La langue française

Tirebouchonner

Sommaire

  • Définitions du mot tirebouchonner
  • Étymologie de « tirebouchonner »
  • Phonétique de « tirebouchonner »
  • Citations contenant le mot « tirebouchonner »
  • Images d'illustration du mot « tirebouchonner »
  • Traductions du mot « tirebouchonner »
  • Synonymes de « tirebouchonner »

Définitions du mot « tirebouchonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

TIRE-BOUCHONNER, TIREBOUCHONNER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. Former des spirales; avoir, présenter une forme, un aspect hélicoïdal, torsadé. Le père Baudoin (...) aspira une bouffée de sa pipe (...) légère, la fumée tirebouchonnait dans l'air (Estaunié, Bonne Dame, 1891, p. 178).Les gaudes balançaient leurs cierges verts dont la mèche tirebouchonnait, en pendant (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 168).
2. En partic.
a) [Le suj. désigne les cheveux] Friser, d'un bout à l'autre de la mèche, en s'enroulant. Ses cheveux, tirebouchonnés à l'anglaise, étaient plus fins que de la soie (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 166).Ça tire-bouchonne au bout, et rien du tout en haut, ou presque rien! Elle a en effet de ces cheveux souples et doux comme de la soie, qui fuient et glissent sous les doigts, sous les rubans, et ne font que ce qu'ils veulent (Colette, Cl. école, 1900, p. 280).
b) Domaine vestimentaire.Présenter un aspect irrégulièrement plissé, affaissé sur lui-même, négligé. Pantalon qui tire-bouchonne. Une grosse mémère à bigoudis avec des bas roulés sur les chevilles... Moi, j'aimerais mieux aller pieds nus que d'avoir des bas qui tire-bouchonnent! (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 218).
B. − Empl. trans.
1. Arranger, enrouler en spirale. La maîtresse générale venait elle-même me remettre mon châle. Elle me leva le bras, fit passer l'étoffe dessous, la tire-bouchonna autour de moi, et rejeta le pan par-dessus mon épaule (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 163).
2. Empl. pronom.
a) Prendre une forme tordue en spirale; se plisser, se tordre. Le nez pointu [de Voltaire, par Houdon] ressemble à celui d'un renard: il paraît se tirebouchonner pour flairer, de côté et d'autre, les abus et les ridicules; on le voit palpiter (Rodin, Art, 1911, p. 159).Le pli de ce pantalon qui ne se tire-bouchonnait jamais (Arnoux, Solde, 1958, p. 42).
b) Fam., rare. Se tordre de rire. Tenez, en y pensant [aux malheurs de Justine], je me tords, je me tire-bouchonne, je vais crever de rire! (Larbaud, Enfantines, 1918, p. 40).
REM.
Tire-bouchonnant, tirebouchonnant, -ante, part. prés. en empl. adj.,rare. Qui tire-bouchonne, qui forme des plis. a) [Corresp. à supra A] Plus tard, il eut des cravates vert d'eau nouées au hasard, des pantalons tirebouchonnants, la redingote flottante (Blanche, Modèles, 1928, p. 107).b) [Corresp. à supra B] P. métaph. Une petite fille, d'une chaleur et d'une noirceur provocantes, vint lui grimper le long de la jambe du pantalon. (...) Le duc se débarrassa avec peine de sa tirebouchonnante petite amie (Morand, Fin siècle, 1957, p. 184).
Prononc.: [tiʀbuʃ ɔne], (il) tirebouchonne [-ʃ ɔn]. Étymol. et Hist. 1. 1819 verbe trans. « mettre en tire-bouchon » (Journ. des dames et des modes, 5 févr., p. 50 ds Quem. DDL t. 9); 2. a) 1840 part. passé adj. tirebouchonné « qui présente la forme d'un tire-bouchon » (Louis C., autobiographie ds Zaccone, Hist. bagnes, t. 1, 1876, p. 156); 1843 (Th. Gautier, Voy. en Espagne, p. 61 ds Quem. DDL t. 12); b) 1881 verbe intrans. « former des tire-bouchons » (Huysmans, En mén., p. 156). Dér. de tire-bouchon*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 16.
DÉR.
Tire-bouchonnement, tirebouchonnement, subst. masc.Aspect, disposition, forme de ce qui est tire-bouchonné, en vrille, en spirale, en hélice. Désirée (...) était vraiment appétissante avec sa capuche de laine bleue et le tirebouchonnement de ses frisettes (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 75).Lahrier (...) franchit le porche, s'engagea dans le tirebouchonnement d'un escalier de service spécialement affecté à l'usage du personnel (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 30). [tiʀbuʃ ɔnmɑ ̃]. 1reattest. 1879 (Huysmans, loc. cit.); de tire-bouchonner, suff. -(e)ment1*.

TIRE-BOUCHONNER, TIREBOUCHONNER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. Former des spirales; avoir, présenter une forme, un aspect hélicoïdal, torsadé. Le père Baudoin (...) aspira une bouffée de sa pipe (...) légère, la fumée tirebouchonnait dans l'air (Estaunié, Bonne Dame, 1891, p. 178).Les gaudes balançaient leurs cierges verts dont la mèche tirebouchonnait, en pendant (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 168).
2. En partic.
a) [Le suj. désigne les cheveux] Friser, d'un bout à l'autre de la mèche, en s'enroulant. Ses cheveux, tirebouchonnés à l'anglaise, étaient plus fins que de la soie (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 166).Ça tire-bouchonne au bout, et rien du tout en haut, ou presque rien! Elle a en effet de ces cheveux souples et doux comme de la soie, qui fuient et glissent sous les doigts, sous les rubans, et ne font que ce qu'ils veulent (Colette, Cl. école, 1900, p. 280).
b) Domaine vestimentaire.Présenter un aspect irrégulièrement plissé, affaissé sur lui-même, négligé. Pantalon qui tire-bouchonne. Une grosse mémère à bigoudis avec des bas roulés sur les chevilles... Moi, j'aimerais mieux aller pieds nus que d'avoir des bas qui tire-bouchonnent! (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 218).
B. − Empl. trans.
1. Arranger, enrouler en spirale. La maîtresse générale venait elle-même me remettre mon châle. Elle me leva le bras, fit passer l'étoffe dessous, la tire-bouchonna autour de moi, et rejeta le pan par-dessus mon épaule (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 163).
2. Empl. pronom.
a) Prendre une forme tordue en spirale; se plisser, se tordre. Le nez pointu [de Voltaire, par Houdon] ressemble à celui d'un renard: il paraît se tirebouchonner pour flairer, de côté et d'autre, les abus et les ridicules; on le voit palpiter (Rodin, Art, 1911, p. 159).Le pli de ce pantalon qui ne se tire-bouchonnait jamais (Arnoux, Solde, 1958, p. 42).
b) Fam., rare. Se tordre de rire. Tenez, en y pensant [aux malheurs de Justine], je me tords, je me tire-bouchonne, je vais crever de rire! (Larbaud, Enfantines, 1918, p. 40).
REM.
Tire-bouchonnant, tirebouchonnant, -ante, part. prés. en empl. adj.,rare. Qui tire-bouchonne, qui forme des plis. a) [Corresp. à supra A] Plus tard, il eut des cravates vert d'eau nouées au hasard, des pantalons tirebouchonnants, la redingote flottante (Blanche, Modèles, 1928, p. 107).b) [Corresp. à supra B] P. métaph. Une petite fille, d'une chaleur et d'une noirceur provocantes, vint lui grimper le long de la jambe du pantalon. (...) Le duc se débarrassa avec peine de sa tirebouchonnante petite amie (Morand, Fin siècle, 1957, p. 184).
Prononc.: [tiʀbuʃ ɔne], (il) tirebouchonne [-ʃ ɔn]. Étymol. et Hist. 1. 1819 verbe trans. « mettre en tire-bouchon » (Journ. des dames et des modes, 5 févr., p. 50 ds Quem. DDL t. 9); 2. a) 1840 part. passé adj. tirebouchonné « qui présente la forme d'un tire-bouchon » (Louis C., autobiographie ds Zaccone, Hist. bagnes, t. 1, 1876, p. 156); 1843 (Th. Gautier, Voy. en Espagne, p. 61 ds Quem. DDL t. 12); b) 1881 verbe intrans. « former des tire-bouchons » (Huysmans, En mén., p. 156). Dér. de tire-bouchon*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 16.
DÉR.
Tire-bouchonnement, tirebouchonnement, subst. masc.Aspect, disposition, forme de ce qui est tire-bouchonné, en vrille, en spirale, en hélice. Désirée (...) était vraiment appétissante avec sa capuche de laine bleue et le tirebouchonnement de ses frisettes (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 75).Lahrier (...) franchit le porche, s'engagea dans le tirebouchonnement d'un escalier de service spécialement affecté à l'usage du personnel (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 30). [tiʀbuʃ ɔnmɑ ̃]. 1reattest. 1879 (Huysmans, loc. cit.); de tire-bouchonner, suff. -(e)ment1*.

Wiktionnaire

Verbe

tirebouchonner \tiʁ.bu.ʃɔ.ne\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe rectifiée de 1990)

  1. Tordre en spirale, en forme de tire-bouchon.
    • Ses cheveux coupés courts au front étaient frisés aux tempes et tirebouchonnaient, suivant l’usage des filles publiques des faubourgs, suivant la règle éternelle qui donne un uniforme et entretient l’orgueil chez les gens d’un même métier. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 140)
    • Betsy roula machinalement une boucle autour de son doigt, la tirebouchonnant encore plus. — (Martha Grimes, L’énigme de Rackmoor, traduction en français, Presses de la Cité, 1991, partie V, chapitre 3)
    • Tu habites Rue de la Madone
      Une maison qui se déhanche
      Une maison qui se tirebouchonne
      Et qui pleure à grosses planches.
      — (Jacques Brel, Le Gaz, 1966)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « tirebouchonner »

De tire-bouchon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tirebouchonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tirebouchonner tirbuʃɔne

Citations contenant le mot « tirebouchonner »

  • Laissez tirebouchonner votre pantalon et vous aurez l’air d’un cochon. Pour faire court, chaque type de chaussures appelle son type d’ourlet. C’est pas si dur d’avoir du style. GQ France, Comment bien faire son ourlet ? | GQ France
  • L’équivalent du flex dans le sens perpendiculaire à la board : imaginez que vous voulez tirebouchonner votre planche, sa torsion représente la force de résistance, plus ou moins grande.  , Conseils Matos : lexique du Test snowboard de Snowsurf.com
  • A un moment donné, sauf à avoir engendré Super Tanguy, champion toutes catégories de la génération Kangourou, notre jeune, fille ou gars, a envie de quitter le giron familial. Pour voler de ses propres ailes ? C’est beaucoup dire. Pour avoir son chez soi, déjà, une niche dans laquelle il pourra se faire cuire un œuf à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit ou tirebouchonner la couette. 23 ans, c’est l’âge moyen du départ du nid parental, en France, contre 20-21 ans chez les Anglais et les Danois et 25-30 ans chez les Espagnols et les Italiens1. Question de culture et d’aides institutionnelles plus conséquentes en Europe du Nord. Une fois qu’on s’est mis d’accord avec Léa ou Théo sur le plan philosophique (partir, c’est quitter ou trouver ?), on passe vite à la question bassement matérielle : qui va payer ? Celui qui déménage (le jeune) ou ceux qui restent (les parents) ? Avec son statut d’étudiant, ses revenus proviennent de la garde occasionnelle du chien des voisins. De quoi payer le café du petit dej’, et encore. Mais si nous, parents, on paie le reste (loyer, charges et quotidien), comment Léa ou Théo vont-ils devenir adultes et autonomes ? De toute façon, on n’est pas des rentiers pour se permettre tant de largesse. Catherine Audibert, psychanalyste2, décortique les enjeux entre l’argent et l’indépendance, tandis que Philippe Hofman, psychologue clinicien3, nous parle des difficultés relationnelles que l’aspect financier vient révéler. Le départ des enfants et la question du financement, c’est un peu l’auberge espagnole où chaque famille doit trouver ses solutions. Marie France, magazine féminin, Mon enfant veut prendre son indépendance : je l'aide ou pas ?
  • Au cœur de la toile, le pas de deux se distingue toujours chez Millepied. Entre bouée de sauvetage, étreinte de passage, valse d’un soir, le jeu de l’amour revu par la danse fait grimper au rideau. Planer comme un avion sur le dos de son partenaire ou tirebouchonner du sol au plafond donne de l’élan aux sentiments. Quant à trouver une respiration commune dans ce chahut gestuel, les douze interprètes, tous impeccables, du L.A. Dance Project, l’ont comme par magie. Le Monde.fr, Danse : Benjamin Millepied, tout pour la musique
  • «C’est le vin à 20$ à tirebouchonner pour les Fêtes. C’est LE meilleur vin à 20 $ que nous avons dégusté cette année, point. Si vous devez choisir un vin rouge à 20 $, c’est celui-là. Avec des tapas, du lièvre ou un plat à base de tomates.» infodimanche.com, Des vins de soif pour le temps des Fêtes | infodimanche.com
  • Inutile de céder à la pression du pantalon collant. Un peu d’air peut parfois aussi faire du bien. Surtout si vous êtes loin d’être gaulé comme un criquet. Vous portez des chaussures basses, il est impensable de voir votre jambe tirebouchonner. Si vous n’êtes plus un minot, ne jouez pas non plus aux extasiés du feu de plancher. Un cou de pied net suffit.10. L’original La toile selvedge est le denim brut qui dure (les vêtements en jean, à l’origine faits pour les ouvriers, sont avant tout résistants) et que l’on réutilise beaucoup ces dernières années. Il n’a jamais baigné dans quoi que ce soit et va donc rétrécir dès que vous le mettrez à l’eau et perdra au séchage une ou deux tailles (la toile se resserre). Idéalement, vous jouerez les puristes et prendrez un bain avec, puis le laisserez sécher sur vous. à partir de là, c’est nettoyage à sec tous les 6/8 mois. Depuis, on a quand même fait quelques progrès. On peut contourner cette manipulation en s’offrant un selvedge prélavé qui ne vous cassera pas les pieds à rapetisser malgré vous.Veste Sandro 375 €, Jean Pepe Jeans 160 €, Chaussures Doc Martens 120 € Texte : Gonzague Dupleix Assistante mode : Laetitia Paul Coiffure Frédéric Kebabbi @ B-agency GQ France, Le Jean noir en 10 leçons | GQ France

Images d'illustration du mot « tirebouchonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tirebouchonner »

Langue Traduction
Anglais cork
Espagnol corcho
Italien sughero
Allemand kork
Chinois 软木
Arabe فلين
Portugais cortiça
Russe пробка
Japonais コルク
Basque kortxo
Corse suru
Source : Google Translate API

Synonymes de « tirebouchonner »

Source : synonymes de tirebouchonner sur lebonsynonyme.fr
Partager