La langue française

Bruman

Définitions du mot « bruman »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRUMAN, subst. masc.

Vx, région. Fiancé, jeune marié; p. ext. gendre :
Geneviève fut très-joyeuse de la croix normande un peu confuse aussi, car cela devenait trop beau, semblait cadeau de fiancé, de bruman. J. de La Varende, Heureux les humbles,1942, p. 109.
Rem. Attesté dans Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Lar. Lang. fr., DG.
PRONONC. ET ORTH. − Seule transcr. dans DG : bru-man, qui a par ailleurs une var. brumen : bru-min. Orth. la mieux attestée : bruman (Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop., DG). Brument ds Guérin 1892.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1198 norm. anthropon. Bruman (Rôles de l'Echiquier de Normandie cité par E. Walberg dans Studia neophilologica, t. 16, 1943-44, p. 47); fin xiiies. prumen « prétendant, fiancé » (M. Roques, Lex. fr. du Moyen Âge, t. 1, p. 442, Abavus, [ms. Conches] 6793) [lire brumen selon M. Roques dans Vox romanica, t. 6, 1941-42, p. 176]; 1remoitié xives. norm. bruman (Contes pieux dans Le Tombel de Chartrose, XVIII, 251, éd. E. Walberg, p. 84); 1559 norm. (Bayeux, pays de Caux) brument (J. Doublet, Elégies, p. 30, Blanchemain dans Gdf.), encore en usage dans ce même dial. (Dum.; Moisy; Héron). Empr. à l'a. nord. *brudrmann, accusatif de *brudrmadr « garçon d'honneur » (cf. isl. mod. brúdhmadhur « dans une noce, invité masculin qui est assis sur le banc du nouveau marié et qui l'accompagne dans la procession », cf. Nyrop Linguistique, p. 291), composé de brudr « fiancé » et de madr « homme », De Vries Anord., s.v. brudr (hyp. de Diez5, p. 535; EWFS2; FEW t. 15, 1, p. 304; E. Walberg, loc. cit., p. 40).
BBG. − De Gorog 1958, p. 93. − Nyrop (K.). Ling. et hist. des mœurs. Paris, 1934, pp. 289-292. − Thomas (A.). Nouv. essais de philol. fr. Paris, 1904, p. 186. − Walberg (E.). Några anmärkningar sill fr. bruman. In : [Mél. Sandfeld (K)]. Kopenhagen, 1943, pp. 254-259 [Cr. Långfors (A.). Neuphilol. Mitt. 1944, t. 45, pp. 93-94]. − Walberg (E.). Sur un mot fr. d'orig. nordique. Encore une fois bruman. St. neophilol. 1943/44, t. 16, pp. 39-49.

Phonétique du mot « bruman »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bruman brymɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « bruman »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bruman »

  • « Moi, on m’a raconté que c’était un colporteur, un vendeur de misère, qui serait venu promettre aux habitants d’Hénanbihen d’acheter tous les brumans qu’ils pourraient ramasser. Il en serait fait de l’huile pour graisser les trains. Le bonimenteur aurait promis de revenir le dimanche d’après, mais personne n’est jamais revenu, ni chercher ni payer la marchandise. Et à ce qu’on m’a dit, il paraît qu’ils attendent toujours… », confie discrètement, sous couvert d’anonymat, une octogénaire habitant à deux battements d’ailes d’Hénanbihen. Mais évitons de piquer la susceptibilité du voisinage, l’ambiance pourrait s’envenimer dard-dard. Car comme dit le haïku, traduit très approximativement du chinois de Henan « Bruman pas méchant, mais gare si hanneton prend sa faucille ». Le Telegramme, Les tribus bretonnes (23/36) : ces Brumans d’Hénanbihen pas piqués des hannetons - Un été avec les tribus bretonnes - Le Télégramme

Traductions du mot « bruman »

Langue Traduction
Anglais bruman
Source : Google Translate API

Synonymes de « bruman »

Source : synonymes de bruman sur lebonsynonyme.fr

Bruman

Retour au sommaire ➦

Partager