La langue française

Aînesse

Définitions du mot « aînesse »

Trésor de la Langue Française informatisé

AÎNESSE, subst. fém.

A.− GÉNÉALOGIE, lang. commune
1. En gén. Qualité de l'enfant aîné, antériorité d'âge du premier-né ou, p. ext., d'un autre enfant par rapport aux autres enfants de la même famille :
1. ... passant en ce point de la vallée où deux minces ruisseaux s'unissent en notre petite rivière, j'ai pensé aux enfants. Alix et Raphaël sont venus jouer en ce coin. (René, fier de son aînesse, et de caractère sauvage, est toujours resté à l'écart de ces jeux). Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 258.
2. Frédie, malgré ses dix-huit mois d'aînesse − ça compte, à cet âge! − et malgré d'analogues tourments, n'était ni plus avancé ni plus riche d'audace. (...) Je me rendis compte assez vite qu'il ne pouvait rien tenter sans moi. Comme sa taille et ses moustaches naissantes me faisaient du tort, je pris le parti de chasser pour mon propre compte, seul. Le cartel des gosses expirait. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 245.
2. Spéc., DR. Droit d'aînesse. Prérogatives de l'aîné (premier-né mâle) en matière de succession parentale. (Droit aboli en France à la fin du xviiiesiècle) :
3. 29 avril 1826. Étant sur le point de partir pour l'Angleterre, je marque sommairement ici les événements principaux qui occupent en ce moment, afin de savoir à mon retour où l'on en est resté en France. (...) La loi sur le droit d'aînesse, présentée par le ministère, a été rejetée par la Chambre des Pairs, au grand contentement de presque tous les Français. Le jour du rejet, on a illuminé dans Paris et dans les principales villes de France... É.-J. Delécluze, Journal,1826, p. 345.
4. ... la famille dut procéder au partage des biens. (...) Mon père, en demandant sa part comme ses frères et ses sœurs, pouvait changer d'un mot son sort et obtenir une des belles possessions territoriales que la famille avait à se partager. (...) Les lois révolutionnaires qui supprimaient le droit d'aînesse étaient toutes récentes; elles avaient encore à ses yeux, bien qu'il les trouvât très-justes, une apparence de compression et de violence faite à l'autorité paternelle. En demander l'application en sa faveur contre son frère aîné lui paraissait un abus de sa situation. A. de Lamartine, Les Confidences,1849, p. 46.
5. ... le chevalier de Barbanpré, (...) ne comprend pas qu'Ésaü ait vendu son droit d'aînesse pour un plat de lentilles, mais (...) vendrait son âme pour une poularde truffée. J. Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 26.
6. Il est facile de montrer que la plupart des préjugés sur lesquels reposait l'ancienne société, le privilège de la noblesse, le droit d'aînesse, la légitimité, etc., sont irrationnels et absurdes au point de vue de la raison abstraite, que dans une société normalement constituée, de telles superstitions n'auraient point de place. E. Renan, L'Avenir de la science,1890, p. 26.
Rem. Noter la var. except. avantage d'aînesse :
7. Le duc Guillaume de Woerbeck était oncle du prince régnant et frère aîné de son père. Sa naissance l'avait désigné pour porter la couronne, et il avait été considéré comme prince héréditaire pendant la plus grande partie du règne du feu souverain Cependant, longtemps avant la vacance du trône, il s'était voulu dépouiller de son avantage d'aînesse en faveur du cadet. J.-A. de Gobineau, Les Pléiades,1874, p. 247.
Par ell. Aînesse. Droit d'aînesse :
8. Le monachisme, tel qu'il existait en Espagne, et tel qu'il existe au Thibet, est pour la civilisation une sorte de phtisie. Il arrête net la vie. Il dépeuple, tout simplement. Claustration, castration. Il a été fléau en Europe. Ajoutez à cela la violence si souvent faite à la conscience, les vocations forcées, la féodalité s'appuyant au cloître, l'aînesse versant dans le monachisme le trop-plein de la famille, les férocités dont nous venons de parler, les in-pace, les bouches closes, les cerveaux murés, tant d'intelligences infortunées mises au cachot des vœux éternels, la prise d'habit, enterrement des âmes toutes vives. V. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 613.
B.− Au fig. [Sans lien de parenté]
1. En gén. [En parlant d'une ou de plusieurs pers., d'une collectivité] Primauté en âge, en expérience :
9. L'année 1823 était ce que la restauration a appelé « l'époque de la guerre d'Espagne ». Cette guerre contenait beaucoup d'événements dans un seul, et force singularités. Une grosse affaire de famille pour la maison de Bourbon; la branche de France secourant et protégeant la branche de Madrid, c'est-à-dire faisant acte d'aînesse; ... V. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862p. 443.
10. Étonnante férocité des Espagnols qui se montrèrent plus enragés, plus diaboliquement dénués de générosité, en combattant pour leur royauté pourrie que la pire canaille de France en démolissant la monarchie très chrétienne. Aînesse et supériorité de la France, même en ses plus horribles jours. Elle a beau faire le mal, elle ne peut en donner l'exemple qu'à des inférieurs. Elle ne descend jamais que jusqu'à un certain point et il sort toujours d'elle une main divine. L. Bloy, Journal,1907, p. 337.
11. Il regarda son frère, sans haine pour la première fois peut-être depuis vingt ans; la gêne, l'étrange angoisse qu'il avait toujours éprouvées devant lui venaient de s'évanouir. Il était enfin guéri des siens par le scandale, le grand jour, il les avait enfin contraints à entrer avec lui dans le monde sans mensonges, le monde impoli de Caïn et d'Abel, (...) tout s'effondrait, la tradition de la famille, l'aînesse, l'amour fraternel; l'entrée de l'imprévu dans l'ordre Rosenthal le faisait douter de sa raison et de ses yeux. P. Nizan, La Conspiration,1938, p. 183.
12. Nous reprenons après vingt ans nos habitudes Au vestiaire de l'oubli mille Latudes Refont les gestes d'autrefois dans leur cachot Et semble-t-il ça ne leur fait ni froid ni chaud ... Vingt ans l'espace à peine d'une enfance et n'est-ce Pas sa pénitence atroce pour notre aînesse Que de revoir après vingt ans les tout petits D'alors les innocents avec nous repartis... L. Aragon, Le Crève-cœur,Vingt ans après, 1941, p. 10.
2. Spéc. Droit d'aînesse. Droit de prépondérance, de suprématie (dû à l'âge, au rang, etc.) :
13. Ce n'est plus le droit d'aînesse d'un individu qu'il faut abolir dans l'intérieur de la famille, c'est le droit d'aînesse d'une classe qu'il faut abolir dans l'intérieur de la nation. Et de même que la nation révolutionnaire, il y a cent vingt ans, a aboli de la propriété individuelle tout ce qui s'opposait au droit des enfants d'une même famille, la nation révolutionnaire, sous l'inspiration grandissante du prolétariat, abolira de la propriété individuelle tout ce qui s'oppose au droit de tous les citoyens. J. Jaurès, Études socialistes,1901, p. 219.
14. Pourquoi ce grand garçon réfléchi ne s'insurgeait-il pas contre l'ascendant de ce gamin? Son éducation, la liberté dont il jouissait, ne lui donnaient-elles pas sur Jacques un incontestable droit d'aînesse? R. Martin du Gard, Les Thibault,Le Cahier gris, 1922, p. 630.
Prononc. ET ORTH. : [εnεs]. Durée demi-longue chez Barbeau-Rodhe 1930 pour l'initiale. − Rem. Indications de longueur également chez Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834. Fér. 1768 et Wailly Vocab. 1818 citent une orth. ainesse.
Étymol. ET HIST. − 1283 dr. « droit de primogéniture avantageant l'aîné dans une succession » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes du Beauvaisis, 14, 6, éd. Beugnot ds T.-L. : Se vilenages vient a enfans en deschendant ou en esqueance, il n'i a point d'ainsneece, ains em porte autant li mainsnés comme li ainsnés). Dér. de ainsné, aîné*; suff. -ece, esse*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 86.
BBG. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Dheilly 1964. − Dup. 1961. − Dupin-Lab. 1846. − Fér. 1768 (s.v. aîné).Lep. 1948. − Noter-Léc. 1912. − Pol. 1868. − St-Edme t. 1 1824.

Wiktionnaire

Nom commun

aînesse \ɛ.nɛs\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Priorité d’âge entre frères et sœurs.
    • Ésaü vendit son droit d’aînesse à Jacob pour un plat de lentilles.
    • Divers passages de la Genèse, premier livre du Pentateuque, constatent l’existence du droit d’aînesse chez les Hébreux à l’époque des Patriarches. — (Elkaïm Haïm, Le Droit d’aînesse: d’après la Bible et la législation rabbinique, son application au Maroc, 1952)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AÎNESSE. n. f.
Priorité d'âge entre frères et sœurs. Il n'est guère usité que dans cette locution, Droit d'aînesse. Ésaü vendit son droit d'aînesse à Jacob pour un plat de lentilles.

Littré (1872-1877)

AÎNESSE (è-nè-s') s. f.
  • Priorité d'âge entre frères et sœurs. Le dernier peut-être d'une famille nombreuse, ou du moins exclu des droits et des prérogatives de l'aînesse, vous vous seriez vu réduit dans le monde à une portion de cadet toujours fort mince dans les maisons les plus anciennes, Massillon, Revenus ecclésiastiques. Et ce vieux droit d'aînesse est parfois si puissant Que pour remplir un trône il rappelle un absent, Corneille, Nic. IV, 3. L'invention des arts étant un droit d'aînesse, Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce, La Fontaine, Fab III, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. Entre femeles n'a point de enneece, Liv. de Just. 233. Li fiés qui vient as hoirs en descendant, il y a ainsneece, Beaumanoir, XIV, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « aînesse »

Aîné. On voit que l'ancienne forme est ainsneece, et que aînesse est une contraction ; par consèquent, elle suppose un substantif ante-natitia, donnant régulièrement ains-neece.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aînesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aînesse ainɛs

Évolution historique de l’usage du mot « aînesse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aînesse »

  • Lors de l’audience générale du 10 juin 2020, tenue dans la bibliothèque du palais apostolique, le pape François a poursuivi sa méditation sur la prière entamée depuis plusieurs semaines. Il s’est arrêté sur l’histoire de Jacob, tirée du cycle des patriarches, célèbre pour avoir ravi le droit d’aînesse à son frère par ruse mais aussi, et surtout, par son combat avec l’ange du Seigneur (cf. Gn 32, 23-33). « Lutter avec Dieu, c’est une métaphore de la prière », a souligné le pape François. Si, à d’autres occasions, « Jacob s’était montré capable de dialoguer avec Dieu, de le ressentir comme une présence amicale et proche », au cours de cette nuit sur une rive étrangère et « à travers un combat interminable au cours duquel il a failli succomber », le patriarche sort changé. « Changement de nom, changement de façon de vivre et changement de personnalité… » Pour une fois, a-t-il poursuivi, Jacob « n’est plus maître de la situation » et son habileté ne lui est d’aucune aide. Dieu l’a ramené « à la vérité de sa condition de mortel ». Pour le pape François, comme Jacob, « nous avons tous, autant que nous sommes, rendez-vous dans la nuit avec Dieu ». Et, en combattant l’inconnu, « nous prendrons conscience de n’être que de pauvres hommes… ». C’est à ce moment-là « que Dieu nous donnera un nouveau nom, qui contient le sens de toute notre vie ; il changera notre cœur et nous donnera la bénédiction réservée à celui qui s’est laissé changer par lui ». La Croix, “Lutter avec Dieu est une métaphore de la prière”, affirme le pape François lors de l’audience générale
  • Le chef exécutif de l’Ancien Testament ne donne pas la recette du premier plat cuisiné qui passera à la postérité, mais la Genèse nous apprend qu’il s’agit d’une soupe de lentilles. Et que celle-ci est à l’origine d’une longue querelle entre les jumeaux Jacob et Esaü, le premier, fils chéri de sa maman, extorquant au second son droit d’aînesse en échange d’une écuelle bien garnie. Affamé, Esaü, le chouchou de son papa, renonça sans faire d’histoires à son privilège: «Alors Jacob donna à Esaü du pain et du potage de lentilles.» Les ennuis commencèrent. Plus tard, Dieu créa les notaires, et les problèmes de succession se réglèrent autrement. Le Figaro.fr, La lentille verte du Puy par François Gagnaire
  • Samedi 6 juin, pour la première depuis plusieurs mois, six personnes ont pu profiter des connaissances et de la passion de la guide conférencière Cécile Delaumône pour connaître mieux Arreau, ancienne capitale du Comté d’Aure, qui constituait avec la Barousse, le Magnoac et la Basse Neste, le Pays des Quatre vallées. La particularité de ce pays était d’être autonome et de disposer d’une charte, véritable constitution nationale qui prouvait son indépendance, une indépendance avérée dès le Xe siècle et confirmée en 1300 par le Comte Bernard de La Barthe. Cette charte assurait une grande liberté au peuple, les seigneurs n’ayant alors qu’un rôle défensif. La structure de la société auroise reposée sur la maison, qui englobait la maison elle-même mais aussi toutes les autres propriétés de la famille. Cette entité était indivise car elle seule permettait à la famille de vivre. C’est pourquoi il existait un droit d’aînesse, qui, dans les Pyrénées, prenait une connotation particulière puisqu’il était absolu : hériter l’aîné, qu’il soit fille ou garçon. Les cadets n’avaient rien : ils pouvaient épouser un(e) aîné(e), partir ou rester dans la maison. Ils étaient alors au service du chef de famille. C’étaient les chefs de famille qui élisaient les consuls, quatre pour Arreau. La révolution française met fin (du moins sur le papier) à cette organisation qui sera malgré tout plus ou moins conservée jusqu’à la première guerre mondiale. C’est en effet cette période, qui voit le départ des hommes, mais surtout qui leur fait découvrir d’autres fonctionnements et sonne ainsi le glas de cette histoire si particulière. ladepeche.fr, Arreau. Venez découvrir les vallées d’Aure et du Louron - ladepeche.fr

Traductions du mot « aînesse »

Langue Traduction
Anglais firstborn
Espagnol primogenitura
Italien nascita
Allemand geburtsrecht
Portugais primogenitura
Source : Google Translate API

Synonymes de « aînesse »

Source : synonymes de aînesse sur lebonsynonyme.fr

Aînesse

Retour au sommaire ➦

Partager