La langue française

Bernique

Définitions du mot « bernique »

Trésor de la Langue Française informatisé

BERNIQUE, interj.

Pop. [Exprime le désappointement] Plus rien, rien à faire! Vous comptez sur lui : bernique! (Ac.1798-1932) :
1. père ubu. − Bernique! Débrouille-toi, mon ami; pour le moment, nous faisons notre Pater Noster. Chacun son tour d'être mangé. Jarry, Ubu Roi,1895, IV, 6, p. 77.
2. Je leur donnais des cigares et ils n'aimaient pas le tabac. Alors, bernique, c'est fini. Plus de cadeaux. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Cécile parmi nous, 1938, p. 115.
PRONONC. : [bε ʀnik].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1725 arg. brenicle (Granval, Cartouche, gloss. dans Sain. Lang. par., p. 77 : Brenicle, rien, non); 1756 bernique (J.-J. Vadé, Nicaise, p. 62 : [MmeClément :] Mais sçachons donc pour quel motif vous ne voulez plus de ma nièce ... Julien, Bernique, J'aime st'objet charmant. Nicaise, ça Manzell'Angelique [?]). Orig. obsc.; l'hyp. la plus vraisemblable est celle d'une forme normanno-pic., dér. de bren, bran* « excrément, ordure » lui-même empl. comme interj. dep. le xves.; à rapprocher des dér. emberniquer, déberniquer ... (berniquet*), répandus dans le Nord-Ouest et le centre de la France; un croisement est possible avec d'autres interj. d'un emploi similaire au xvies. : brique euphémisme pour bren (Hug.) et nique* (J. Orr, v. bbg.); Sain. Lang. par., p. 77, P. Guiraud, L'Arg., p. 24 et K. E. M. George dans Fr. Mod., t. 38, p. 309 voient dans bernique le même mot que bernicle* « coquillage » d'où « objet sans valeur », mais cette hyp. est rejetée sans doute avec raison par EWFS2et J. Orr; il en est de même pour celle de L. Spitzer dans Z. rom. Philol., t. 42, p. 193, qui rattache bernique au nom d'un jeu de cartes connu en Picardie : jeu de barnik ou bernik, sorte de jeu de drogue (qui aurait désigné primitivement les coups donnés avec le jeu de cartes sur les doigts du perdant : le perdant ayant bernique « rien » au lieu du gain espéré) rapproché lui-même de bernicles « instrument de torture » du xiiies. (Joinville, S. Louis dans Gdf.), et de bericle, besicles* « lunettes ».
STAT. − Fréq. abs. littér. : 28.
BBG. − George (K. E. M.). Formules de négation et de refus en fr. pop. et arg. Fr. mod. 1970, t. 38, p. 309. − Orr (J.). Autres étymol. scabreuses. In : Essais d'étymol. et de philol. fr. Paris, 1963, pp. 46-49.

Wiktionnaire

Nom commun

bernique \bɛʁ.nik\ féminin

  1. (Ouest de la France) Nom vernaculaire d’un coquillage communément appelé patelle sur la côte Atlantique et arapède en Méditerranée.
    • Dimanche, nous sommes allés à la pêche aux berniques près du Croisic.
  2. Personne qui recherche abusivement le contact des autres.
    • Quelle bernique, je me le suis coltiné toute la matinée !

Forme de verbe

bernique \bɛʁ.nik\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de berniquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de berniquer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de berniquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de berniquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de berniquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BERNIQUE (bèr-ni-k') interj.
  • qui s'emploie pour exprimer que l'espoir qu'on a est mal fondé et sera déçu. Vous comptez sur lui : bernique. Populaire.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bernique »

(Date à préciser) Mot emprunté au breton brennig.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Il y avait, dans le français du XVIIe siècle, les locutions : envoyer quelqu'un au berniquet, le ruiner : être au berniquet, être ruiné (Académie, 1696). Sans doute bernique a la même origine que berniquet. Mais d'où vient berniquet ? On trouve aussi berniquet avec le sens de coffre à mettre le son. En suivant cette indication, penserait-on que berniquet est dit pour breniquet, de bran ou bren, son ; et que bernique signifie du son, une chose de rien ? D'autres, laissant de côté berniquet, ont supposé que bernique pourrait être une altération de l'allemand aber nicht, qui signifie : mais non. Dans l'absence d'historique, tout est incertitude.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bernique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bernique bɛrnik

Évolution historique de l’usage du mot « bernique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bernique »

  • Un chercheur de l'université de Cambridge soulève un bout de rocher avec une simple bernique / Department of Zoology, University of Cambridge/AFP/Archives La Croix, Pourquoi les berniques collent-elles si fort aux rochers ?
  • Saviez-vous que le byssus, ensemble de fibres secrétées par la moule pour s’accrocher, détient la colle la plus forte au monde ? Que la balane, petit crustacé conique vivant sur les rochers, a un organe reproducteur huit fois plus long que lui ? Que les dents de la patelle (bernique) sont faites du matériau biologique le plus résistant connu de la science ? Le Telegramme, Un véritable cabinet de curiosités à Martin-plage - Plérin - Le Télégramme
  • Tension dramatique rendue impossible pour moi à cause de ma bernique de téléphone portable qui communique en permanence avec mes proches et documente ma vie pour mes (nombreux !) fans. madmoiZelle.com, 5 jours sans téléphone : mon voyage dans le temps vers les années 80

Traductions du mot « bernique »

Langue Traduction
Anglais limpet
Espagnol limpet
Italien patella
Portugais lapa
Source : Google Translate API

Synonymes de « bernique »

Source : synonymes de bernique sur lebonsynonyme.fr

Bernique

Retour au sommaire ➦

Partager