La langue française

Anuiter

Sommaire

  • Définitions du mot anuiter
  • Étymologie de « anuiter »
  • Phonétique de « anuiter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « anuiter »
  • Citations contenant le mot « anuiter »
  • Traductions du mot « anuiter »
  • Synonymes de « anuiter »

Définitions du mot « anuiter »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANUITER (S'), verbe pronom.

A.− Vieilli. [En parlant d'un lieu] S'obscurcir avec la tombée de la nuit :
1. ... − l'île s'anuitait déjà −, on eût dit qu'avant l'heure les fantômes du soir se hâtaient de reprendre possession de la lande. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 162.
B.− Vx. [En parlant d'une pers.] Se laisser surprendre par la tombée de la nuit :
2. ... j'errais à pas lents et je m'anuitai : on ferma les portes. J'essayai de trouver une issue... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 440.
Rem. L'emploi intrans. « faire nuit » (cf. étymol.) est attesté ds Guérin 1892, DG et Lar. encyclop.
PRONONC. : (s') [anɥite]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 transcrivent : -nyite (cf. aussi les dict. du xixes.).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. xies. impersonnel « faire nuit » (Alexis, st. 11a, xies., G. Paris ds Gdf. : Quant li jorz passet et il fut anoitiet); ca 1155 anuitier « id. » (Wace, Rou, 2ep., 3483, Andresen, ibid.) − 1660, C. Oudin, Tresor des deux langues espagnolle et françoise; 2. 1549 verbe trans. (R. Estienne, Dict. françois-latin, Paris : Anuictier. Mettre à la nuict, Atarder aucun jusques a ce qu'il soit nuict); 1636 s'anuiter « se laisser surprendre par la nuit » (Monet, Invantaire des deus langues, françoise et latine); 1680 emploi qualifié de ,,un peu vieux`` par Rich. Dér. de nuit*; préf. a-1*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Pamart (P.). Mots de Chateaubriand. Vie Lang. 1969, no211, p. 569. − Rheims 1969.

Wiktionnaire

Verbe

anuiter \a.nɥi.te\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’anuiter)

  1. (Vieilli) Faire nuit, faire noir.
  2. (Vieilli) S’exposer à être surpris en chemin par la nuit.
    • Le bois s’anuitait petit à petit, les oiseaux avaient cessé de chanter - il commençait à faire très sombre dans le sous-bois opaque. — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, Paris : J. Corti, 2011)
    • Mais le petit avait plus peur des loups que les loups des allumettes & forçait sur les pédales de crainte de s’anuiter loin du village. — (Lionel Labosse, M&mnoux, Publibook, 2018, p. 419).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANUITER (S'). v. pron.
S'exposer à être surpris en chemin par la nuit. Si vous m'en croyez, ne vous anuitez pas. Il est vieux.

Littré (1872-1877)

ANUITER (a-nui-té) v. réfl.
  • Être surpris en chemin, par la nuit.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ensi s'empartirent, quant il fu anuitié, le petit pas, Villehardouin, CXLV. Quant ore voit la dame qu'ens au bois lui anuite, Berte, XXXVII. Povre hostel ot la dame, quant vint à l'anuitier, ib. XXXVIII. Et la pierre si clere estoit, Que, maintenant qu'il anuitoit, L'en s'en veïst bien au besoing Conduire d'une liue loin, la Rose, 1107. Or disons ainsi, que à l'anuitier revenimes de la perilleuse bataille desus dite, Joinville, 230.

XIVe s. Et tant ala Bertran et avant et arrier, Que le bon duc d'Anjou trouva ung anuitier, Qui Bertran honnoura et le volt festier, Guesclin. 17334.

XVe s. Environ l'anuiter, ce jeudi au soir vinrent les nouvelles à Bruges de la deconfiture de la bataille, Froissart, II, II, 199.

XVIe s. Te faudroit voir tous ces vieux romans et poetes françois où tu trouveras un anuicter, pour faire nuict… et mil' autres bons mots, que nous avons perdus par nostre negligence, Du Bellay, J. I, 29, recto. D'une entre-suivante fuyte Il ajourne, et puis enuyte, Du Bellay, J. III, 78, verso. … et quand il anuytoit, Le fier Énée en songe l'agitoit, Du Bellay, J. IV, 19, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « anuiter »

Nicot, en 1606, mentionne adnuicter ou annuicter repris par l’Académie dès 1694 sous la forme s’anuiter puis (s’)anuiter en 1762. Anuit et anuiter sont présents chez Féraud en 1788, dans le Dictionnaire de l'Académie française jusqu’à la 9e édition qui lui donne pour étymologie un verbe anoitier du XIe siècle, lui même dérivé de noit (« nuit »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anc. franç. anuit, de à et nuit. Anuit, qui signifiait cette nuit, était un excellent mot encore conservé dans quelques provinces.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « anuiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anuiter anµite

Évolution historique de l’usage du mot « anuiter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anuiter »

  • S'anuiter, c'est dans la langue provençale rentrer tard chez soi, d'ailleurs plus souvent employé dans la forme négative (il ne s'est pas anuité, il n'est pas rentré tard) Le Figaro.fr, Dix mots anciens à utiliser (urgemment) au quotidien

Traductions du mot « anuiter »

Langue Traduction
Anglais anuiter
Espagnol anuiter
Italien anuiter
Allemand anuiter
Chinois 肛门
Arabe anuiter
Portugais anuiter
Russe anuiter
Japonais anuiter
Basque anuiter
Corse anuiter
Source : Google Translate API

Synonymes de « anuiter »

Source : synonymes de anuiter sur lebonsynonyme.fr
Partager