La langue française

Arithmologie

Sommaire

  • Définitions du mot arithmologie
  • Étymologie de « arithmologie »
  • Phonétique de « arithmologie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « arithmologie »
  • Citations contenant le mot « arithmologie »
  • Traductions du mot « arithmologie »
  • Synonymes de « arithmologie »

Définitions du mot « arithmologie »

Wiktionnaire

Nom commun

arithmologie \a.ʁi.tmɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Mathématiques) Science des nombres, arithmétique.
    • L’interprétation des nombres bibliques serait donc en principe indépendante de l’arithmétique et de l’arithmologie : elle relèverait uniquement du contexte et de l’intention exégétique de l’interprète. — (Revue romane, volume 11, 1976)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ARITHMOLOGIE (a-ri-tmo-lo-jie) s. f.
  • Terme de mathématiques. Science des nombres.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « arithmologie »

Ἀριθμὸς, nombre, et λόγος, doctrine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mot constitué du grec ancien ἀριθμός, arithmos (« nombre ») et -logie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « arithmologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arithmologie aritmɔlɔʒi

Évolution historique de l’usage du mot « arithmologie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arithmologie »

  • L’arythmie est au cœur de la famille Clémenty. Jacques, le père, a ouvert la voie. Élevé par ses grands-parents à Thézan-lès-Béziers, lycéen à La Trinité, il est parti suivre sa formation de médecin à Bordeaux avant de devenir chef du service d’arithmologie du CHU de la capitale aquitaine. Un pionnier, une référence mais aussi un “transmetteur”. Jacques communiquera cette passion pour soigner les rythmes cardiaques défaillants à l’un de ses fils, Nicolas. Il lui apprendra aussi l’amour du Biterrois. Où Jacques est revenu prendre sa retraite. Où Nicolas ne manque pas une occasion de le visiter. "J’ai passé beaucoup de mes vacances à Thézan-lès-Béziers. Je suis attaché à cette région. Je me souviens quand je partais avec mon père ramasser les asperges sauvages. J’y reviens aussi souvent que possible." Aussi souvent, c’est-à-dire quand son calendrier de chirurgien cardiaque le lui permet. Car le praticien hospitalier n’exerce pas dans n’importe quel CHU : à Tours, l’un des cinq établissements français équipés d’un robot ultramoderne pour soigner l’arythmie. "Nous sommes un peu les électriciens du cœur, les chirurgiens qui posent les stents seraient, eux, plutôt des plombiers, si on veut caricaturer. En réalité, on traite la fibrillation auriculaire qui est une mauvaise activité électrique du cœur. Une anarchie du courant électrique dans les oreillettes. Pour cela, on brûle, on cautérise les parties du cœur défaillantes." Et c’est là que le robot intervient. midilibre.fr, Le fils de Thézan-lès-Béziers devenu électricien des cœurs - midilibre.fr
  • L'établissement s'est doté d'une salle de radiologie interventionnelle à la pointe de l'intelligence artificielle. Et développe une médecine connectée à domicile, pour épargner des hospitalisations prolongées à des patients atteints d'affections chroniques (maladies respiratoires, endocriniennes ou arithmologie cardiaque). Les Echos, Lyon : Saint-Joseph Saint-Luc toujours convalescent | Les Echos
  • D'après le professeur Carlo Pappone, Directeur du Département d'arithmologie au CHU de San Raffaele à Milan, Italie, l'un des autres électrophysiologues ayant participé a l'évaluation externe de CARTO(R) 3, « Ayant exécuté dix procédures à l'aide de la technologie CARTO(R) 3, je suis convaincu que ce système favorisera le recours à l'ablation pour le traitement de la fibrillation auriculaire. » Caducee.net, Biosense Webster présentera le système CARTO(R) 3 à l'Europace
  • Lorsqu’il sera totalement opérationnel fin mars, le nouvel hôpital aura une capacité de 817 lits, dont 80 % en chambre individuelle. Il comprendra 14 salles conventionnelles de blocs opératoires auxquelles s’ajoutent une salle de césarienne ; quatre salles de cardiologie, une hybride, une de coronarographie et une d’arithmologie ; une salle de traitement des calculs par ondes de choc ; quatre salles d’endoscopie, huit salles de naissance, 46 salles de consultation et 25 salles d’explorations fonctionnelles. Un héliport est présent sur le toit du bâtiment, directement relié par un ascenseur au service des urgences. , Santé | D’ici fin mars, les hôpitaux de Belfort et Montbéliard réunis à Trévenans
  • Critique : Sa rationalité mathématique côtoie des croyances religieuses, notamment l’immortalité de l’âme et ses migrations (métempsychose), curieusement parallèles à celles des Hindous. Ainsi sa rationalité vire au mysticisme et au sacré et son arithmétique vire à l’arithmologie avec toutes les dérives attribuées aux nombres (mages, Nostradamus etc.) que l’on connaît depuis, à travers l’histoire ! ReSPUBLICA, ReSPUBLICA » Les savants-penseurs grecs avant Socrate – 1/ Les Milésiens et Pythagore
  • Les textes concernant la perfection du nombre six sont nombreux dès l’Antiquité et le Christianisme en a hérité. C’est un lieu commun de l’arithmologie. Ainsi saint Augustin en méditant sur ce chiffre qui est celui des jours de la Création ne craint pas d’écrire : « Nous disons non pas que le nombre six est parfait parce que Dieu a parfait toutes ses œuvres en six jours, mais que Dieu a parfait ses œuvres en six jours parce que le nombre six est parfait [80] ». Au commencement étaient les nombres, et la perfection du nombre six est d’ordre ontologique. Il serait sans doute fastidieux de rapporter ici les différentes merveilles que l’arithmologie tire de cette perfection [81] qui inspire à Jean Scot de longs développements [82] et qui, pour l’Antiquité comme pour le Moyen Âge chrétien, n’est que la manifestation de l’harmonie secrète de l’univers à travers les œuvres divines et humaines [83]. Notre propos est plutôt de comprendre la relation qui existe entre cette perfection et la piété, et de saisir quelle est la note unique, particulière, que fait entendre ce musicien assis dans l’harmonie finale. La Tribune de l'Art, Proposition de lecture des chapiteaux de Cluny : 4. Le second chapiteau de la Musique - La Tribune de l'Art
  • Pendant près de huit siècles, la civilisation musulmane a illuminé l’Europe dans l’Italie du Sud et surtout en Andalousie et pendant quelques décennies dans le sud-ouest de la France. Eric Geoffroy Younès a fait l’inventaire de ces acculturations depuis le haut Moyen-âge. Il écrit : « La mystique juive médiévale, témoigne d’une imprégnation profonde – et avouée – par le tasawwuf, au Moyen-Orient, en Espagne musulmane, et jusqu’en Catalogne et en Provence. L’influence supputée du soufisme sur sainte Thérèse d’Avila et saint Jean de la Croix aurait cheminé via les mystiques juifs espagnols. Par ailleurs, les sciences occultes telles que l’alchimie, l’astrologie ou l’arithmologie doivent beaucoup au monde de l’Islam, mais elles ne sauraient être identifiées à la discipline du tasawwuf ».(4) « Une des seules traces tangibles de la présence du soufisme en France à l’époque médiévale, poursuit Eric Geoffroy Younès, provient d’un proche du roi Saint Louis, son chroniqueur et ami Joinville (m. 1317). Celui-ci cite le Dominicain Yves Le Breton, arabisant, qui avait rencontré à Acre au XIIIe siècle une femme tenant le même langage sur l’amour divin que Râbia Adawiyya (m. 801), la sainte musulmane la plus renommée en terre d’Islam. (…) Elle suscite l’admiration des partisans du Pur Amour : il faut aimer Dieu ni par désir de Son paradis ni par crainte de Son enfer. Les « soufis » contemporains reconnaissent également une dette à l’égard de religieux chrétiens qui ont présenté des pans majeurs du patrimoine soufi…Certains chercheurs ont conjoint domaine d’étude et orientation spirituelle en pratiquant l’islam soufi, tel Eva de Vitray-Meyerovitch (m. 1998) et Michel Chodkiewicz. (…) René Guénon est le principal artisan de la pénétration du soufisme en France au XXe siècle. Sa pratique islamique et son appartenance soufie ont pourtant été marquées du sceau de la discrétion, mais son oeuvre ainsi que la correspondance qu’il a entretenue avec beaucoup de « chercheurs de vérité », a déterminé l’entrée dans la Voie de nombreux Français ; ceux-ci seront souvent affiliés à la même voie-mère que Guénon, la Shâdhiliyya, qui a généralement incarné un soufisme sobre et lettré. Le « cheikh « Abd al-Wâhid Yahia », tel qu’il est connu en milieu musulman, établi au Caire en 1930 et décédé en 1951, continue d’exercer une influence singulière en Occident et dans quelques cercles en terre d’Islam ».(4) S’agissant justement de l’étude du soufisme, on peut évoquer, lit-on sur le site soufisme.org, l’enseignement des Naqchabandi principalement en Asie, des derviches tourneurs en Anatolie et en Europe balkanique, des Qadiri et des Chadilites majoritairement dans le Maghreb et au Proche-Orient et des Tijani en Afrique. Ces différentes voies se sont répandues depuis le Moyen Âge au sein de confréries (tariqas) dans lesquelles le disciple effectue un travail de transformation intérieure sous la guidance d’un maître vivant réalisé. De nombreux ouvrages de soufis illustres ont été traduits, principalement en anglais et en français, si bien que des auteurs tels qu’Ibn Arabî, Ghazali ou Rûmi peuvent être appréciés par un public de plus en plus large. Il n’est pas inutile de rappeler que, durant le dernier millénaire, une partie de l’Europe méditerranéenne n’a pas toujours été majoritairement chrétienne. L’Espagne et l’Italie du Sud ont été administrées pendant plusieurs siècles par les musulmans. Cette présence a notamment pu favoriser le développement de voies soufies dont un de ses plus illustres représentants fut Mouyiddin Ibn Arabî, né à Murcie en 1165. »(5) « Une homonymie remarquable concerne l’utilisation du mot « pauvre ». Ce mot désigne à la fois les disciples (i poveri) de saint François d’Assise (1182-1226) et les aspirants d’une voie soufie (foqaras en arabe). La doctrine de saint François d’Assise présente beaucoup de similitudes avec l’enseignement propre aux voies soufies. Une entrevue datée de 1219 est restée célèbre entre saint François d’Assise et le sultan al-Mâlik al Kâmil assisté du soufi Fakhr ad din Farisi. On ne connaît pas les propos qui furent échangés à cette occasion, mais on sait que l’entretien dura plusieurs jours et qu’il s’acheva par de chaleureuses salutations réciproques ». Un écrivain qui s’inspira des écrits soufis fut Dante Alighieri (1265-1321) et son oeuvre maîtresse « La divine comédie ». Cette oeuvre décrit le voyage symbolique de Dante à travers l’Enfer, le Purgatoire, et le Paradis. Sa symbolique reprend très fidèlement les notions développées par les poètes soufis. En particulier, de nombreuses correspondances avec le « Livre du Voyage nocturne » de Ibn Arabi, écrit un siècle plus tôt, et qui montre la descente aux enfers puis l’ascension à travers les différents cieux, accomplie par le Prophète de l’Islam (Qsssl), ont pu être établies. Il est en effet possible que Dante ait pu prendre connaissance des diverses traductions du « Livre de l’échelle » (Kitab al mir’aj) qui ont circulé au XIIIe siècle à la cour de Alphonse X le Sage, successivement en castillan, en latin et en français ».(5) « Plus près de nous, lit-on en conclusion, l’Emir Abdelkader (1808-1883) fut surtout célèbre pour son rôle de résistant face à la conquête de l’Algérie par la France et il s’illustra, notamment par sa bravoure et son esprit chevaleresque. Son rattachement dès le plus jeune âge à une voie soufie et la richesse inépuisable de ses « Ecrits spirituels » attestent la grande dimension spirituelle de ce combattant-écrivain hors du commun. Lorsque quelques années plus tard, alors qu’il avait trouvé refuge à Damas, il protégea des milliers de chrétiens qui risquaient d’être massacrés au cours d’un conflit. (…) En fait, à travers chacun de ses actes, l’Emir mettait en pratique l’enseignement qu’il avait reçu et son action dans le monde était le prolongement naturel de la contemplation de l’Unique ».(5) En conclusion, le soufisme, à travers ses différentes voies spirituelles, se présente avant tout comme un support de méditation et il a rarement eu une implication visible dans des phénomènes de société. La méditation transcendantale du soufisme devrait être pour nous un repère   «De nos jours, écrit Eric Geoffroy, l’absence de sens, le nihilisme atteignent l’Occident comme l’Orient, en manifestant des symptômes contradictoires, mais solidaires. En Occident, ils ont produit de l’errance morale; en Orient, le complexe de l’humilié et la culture du ressentiment. Dans les deux cas, le ciel de la spiritualité a été refermé. (…) Dans ce contexte de désagrégation des repères comment maintenir un espace intérieur non altéré? Il semble que seule la spiritualité puisse vivifier l’enseignement islamique, selon lequel la sacralité réside, non pas dans un temple, mais en l’homme. Le cosmos lui-même n’a pas la capacité d’accueillir la Présence comme peut le faire l’homme (…) Plus que jamais, avec la mondialisation, la Terre entière devient une «mosquée pure» – comme l’indiquait le Prophète – en dépit de sa pollution matérielle.(6) La civilisation de l’éphémère du XXe siècle née dans l’enthousiasme et saluée comme l’aube d’un nouvel âge d’or s’est achevée dans le désabusement convaincu d’avoir apporté le crime et la misère aux trois quarts de la planète, ainsi que le désespoir aux générations futures.  Le XXIe siècle  ne donne pas non plus des signes de répit à l’anomie du monde. Les sociétés occidentales sont minées de l’intérieur, par des contradictions insurmontables, une absence complète de repères. (7) L’Occident malade de la croissance, mortellement atteint pour avoir fait de l’homme un agent géologique qui ne cesse d’accélérer le désordre est contagieux. Les sociétés musulmanes devant le vide sidéral proposé par leurs gouvernants se jettent à corps perdu dans cette civilisation de l’éphémère qui déconstruit à tour de bras ce que les sociétés humaines ont mis des milliers d’années  et qui risquent de s’évaporer sous les coups de boutoir du culte de l’argent. Ce « money-théisme »  lamine les espérances,  les repères identitaires pourvu qu’il y ait une extraction de la valeur.  L’homme qui est devenu un produit marchand,  n’est plus jugé à l’aune de la dignité humaine,  mais à sa  valeur sociale dans la nouvelle échelle qui permet à Donald Trump de traiter des sociétés humaines nés du mauvais côté de l’histoire de pays de « m… »  Comment lutter contre cet « ensauvagement » des sociétés humaines? Nous avons plus que jamais besoin de transcendance pour sauver le monde.  Nous avons besoin de repères, de vivre en harmonie envers nous-même,  les autres et la nature. Nous serons alors en paix avec nous- même. Le soufisme  qui est une forme de mysticisme invite le musulman  et plus globalement le croyant à une introspection où tout ce qui est matériel et qui peut le distraire  disparaît  en lui,  permettant ainsi  de renouer avec la finalité   et l’essence même de sa place dans le schéma de la création . C’est à ce   questionnement que le soufisme bien compris nous invite. 1.Chems Eddine Chitour : L’Apport de l’Islam à l’humanité. L’Expression du 4 août 2011 2.Dr Nurbakhsh http://www.journalsoufi.com/soufisme 26.07.2001 3.Textes de René Guénon : Shaykh Abd el Wahîd Yahia Notes : Le Voile d’Isis, 03 193.p. 145 http://www.naqshbandi.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=15&Itemid=30 4.Eric Geoffroy : Le soufisme et la France Oumma.com 21 juillet 2011 5.Traces de soufisme en Europe occidentalehttp://www.soufisme.org/site/spip.p… 6 Éric Geoffroy http://www.saphirnews. com/Spiritualite-et-mondialisation_a10969.html Oumma, 745e anniversaire de la mort du grand spirituel Roumi

Traductions du mot « arithmologie »

Langue Traduction
Anglais arithmology
Espagnol aritmología
Italien aritmologia
Allemand arithmologie
Chinois 人类学
Arabe علم الحساب
Portugais aritmologia
Russe arithmology
Japonais アリトモロジー
Basque arithmology
Corse aritmologia
Source : Google Translate API

Synonymes de « arithmologie »

Source : synonymes de arithmologie sur lebonsynonyme.fr
Partager