La langue française

Ben

Sommaire

  • Définitions du mot ben
  • Étymologie de « ben »
  • Phonétique de « ben »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ben »
  • Images d'illustration du mot « ben »
  • Citations contenant le mot « ben »
  • Traductions du mot « ben »
  • Synonymes de « ben »

Définitions du mot ben

Trésor de la Langue Française informatisé

BEN, subst. masc.

BOT. Arbre de la famille des Moringées dont le fruit appelé noix de ben fournit une huile de bonne qualité utilisée en médecine, en parfumerie, en horlogerie. Les substances de ben sont ovoïdes (G. Planchon, E. Collin, Les Drogues simples d'orig. végétale,1896, p. 823).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. et notamment par Ac. 1798-1932.
Prononc. et Orth. : [bε ̃] ou [bεn]. Barbeau-Rodhe 1930, Pt Lar. 1968 et Warn. 1968 donnent la prononc. [bεn] (cf. aussi Land. 1834, Besch. 1845, Nod. 1844, Fél. 1851, Littré et DG); Pt Rob. et Rob. Suppl. 1970 donnent [bε ̃]. Homon. : bain (dans le cas de la prononc. [bε ̃]), benne. Étymol. et Hist. xives. ben, been « nom donné au moringa oléifère dont le fruit, appelé noix de ben, fournit une huile empl. princ. dans la parfumerie » (Moamin, 150, cité par Arveiller dans Z. rom. Philol., t. 86, p. 341 : oi[n]gez li la bouche de ben ou d'aucun ongent chaut; 151 : oile de been); 1561 noix de ben « graine du moringa » (Commentaires de Matthiolus sur Dioscoride, trad. par A. du Pinet, 394, ibid.). Empr. à l'ar. ban, de même sens, relevé dans le lat. méd. au xiiies. (Mittellat. W., s.v. ben, 1418, 50); v. FEW t. 19, s.v. ban et surtout Arveiller, op. cit., pp. 347-350.
BBG. − Lammens 1890, pp. 48-49.

Wiktionnaire

Nom commun 1

ben \bɛ̃\ masculin

  1. (Botanique) Plante de la famille des Moringaceae, qui pousse dans les Indes orientales et dont les semences, appelées noix de ben, fournissent une huile de bonne qualité qu’on emploie surtout dans la parfumerie, et sert au graissage des montres mécaniques. Moringa oleifera.
    • On trouve par l’analyse, que la noix de ben contient beaucoup d’huile épaisse […]. — (d’Alembert, Ben in L’Encyclopédie, tome 2, page 200 → lire en ligne)

Nom commun 2

ben \bɛn\ masculin

  1. (Argot) Bénard, pantalon.
    • J’ai craqué un ben en l’essayant dans le magasin ! Le vendeur a fait la gueule !

Adverbe

ben \bɛ̃\

  1. (Populaire) Évidemment, bien sûr (que).
    • « Tu vas la ranger ta chambre ? » « Ben ouais, j’ai pas le choix ! »
  2. (Populaire) Mot permettant au locuteur d’avoir le temps de réfléchir, de se décider, ou d’afficher sa perplexité, sa gêne, sa résignation. → voir bon, ben
    • Non, connais pas. Ben, si tu veux, tu m’accompagnes vendredi, je dirai que tu travailles pour mon avocat. — (Philippe Gisquet, Vitoria, page 79, 1954, Éditions Le Manuscrit)
    • Ben, un pauvre qui retire de l’argent à la tirette de la carte bleue, il ne sait jamais si ça va marcher... Suspense ! — (Anne Roumanoff, « Sauvons les riches », dans L'Intégrale: 30 ans de scène, Le Cherche-Midi, 2017)
  3. (Populaire) Contraction de eh bien.
    • Ça marche? Ben bravo. Continuez comme ça. — (Jean Rochette, Des silences ébruités, éd. Le Dauphin Blanc, Québec, 2018, p. 79)
  4. (Populaire) Déformation de bien.
    • Pourtant l'a ben fallu
      J'ai pris mon sac et je suis venu
      — (Auteur inconnu, J'avions reçu commandement, chanson de soldat)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BEN. (On prononce Bène.) n. m.
T. de Botanique. Plante de la famille des Légumineuses, qui croît dans les Indes orientales et dont les semences, appelées Noix de ben, fournissent une huile de bonne qualité qu'on emploie surtout dans la parfumerie.

Littré (1872-1877)

BEN (bèn') s. m.
  • Nom donné au moringa oléifère de Lamarck, arbre dont le fruit, appelé noix de ben, fournit une huile employée principalement dans la parfumerie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BEN, subst. m. (Hist. nat. bot.) petite noix de la grosseur d’une aveline, de figure tantôt oblongue, tantôt arrondie, triangulaire, couverte d’une coque blanchâtre, médiocrement épaisse, fragile, contenant une amande assez grosse, couverte d’une pellicule fongueuse, blanche, de la consistance d’une aveline. On estime celle qui est récente, pleine, blanche, & se sépare aisément de sa coque : on l’apporte d’Egypte.

C’est le fruit d’un arbre appellé glans unguentaria, qui a deux sortes de feuilles, l’une simple, & l’autre branchue. La branchue, prise depuis l’endroit où elle tient à la tige, est composée d’une côte molle, pliante, cylindrique, grêle, semblable au petit jonc ou à un rameau de genêt, mais une fois plus menue ; de cette côte sortent des queues ou petites côtes d’un palme & plus de longueur, fort écartées les unes des autres, mais toûjours rangées deux à deux, garnies chacune de quatre ou de cinq conjugaisons de feuilles, qui se terminent aussi en une pointe fort menue. Le tout ensemble forme la feuille branchue : mais ces rameaux de feuilles en portent d’autres petites à leurs nœuds, toûjours posées deux à deux, de figure & de grandeur différentes ; car les premieres sont à pointes mousses, comme les feuilles du tournesol ; celles qui sont au milieu sont plus pointues & semblables à celles du myrte ; & celles qui sont à l’extremité sont plus petites & plus étroites, & approchent de celles de la renoüée. Elles tombent toutes en hyver ; d’abord les petites feuilles, puis toute la feuille branchue ; c’est pourquoi Aldinus l’appelle feuille. Si c’étoit une branche, dit cet auteur, elle ne tomberoit pas. La racine de cette plante est épaisse, semblable en quelque façon à celle du navet, noire en-dedans, & peu branchue. Le fruit, selon Bauhin, est une gousse longue d’un palme, composée de deux cosses, cylindrique, grêle, partagée intérieurement en deux loges, renflée depuis son pédicule jusqu’à son milieu, contenant une noisette dans chaque loge. Cette gousse est pointue ou en forme de stylet, recourbée en bec à son extrémité, roussâtre en-dedans, brune ou cendrée en-dehors, cannelée & ridée dans toute sa longueur, coriace, flexible, de la nature des écorces, insipide, un peu astringente & sans suc. Chaque loge contient une noisette de médiocre grosseur, triangulaire, laquelle renferme sous une coque & sous une pellicule blanche & fongueuse une amande triangulaire, grasse, blanchâtre, un peu acre, amere, huileuse, & qui provoque le vomissement.

On trouve par l’analyse, que la noix de ben contient beaucoup d’huile épaisse, une certaine huile essentielle, acre & brûlante, en petite quantité à la vérité, mais unie à un sel ammoniacal : c’est cette huile subtile & acre qui purge & fait vomir.

La noix de ben est contraire à l’estomac, trouble les visceres, purge avec peine & lentement, & a quelque causticité. Les parfumeurs vantent son huile, parce qu’elle se rancit difficilement, & qu’étant sans odeur, elle ne gâte point celle des fleurs.

Voici comment on tire les odeurs des fleurs par le moyen de cette huile : on prend un vaisseau de verre ou de terre, large en-haut, étroit par bas ; on y met de petits tamis de crin par étage ; on arrange sur ces tamis des fleurs par lits, avec du coton cardé bien menu & imbibé d’huile de ben : on laisse le tout dans cet état pendant quatre heures, puis on jette les fleurs. On en remet d’autres avec le même coton, & l’on réitere jusqu’à ce que l’huile soit suffisamment imprégnée de l’odeur des fleurs : on finit par exprimer l’huile du coton.

Il y a une autre espece de noix de ben, appellée mouringou ; elle croit sur un arbre haut d’environ 25 piés, & gros d’environ 5 piés. Voyez sa description a l’article Mouringou.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ben »

(Nom commun 1) De l'arabe بان, bàn de même sens[1].
(Nom commun 2) Apocope de bénard.
(Adverbe) Altération de bien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Arabe, bân.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ben »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ben bɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « ben »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ben »

  • Mais l'amour... ben l'amour ça ressemble à de l'eau, ça n'a aucune consistance et ça vous fuit entre les doigts, au moment où l'on s'y attend le moins. De Francine Lemay / Evagabonde
  • T’en as plein, il leur vient une connerie, il faut qu’ils la disent. Quand ils peuvent l’écrire, ils l’écrivent. Et s’ils sont au pouvoir, ben, ils la font. De Delfeil de Ton / Siné Mensuel N°37 - décembre 2014
  • "A partir du 1er juillet, nous observerons une pause concernant toutes les publicités payantes sur Facebook et Instagram aux Etats-Unis", a déclaré le groupe américain ben & Jerry’s. SudOuest.fr, Internet : le fabricant de glaces Ben & Jerry’s rejoint le boycott publicitaire sur Facebook et Instagram

Images d'illustration du mot « ben »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ben »

Langue Traduction
Anglais ben
Espagnol pues
Italien allora
Allemand ben
Portugais bom
Source : Google Translate API

Synonymes de « ben »

Source : synonymes de ben sur lebonsynonyme.fr
Partager