La langue française

Anthropocentrique

Définitions du mot « anthropocentrique »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANTHROPOCENTRIQUE, adj.

PHILOS. [En parlant d'un syst. philos. ou cosmologique] Qui consiste à adopter l'anthropocentrisme*. Le point de vue anthropocentrique :
1. Ce qui les obsède surtout [les pessimistes], c'est l'erreur anthropocentrique, c'est la fatuité naïve de l'homme jugeant le monde au point de vue de son bien-être ... Renan, Feuilles détachées,1892, p. 389.
2. (I. − Dans toute prière deux activités collaborent, celle de l'homme et celle de Dieu.) La prière est un « saint désir ». C'est la définition anthropocentrique un peu étroite, qu'a proposée saint Augustin et que Nicole préfère. Pour l'instant elle suffit. Bremond, Hist. littér. du sent. relig. en France,t. 4, 1920, p. 501.
3. La seconde sorte d'humanisme croit que l'homme lui-même est le centre de l'homme, et donc de toutes choses. Il implique une conception naturaliste de l'homme et de la liberté. Si cette conception est fausse, on comprend que l'humanisme anthropocentrique mérite le nom d'humanisme inhumain et que sa dialectique doive être regardée comme la tragédie de l'humanisme. Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 35.
Rem. 1reattest. ds P. Janet (R. philos., janv. 1876, p. 37 ds Littré). Composé de l'élément préf. anthropo-* et de centre*; suff. -ique*.
PRONONC. : [ɑ ̃tʀ ɔpɔsɑ ̃tʀik].
STAT. − Fréq. abs. littér. : 41.
BBG. − Goblot 1920. − Lal. 1968. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Rey-Cottez 1970, t. 38, p. 353.

Wiktionnaire

Adjectif

anthropocentrique \ɑ̃.tʁɔ.pɔ.sɑ̃.tʁik\ masculin et féminin identiques

  1. Où le genre humain est considéré comme le centre de l’univers.
    • “Si vous donnez la personnalité juridique à une personnalité non-humaine, c’est une petite révolution en soi qui signifie un certain changement dans l’aspect anthropocentrique ou biocentrique de la perception qu’on a du monde, de l'homme et de son environnement […]” — (Pierre Ropert, « En Inde et en Nouvelle-Zélande, le fleuve reconnu comme un être vivant », France culture, 22 mars 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ANTHROPOCENTRIQUE (an-tro-po-san-tri-k') adj.
  • Où l'homme est considéré comme centre des choses. L'erreur anthropocentrique : l'homme motif principal de la création ; tout a été fait pour lui, la terre pour le porter, le soleil pour éclairer ses jours, la lune pour éclairer ses nuits, Lécuyer, la Philosophie positive, janv - févr. 1876, p. 81. Le point de vue anthropocentrique, P. Janet, Rev. philosophique, janv. 1876, p. 37.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « anthropocentrique »

Ἄνθρωπος, homme, et centre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du grec ancien ἄνθρωπος, ánthrôpos (« homme ») et κεντρικός, kentrikós (« central »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « anthropocentrique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anthropocentrique ɑ̃trɔpɔsɑ̃trik

Évolution historique de l’usage du mot « anthropocentrique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anthropocentrique »

  • Contrairement à la justice environnementale qui reste anthropocentrique, la justice écologique accorde une valeur et des droits à la nature et à sa biodiversité. Autrement dit, elle induit une idée d’égalité des droits et des chances entre les êtres humains et leur environnement. C’est pourquoi elle implique, soit de développer une relation de respect et de collaboration avec la nature — l’approche écocentriste —, soit de revendiquer l’égalité de droits entre tous les êtres vivants — l’approche biocentriste. Cette dernière approche a pu créer de nouvelles inégalités légitimes au détriment des populations autochtones, notamment au Honduras, au Brésil, en Colombie, en Inde et dans la région du Sápmi. La préservation de la biodiversité justifie leur expropriation en accord avec le droit de ces États, mais en violation des droits fondamentaux des peuples autochtones. L’écocentrisme, pour sa part, implique qu’on limite les impacts des activités humaines sur la biodiversité afin d’éviter de perturber les écosystèmes, voire qu’on instaure des pratiques d’agroécologie comme la permaculture. Elle permet d’établir de bonnes pratiques responsables et ouvre la voie à une compatibilité des droits. Le Devoir, Droits des travailleurs et justice environnementale | Le Devoir
  • Il est vrai que l’expérience humaine, vécue depuis des dizaines de milliers d’années, ne pouvait conduire qu’à une double conception géocentrique (la Terre, centre de l’Univers) et anthropocentrique (l’Homme, centre du monde) selon lesquelles tout ce qui existe, c’est-à-dire ce que nous appelons « nature », est là (n’est là, pour les créationnistes, que) pour le servir, comme une sorte de « stock » dans lequel il puise comme il veut.   France Culture, Lazhari Rihani : “Face à la Covid, penser notre place dans l'Univers et le monde”
  • On est en train de tourner une page anthropocentrique du rapport entre l’humain et l’animal. Car l’anthropocentrisme place l’humain à part et au-dessus du reste des animaux. On se dirige maintenant vers un « zoocentrisme » en considérant que l’humain est un animal comme les autres, et que nous sommes plus essentiellement animaux qu’humains et plus vivants que rationnels. France Culture, Assumer l’humain - Ép. 5/5 - Animal humain
  • Nous savons que le travailleur façonne la nature, et qu’il a besoin de la nature afin de survivre. Nous savons aussi, je présume, que le corps est sensible et que son travail sur les objets naturels implique une relation sensible avec ceux-ci. Mais si la nature constitue d’une manière ou d’une autre le « corps inorganique » de l’humain, alors il existe une autre sorte de relation, une relation dans laquelle le corps humain n’est plus clairement distinct. En effet, ses limites ne sont pas connues avec exactitude et ne peuvent pas l’être. S’il existe effectivement un corps inorganique de l’humain, et si ce corps est la nature tout entière, alors le corps humain s’étend à la nature tout entière, ou, inversement, la nature tout entière comprend le corps humain. La relation qu’entretient le corps humain avec la nature tout entière est essentielle pour le corps humain, tout comme la relation qu’entretient la nature avec le corps humain s’avère essentielle pour la nature. La manière dont nous pensons cette relation est décisive pour répondre à la question suivante : les manuscrits de jeunesse défendent-ils vraiment une conception anthropocentrique ou peut-on y trouver une critique de l’anthropocentrisme restée jusque-là largement ignorée ? Je propose d’examiner à nouveaux frais cette affirmation spéculative à propos de la nature comme corps inorganique pour répondre à cette question. Club de Mediapart, Travail et nature. Une lecture du jeune Marx par Judith Butler | Le Club de Mediapart
  • Ils existent des limites. Il faut environ 5 millards d’années pour qu’une forme de vie apparaisse sur une planète. Il a fallu 4,5 milliards d’années pour que l’humanité arrive à un stade très « évolué » sur le plan technologique. De plus, la réelle affirmation qu’une vie extraterrestre existe se baserait sur les signaux de communication via des transmissions radiophoniques, envoyé dans la galaxie. Cette méthode astrophysique quelque peu anthropocentrique est appelée la méthode « Astrological Copernican Limit ». Elle prend en compte : la durée de la formation des étoiles ou encore la probabilité qu’une autre étoile comme le Soleil aurait d’autres planètes comme hôtes. BLOW ENTERTAINMENT, Hors-catégories - Notre galaxie serait habitée par une trentaine de civilisations extraterrestres
  • C'est la technique la plus directe pour tenter de découvrir une vie extraterrestre : tendre l'oreille vers le ciel, c'est-à-dire pointer les immenses paraboles des radiotélescopes vers le cosmos, dans l'espoir de capter des signaux d'origine artificielle, technologique. C'est la plus anthropocentrique aussi, puisqu'elle présuppose qu'il y a dans l'Univers des êtres au moins aussi évolués que nous et qui utilisent peu ou prou les mêmes techniques. Cette recherche, dite Seti (pour Search for Extra-Terrestrial Intelligence), a vu le jour en 1960, sous la houlette de l'astronome Frank Drake, qui commença à écouter quelques dizaines de systèmes extrasolaires proches dans des centaines de fréquences radio. Science-et-vie.com, Où en est la quête d'un signal extraterrestre ? - Science & Vie

Traductions du mot « anthropocentrique »

Langue Traduction
Anglais anthropocentric
Espagnol antropocéntrico
Italien antropocentrico
Allemand anthropozentrisch
Portugais antropocêntrico
Source : Google Translate API

Anthropocentrique

Retour au sommaire ➦

Partager