La langue française

Épistrophe

Définitions du mot « épistrophe »

Trésor de la Langue Française informatisé

épistrophe , subst. fém., inus. « Répétition d'un mot ou groupe de mots à la fin de plusieurs membres de phrase, pour obtenir un effet incantatoire ou insistant » (cf. Morier 1975). Anton. anaphore.
Rem. 1. Dans les mots d'empr., le préf. connaît 2 formes. a) Ép [Devant un 2eélément d'orig. gr., à l'initiale vocalique] Cf. p. ex. épendyme, épode, éponyme. Épectase, subst., gramm. « Phénomène conçu par les grammairiens grecs comme une sorte d'extension ( ε ̓ π ε ́ κ τ α σ ι ς ) d'un mot orthotonique quand il s'adjoint un enclitique de façon à former avec lui un mot unique pourvu d'un seul accent (Mar. Lex. 1951, p. 76). Épexégèse, subst. fém., ling., gramm. « Apposition, à un mot ou groupe de mots, d'un groupe de mots ou d'une proposition (surtout relative déterminative). Marseille, qui est le chef-lieu des Bouches-du-Rhône » (Ling. 1972). Épulide, épulie, épulis, subst. fém., méd. « Tumeur charnue développée sur la gencive, aux dépens de la dent et de la gencive elle-même » (Méd. 1966). b) Éph- [Devant un 2eélément d'orig. gr., à initiale vocalique] Cf. p. ex. éphèbe, éphémère. 2. Dans le domaine chim., épi- est utilisé comme élément formateur de termes récents, désignant des composés ou des dér. chim.; sa valeur sém. est gén. celle de « point de départ, d'origine ». P. ex. épimérisation, subst. fém. « Passage d'un composé à son épimère, isomérisation des acides provenant de l'oxydation des sucres par la chaleur » (Lar. encyclop. et Quillet 1965). Épimère2(gr. ε ̓ π ι ́ + μ ε ́ ρ ο ς « partie »), subst. masc. « Isomère ayant la même formule brute qu'un autre et des propriétés différentes dues à un agencement différent des atomes dans la molécule ». Le d- glucose et le dmannose sont des épimères (Lar. 20eSuppl. 1953). Épinéphrine (épi + ν ε φ ρ ο ́ ς « rein »), subst. fém. « Principe actif des capsules surrénales ». Synon. adrénaline. Cf. Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p. 751.

Wiktionnaire

Nom commun

épistrophe \e.pi.stʁɔf\ féminin

  1. (Grammaire) Répétition par laquelle un mot ou plusieurs mots reviennent à la fin de chacun des membres d’une période.
    • Fouquelin insiste sur les vertus mélodiques de l’épistrophe (qu’il assimile d’ailleurs à la rime). — (Florence Dobby-Poirson, Le pathétique dans le théâtre de Robert Garnier, 2006)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉPISTROPHE (é-pi-stro-f') s. f.
  • Figure de diction. Répétition d'un mot à la fin des membres d'une phrase.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épistrophe »

Du latin epistrophe → voir épi- et strophe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἐπιστροφὴ, retour, de ἐπὶ, et στροφὴ (voy. STROPHE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « épistrophe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épistrophe epistrɔf

Traductions du mot « épistrophe »

Langue Traduction
Anglais epistrophe
Espagnol epistrophe
Italien epistrophe
Allemand epistrophe
Chinois 附言
Arabe epistrophe
Portugais epístrofe
Russe эпистрофа
Japonais エピストロフ
Basque epistrofea
Corse epistrophe
Source : Google Translate API

Épistrophe

Retour au sommaire ➦

Partager