La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « canut »

Canut

Variantes Singulier Pluriel
Masculin canut canuts

Définitions de « canut »

Trésor de la Langue Française informatisé

CANUT, USE, subst.

Ouvrier, ouvrière des manufactures de soie à Lyon :
1. Après la révolution de juillet, la misère est arrivée à ce point que les canuts ont arboré le drapeau : Du pain ou la mort! Balzac, La Maison Nucingen,1838, p. 637.
2. Holà! les canuts, les canuses! Du temps, déjouez-vous les ruses, Du sort, gagnez-vous les pitiés, Quand vous peinez sur vos métiers? X. Privas, La Chanson de Lyon,1928, p. 17.
P. ext. Des canuts (de Lyon). Des gens misérables ou (péj.) méprisables. La France d'aujourd'hui n'est qu'une pépinière / De canuts sans vigueur et sans moëlle épinière (A. Pommier, Colères,1844, p. 72).
Emploi adj. (canut, use ou canus, use). Le langage canus, la prononciation canuse. Qui est propre aux canuts de Lyon.
Prononc. : [kany], fém. [-ny:z]. D'apr. Mart. Comment prononce 1913, p. 329 : ,,Le t final, après u se fait sentir dans les mots savants suivants : azimut, cajeput, occiput, sinciput et comput, avec ut et caput; quelquefois aussi, mais à tort, dans scorbu(t) et précipu(t); de plus, dans les interjections chut et zut, et dans les monosyllabes, lut, rut et brut``, par contre t est muet ds : ,,bahut et chahut, début et rebut, tribut et attribut, fût, affût et raffut, salut et chalut, canut, statut, institut et substitut``. Homon. canus (poisson), cf. Darbois 1830, p. 236. Étymol. et Hist. a) 1831 subst. masc. « ouvrier en soie des fabriques de Lyon » (Michelet, Introd. à l'histoire universelle, p. 438); 1928 subst. fém. canuse (X. Privas, La Chanson de Lyon, p. 17); b) 1838 adj. (Stendhal, Mémoires d'un touriste, t. 1, p. 286 : l'atmosphère canut); 1867 (Lar. 19e: le langage canus. La prononciation canuse). Orig. obsc., à rapprocher de canut attesté en 1397 au sens de « taffetassier » ds Pansier t. 3. Peut-être à rattacher à canette « bobine creuse servant aux tisserands » (hyp. de EWFS2; Mistral) mais le suff. reste inexpliqué. L'hyp. de FEW (t. 1, s.v. canūtus), selon laquelle canut serait empr. au lat. canūtus « blanc brillant, argenté » (v. chenu), satisfaisante du point de vue morphol., ne convient pas du point de vue sém. Le fém. canuse s'explique à partir de la forme canus altération de canut. Fréq. abs. littér. : 15.

Wiktionnaire

Nom commun - français

canut \ka.ny\ masculin (pour une femme, on dit : canuse)

  1. (Lyonnais) (Soierie) Ouvrier tisserand de soie travaillant sur un métier à tisser, au XIXe siècle.
    • Les canuts n’ayant pas de vin
      Aux Charpennes courent soudain.
      — (Complainte historique sur le triste événement arrivé dans la ville de Lyon au mois d’août 1786, occasionné par une révolte faite par les ouvriers en soye et garçons chapeliers, manuscrit, août-septembre 1786, Bibliothèque municipale de Lyon)
    • Un canut travaille tout le jour dans le mauvais air, gagne vingt sous, et meurt de faim. […]. Un canut est libre direz-vous ? Libre de quoi, s'il vous plait ? Libre de se promener, s'il a le temps ; de boire, manger ? s'il a de quoi de vivre ? pas toujours ; de se tuer ? davantage, si on ne l'empêche pourtant : c'est un esclave lié, garrotté par la misère, la faim, le froid, la loi, les gendarmes, tous maîtres qui ont la main rude et d'entrailles peu, sans compter le fabricant, qui par métier les a de bronze. — (R. T. (anonyme), « Variétés : Boutade », dans la Bibliothèque universelle des sciences, belles-lettres et arts, rédigée à Genève. 1832 - tome 1 : Littérature, Genève : Imprimerie de la Bibliothèque universelle & Paris : chez Rossance père, page 420)
    • Je suis entré chez un canut pour demander mon chemin ; l’homme dormait sur son métier — pauvre figure jaunâtre, maigre, avec une barbiche noire, des yeux battus. — Beaucoup de ces ouvriers doivent travailler debout ou courbés, ce qui est malsain. Ils ne font pas d’économies, et les chômages sont terribles. — (Hippolyte Taine, Carnets de voyage : Notes sur la province, 1863-1865, Hachette, 1897)
    • Le bruit des métiers semblait être la respiration de maisons vivantes, les grandes maisons de canuts, avec rien d’autre que les fenêtres et cette respiration. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 73)
    • Mais, tenez, il y bien plus grave. Vous pensez amadouer le correspondant de quartier d’un grand quotidien, au détour d’un zinc, en vous disant que deux grands blancs l’apprivoiseront et que le communiqué que vous souhaitez voir publier le lendemain est sur les bons rails — ouf, merci Robert ! — et vous voilà embarqué dans une discussion où les canuts débaroulent en armes de la colline, où Laurent Mourguet rive son clou à Érasme en personne et où vous vous demandez si votre interlocuteur ne serait pas, si ça se trouve, le prochain lauréat du prix de l’Association des Écrivains lyonnais. — (Robert Luc, Contes du gros caillou, Éditions Lyonnaises d’arts et d’histoire, 2000, page 3)
  2. (Par extension) Personne très pauvre.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun - français

Canuse \ka.nyz\ féminin (pour un homme, on dit : Canut)

  1. (Géographie) Habitante de Saint-Canut, village de la ville québécoise de Mirabel[1].
Notes[modifier le wikicode]
Ce mot est un gentilé. Un gentilé désigne les habitants d’un lieu, les personnes qui en sont originaires ou qui le représentent (par exemple, les membres d’une équipe sportive).
Ce féminin est rare et irrégulier[1].

Adjectif 2 - français

canut \ka.ny\ masculin

  1. Relatif à Saint-Canut, paroisse de la ville québécoise de Mirabel[1].

Adjectif 1 - français

canut \ka.ny\ masculin

  1. Qui est spécifique aux canuts.
    • Une locution canuse montre encore aujourd’hui combien était maigre la pitance du canut. — (La Revue du siècle, littéraire, artistique & scientifique, 1889)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CANUT (ka-nu) s. m.
  • Ouvrier en soie des fabriques de Lyon.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « canut »

Peut-être cannette 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1786) (Nom, adjectif 1) Origine obscure. Peut-être à rattacher à canette[1][2] (« bobine creuse servant aux tisserands ») avec un suffixe atypique.
(Adjectif 2) → voir Canut.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « canut »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
canut kany

Évolution historique de l’usage du mot « canut »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « canut »

  • La cervelle de canut , Magazine Gastronomie et Vins | La cervelle de canut, pour un apéritif bien lyonnais !
  • Les lecteurs habitués de cette rubrique le savent bien : j’ai un faible tout particulier pour la culture gastronomique lyonnaise. Les maisons qui s’en revendiquent dans notre paysage gourmand ne sont pourtant pas légion et il me faut parfois chercher bien longtemps pour combler une envie passagère de tablier de sapeur, de cervelle de canut ou de Saint-Marcellin. , La DH a testé Le Cigalon à Nivelles: pour toutes les faims - DH Les Sports+

Traductions du mot « canut »

Langue Traduction
Anglais canute
Espagnol canuto
Italien canuto
Portugais canuto
Source : Google Translate API

Synonymes de « canut »

Source : synonymes de canut sur lebonsynonyme.fr

Canut

Retour au sommaire ➦

Partager