La langue française

Accueil > Alphonse de Lamartine > Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques : Second commentaire de la première Méditation

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques : Second commentaire de la première Méditation

Sommaire

  • Commentaire de texte d'Alphonse de Lamartine : Second commentaire de la première Méditation
  • L'auteur : Alphonse de Lamartine
Méditations Poértiques Alphonse de Lamartine

Méditations poétiques est le premier recueil de poèmes d'Alphonse de Lamartine, publié en 1820. La première édition comportait 24 poèmes. D'autres éditions suivirent ; celle de 1849 comportait alors 41 poèmes. Ce recueil marque l'aboutissement d'un courant de poésie élégiaque caractérisé par de nombreuses allusions mythologiques, une tonalité exclamative, des interrogations ainsi qu'une abondance de périphrases poétiques.

Pour citer l'œuvre : Œuvres complètes de Lamartine Chez l’auteur, 1860, 1 (p. 324).

SECOND COMMENTAIRE

DE LA PREMIÈRE MÉDITATION



Cette ode est adressée au plus intime et au plus cher de mes amis, le comte Aymon de Virieu, dont j’ai beaucoup parlé dans les Confidences, et surtout dans l’histoire de Graziella. J’ai fait là son portrait ; je ne le referai pas. Vers l’âge de trente ans, nos jeunesses finies, nous nous séparâmes pour prendre chacun nos routes diverses dans la vie. Nous entrâmes l’un et l’autre dans la diplomatie. Il alla à Rio-Janeiro, ce Constantinople du nouveau monde, avec l’ambassade de M. de Narbonne, homme aussi modeste qu’excellent. Mais nous restâmes aussi liés après la séparation que nous l’avions été depuis le collége. Notre correspondance formerait des volumes d’intimités et d’excursions de cœur et d’esprit sur tous les sujets. Nous aiguisions nos intelligences l’une contre l’autre. Il était la meule, moi le tranchant.

Dans un de ces moments où la vie devient sombre sous le passage de quelque nuée, et où l’on fait involontairement des retours sur le passé, jonché déjà de tombeaux et de feuilles mortes, je lui adressai ces vers. Lui seul me comprenait bien ; il avait été le confident de toutes mes plus secrètes émotions d’esprit et de cœur. Il m’entendait à demi-mot ; sa pensée achevait la mienne.

Cela fut écrit en Italie en 1824.




Commentaire de texte d'Alphonse de Lamartine : Second commentaire de la première Méditation

Pas de commentaire de texte pour le moment.

L'auteur : Alphonse de Lamartine

Lamartine

Alphonse de Lamartine (1790-1869) est un poète, romancier, dramaturge français, ainsi qu'une personnalité politique qui participa à la Révolution de février 1848 et proclama la Deuxième République. Il est l'une des grandes figures du romantisme en France.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager