La langue française

Baliste

Définitions du mot « baliste »

Trésor de la Langue Française informatisé

BALISTE1, subst. fém.

ARTILL. Machine de guerre, utilisée, depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen Âge, pour lancer des projectiles (pierres, javelots, flèches, torches allumées, etc.) :
1. Spendius disposa les trois grandes catapultes vers les trois angles principaux; devant chaque porte il plaça un bélier, devant chaque tour une baliste, et des carrobalistes (chariot transportant les balistes ordinaires) circuleraient par derrière. Flaubert, Salammbô,t. 2, 1863, p. 77.
2. Les balistes roulaient, prenant position; on bandait ses scorpions et les monceaux de dards tombaient auprès des roues. Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels,Impatience de la foule, 1883, p. 168.
Prononc. : [balist]. Étymol. et Hist. 1546 (Rabelais, Tiers-Livre, prol., éd. M. A. Screech, p. 10 : Les autres apprestoient ares [...], cercles et lances à feu, balistes, scorpions et autres machines bellicques repugnatoires et destructives des Helepolides). Empr. au lat. ballista « baliste, machine de guerre », fig. (dep. Plaute, Capt. 796 dans TLL s.v., 1701, 17) et au propre (Caecilius Statius, Com. 27, ibid.), gr. β α ́ λ λ ε ι ν « lancer, jeter »; v. aussi arbalète. Fréq. abs. littér. : 26.

BALISTE2, subst. masc.

ICHTYOL. Poisson plectognathe de la famille des Sclérodermes à peau granuleuse formant une sorte de cuirasse et remarquable par l'éclat métallique de ses belles couleurs :
Enfin, les balistes ont un dernier muscle qui appartient à l'os quarré, et sert à le soulever et à le tirer un peu en arrière. Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 3, 1805, p. 99.
Étymol. et Hist. 1770 (Gouan, Hist. d. poissons, 213 dans Barb. Misc. 19, no5 : Le baliste). Empr. au lat. sc. balistes fém. sing. (1738, Artedi, Genera Piscium, 53 dans Barb., loc. cit.), lui-même adaptation du lat. ballista (baliste1*), p. réf. à l'aiguillon de la 1renageoire dorsale qui se relève brusquement pour frapper l'adversaire qui l'attaque. Fréq. abs. littér. : 22.

Wiktionnaire

Nom commun 1

baliste \ba.list\ féminin

  1. (Antiquité) (Armement) Machine de guerre en usage chez les anciens qui servait à lancer des pierres et des poutres.
    • Les deux balistes tremblèrent sous le violent recul provoqué par le départ des dondaines. Les assaillis suivirent des yeux les deux mortelles flèches qui pénétrèrent dans la troupe comme des lames de fer dans de la viande molle. — (Jean d'Aillon, Rome 1202 : Les Aventures de Guilhem d'Ussel Chevalier Troubadour, Éditions Flammarion, 2013)

Nom commun 2

baliste \ba.list\ masculin

  1. (Zoologie) Espèce de poisson osseux marins qui ont devant la nageoire dorsale un aiguillon pouvant se redresser brusquement comme l’antenne d’une baliste (l’arme).
    • Les balistes sont comestibles, appréciés dans certaines régions, non consommés dans d’autres ; quelques espèces indo-pacifiques sont réputées toxiques. — (Bernard Seret, Poissons de mer de l’Ouest africain tropical, 1990)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BALISTE. n. f.
Machine de guerre en usage chez les anciens qui servait à lancer des pierres et des poutres. En termes d'Histoire naturelle, il désigne un Genre de poisson qui vit surtout dans les mers tropicales et remarquable en ce qu'il a devant la nageoire dorsale un aiguillon qui peut se redresser brusquement comme l'antenne d'une baliste.

Littré (1872-1877)

BALISTE (ba-li-st') s. f.
  • 1Dans l'art militaire des anciens, machine qui servait à lancer des traits, des javelots, des pierres, etc.
  • 2En histoire naturelle, genre de poissons remarquables par la vivacité de leurs couleurs, par leur extrême agilité et par l'espèce de cuirasse à compartiments dont leur corps est revêtu.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BALISTE. Ajoutez : - REM. Dans la baliste, une pièce de bois est engagée par une de ses extrémités dans une réunion de cordages ou de nerfs d'animaux, qu'elle tord avec force lorsqu'on la rabat horizontalement ; lorsqu'on la laisse échapper, elle pousse un trait, disposé en conséquence, contre lequel elle vient frapper.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BALISTE, s. f. (Art. milit.) est une machine de guerre dont se servoient les anciens pour lancer des traits d’une longueur & d’un poids surprenant ; elle chassoit aussi des balles ou boulets de plomb égaux au poids des gros traits qu’elle lançoit.

Les écrivains de l’antiquité, au moins le plus grand nombre, sont opposés les uns & les autres à l’égard de la baliste & de la catapulte. Voyez Catapulte. Ils confondent souvent ces deux machines, qui suivant M. le Chevalier de Folard different beaucoup entr’elles dans leur usage comme dans leur construction.

Ammien Marcellin exprime la catapulte par le terme de tormentum, & quelquefois d’onagre. Voy. Onagre. Froissart se sert de celui d’engin : celui-ci est trop général ; car on peut entendre par ce terme la baliste & la catapulte. Il y a aussi des auteurs qui lui ont donné le nom de scorpion : mais le scorpion chez ceux qui paroissent les mieux instruits, n’est autre chose que la baliste. Voyez Scorpion.

« La baliste, dit M. le Chevalier de Folard, dont nous tirons la description suivante, formoit comme un arc brisé ; elle avoit deux bras, mais droits, & non pas courbes comme l’arc d’une arbalête, dont les forces agissantes sont dans les ressorts de l’arc même dans sa courbure : celles de la baliste sont dans les cercles comme celle de la catapulte : cela nous dispensera d’entrer dans une description trop détaillée de ses différentes parties. La figure en fera infiniment mieux comprendre la structure & la puissance qui la fait agir, que l’explication ne pourroit faire ». Voyez cette figure, Pl. XII. de Fortification : elle a pour titre Baliste de siége. Voici le détail de ses principales parties.

Une baliste de cette espece lançoit des traits de soixante livres, longs de trois piés neuf pouces & neuf lignes : cela veut dire, s’il faut s’en fier à Vitruve, dit le Chevalier de Folard, « que les trous des chapiteaux étoient de huit pouces neuf lignes de diametre, c’est-à-dire, le cinquieme de la longueur du trait. Elle est composée d’une base 2, des dix montans 3, 4, de quinze diametres & dix lignes de hauteur sans les tenons des deux traversans 5, 6 : leur longueur est de dix-sept diametres dix lignes ; 7, sont les deux chapiteaux du traversant ; 5, 8, les chapitaux de celui d’en-bas 6 ; ces deux traversans sont soûtenus & fortifiés des deux poteaux équarris 9 ; de cinq diametres de hauteur sans les tenons, & de deux piés de grosseur comme les montans. L’intervalle d’entre les deux poteaux 9, & les deux montans 3, 4, où sont placés les chapiteaux, est de sept diametres environ ; 10 sont les deux écheveaux de cordes de droit & de gauche ; 11 les deux bras engagés dans le centre des cheveaux : leur longueur est de dix diametres, compris les deux crochets qui sont à l’extrémité de chaque bras, où la corde, ou pour mieux dire, le gros cable est attaché comme la corde d’une arbalête. Ce cable doit être composé de plusieurs cordes de boyaux extrèmement tendu : il faut qu’il soit d’abord un peu court, parce qu’il s’allonge & se lâche dans le bandage : on l’accourcit en le tordant.

» Les bouts des bras n’ont point de cuilleron comme celui de la catapulte ; à cela près ils doivent être semblables, parfaitement égaux dans leur grosseur, dans leur longueur, dans leur poids, & il faut qu’ils ne plient point dans le plus violent effort de leur tension. Les traits 13 ne doivent pas moins être égaux en tous sens que les bras, qui seront placés sur une même ligne parallele, à même hauteur par conséquent, & au centre des deux écheveaux dans lesquels ils sont engagés.

» Les deux montans 3 , 4, doivent être courbes à l’endroit 14 ou ils frappent dans la détente. Dans cette courbure on y pratiquera les coussinets 15 ; cet enfoncement fait que les bras se trouvent paralleles à l’écheveau, & qu’ils décrivent chacun un angle droit dans leur bandage, c’est-à-dire dans leur plus grande courbure. Il importe peu, à l’égard des balistes, que les deux bras frappent de leurs bouts ou de leur milieu contre les deux coussinets ; ainsi on peut, autant qu’on le juge à propos, diminuer de la largeur des deux chassis où sont placés les deux écheveaux de cordes, sans retrancher de leur hauteur.

» L’intervalle d’entre les deux poteaux 9, qui doit être au milieu des deux traversans, où l’on introduit l’arbrier 16, doit être un peu plus étroit que l’arbrier, afin de pratiquer une entaille dans l’intérieur des poteaux 9 de deux ou trois pouces des deux côtés, afin de le tenir ferme. C’est sur cet arbrier que l’on place le gros trait & que l’on pratique un canal parfaitement droit ; sa longueur se prend sur la courbure des deux bras avec la corde 12 : ainsi on connoit la longueur qu’il faut donner au canal & jusqu’à l’endroit où la noix 17 de la détente se trouve placée pour recevoir la corde de l’arc à son centre. Cette noix sert d’arrêt, & la détente est semblable à celles des arbalêtes. Il y a une chose à observer à l’égard de l’arbrier : il faut qu’il soit placé juste à la hauteur de la corde qui doit friser dessus ; car si elle étoit plus haute, elle ne prendroit pas le trait ; & si elle appuyoit trop fortement dessus, il y auroit du frottement sur le canal où le trait est étendu, ce qui diminueroit la puissance qui le chasse.

» A deux piés en-deçà de la détente est le travail 18, autour duquel se devide la corde ; & lorsqu’on veut bander la machine, on accroche la corde de l’arc à son centre par le moyen d’une main de fer 19. Cette main a deux crochets qui saisissent la corde en deux endroits pour l’amener. La distance d’un crochet à l’autre doit être plus grande que la largeur de la noix, qui doit avoir une ouverture au milieu comme celle des arbalêtes, dans laquelle on introduit le talon du trait contre la corde qui prend à la noix.

» J’ai dit que les deux montans 3, 4, étoient appuyés sur leur base à tenons & à mortoises ; ils devoient être appuyés & retenus encore par de puissantes contrefiches. Heron & Vitruve lui-même mettent une espece de table ou d’échafaudage 20, sur lequel l’arbrier est en partie soûtenu, dont la hauteur jointe à l’épaisseur de l’arbrier devoit arriver juste à la hauteur de la corde 12. Je crois, dit toûjours M. de Folard, que cette table n’étoit faite que pour aider à soûtenir l’arbrier, qui devoit être composé d’une grosse poutre de seize diametres & de deux piés de longueur, d’une de largeur & d’une d’épaisseur, conforme au trait qu’elle lançoit. Ajoûtez la force extraordinaire du bandage, capable de faire plier la plus forte poutre, si son épaisseur ne surpasse sa largeur. J’imagine toutes ces raisons, pour prouver la nécessité de cette table, parce que je n’en vois aucune autre ; car à parler franchement, cette charpente paroît un peu superflue : mais comme il faut respecter l’antiquité & l’expérience de ces sortes de machines que nous n’avons point, nous hasardons cette structure dans ce qui nous a paru inutile, qui ne l’est peut-être pas ».

Cette réflexion de M. de Folard est d’autant plus juste, que les anciens s’étant expliqués d’une maniere fort obscure sur les différentes machines de guerre qui étoient en usage de leur tems, il est bien difficile de se flatter d’avoir deviné juste tout ce qui concerne ces machines : aussi si M. de Folard, dit un habile journaliste, n’a pas toûjours donné dans le vrai à cet égard, toûjours peut-on dire qu’on lui a de grandes obligations, & qu’il en a peut-être approché plus que tous ceux qui ont travaillé avant lui sur le même sujet. Bibliotheque raisonnée des savans de l’Europe, tome V.

Au reste les anciens historiens rapportent des effets de ces machines qui nous paroissent presqu’incroyables. M. de Folard a eu soin de les rapporter dans son Traité de l’attaque des places des anciens. Voy. Catapulte. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baliste »

(Nom commun 1) Du latin ballista ou balista, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Balista ou ballista, du grec βάλλειν, lancer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « baliste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baliste balist

Évolution historique de l’usage du mot « baliste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baliste »

  • Le Paumotu vit au rythme des saisons. Des saisons qui sont marquées pour lui par la période de fraie, lorsque les poissons se concentrent aux alentours des passes. Lors de la saison des balistes au mois de septembre, les habitants peuvent rester des heures sur le quai ou dans leur embarcation. TNTV Tahiti Nui Télévision, À la pêche au Oiri, le baliste • TNTV Tahiti Nui Télévision
  • J’ai découvert ce curieux poisson échoué sur la plage, et qui semble être un baliste. S’il s’agit bien de cette espèce, je croyais qu’elle fréquentait principalement des eaux plus chaudes ? , Que fait ce poisson échoué sur une plage de Pornic ? | Le Courrier du Pays de Retz
  • Les balistes sont parmi les poissons les plus faciles à observer des récifs coralliens. Tout d’abord, ils sont relativement courants : il est presque impossible d’aller à l’eau à Mayotte sans en croiser au moins un, notamment le fameux baliste Picasso (Rhinecanthus aculeatus), qui aime les tout petits fonds des platiers, ou en plongée le baliste bleu aux dents rouges (Odonus niger), qui adore les tombants profonds. On compte 20 espèces à Mayotte (sur 40 dans le monde), avec une silhouette semblable mais des couleurs extrêmement variées, et occupant tous les milieux. Ensuite, ils sont peu farouches : ce sont des poissons robustes et téméraires, qui n’ont pas très peur des humains, et apprécient même parfois de les suivre dans l’espoir que l’on déplace une grosse pierre sous laquelle le baliste pourra trouver de petits animaux à dévorer. Enfin, les balistes sont faciles à reconnaître : de gros poissons trapus, aplatis sur les côtés, de forme élevée et anguleuse (parfois carrément en losange), avec des yeux placés presque au sommet du corps, et des joues très étendues pour une bouche ridiculement petite.  , Fines gâchettes et dents broyeuses : les balistes
  • La démo démarre - et à n'en pas douter la version finale - par un tutorial nécessaire sur la prise en main du titre : de la gestion des ressources aux déplacements sur la carte en passant par le contrôle de Sir Gavin en mode hack'n'slash, on est pas mal guidé avant d'être lâché, libre, sur la carte, en se rendant compte que les combats se règlent à coup de parties de tower defense dans lesquelles on peut contrôler à l'envie une baliste ou des unités que l'on déploie. Jeux-vidéo, CastleStorm II - Preview de CastleStorm II - Tower defense à la WoW - Jeux-vidéo
  • Pour pouvoir défoncer le précieux, vous allez devoir vous armer d’une baliste (à débloquer dans l’arbre des recettes et à installer sur le pont de votre walker) et la charger avec un harpon à corde. Attention le carreau standard n’est absolument pas efficace contre le coffre. WarLegend.net, Guide Last Oasis – Tous les types de coffres

Traductions du mot « baliste »

Langue Traduction
Anglais ballista
Source : Google Translate API

Synonymes de « baliste »

Source : synonymes de baliste sur lebonsynonyme.fr

Baliste

Retour au sommaire ➦

Partager