La langue française

Accueil > Alphonse de Lamartine > Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques : La Charité

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques : La Charité

Sommaire

  • Commentaire de texte d'Alphonse de Lamartine : La Charité
  • L'auteur : Alphonse de Lamartine
Méditations Poértiques Alphonse de Lamartine

Méditations poétiques est le premier recueil de poèmes d'Alphonse de Lamartine, publié en 1820. La première édition comportait 24 poèmes. D'autres éditions suivirent ; celle de 1849 comportait alors 41 poèmes. Ce recueil marque l'aboutissement d'un courant de poésie élégiaque caractérisé par de nombreuses allusions mythologiques, une tonalité exclamative, des interrogations ainsi qu'une abondance de périphrases poétiques.

Pour citer l'œuvre : Œuvres complètes de Lamartine Chez l’auteur, 1860, 1 (p. 167-168).

SEIZIÈME

MÉDITATION



LA CHARITÉ



HYMNE ORIENTAL

1846

Dieu dit un jour à son soleil :
« Toi par qui mon nom luit, toi que ma droite envoie
» Porter à l’univers ma splendeur et ma joie,
» Pour que l’immensité me loue à son réveil ;
» De ces dons merveilleux que répand ta lumière,
» De ces pas de géant que tu fais dans les cieux,
» De ces rayons vivants que boit chaque paupière,
» Lequel te rend, dis-moi, dans toute ta carrière,
» Plus semblable à moi-même et plus grand à tes yeux ? »


— Le soleil répondit, en se voilant la face :
« Ce n’est pas d’éclairer l’immensurable espace,
» De faire étinceler les sables des déserts,
» De fondre du Liban la couronne de glace,
» Ni de me contempler dans le miroir des mers,
» Ni d’écumer de feu sur les vagues des airs ;
» Mais c’est de me glisser aux fentes de la pierre
» Du cachot où languit le captif dans sa tour,
» Et d’y sécher des pleurs au bord d’une paupière
» Que réjouit dans l’ombre un seul rayon du jour ! »

— « Bien ! reprit Jéhovah ; c’est comme mon amour ! »
Ce que dit le rayon au Bienfaiteur suprême,
Moi, l’insecte chantant, je le dis à moi-même.
Ce qui donne à ma lyre un frisson de bonheur,
Ce n’est pas de frémir au vain souffle de gloire,
Ni de jeter au temps un nom pour sa mémoire,
Ni de monter au ciel dans un hymne vainqueur ;
Mais c’est de résonner, dans la nuit du mystère,
Pour l’âme sans écho d’un pauvre solitaire
Qui n’a qu’un son lointain pour tout bruit sur la terre,
Et d’y glisser ma voix par les fentes du cœur.




Commentaire de texte d'Alphonse de Lamartine : La Charité

Pas de commentaire de texte pour le moment.

L'auteur : Alphonse de Lamartine

Lamartine

Alphonse de Lamartine (1790-1869) est un poète, romancier, dramaturge français, ainsi qu'une personnalité politique qui participa à la Révolution de février 1848 et proclama la Deuxième République. Il est l'une des grandes figures du romantisme en France.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager