ac. 1694. Prob. empr. à l'esp. castillo « château » (dep. 972 d'apr. Cor. t. 1; v. château); l'hyp. de Littré reprise par le FEW (t. 2, p. 471a) selon laquelle castille aurait d'abord désigné des châteaux en bois utilisés dans les joutes médiévales se heurte à des difficultés chronol. : le sens de « château » ne semble pas s'imposer dans le Mistere St Adrien, éd. E. Picot, v. 3447 : vous pouez guerre Faire contre tour et castillecastille pourrait tout aussi bien être synon. de guerre que de tour et n'est attesté qu'en 1546 et 1606 d'apr. Encyclop. t. 17, p. 761. L'hyp. de EWFS2(castille est un déverbal de castiller « irriter », empr. au prov. castiar « châtier ») ne convient pas, castiller, très rare, étant prob. dér. de castille. Fréq. abs. littér. : 9. Bbg. Rupp. 1915, p. 53. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 329. − Tournemille (J.). avoir castille. Vie Lang. 1959, p. 633.

CASTILLE2, subst. fém.

Région., BOT. Fruit du groseillier à grappes. Ces groseilles à grappes qu'il aimait d'autant plus que dans le peuple, on les nomme des « castilles » (J. de La Varende, Dans le goût espagnol,1946, p. 182).
Prononc. : [kastij]. Étymol. et Hist. 1648 (Les Dépenses de Pierre Botherel, éd. Parfouru, p. 83 ds IGLF Techn.). Terme des dial. du Nord-Ouest et de l'Ouest (v. FEW t. 2, p. 242), prob. contraction de *cassetille, dér. de casse2* « fruit du cassier », suff. dimin. -(t)ille*, peut-être sur le modèle de myrtille*.

Wiktionnaire

Nom commun 1

castille \kas.tij\ féminin

  1. (Désuet) Petite querelle; débat, différend peu important.

Nom commun 2

castille \kas.tij\ féminin

  1. (Ouest de la France, Lorraine)(Botanique) Groseille à grappes .
    • Quand l’été nous ramènerait à profusion des fruits dans notre jardin, fraises, cerises, groseilles-castilles, prunes, abricots, poires, pêches… s’amoncelleraient dans des corbeilles. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 169.)

Forme de verbe

castille \kas.tij\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de castiller.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de castiller.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de castiller.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de castiller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de castiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CASTILLE (ka-sti-ll', ll mouillées, et non ka-stiye) s. f.
  • 1Autrefois combat dans une lice. Il faut ranger dans cette espèce [de jeux] les joutes, les castilles, les pas d'armes, Chateaubriand, Amér. 81.
  • 2Aujourd'hui, terme familier qui se dit pour querelle, démêlé de peu d'importance. Chercher castille. Ils sont toujours en castille. Le soleil, en se levant, vit notre castille, et fut témoin comme elle me jeta un pot à la tête, Francion, liv. VII, p. 266. Avecque nous, si l'almanach ne ment, Les Castillans n'auront plus de castille ; Même au printemps, on doit de leur séjour Nous envoyer avec certaine fille [la reine Marie-Thérèse] Les jeux, les ris, les grâces et l'amour, La Fontaine, Poésies mêlées, XI.

HISTORIQUE

XVe s. Le roy s'en vint à Montferrant, Et puis fit faire une bastille, Auprès de Lormont accourant Pour à Bourdeaux faire castille, Martial de Paris, Vigiles de Charles VII, t. II, p. 151, dans LACURNE. Vous savez que le chevalier au daulphin et moy eusmes castille ensemble, Perceforest, t. III, f° 142, dans LACURNE. À la rescousse des deux chevaliers fut grosse la castille et grande, tant de l'une partie comme de l'autre, ib. t. IV, f° 82. Si vous requiers que vous me laissez paisible, ou, par la morbieu ! je vous livrerai castille, Louis XI, Nouv. XXIII. Robin Paumier et icellui Thierry eurent grosse castille ensemble, Du Cange, catillare.

XVIe s. Je prends noise ou castille, Palsgrave, p. 757.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CASTILLE, (la vieille) Géog. province d’Espagne, avec titre de royaume, bornée au sud par la nouvelle Castille, à l’orient par l’Arragon & la Navarre, au nord par la Biscaye & l’Asturie, & au couchant par le royaume de Léon. Burgos en est la capitale.

Castille, (la neuve) Géog. ou royaume de Tolede, province d’Espagne bornée au nord par la Castille vieille, à l’orient par les royaumes d’Arragon & de Valence, au midi par celui de Murcie & par l’Andalousie, & à l’occident par le royaume de Léon.

Castille d’or, (la) Géog. grand pays de l’Amérique méridionale, dans la terre ferme, qui comprend huit gouvernemens. Il appartient aux Espagnols.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « castille »

Espagn. castillo, petit château, de castellum (voy. CHÂTEAU) ; il désignait, dans les anciens tournois, des imitations de châteaux, de tours, etc. qu'on attaquait, et de là il a été conservé pour débat, querelle. Dans le XVIe siècle, on avait le verbe se castiller et l'adjectif castilleux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « castille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
castille kastj

Évolution historique de l’usage du mot « castille »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « castille »

Langue Traduction
Anglais castile
Espagnol castilla
Italien castiglia
Allemand kastilien
Portugais castela
Source : Google Translate API

Synonymes de « castille »

Source : synonymes de castille sur lebonsynonyme.fr
Partager