La langue française

Abortif

Sommaire

  • Définitions du mot abortif
  • Étymologie de « abortif »
  • Phonétique de « abortif »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abortif »
  • Citations contenant le mot « abortif »
  • Traductions du mot « abortif »
  • Synonymes de « abortif »

Définitions du mot abortif

Trésor de la Langue Française informatisé

ABORTIF, IVE, adj.

MÉD. et BOT. Sert d'adj. au verbe avorter.
A.− Emploi factitif (méd., pharmacologie). [En parlant d'une manœuvre, d'un traitement, d'un remède, d'un médicament, d'une drogue] Qui fait avorter.
Au fig. :
1. Voyant sur les boulevards les marronniers qui, plongés dans un air glacial et liquide comme de l'eau, n'en commençaient pas moins, invités exacts, déjà en tenue, et qui ne se sont pas laissé décourager, à arrondir et à ciseler, en leurs blocs congelés, l'irrésistible verdure dont la puissance abortive du froid contrariait, mais ne parvenait pas à refréner la progressive poussée − je pensais que déjà le Ponte Vecchio était jonché à foison de jacinthes et d'anémones... M. Proust, À la recherche du temps perdu,Du côté de chez Swann, 1913, p. 31.
Emploi subst. [avec ell. du subst. médicament ou remède]. Un abortif.
B.− Emploi passif. [En parlant d'une maladie] Dont le développement normal a été arrêté :
2. ... elle (la maladie) tourne court et affecte une marche abortive. G.-H. Roger ds(G.-H. Roger, P. Teissier, F. Widal, Nouveau traité de médecine,1920-1924, p. 86).
Plus spéc., dans le lang. méd. [En parlant d'un enfant mort-né mis au monde avant terme par avortement naturel ou provoqué] .
BOT. [En parlant d'une étamine, d'un fruit à développement incomplet] .
Par fig. de style. L'emploi bot. peut être utilisé pour désigner un avorton humain :
3. ... une longue procession de jours passés les yeux fermés, mène en silence le deuil autour de votre cercueil. À votre côté reposent votre cœur et vos entrailles arrachés de votre sein et de vos flancs, comme on place auprès d'une mère expirée, le fruit abortif qui lui coûta la vie. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 572.
Emploi subst. Un abortif (avec ell. du mot enfant) : dans cet emploi, auj. sorti de l'usage, le mot a concurrencé avorton.
Stylistique − Tous les emplois, à l'exception de l'emploi adj. A sont auj. vieillis (cf. hist.). Dans l'ex. qui suit de Laforgue, l'emploi est à la fois actif et passif, le terme désignant soit un être faisant avorter « les œufs de myriades d'animalcules », soit un « avorton de pape » élu suivant une procédure sommaire : 4. Lune, papa abortif à l'amiable, pape Des mormons pour l'art, dans la jalouse Paphos Où l'état tient gratis les fils de la soupape D'échappement des apoplectiques cosmos! C'est toi, léger manuel d'instincts, qui circules, Glaçant après les grandes averses, les œufs Obtus de ces myriades d'animalcules Dont les simouns mettraient nos muqueuses en feu! J. Laforgue, L'Imitation de Notre-Dame la Lune, La Lune est stérile, 1886, p. 258.
Prononc. − 1. Forme phon. : [abɔ ʀtif], fém. [-i:v]. 2. Dér. et composés : cf. avorter.
Étymol. − Corresp. rom. : ital. abortivo. I.− 1455 « mis au monde avant terme, avorté (en parlant d'un être humain) » (Fossetier, Cron. Marg., fo222 r ds Gdf. Compl. : Eut ung filz abortifz); 1478 « hâtivement réalisé, qui n'a pu atteindre son développement (en parlant d'une chose) », emploi fig. du précédent (Ord. XVIII, 399 ds Gdf. Compl. : Et pour les cuider distraire de nostre obeissance a fait dresser et tenir a Malines, hors nostre royaume, une assemblee et abortif conventicule de gens, qu'il faisoit appeler Parlement et cour souveraine). II.− 1752 « qui fait avorter » (Trév. : abortif, adj. se dit quelquefois de ce qui a la vertu de produire l'avortement). 1 empr. au lat. abortivus, adj. « né avant terme », dep. Horace (Sat. 1, 3, 45 ds TLL s.v., 120, 33); emploi fig. en lat. chrét. dep. Tertullien, ibid. 39 sq, mais appliqué à des êtres humains; cf. 1169 Lambertus Waterlos, Annal. Cameracenses, p. 552, 3 ds Mittellat. W.s.v., 38, 15 : abortiva quaeque castra illicite constructa. 2 second empr. au lat. abortivus, adj. « qui fait avorter (en parlant d'une pratique, d'une substance) » dep. Pline, Hist. nat., 7, 42, et 24, 18 ds TLL ibid. 57 et 58. − Rem. 1337 faire abboutif (subst.) « avorter » (Arch. nat. JJ. 70 fol. 110b ds Gdf. : laquelle estoit grosse d'anffant et fist abboutif); empr. au lat. abortivum subst. « avortement » (vies. Ps. Ambroise, ds Serm., 24, 8, ds TLL ibid., 66 : nulla mulier potione abortivum procuret). HIST. − Si le subst. abboutif « avortement » (cf. étymol.) a tôt disparu, l'adj. a évolué dans plusieurs directions : Abortif, emploi passif : a) apparaît en 1455 (cf. étymol. 1) en parlant d'êtres humains (filz abortifz); b) si l'on n'a pas d'ex. de l'emploi passif pour parler d'animaux, on le constate en revanche pour parler de fruits; c) enfin un emploi fig. « hâtivement réalisé » est attesté (dès 1748, cf. étymol. I). La valeur passive est vieillie ou vieillissante dans les emplois a et b; elle a disparu dans l'emploi fig. c. De abortif passif est sorti tardivement un subst. abortif 1 « avorton » (cf. sém.). Abortif à valeur factitive « qui fait avorter », dep. 1752 (cf. étymol. II). C'est ce sens second qui est aujourd'hui et de beaucoup le plus vivant (cf. sém. A). De l'emploi factitif de abortif est sorti tardivement un emploi subst. abortif « remède qui fait avorter » (cf. sém. A.). I.− Disparitions av. 1789. − A.− Emploi fig. du sens passif, apparu en 1478 (cf. étymol. I), terme de la lang. poétique, n'est plus vivant au xviies. : Cette bibliothèque, laquelle sort abortive de mes mains. Du Verdier, Biblioth., préf. [1585], (Gdf.). Le rossignol ne contraint son ramage; Mes vers aussi ne sont point abortifz. Tahureau, Poésies, sonnet 75, [1554], (Hug.). B.− Subst. abboutif « avortement », apparu en 1337 dans l'expr. faire abboutif (cf. étymol., rem.), ne subsiste pas. Dans l'ex. suiv. (xvies.) : Tel enfantement [hors terme] est appelé abortif ou avortement. (Paré, t. II, 624 ds Littré), abortif reste adj. et forme syntagme avec enfantement; il faut sans doute comprendre : enfantement abortif « avortement ». II.− Hist. des sens attestés apr. 1789. − A.− Sém. A, 1reattest. 1752 (cf. étymol. II), perman. aux xixeet xxes. (cf. sém. A). − Rem. Le subst. abortif 2 « remède qui fait avorter » n'est attesté qu'à partir de Besch. 1845 et subsiste au xxes. (cf. sém. A). B.− Sém. B. 1. Terme de méd., 1reattest. 1455 (cf. étymol. I); peu usité aux xviieet xviiies., il est vieilli au xixes. : xvies. : Mais nous pauvres et chetifs, Ici n'avons cognoissance Non plus qu'enfans abortifs Du lieu de nostre naissance. Ronsard, Odes, V, v, p. 380, [1550-1555] (Gdf.). Enfantement avortif (cf. sup. I B). xviies. : Il ne se dit gueres que des plantes (...). On le dit pourtant d'un enfant en cette phrase de l'Écriture : Il voudroit mieux être abortif. Et on s'en sert aussi fort souvent en Medecine. Fur. 1690. − Rem. Absent des dict. de l'Ac. xviiies. Trév. 1771 signale : Il est de peu d'usage, même comme terme de Méd. − Rem. Le subst. abortif 1 « avorton » n'apparaît qu'au xixes. (Besch. 1845, Guérin 1886 et DG), mais est peu empl.; il est absent de Littré et de Rob. 2. Terme de bot. Attesté au xvies. dans une métaph., est très usité aux xviieet xviiies. et subsiste comme vieilli aux xixeet xxes. : xvies. : Je ne veux toutesfois qu'un bon esprit se fiche A faire un Anagramme, à faire une Accrostiche D'un travail obstiné : ce sont fruicts abortifs Dont la semence vient des povres apprentifs. Vauquelin de La Fresn., Art poét., I, v. 381 (Hug.). xviies. : Abortif, ive adj. Qui est venu avant terme, ou qui ne peut pas acquérir la perfection, la maturité. Il ne se dit gueres que des plantes qui ont des fruits abortifs. Fur. 1690. xviiies. : Qui est venu avant terme (...). Fruit abortif. Il est de peu d'usage. Ac. 1762. Cf. aussi la curieuse déf. de Ac. Compl. 1842 : Abortif (bot.), se dit de certaines plantes dont les fleurs sont très-petites; et d'autres qui représentent incomplètement une figure d'homme.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 3.
BBG. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20.

Wiktionnaire

Adjectif

abortif \a.bɔʁ.tif\ masculin

  1. (Vieilli) Qui est venu avant terme, qui n’a pu acquérir son entier développement.
    • Enfant abortif.
  2. (Figuré) Qui fait avorter.
    • Lambert avait admis que sa femme se livrait sur elle-même à des manœuvres abortives depuis qu’un étudiant en médecine lui avait montré comment s’y prendre. Il était possible qu’après un avortement plus pénible que les autres, l’idée lui soit venue de s’adresser à une sage-femme. — (Georges Simenon, Les témoins, 1954, Presses de la Cité, éd. 2010, p. 135)
  3. (Par extension) (Médecine) Qui fait avorter en parlant d’un médicament, d’une drogue ou d’un traitement.
    • Substances abortives.
  4. (Botanique) Incomplètement développé.
    • Fruit abortif.
    • Graines abortives.

Nom commun

abortif \Prononciation ?\ masculin

  1. (Médecine) Avortement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABORTIF, IVE. adj.
Qui est venu avant terme, qui n'a pu acquérir son entier développement. Enfant abortif. Fruit abortif. Graines abortives. Il a vieilli. Il se dit, par extension, de Tout ce qui peut provoquer l'avortement. Manœuvres abortives. Substances abortives.

Littré (1872-1877)

ABORTIF (a-bor-tif, tiv')
  • 1 Adj. Qui avorte. Fœtus abortif, celui qui est né avant d'avoir acquis le développement nécessaire pour pouvoir vivre. En botan. Étamine abortive, celle qui n'a pas d'anthère ou qui n'en a qu'une ébauchée ; fleur abortive, celle qui tombe sans laisser aucune trace de fécondation. Se met toujours après son subst.
  • 2 S. m. Terme de médecine. Substance à laquelle on attribue la propriété de provoquer l'avortement. Les abortifs sont ordinairement de violents emménagogues ou des drastiques. Ce charlatan prescrivit des abortifs qui causèrent la mort de la femme.

HISTORIQUE

XVIe s. Je souhaiterois que nous retinssions la maniere que j'ai dite avoir esté entre les anciens, avant que ceste fiction abortive de sacrement vinst en avant, Calvin, Inst. 1172. Tel enfantement [hors terme] est appelé abortif ou avortement, Paré, t. II, 624. Le tout est fait comme un œuf abortif, c'est-à-dire qui n'a encore la coquille ferme et dure, Paré, t. XVIII, 6. Enfantement avortif, Paré, ib. Ses vers naistront inutis, Ainsi qu'enfans abortis, Qui ont forcé leur naissance, Ronsard, 363.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABORTIF, adj. avorté, qui est venu avant terme, ou qui n’a point acquis la perfection, la maturité. Fruit abortif. Voyez Avortement ou Accouchement. (L)

Abortif, adject. pris subst. est un enfant né avant terme. Dans le Droit civil un abortif, aussi bien qu’un posthume venu à terme, rompt le testament par sa naissance. L. Uxoris, cap. de post hæred. Instit. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « abortif »

Du latin abortivus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abortivus, de aboriri, de ab, indiquant privation, et oriri, naître (voy. ORIENT), ce qui empêche de venir à bien ou ce qui n'est pas venu à bien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abortif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abortif abɔrtif

Évolution historique de l’usage du mot « abortif »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abortif »

  • La bouillie bordelaise à base de cuivre est un produit préventif, jamais curatif. De plus le cuivre est abortif, ce qui est aussi le cas pour la vigne en fleur actuellement. Donc les viticulteurs devront oublier le cuivre pour traiter du mildiou installé. Quand au danger du cuivre pour l'homme, je ne sais où robesse a trouver ses informations, mais c'est du fake : toutes les nombreuses études sur la toxicité des pesticides n'ont jamais mises en avant de toxicité particulière du cuivre. Pour info, il y a 40 ans, on était à 120 kg / ha / an en 5 à 6 traitements, alors qu’aujourd’hui on est à 4 kg par an ! Pour ces raisons et aussi de coûts élevés, le cuivre est surtout utilisés en bio, les viticulteurs-chimiques préférant les produits de synthèse. Reste que traiter pour sauver une surproduction de vins qui va peser sur des marchés qui se ferment (Trump, COVID) avec des cours qui effondrent, est totalement idiot. Il est vrai que la formation économique des viticulteurs est souvent indigente, ces derniers pensant "qu'il y a le comptable" ... ladepeche.fr, Dans l'Aude, l’accord d’épandage aérien pour le mildiou vire au crash - ladepeche.fr
  • «Avortement à domicile», «Artotec Maroc», «Avortement Maroc»... De nombreuses pages sur Facebook vendent cet anti-inflammatoire, importé d’Espagne ou de France, lequel, détourné de son usage premier, peut se révéler être un médicament abortif. fr.le360.ma, Avorter à tout prix? Détourné de son usage, l’Artotec en vente libre sur Facebook | www.le360.ma
  • Comme Julia, de 2002 à 2011, ce sont 591 Maltaises - d’après les statistiques du gouvernement britannique - qui sont allées en Angleterre ou au pays de Galles pour «tourisme abortif». Dans le petit Etat méditerranéen, membre de l’Union européenne depuis 2004, avorter est toujours un acte criminel entraînant une peine de prison de trois ans pour la femme et son praticien. A travers le monde, rares sont les pays à maintenir une posture similaire, à l’instar du Nicaragua ou d’Haïti. Au sein des Vingt-Huit, une législation aussi répressive fait figure d’exception. Libération.fr, IVG : Malte, l’archipel archaïque - Libération
  • La DGS (direction générale de la santé) et l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ont mis en garde, en septembre, contre les risques graves pour la santé liés à l'utilisation d'un kit abortif vendu sur Internet. Ce produit de la société Cipla Limited, présenté comme un médicament de l'interruption de grossesse (IVG), est notamment commercialisé sur le site Eurodrugstore.eu. Le Monde.fr, Les dangers des kits abortifs vendus sur Internet

Traductions du mot « abortif »

Langue Traduction
Anglais abortive
Espagnol abortivo
Italien abortivo
Portugais abortivo
Source : Google Translate API

Synonymes de « abortif »

Source : synonymes de abortif sur lebonsynonyme.fr
Partager