La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « barrière de la langue »

Barrière de la langue

Définitions de « barrière de la langue »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

barrière de la langue \baʁ.jɛʁ də la lɑ̃ɡ\ féminin

  1. Gêne rencontrée face à l’impossibilité de communiquer parce que la langue étrangère n’est pas maîtrisée.
    • De plus, la barrière de la langue place la presse française en situation d’infériorité par rapport aux pays anglo-saxons. — (Encyclopædia Universalis).
    • L’intérêt pour la littérature hellénique se heurte à la barrière de la langue, et faute de mieux s’entretient au moyen de traductions. — (Pascal Boulhol, La Connaissance de la langue grecque dans la France médiévale VIeXVEe s., 2008, page 105.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « barrière de la langue »

De barrière (au sens figuré) et langue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « barrière de la langue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barrière de la langue barjɛr dœ la lɑ̃g

Citations contenant le mot « barrière de la langue »

  • Enfin, briser la barrière de la langue est crucial pour le réfugié dans son processus d’installation dans le pays d’accueil. Les cours de langue sont souvent une priorité pour les réfugiés. La connaissance de la langue du pays d’accueil aidera le réfugié à assurer sa stabilité sociale et financière. Entreprendre, Réfugiés ukrainiens : le rôle essentiel des traducteurs
  • La barrière de la langue n'empêche pas la solidarité. À Canteleu, près de Rouen (Seine-Maritime), la famille Solin a décidé d'accueillir sous son toit deux jeunes sœurs orphelines ukrainiennes, qui ne parlent ni français ni anglais. Veronika, 20 ans, et Margarita, 18 ans, ont fui Odessa le 1er mars et sont arrivées en Normandie quatre jours plus tard, le samedi 5 mars. France Bleu, Une famille de Canteleu non-russophone héberge deux sœurs ukrainiennes non-francophones
  • Médecin de formation et journaliste, il s’est décidé à lancer ce magazine à cause de l’épidémie de Covid-19, réalisant que les scientifiques ne s’exprimaient qu’en anglais. Mwana Sayansi veut faire tomber la barrière de la langue, sur le modèle des magazines de vulgarisation. Franceinfo, En Tanzanie, Syriacus Buguzi crée le premier magazine scientifique en langue swahili et rend les sciences accessibles à 120 millions de locuteurs
  • Mais ce n'est pas pour ça qu'il a choisi la Belgique. "En France, la fac est trop sélective pour ceux qui veulent devenir kiné. J'ai donc pensé à partir à l'étranger afin de suivre mes études. Je préférais l'Espagne, mais il y avait la barrière de la langue, d'autant que j'ai appris l'allemand à l'école. Le plus simple, c'était une région francophone comme la Wallonie." centrepresseaveyron.fr, Handball : l'Aveyronnais Jules Ranc a visé juste en Belgique - centrepresseaveyron.fr
  • La barrière de la langue n'a pas sa place quand on parle de solidarité. Emilie, Une réunionnaise de 39 ans installée dans le Var, en est le parfait exemple. Elle héberge depuis le 5 mars dernier la jeune Katia, une réfugiée ukrainienne de 28 ans qui est enceinte de sept mois et qui a fui la guerre avec Artem, 9 ans, le petit frère de son mari. Réunion la 1ère, Dans le Var, des réfugiés ukrainiens accueillis par une famille réunionnais
  • « Pour les cinq dernières minutes, je vais parler en français », avance Sophie Michels. En guise de conclusion, elle demande aux élèves les outils qui les ont aidés à comprendre l’allemand. Les gestes et les mots transparents ont permis de surmonter la barrière de la langue. actu.fr, A L'Aigle, Mobiklasse fait découvrir l'allemand par le jeu | Le Réveil Normand
  • Cela représente une quarantaine de personnes. Ces enfants sont jeunes, ils étaient accompagnés pour la plupart d’un parent. Nous avons organisé des entraînements de hockey. Même s’il y a la barrière de la langue, ils ont pu profiter de nos infrastructures et se changer les idées.  actu.fr, REPORTAGE. En Pologne, immersion à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne | La Presse de la Manche
  • En étroite collaboration avec la ville, le syndicat d’initiative organisera le samedi 26 mars prochain à 19h30, à la salle des fêtes, un grand repas (15 € – réservation au 06 21 70 52 17) au profit de l’Ukraine. Toute la recette de cette soirée "solidaire" sera destinée aux familles ukrainiennes accueillies sur le territoire cassipontin. Il sera possible de n’acheter que le plat à emporter (axoa de porc et ses pommes de terre grenailles – 12 €). Deux Ukrainiennes investies sur la commune, Yuliia et Viktoriya, accompagneront la municipalité dans ses actions pour faire tomber la barrière de la langue. Hommage doit leur être rendu car elles vivent aujourd’hui des heures particulièrement sombres et dramatiques. petitbleu.fr, Tous pour l’Ukraine - petitbleu.fr
  • Et il n’est même pas encore question de la barrière de la langue. Radio-Canada.ca, Rencontre avec un rare pompier autochtone de Montréal | Radio-Canada.ca
  • Appelés à la rescousse depuis mardi 8 mars 2022, Quentin et Jérémy ont apporté des jeux. Malgré la barrière de la langue avec les enfants, dont la majorité ne parle qu’ukrainien, les animateurs de la ludothèque du centre commercial Saint-Sébastien à Nancy, parviennent à se faire comprendre. Les jeux, leurs règles et symboles ont l’avantage d’être universels. actu.fr, Nancy : comment les familles venues d'Ukraine avec leurs enfants sont prises en charge | Lorraine Actu
  • Les voici à Lviv, en Ukraine, après 32 heures de voyage. Ils vont décharger leur matériel dans un centre de collecte. Pour Franck, Jade et Loïc, qui les a rejoints, la mission ne s’arrête pas là. Aider s’avère bien plus compliqué que prévu : la barrière de la langue, la difficulté à trouver les bons contacts dans un pays désorganisé. Finalement, après deux jours de déboires, ils se voient confier une famille qu’ils vont conduire vers la frontière polonaise. TF1 INFO, Solidarité : ces Français qui partent aider les Ukrainiens | TF1 INFO
  • « 60 % sont de l’agglo, 23 % de Pau et le reste du Béarn, » spécifie l’adjointe. Parmi elles, 11 % peuvent accueillir des personnes à mobilités réduites et 85 % des enfants en bas âge. Concernant la barrière de la langue, 75 % disent parler anglais, et huit familles d’accueil parlent russes. SudOuest.fr, Pau : près de 300 personnes prêtes à accueillir des réfugiés ukrainiens
  • Les échanges avec ces réfugiées ukrainiennes sont assez restreints, en raison de la barrière de la langue. Seule l’adolescente, qui nous invite à l’appeler Vika, parle anglais. Elle nous explique, autour d’un café, qu’elle a téléphoné à leur père, resté au combat. Lui est soulagé de les savoir en sécurité.  France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, RECIT. Guerre en Ukraine : le convoi de l'espoir de retour en France avec les réfugiées et leurs enfants à son bord (épisode 4/5)
  • «Nous essayons de trouver les meilleures synergies possible», promet Vincent Ruck. Cela vaut également pour les langues parlées. Il s'agit de surmonter la barrière de la langue. Les outils de traduction sont ici très utiles, estime le guide. Des gestes simples ou des dessins faciliteraient également la communication au quotidien. Luxemburger Wort - Edition francophone, Un guide pour les familles d’accueil de réfugiés ukrainiens
  • De nombreux autres points restent à étudier, tout comme l’accompagnement des familles réfugiées au quotidien, l’accueil de leurs enfants ou encore la barrière de la langue. actu.fr, Dons matériels, financiers et accueil des réfugiés : les communes du Segréen vont centraliser les aides aux Ukrainiens | Haut Anjou
  • Le grec est un lointain cousin du français ; à son contact, je ressens à la fois familiarité et dépaysement. L’hébreu, lui, me fait basculer dans un autre monde : non seulement il s’écrit « à l’envers » – de droite à gauche – mais il fait partie d’une tout autre famille linguistique. Imaginez donc : les conjugaisons n’expriment ni le passé, ni le présent, ni le futur : la barrière de la langue dans toute sa splendeur. Reforme.net, Éditorial : la barrière de la langue - Reforme.net
  • La barrière de la langue ne semble pas empêcher les Ukrainiens de faire part de leur soulagement : ils vont enfin passer une nuit dans un lit. Télésambre, Charleroi : Des ukrainiens ont fait escale au Novotel - Télévision locale de Charleroi et sa région - Thuin - Chimay - Basse Sambre
  • Yves Séguy, préfet des Vosges et ses interlocuteurs ont fait le point sur les dispositifs qui seront mis en place lors de l’arrivés des familles ukrainiennes. Certains sont déjà arrivés sur le département mais à titre privés. « Nous nous organisons pour les accueillir le mieux possible, tant au niveau de l’hébergement, de l’aide alimentaire. Il faudra mettre en place la CMU (couverture maladie universelle), pour certains faciliter l’accès au travail, aider les enfants à être scolarisés. Nous avons déjà identifié des enseignants capables de les aider malgré la barrière de la langue. Et leur proposer des activités sportives ». Epinal infos, Vosges : l'arrivée des réfugiés ukrainiens s'organise - Epinal infos
  • Arrivé à deux, le couple repart à quatre. Comme une petite famille. Et pour la barrière de la langue? "On a notre téléphone avec l’outil de traduction. On va s’en sortir." Nice-Matin, Guerre en Ukraine: une mère et sa fille recueillies par un couple de retraités à Antibes - Nice-Matin
  • La barrière de la langue n’a pas facilité votre arrivée… ladepeche.fr, Carcassonne. "Sur le terrain, la barrière de la langue peut parfois être un handicap" - ladepeche.fr
  • Si les associations réfléchissent aux possibilités d’intégrer les arrivants dans leurs activités, l’échange qui a eu lieu entre les participants fait émerger un besoin de bénévoles qui accepteraient de devenir personnes-ressources pour aider dans les démarches administratives et un besoin de traducteurs pour lever le plus vite possible la barrière de la langue. La préfecture précisera les modalités de mise en place. Le Telegramme, Accueil des Ukrainiens à Penmarc’h : treize familles proposent 62 hébergements - Penmarc'h - Le Télégramme
  • « Dans un second temps, nous devrons continuer notre mobilisation pour mettre en place toute une logistique. On devra prendre également en charge les enfants, en leur proposant des occupations. Il faudra surmonter la barrière de la langue, l’apprentissage du français se fera lentement. L’intégration des adultes sera aussi un point important à relever. Tous les volontaires désireux de s’investir peuvent se faire connaître en mairie », ajoute l’adjointe au maire. Le Telegramme, À Hanvec, la solidarité avec l’Ukraine s’organise - Hanvec - Le Télégramme
  • « Nous avons tenu compte du fait que les familles souhaitent rester groupées en raison de la barrière de la langue... , Belfort. Territoire habitat réserve 30 logements pour les réfugiés
  • Ils sont désormais en sécurité en Lot-et-Garonne. Les élus de Gueyze se sont associés à la famille pour permettre que les enfants, les parents puissent être habillés, des dons ont afflué. Sabrina est mère d’une fillette de six ans, du même âge que l’un des trois petits-enfants. "Ma grand-mère va dire que son geste est normal et que ce n’est pas elle le sujet" sourit sa petite-fille. "Je trouce ça magnifique et triste de voir qu’avec tant d’années d’écart, des personnes ayat vécu la guerre puissent se trouver et s’aider et cela sans se connaître, à des milliers de kilomètres d’écart et avec la barrière de la langue(...) Ma gand-mère a aidé à faie le ménage, elle a acheté de quoi manger(...) Peut-être que cela eut inciter d’autres familles à faire de même, à ouvrir leur porte." ladepeche.fr, Lot-et-Garonne : Thérèse, 91 ans, offre le gîte à des Ukrainiens - ladepeche.fr
  • L’émotion est bien évidemment présente, dans cette salle qui s’est transformée en centre d’accueil éphémère le temps de quelques heures. La barrière de la langue n’a pas empêché aux Ukrainiens de montrer à quel point ils étaient touchés par ces gestes de solidarité.  actu.fr, Guerre en Ukraine : reportage dans l'un des premiers points d'accueil de réfugiés, près de Chartres | Actu Chartres
  • Arrivé récemment, Robinson reste prudent alors qu’il tente de régler les choses. Il a dit qu’il y avait « plusieurs légions, trop de fausses promesses et trop de désinformation ». De plus, il y a une « énorme barrière de la langue » et « beaucoup de gens ici n’ont pas tiré ». Softicket, Des combattants étrangers en Ukraine attendent des armes dans le chaos de la guerre
  • Plusieurs centaines d'Ukrainiens sont arrivés en Belgique ces derniers jours. Ce mardi, les files devant l'Office des étrangers étaient très longues. Certains réfugiés ont été accueillis par des communes comme c'est le cas à Beauraing. Mais la principale difficulté qui subsiste pour ces familles est la barrière de la langue. RTL Info, Une famille de réfugiés vient d'arriver à Beauraing, et ne parle que l'ukrainien: "On peut communiquer... grâce aux nouvelles technologies" - RTL Info
  • En septembre 2018, Sem Irvin Djéguédé, un ingénieur béninois installé aux États-Unis lance une nouvelle messagerie instantanée. Sa particularité est de permettre de se faire comprendre directement dans la langue de son interlocuteur et vice-versa. Cet ancien cadre de PSA Peugeot en France a expérimenté les difficultés de la barrière de la langue lors de ses nombreux déplacements d’affaires et c’est pourquoi il a pensé à ce programme qui permettrait à deux personnes parlant des langues différentes de se comprendre sans perte de temps. , Franchir la barrière des langues - Thot Cursus
  • La barrière de la langue complique tout mais n’arrête pas la solidarité roumaine. Cyprian a fait six heures de route pour proposer son aide. Il tient un petit carton où il a griffonné son message en roumain mais aussi en cyrillique, en ukrainien. "J'ai acheté de quoi distribuer 70 couvertures, de l'eau et des biscuits, raconte-t-il. Sur mon carton, j'ai écrit que je propose un transport et un logement gratuit jusqu'à chez moi pour six ou huit personnes. Je ne parle pas ukrainien, j'ai traduit avec un logiciel de traduction." Franceinfo, "Les stocks des hôpitaux de la ville sont à sec" : à la frontière roumaine, la solidarité s'organise face à l'afflux de réfugiés ukrainiens
  • Il n’y a pas que le logement auquel il faut réfléchir, il y a aussi la barrière de la langue, entre autres choses, fait remarquer le maire de Baie-Comeau qui, à titre de président du caucus de la Côte-Nord au sein de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), a discuté du dossier de l’accueil de réfugiés avec Daniel Côté, maire de Gaspé et président de l’UMQ. Le Manic, La Côte-Nord lève la main pour l'accueil de réfugiés ukrainiens - Le Manic
  • La commandante de bord vit actuellement à Toulouse. Elle aimerait, quand la barrière de la langue lui permettra,  venir dans les écoles pour rencontrer de jeunes filles et parler de son métier. « Quand je vivais au Royaume-Uni, j’ai eu plusieurs fois la chance de visiter des établissements scolaires. C’est important de pouvoir parler de sa profession aux plus jeunes », affirme la commandante. Lisa compte bien inspirer une nouvelle génération de femme pilote. ladepeche.fr, Toulouse : à 33 ans, Lisa pilote un A320 et gère un équipage international - ladepeche.fr
  • Maryna, qui par ailleurs est très active dans la recherche de dons pour ses ex-concitoyens, après les formalités en préfecture a contacté les écoles pour les enfants. "Avec l’aval de la municipalité, les enseignants sont prêts à les accueillir malgré la barrière de la langue." midilibre.fr, Iryna et Lyudmila se sont réfugiées avec leurs enfants chez Maryna et Maxime. - midilibre.fr
  • SR : "On assiste à de nombreuses difficultés d’ordre administratives, comme l’impossibilité de prendre rendez-vous sur le site de Doctolib par manque de connexion Internet, ou à cause de la barrière de la langue. Tout cela complique leur accès à la vaccination." InfoMigrants, Covid-19 : "L'absence d'Internet et la barrière de la langue compliquent l'accès à la vaccination des migrants" - InfoMigrants
  • La semaine dernière, mes propos sur la traduction avaient suscité les haussements de sourcils de quelques commentateurs qui ne partageaient pas mon enthousiasme. Pourtant l'affranchissement de la barrière de la langue s'approche. LEFIGARO, Demain, plus de barrière de langue !
  • Le but de Google est de proposer un outil de visioconférence proposant des appels « plus globaux, plus inclusifs et plus efficaces en éliminant la capacité linguistique comme obstacle à la collaboration ». Car en plus des réunions professionnelles, cette fonctionnalité pourrait être très utile pour les étudiants étrangers qui suivent des cours en ligne. Ou plus simplement, cela pourrait aider des utilisateurs étrangers à faire connaissance tout en s’affranchissant de la barrière de la langue. Newsmonkey, Google Meet veut briser la barrière de la langue en traduisant l'anglais à la volée - Newsmonkey
  • Timur est d’ailleurs l’un de ceux qui sourient le plus, malgré ce qu’il vient de vivre. Le très long voyage depuis l’Ukraine, dans la voiture d’un volontaire belge parti sur place et qui a ramené la mère et ses quatre enfants, avant de la confier à sa tante et son oncle qui jouent les hébergeurs. Ensuite, l’installation dans la maison. Enfin, l’arrivée dans cette nouvelle école et la barrière de la langue. Mais rien de tout cela ne semble altérer la joie de vivre du petit Timur. RTBF, L’école, un moyen pour intégrer plus facilement quatre petits frères et sœurs ukrainiens à Woluwe-Saint-Pierre - rtbf.be
  • Slatch, la messagerie instantanée française qui veut casser la barrière de la langue LEFIGARO, Slatch, la messagerie instantanée française qui veut casser la barrière de la langue
  • La barrière de la langue et la peur de tomber sur des hébergements douteux sont cités comme les principaux freins au voyage dans le cadre d'un sondage mondial visant à évaluer le côté aventurier des voyageurs d'aujourd'hui. , TOURISME. La barrière de la langue serait la principale source d'anxiété des voyageurs

Images d'illustration du mot « barrière de la langue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Barrière de la langue

Retour au sommaire ➦

Partager