La langue française

Vermillonner

Définitions du mot « vermillonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

VERMILLONNER1, verbe trans.

A. − TECHNOL. ,,Mettre une couleur de vermillon sur une pièce dorée et brunie`` (Chesn. t. 2 1858). Enduire, peindre, teindre de vermillon. De la figure blafarde du chasseur (...), la bouche rouge et l'œil noir (...) avaient seuls conservé le coloris primitif, comme un cadavre à la pâleur de cire dont on a vermillonné la bouche et ravivé les sourcils (Gautier, Fracasse, 1863, p. 8).Chacune de ces boîtes funèbres [deux cercueils de verre] contenait une poupée de cire qui avait l'intention de représenter un de ces ouvriers, dits compagnons. (...) Laissant de côté ces momies, dont on avait vermillonné les joues (...) nous poursuivions jusqu'à une place solitaire (Jammes, Mém., 1921, p. 194).
P. plaisant., vieilli. Mettre du vermillon, farder quelqu'un. Vermillonner les joues d'une actrice (Lar. 19e). Au passif. Toutes les nostalgies de la tendresse (...) voltigeaient autour de ses lèvres sans malice qu'on aurait pu croire vermillonnées au pinceau, tellement le sang de son cœur s'y précipitait pour le baiser (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 24).
B. − Vieilli ou littér. Donner la teinte du vermillon; rendre rouge comme du vermillon. Synon. rougir.Le sang (...) refluait goutte à goutte au long de plusieurs rigoles vermillonnant la muraille (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 375).La figure [de la jeune bonne] un peu rouge, vermillonnée par le grand air, semblait trop joufflue (Maupass., Notre cœur, 1890, p. 471).
Empl. intrans., rare. Rougir. Le curé vermillonna de la joue (Queneau, Le Chiendent, 1974 [1933], p. 339 ds Rob. 1985).
REM.
Vermillonnement, subst. masc.,hapax. Leur teint chaudement pâle avec la tache de fard de leurs joues, un vermillonnement à la Goya (Goncourt, Journal, 1867, p. 361).
Prononc. et Orth.: [vε ʀmijɔne], (il) vermillonne [-jɔn]. Homon. et homogr. vermillonner2. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. Fin xives. part. passé adj. « coloré de vermillon » (Roques t. 2, no13085: vermiculatus [...] vermeillonnez); 1518 (trad. de Platine, Faicts et gestes des saincts Pères, 169 vods Delb. Notes mss: et son tumbeau estoit de pierre de marbre painct et vermillonné); 1611 vermillonner (Cotgr.); 2. 1556 vermillonner « rendre rouge » (R. Belleau, Petites inventions, La Tortüe à la suite des Odes d'Anacreon Teien, p. 91: Son sang, vermillonne le teint De fievre ou de langueur esteint); 1567 part. passé adj. « qui a la couleur du vermillon » (Grevin, Des Venins, I, 36 ds Gdf.: fleur vermeillonnee); 1572 (Du Pinet, Pline, X, 42, éd. 1572, ibid.: un collier de plumes rouges vermillonnees). Dér. de vermillon*; suff. *; dés. -er.

VERMILLONNER2, verbe intrans.

CHASSE. [Le suj. désigne le blaireau] Fouiller la terre, avec son groin, pour chercher des vers, des racines, des tubercules. Le Blaireau apprécie, lui aussi les vers, mais pour lui on dit qu'il vermillonne (Burn.1970).
Rem. Corresp. à vermiller pour le sanglier, pour le cochon. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [vε ʀmijɔne], (il) vermillonne [-jɔn]. Homon. et homogr. vermillonner1. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1690 (Fur.). Dér. de vermiller*; suff. -onner*.

Wiktionnaire

Verbe 1

vermillonner \vɛʁ.mi.jɔ.ne\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Enduire, peindre de vermillon.
  2. Avoir une teinte vermillon.
    • En cette fin d’après-midi, certaines façades de grès rose vermillonnaient par endroits sous les rayons d’un soleil d’arrière-saison, tandis que d’autres arboraient, entre leurs colombages d’ébène, des enduits aux teintes soutenues sur lesquels se détachaient d’insolents géraniums. — (Guy Langlois, Le fond de l’âme effraie, Fayard, 2000, chapitre IX)

Verbe 2

vermillonner \vɛʁ.mi.jɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Chasse) Ainsi agit le blaireau qui fouille la terre pour y chercher des vers, des racines, des tubercules.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VERMILLONNER (vèr-mi-llo-né, ll mouillées, et non vèr-mi-yo-né) v. a.
  • Enduire de vermillon.

    Mettre une couleur de vermillon sur une pièce dorée et brunie.

    Rendre rouge comme du vermillon. C'est trop, belle bergère ; épargnez ma pudeur, Ou vous allez bientôt vermillonner ma joue, Th. Corneille, Berger extrav. III, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VERMILLONNER, en terme de Doreur sur bois, se dit de l’action de mettre une couleur de vermillon & de bleu d’Inde, sur une piece d’ouvrage dorée & brunie. Cette couleur releve l’éclat de l’or, & lui donne un plus beau lustre.

Une fig. Pl. du Doreur représente une ouvriere qui vermillonne.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vermillonner »

Vermillon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Verbe 1) De « vermillon », « vermeille ».
(Verbe 2) De « vermiller ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vermillonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vermillonner vɛrmijɔne

Traductions du mot « vermillonner »

Langue Traduction
Anglais vermilion
Espagnol bermellón
Italien vermiglio
Allemand zinnober
Chinois 朱红
Arabe الزنجفر
Portugais vermelhão
Russe киноварь
Japonais 朱色
Basque gorri
Corse vermilion
Source : Google Translate API

Vermillonner

Retour au sommaire ➦

Partager