La langue française

Abluer

Sommaire

  • Définitions du mot abluer
  • Étymologie de « abluer »
  • Phonétique de « abluer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abluer »
  • Citations contenant le mot « abluer »
  • Traductions du mot « abluer »
  • Synonymes de « abluer »

Définitions du mot « abluer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABLUER, verbe trans.

Vieilli.
I.− Emploi trans. Laver à fond.
A.− BIBL. Laver des manuscrits ou des livres avec un produit spécial pour en raviver l'écriture ou enlever les taches.
B.− Au fig. :
1. Toute pierre lavée des signes de voirie, toute feuille lavée des signes de latrie, nous te lirons enfin, terre abluée des encres du copiste... Saint-John-Perse, Exil,Pluies, 1942, p. 252.
Rem. Pour ce poète, les Pluies, en effaçant toutes choses ,,équivoques`` doivent rendre la création à sa pureté première; la terre doit être, en partic., lavée de ,,l'histoire des peuples aux hautes tables de mémoire : les grandes annales officielles, les grandes chroniques... les bulles et les chartes... tous les vélins et tous les parchemins...`` Id., ibid., poème 7. Emploi dérivé du sens techn. I A.
II.− S'abluer
A.− Se laver (entièrement) :
2. Me sentant plus fort, je sautai à bas, je m'abluai; je n'hésitai pas même à revêtir mon pantalon pour être correct et ne point prêter à rire... P.-A. M. de Villiers de L'isle-Adam, Correspondance,1866, p. 82.
Rem. Empr. à la terminol. techn. ou plus vraisemblablement empr. dir. au lat. par l'aut. en vue d'un effet héroï-comique. Plus couramment, la même idée s'exprimerait par faire ses ablutions, ou plus simpl. se laver.
B.− Au fig. Se raviver, comme après un lavage :
3. ... il revoyait tous les camarades à la place exacte qu'ils occupaient cette nuit-là, celui-ci recroquevillé sous sa couverture, et celui-là tout droit, avec ses chaussettes percées qui dépassaient. Ils renaissaient tous dans sa mémoire, leurs visages s'abluaient avec leurs traits précis, leurs regards, leurs voix, un petit détail d'uniforme qu'il croyait oublié. Et ressuscitant l'un après l'autre, ils semblaient tous se lever pour un suprême appel... R. Dorgelès, Les Croix de bois,p. 306.
Rem. Emploi d'aut. apparemment dérivé de l'emploi techn. I A.
Prononc. − 1. Forme phon. : [ablye]. 2. Dér. et composés : abluant, ablution, ablutionner.
Étymol. − xives. [cont. insuffisant pour déterminer l'emploi] (Somme Me Gautier, B. N. 1288 ds Gdf. Compl. : Doivent bien estre abluees et lavees); 2emoitié xives. « nettoyer, laver » (Jardin de Santé, I, 7 ibid. : Les fleurs [de l'herbe affodillus] guerissent les playes ordes et pourries quant elles en sont souvent abluees et lavees). Empr. du lat. abluere « enlever en lavant » (dep. Pacuvius, Trag., 244 ds TLL s.v., 106, 72); cf. xiies., vita Godefr. Cap I, 1, p. 515, 22 ds Mittellat. W. s.v., 30, 65 : aquam de qua manus comes ablueret. HIST. − Très peu usité, abluer se maintient difficilement dans la lang.; d'où le néol. ablutionner*. a) Il est pratiquement sorti de l'usage dans son sens gén. « laver » apparu au xives. (cf. étymol.), mais considéré comme vieux déjà ds Ac. 1798, comme tout à fait inusité ds Besch. et absent des dict. à partir de Littré. On ne relève d'ailleurs qu'un emploi isolé au xixes. (cf. ex. 2), sous la forme pronom., ce qui représente une innovation. b) L'emploi fig., noté pour la 1refois par Hug., puis ds Ac. 1798, est pris chaque fois dans un cont. relig. : xvies. : O Roy des Cieus... J'ay ferme foy Qu'il est en toy D'abluer nos vices par don. Ph. Bugnyon, Chant panegyrique, 1557 (Hug.). xviiies. : Nos péchés peuvent être ablués par le repentir et les bonnes œuvres. Ac. 1798. Il disparaît ensuite des dict. gén. et n'est plus attesté dans les textes. c) L'emploi techn. est mentionné avec régularité dep. Trév. 1752 et devient l'emploi ordinaire et principal du terme (cf. Ac. 1798, 1835; Besch., Littré, Guérin 1892, etc.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 3.
BBG. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Verbe

abluer \a.bly.e\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Laver.
    • Chernips, (Mythologie) Eau lustrale dans laquelle on avoit éteint ce qui restoit des charbons d’un sacrifice fait par le feu, & qui servoit ensuite à abluer & à purifier ceux qui se proposoient d’approcher des autels & de sacrifier.— (Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, de 1751 à 1772, Diderot et Alembert)
    • C’est pourquoi, prête désormais à aborder la porte, elle se leva et alla d’abord s’abluer à la rivière, puis d’un pas assuré elle revint vers la cabane et heurta la porte.— (Puyo, Paroles pour un amour)
  2. (Vieilli) (Rare) Passer légèrement sur du parchemin ou du papier un liquide qui rend l’éclat à l’écriture.
    • Aussi découvrit-il que ce dont il avait voulu dire l’“aimer” il n’avait fait qu’en découper ou abluer une très ancienne et très interminable théorie de rouleaux, et de pages. — (Pascal Quignard, Le Lecteur , Gallimard, Paris, 1976)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ABLUER (a-blu-é) v. a.
  • Terme technique. Laver, passer légèrement une liqueur préparée avec de la noix de galle sur du parchemin ou du papier, pour faire revivre l'écriture.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abluer »

Du latin abluo, de luo (« baigner, laver »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abluere, de ab, indiquant séparation, et luere, laver (voy. LOTION).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abluer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abluer ablye

Évolution historique de l’usage du mot « abluer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abluer »

  • Pour Jalâl al-Dîn al-Suyûti l'estomac est l'antre des maladies, il faut faire attention à ce que l'on boit et ce qu'on mange. Il insiste aussi beaucoup sur la propreté, sur les ablutions, avant de manger et après manger il faut s'abluer. (...) Sur l'hygiène dentaire qui prévient les caries. Le prophète a dit "si je n'avais pas peur de rajouter trop d'obligations aux croyants, je les obligerais à se passer le siwak 5 fois par jour" (...) Jamil Rahmani France Culture, Comment rester en bonne santé avec la médecine du Prophète
  • Concernant la douche, on est là encore assez loin d'une habitude d'hygiène mécanique pour tous les Français. Ainsi, deux compatriotes sur dix admettent le plus naturellement du monde zapper la douche quotidienne et se contenter de se laver tous les deux jours voire moins. Plus sales encore, ils sont 3,5% à affirmer ne passer qu'une fois par semaine par la salle de bain. Et ce ne sont pas les quelques 11,5% de maniaques de l'hygiène corporelle avouant s'abluer plusieurs fois par jour qui font pencher la balance du bon côté. Le bain est également en perte de vitesse avec seulement 18% des personnes interrogées qui affirment en prendre un une fois par semaine et plus de 61% qui déclarent ne pas se baigner fréquemment. Pas forcément de quoi appréhender l'hiver et ses longs moments confinés dans des transports en commun bondés de la meilleure des façons. Le Huffington Post, Étude. Un Français sur cinq ne se lave pas tous les jours | Le Huffington Post LIFE

Traductions du mot « abluer »

Langue Traduction
Anglais abluer
Espagnol más hábil
Italien abluer
Allemand abluer
Chinois 阿布鲁尔
Arabe abluer
Portugais abluer
Russe abluer
Japonais よそよそしい
Basque abluer
Corse abluer
Source : Google Translate API

Synonymes de « abluer »

Source : synonymes de abluer sur lebonsynonyme.fr
Partager