La langue française

Thermoscope

Sommaire

  • Définitions du mot thermoscope
  • Étymologie de « thermoscope »
  • Phonétique de « thermoscope »
  • Citations contenant le mot « thermoscope »
  • Traductions du mot « thermoscope »

Définitions du mot thermoscope

Trésor de la Langue Française informatisé

THERMOSCOPE, subst. masc.

PHYS. ,,Thermomètre différentiel de construction très simple`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Des corps obscurs, exposés pendant un certain temps aux rayons solaires ou aux émanations d'un corps incandescent, agissent aussi sur le thermoscope (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p. 138).
Prononc.: [tε ʀmɔskɔp]. Étymol. et Hist. 1. 1721 « thermomètre » (Trév.); 2. 1806 « thermomètre à air, servant à étudier les différences de température entre deux milieux » (Capuron, Nouv. dict. de méd.). Formé des élém. formants thermo-* et de -scope*. La forme lat. thermoscopium figure dans un ouvrage de Gius. Bianconi écrit en 1617. Thermoscope est att. en angl. dès 1656 (NED).

Wiktionnaire

Nom commun

thermoscope \tɛʁ.mɔ.skɔp\ masculin

  1. Instrument destiné à découvrir de très petits changements de température, ainsi dénommé par Benjamin Thompson.[1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

THERMOSCOPE (tèr-mo-sko-p') s. m.
  • Instrument destiné à découvrir de très petits changements de température, ainsi dénommé par Rumford, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 71.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

THERMOSCOPE, s. m. (Phys.) est un instrument qui fait connoître les changemens qui arrivent dans l’air, par rapport au froid & au chaud. Voyez Air, Tems, &c.

Le mot de thermoscope se confond en général avec celui de thermometre : cependant il y a quelque différence dans la signification littérale de l’un & de l’autre. Le premier signifie un instrument qui marque ou représente aux yeux les changemens de chaleur & de froid ; il est formé du grec θέρμη, chaleur, & de σκοπεω, je vois ; au-lieu que le second est un instrument fait pour mesurer ces changemens, & qu’il est formé de θερμη, chaleur, & de μετρειν, mesurer ; de sorte que suivant cette étymologie, le thermometre devroit être un thermoscope plus exact & plus parfait que les thermoscopes ordinaires. M. Wolf, regarde tous les thermometres qui sont en usage, comme de simples thermoscopes, prétendant qu’il n’y en a pas un seul qui mesure, à proprement parler, les changemens de froid & de chaud, & qu’ils ne font qu’indiquer ces changemens, & qu’ainsi quoique les différentes hauteurs où ils montent d’un jour à l’autre, marquent une différence de chaleur, cependant comme elles ne marquent point la proportion qu’il y a de la chaleur d’hier à celle d’aujourd’hui, on ne peut pas à la rigueur leur donner le nom de thermometres.

On trouve dans le journal intitulé, acta erudit. Lips. une méthode pour régler l’échelle des thermometres communs, de sorte que leurs divisions inégales répondent à des degrés égaux de chaleur, au moyen de quoi la proportion qu’il y a de la chaleur d’aujourd’hui à celle d’hier, peut être mesurée, & par conséquent un thermoscope peut être porté à la perfection d’un thermometre.

Cette méthode est d’un physicien nommé Renaldinus, & les éditeurs de Léipsic l’ont rendue en ces termes. Prenez un tuyau de verre mince, d’environ quatre palmes de long, avec une boule attachée aubas ; versez-y autant d’esprit-de-vin qu’il en faut pour emplir exactement la boule pendant qu’elle est environnée de glace ; dans cet état, fermez hermétiquement l’orifice du tuyau, & prenez six vaisseaux qui puissent contenir chacun une livre d’eau, ou quelque chose de plus ; dans le premier versez onze onces d’eau froide, dans le second dix onces, dans le troisieme neuf, &c. cela fait, enfoncez le thermometre dans le premier vaisseau, & versez-y une once d’eau chaude, en remarquant à quelle hauteur l’esprit-de-vin monte dans le tuyau, & en marquant ce point de hauteur par le chiffre 1 ; ensuite plongez le thermometre dans le second vaisseau, où vous verserez deux onces d’eau chaude, & marquerez le point où monte l’esprit-de-vin par le chiffre 2 ; en continuant cette opération jusqu’à ce que toute la livre d’eau soit dépensée, l’instrument se trouvera divisé en douze parties, qui marqueront autant de termes ou degrés de chaleur ; de sorte qu’au n°. 2. la chaleur est double par rapport à celle du n°. 1. au n°. 3. elle est triple, &c.

M. Wolf fait voir que cette méthode est défectueuse & fondée sur des suppositions fausses : car elle suppose qu’une once d’eau chaude mise sur onze onces d’eau froide, nous donne un degré de chaleur ; deux onces d’eau chaude, sur dix d’eau froide, deux degrés, &c. elle suppose qu’un simple degré de chaleur agit sur l’esprit-de-vin qui est dans la boule, par une puissance simple ; un degré double, par une puissance double, &c. enfin elle suppose que si l’effet qui se produit ici par l’eau chaude, se produit dans le thermometre par la chaleur de l’air qui l’environne, l’air a le même degré de chaleur que l’eau.

Mais il n’y a aucune de ces suppositions qui soit vraie : car à l’égard de la premiere, quand on accorderoit que la chaleur de l’eau chaude étant distribuée également dans l’eau froide, il se trouvera pour lors un degré de chaleur distribué également dans les onze parties de l’eau froide ; deux degrés dans les dix ; trois dans les neuf, &c. la chaleur ne sera point double dans l’une, triple dans une autre, quadruple dans une troisieme, &c.

La premiere supposition est donc erronée ; la seconde ne l’est pas moins ; car la chaleur de l’eau chaude ne se distribue point également par toute l’eau froide, & la chaleur de l’eau chaude n’agit point d’une maniere uniforme sur l’esprit-de-vin ; c’est-à-dire qu’elle ne conserve pas la même force pendant tout le tems de son action.

Pour ce qui est de la troisieme supposition, la chaleur de l’air qui environne le thermometre, agit non seulement sur l’esprit-de-vin qui est dans la boule, mais aussi sur celui qui est dans le tuyau ; de sorte qu’il doit arriver du changement à l’un aussi-bien qu’à l’autre. Chambers.

Pour se convaincre du peu de solidité de toutes ces hypothèses sur la mesure des degrés de chaleur, ou n’a qu’à se demander ce que c’est que la chaleur : on ne pourra pas s’en former d’autre idée nette que celle de la sensation qu’elle excite en nous : or quelle absurde entreprise que de comparer nos sensations entr’elles par des nombres ? (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « thermoscope »

→ voir thermo- et -scope « examiner »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Thermo…, et σϰοπεῖν, examiner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « thermoscope »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
thermoscope tɛrmɔskɔp

Citations contenant le mot « thermoscope »

  • Il faudra attendre en Europe la Renaissance pour redécouvrir les savoirs antiques. L’ancêtre du thermomètre, le thermoscope est construit en 1607 par Galilée. Cette invention permet de noter les variations de températures, mais avant la création des standards Farenheit et Celsius au XVIIIème siècle, celles-ci ne sont pas précises. Quelques années plus tard c’est au tour du baromètre de voir le jour grâce notamment à l’utilisation du mercure. , Météo à Genève: grand bleu et quelques nuages élevés | Radio Lac
  • En 1607, Galilée construit un thermoscope, l'ancêtre du thermomètre (Un thermomètre est un appareil qui sert à mesurer et à afficher la valeur des températures. C'est le domaine d'étude de la thermométrie.), bien que la paternité de cette invention soit contestée. Cet instrument change la pensée du temps car il permet de prendre la mesure de ce qu'on pensait un des éléments immuables d'Aristote (feu, eau, air et chaleur). On commence donc à noter les variations du temps de façon limitée. Il faudra attendre la création d'un standard de température par Daniel Gabriel Fahrenheit et Anders Celsius au XVIIIe siècle pour quantifier vraiment les choses. Techno-Science.net, 🔎 Météorologie - Définition et Explications
  • 20’21’’ Mignonnes les courbes, le thermomètre à été inventé en 1654, avant c’était le thermoscope (III siècle Av JC) moins précis car influencé par la pression atmosphérique, à l’époque pour l’étalonnage le zéro la neige et le maximum l’ébullition avec la flamme d’un bougie.Entre une mesure de la température prise avec un thermoscope pas très précis mais prise par une personne qui s’y connait et une température prise avec un thermomètre précis au centième par monsieur tout le monde, je prend la première pour sa précision.Discuter des avantages et inconvénients des températures données par les anneaux des arbres par rapport au température données par le taux d’oxygène dans des coquillages quand il existait des thermomètres. Sur les courbes on fait intervenir les mesures en 1850, il fait une fixette sur 1850.La mesure de l’O² c’est pas mal mais ça peut être faussé par l’apport de phosphore ou phosphate, 30% c’est pas mal la variation de l’O² avec le phospore. Dans le future quand ils feront des mesures de température avec les sédiments de notre époque, ils trouveront 4° avec tout ce que l’on balance comme phosphate.Critiquer un truc pas précis avec un autre truc pas précis,ouais.L’étalonnage C14 se fait avec les cernes des arbres jusqu’à preuve du contraire,c’est le truc le plus précis parmi les machins pas précis.   AgoraVox, Vincent Courtillot - Le CO2 n'est pas responsable du réchauffement climatique - Agoravox TV

Traductions du mot « thermoscope »

Langue Traduction
Anglais thermoscope
Espagnol termoscopio
Italien thermoscope
Allemand thermoskop
Chinois 体温计
Arabe منظار حراري
Portugais thermoscope
Russe термоскоп
Japonais サーモスコープ
Basque thermoscope
Corse termoscopiu
Source : Google Translate API
Partager