La langue française

Théologiquement

Sommaire

  • Définitions du mot théologiquement
  • Étymologie de « théologiquement »
  • Phonétique de « théologiquement »
  • Citations contenant le mot « théologiquement »
  • Traductions du mot « théologiquement »

Définitions du mot « théologiquement »

Trésor de la Langue Française informatisé

Théologiquement, adv.,philos., relig. Selon les principes de la théologie, d'un point de vue théologique. L'Islâm ne dispose d'aucune espèce d'autorité centrale qui puisse lui imposer, comme théologiquement orthodoxes, des adjonctions ou des suppressions (G.-H. Bousquet, Prat. rit. Islâm, 1949, p. 124). [teɔlɔ ʒikmɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: theologiquement, dep. 1740: théo-. 1reattest. 1574 (Amyot, Fatale destinée ds Hug.); de théologique, suff. -ment2*. − Fréq. abs. littér.: 18.

Wiktionnaire

Adverbe

théologiquement \Prononciation ?\

  1. (Théologie) D’une manière théologique, selon les principes de la théologie, en théologien.
    • Il a répondu théologiquement.
    • Il a traité cette matière théologiquement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

THÉOLOGIQUEMENT (té-o-lo-ji-ke-man) adv.
  • Selon les principes de la théologie. Toutes les vertus sont des vices quand on n'a pas la foi, or vous n'avez pas la foi ; donc, malgré vos vertus, que j'honore, vous êtes des coquins théologiquement parlant, Voltaire, Dial. 28.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « théologiquement »

Théologique, et le suffixe ment.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de théologique avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « théologiquement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
théologiquement teɔlɔʒikœmɑ̃

Citations contenant le mot « théologiquement »

  • Les anthropologies du christianisme, de l’islam, de l’hindouisme, du judaïsme et du bouddhisme ont des théologies inhérentes qui doivent être découvertes afin de comprendre plus profondément chaque tradition religieuse (voir Howell, et al. 2016, cité sous la rubrique : Anthropologie théologiquement engagée). Cependant, la relation contestée entre l’anthropologie et la théologie tout au long de l’histoire de l’anthropologie est bien documentée et son engagement avec la théologie est limité. Article19.ma, Éclairage - L’anthropologie pour mieux comprendre la religion - Article19.ma
  • Dans la mesure où le sacerdoce ministériel est théologiquement au service du sacerdoce commun des baptisés et ne peut être envisagé, en dehors de ce cadre formel et pastoral, serait-ce légitime de continuer à déplacer l’objet du débat sur un terrain de revendications puis de tenter malheureusement de vider le mystère du sacrement de l’ordre de sa substance ? Or, à notre sens, c’est finalement là le piège de ces « candidatures ». Pour éviter que ces demandes, fussent-elles symboliques pour leur auteur, ne nous éloignent de l’esprit du service dans l’Église, il nous semble alors impératif de convertir notre approche du « pouvoir » et de privilégier surtout le combat pour la promotion des femmes et de la famille sur des revendications féministes. La Croix Africa, Sacerdoce ministériel et rôle des femmes dans l’Église - La Croix Africa
  • Chez Irénée, évêque de Lyon à la fin du IIe siècle, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité. Des exemples contemporains autour de Tatien ou Tertullien montrent combien était grand le danger de chercher refuge dans une conception fermée et exclusive de l’unité. Pourtant, dans ce contexte d’extrême fragilité, Irénée a su proposer une réflexion qui pose des fondements pour sa communauté, mais aussi pour l’Église universelle. Ce colloque voudrait en esquisser les lignes de force et explorer comment ce fils spirituel de Polycarpe en Orient, devenu évêque en Occident, ne pense pas l’unité en terme d’objet, mais en tant que dynamique. Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit. Appliquant cette même démarche, ce colloque se fixe pour objectif, par la variété des interventions proposées, de construire peu à peu une première synthèse de la conception de l’unité selon Irénée et de sa fécondité pour aujourd’hui. , Irénée de Lyon ou l'unité en question (Lyon)
  • De nombreux évêques et théologiens allemands ont critiqué le document qu’ils jugent rétrograde. Parmi eux, les évêques Franz-Josef Bode d’Osnabrück, Peter Kohlgraf de Mayence et Franz-Josef Overbeck d’Essen. L’archevêque de Bamberg Ludwig Schick a déclaré quant à lui que l’instruction apportait « plus de mal que de bien » à l’Eglise et à son mandat missionnaire, et que le document romain était théologiquement déficient.  FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Le document du Vatican sur la réforme des paroisses est mal reçu en Allemagne - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • Dans Vigilanti cura (29 juin 1936), le pape engage une réflexion sur le cinéma en particulier. Par la suite, l’encyclique Miranda prorsus (8 septembre 1957) de Pie XII, et le décret conciliaire Inter mirifica, gardent la même approche positive des médias initiée par Pie XI. Durant son pontificat, Paul VI approuve, le 25 juin 1971, l’Instruction pastorale Communio et Progressio de la Commission pontificale pour les moyens de communication sociale qui est perçue comme un texte théologiquement mieux élaboré qu’Inter Mirifica. La Croix Africa, Médiatisation de l’Église sous Jean-Paul II, une affaire de style ! - La Croix Africa
  • Le Président du Centre International de la Fatwa, en Egypte, sous l’Autorité de l’université Al Azhar, s’est invité dans le débat houleux, au sujet de l’hypothèse de l’annulation ou pas du jeûne, lors du mois sacré de Ramadan, et la pratique des prières collectives des Tarawih, en affirmant «Il n’est pas permis à un musulman en bonne santé de rompre son jeûne pendant le mois de Ramadan, à moins que les médecins, notamment ceux qui sont dans la crainte d’Allah, prouvent scientifiquement que le jeûne rendra vulnérables les musulmans face au Corona virus, ce qui n’est pas encore prouvé ni scientifiquement ni théologiquement par les nos prédicateurs sunnites». Maroc Diplomatique, Les religions, la Covid-19 et le choc des paradigmes
  • En tout état de cause, ce que nous apprend Marcel Neusch est que cette confiance en l’humain n’est pas une confiance « en » l’humain en tant que tel. Elle est une confiance en Dieu qui se fait humain et en ce qu’Il fait pour et avec l’humain, à tel point que sa manifestation ne peut que passer par l’humain. Dans notre moment présent, de crise/questions anthropologique(s), la leçon de Marcel Neusch ne doit donc pas être oubliée : dans un dialogue positif et généreux avec les cultures et les philosophies actuelles, dans un souci constant de prendre en compte les attentes et les désirs humains actuels et concrets, penser l’être humain « à l’image » comme la manifestation première d’un Dieu qui fréquente incessamment les rivages de l’homme, en évitant et l’extériorité et la juxtaposition et l’opposition, afin de développer une rencontre qui, pour être fructueuse, cherche à penser théologiquement le tournant anthropologique. Ce que Marcel Neusch nous fait découvrir, et il doit en être sincèrement remercier, c’est que le tournant anthropologique n’est pas l’équivalent d’une théologie déductive, mais qu’il permet aux théologiens de tenir compte de l’imbrication insécable et finalement indélimitable de la question de l’homme et de la question de Dieu, en choisissant de demeurer avec bonheur dans l’inconfort de cette indétermination. La Croix, Marcel Neusch ou comment penser théologiquement le tournant anthropologique
  • On est tout de suite frappé par le style de l’exhortation, qui n’est en rien une suite logique de propositions théologiquement savantes. Trois remarques préliminaires : d’abord l’usage de l’espagnol à la place du latin, pour reconnaître à la réalité décrite sa valeur propre, ensuite l’usage du langage poétique qui, semble-t-il, plaît bien aux Amazoniens et invite à la contemplation ; enfin la facilité d’accès au texte qui, ligne après ligne, introduit le lecteur, même le moins avisé, au cœur d’une réalité existentielle assez particulière, mais méconnue de la majorité des catholiques et des personnes de bonne volonté. La Croix Africa, Querida Amazonia, le vrai rêve pastoral de François pour toute l’Église universelle - La Croix Africa
  • Après un exposé sur l’histoire de la pensée « frériste » la journaliste en arrive au cœur de ses critiques : l’Association musulmane pour un islam de France (AMIF), une structure portée par l’ancien banquier et essayiste, Hakim El Karoui et l’imam de Bordeaux Tarek Oubrou. Cette association a pour but de voir émerger un islam indépendant financièrement et théologiquement. Elle en fait composée de deux associations. Une association cultuelle qui doit permettre de récolter des dons traçables destinés par exemple à la construction de mosquées. Une deuxième association culturelle comporte des missions comme la lutte contre la radicalisation ou l’islamophobie. Public Senat, Radicalisation : « Les Frères musulmans sont aux portes du pouvoir » assure Zineb El Rhazoui | Public Senat
  • Dans son propos liminaire, Hakim El Karoui a d’abord indiqué ne pas vouloir « répondre aux polémiques », préférant plutôt expliquer le projet de l’AMIF, une association qui a pour but de voir émerger un islam indépendant financièrement et théologiquement. « L’AMIF n’a pas de vocation de représentativité (…) l’organisation qui doit représenter les musulmans, c’est le CFCM. L’ambition de l’AMIF, c’est d’être un régulateur, collecter des fonds, les réinvestir non pas en privatisant les bénéfices mais en les socialisant pour travailler à la formation des imams et lutter contre toutes les formes de haine ». Public Senat, Radicalisation : « La bataille ne se gagnera pas sans les musulmans » estime Hakim El Karoui | Public Senat
  • Si l’histoire avait été vraie, une telle initiative aurait théologiquement mis en valeur, non seulement le sens de l’Église chez ces fidèles laïcs du Christ, comme une famille, mais aussi l’alliance entre l’Eucharistie et l’offrande de la vie des martyrs de la charité aujourd’hui dans le monde. Une certaine perspective du paradigme eucharistique semble se dégager des actions concrètes de l’Église universelle, en général, et plus particulièrement, en cette période de lutte contre la pandémie du Covid-19. Aussi s’oppose-t-elle nettement à une simple conscience de panique collective et de « sauvetage » philanthropique, hélas tissé d’intérêts juxtaposés les uns à côté des autres. La Croix Africa, Le Covid-19 et les martyrs de la charité - La Croix Africa
  • OPINION. Seul le royaume qui garde les lieux saints de l’islam peut théologiquement vaincre le groupe terroriste, argumente le chercheur saoudien Nawaf Obaid Le Temps, Entre l’Arabie saoudite et l’Etat islamique, une guerre de religion totale - Le Temps
  • Or la Cour de cassation ne se prive pas d’interpréter théologiquement les règles encadrant le droit de grève. C’est ainsi qu’elle a jugé que l’embauche de personnels pour remplacer des grévistes, par des CDD de remplacement notamment, était contraire au droit de grève qui se trouvait ainsi « privé d’effet ». Avant-Garde, Chronique sociale : prime de non grève et recyclage de dirigeant chez Renault | Social-Eco - Avant-Garde
  • C’est peut-être par des paroles comme celle d’Anne Soupa que la situation peut évoluer. Sa candidature peut faire prendre conscience que les choses ne sont pas immuables et que ce qui se pratique de longue date n’est pas forcément fondé théologiquement. D’ailleurs, beaucoup de catholiques le reconnaissent. La théologienne ose une parole libre parce que l’Évangile rend libre ! Non seulement sa proposition est fondée mais elle ne serait pas impossible. D’autres Églises pratiquent déjà ce ministère pour des hommes comme pour des femmes (l’Église anglicane, luthérienne, etc.). Anne Soupa d’ailleurs n’appelle pas à la révolution, elle ne cherche pas à modifier la compréhension catholique du ministère. Dans sa candidature, elle redonne la définition de l’épiscopat : un ministère de surveillance au sens de soutien, d’écoute, de lien. C’est la force de sa proposition. Reforme.net, Candidature d’Anne Soupa à l’évêché de Lyon : « une proposition fondée et possible » - Reforme.net
  • Aspirer à retrouver une vie communautaire ne relève pas seulement d’un besoin affectif de fraternité concrète : « De même que Jésus est corps et esprit, l’Église est corps et esprit. Comme dit le Concile Vatican II, l’Église est” comme un sacrement” ». « Le corps de l’assemblée est très important pour vivre les sacrements », explique-t-il encore, relevant que les fidèles, même sans pouvoir l’expliquer théologiquement, ont bien perçu ce manque depuis le début du confinement. La Croix, Déconfinement : la reprise rapide des messes en débat
  • La référence à Blondel est déjà en soi une indication des intuitions philosophiques et théologiques qui orientent le projet et la méthode des Semaines sociales. Mais on peut se demander ce qui a conduit une génération de catholiques à prendre en charge la question sociale alors même que l’Église était peu équipée théologiquement pour penser et accompagner les transformations économiques et sociales qui ont marqué le XIXe siècle. La Croix, III – Le rôle du Tiers-Ordre franciscain
  • Et depuis, la fatwa lancée par Khomeiny n'a jamais été levée - c'est théologiquement impossible. Son successeur, l'ayatollah Ali Khamenei, a même plusieurs fois réitéré la sentence - la dernière fois en 2015 - contre l'auteur contraint d'entrer dans la clandestinité. Interdit à sa sortie en Inde en 1988 le livre l'a été dans 26 autres pays depuis. Les Echos, Iran : 30 ans après, la fatwa contre Salman Rushdie toujours d'actualité | Les Echos
  • Ils s’interrogent notamment sur la façon dont Joseph Ratzinger-Benoît XVI interroge théologiquement le terme de « Terre promise ». Selon eux, il donne le sentiment que « l’État d’Israël n’est que par un hasard de l’histoire sur son territoire actuel ». Un sujet explosif. La Croix, Un article de Benoît XVI sur l’Église et les Juifs fait débat
  • Les Églises protestantes plus « conservatrices théologiquement » grandissent beaucoup plus vite que les plus libérales, révèle une étude canadienne dont les résultats ont été en partie publiés jeudi 17 novembre par le quotidien britannique The Guardian. La Croix, Au Canada, les fidèles protestants tournent le dos à la théologie libérale
  • Les chiites et les sunnites prient cinq fois par jour, mais pas de la même façon. Les chiites obéissent à un clergé hiérarchisé et dirigé par des ayatollahs qui fixent la jurisprudence théologique, et au-dessus d’eux, de grands ayatollahs gouvernent ce qui ressemble fort à une Église. Les chiites vénèrent les 12 premiers imams et attendent le retour du dernier successeur du Prophète qui régnera sur le monde et rétablira la justice, disparu au 9ème siècle. Il est l’imam caché, seul légitime à régner sur les croyants. Le monde chiite, hiérarchisé et théologiquement plus unifié, contraste avec le monde sunnite, éparpillé entre ses courants, ses confréries, ses mosquées, ses docteurs de la foi sans autorité les uns sur les autres. Sud Radio, L’occident serait fou de se mêler de la querelle millénaire entre chiites et sunnites - Sud Radio
  • Avec Dieu c’est comme en cuisine avec l’oignon ou l’ail, cela parait essentiel. C’est un ingrédient théologiquement soluble pour toutes causes les plus délirantes jusqu’au point d’aller pratiquer des impositions de mains dans le bureau ovale de Trump. Dieu pour toutes causes même les pires. Bref, une légende qu’on se force depuis deux mille ans a mettre dans les têtes d’enfants innocents et si fragiles qu’on se demande s’il n’y aurait pas viol de leur virginité psychologique avant leur maturité? Depuis quand Dieu s'intéresse-t-il aux malheureux, pauvres, affames de cette planète? Il y en a de plus en plus alors peut-être est-il ce (ou «  ces » Dieux ») heureux d’entendre le cri de déréliction mondialisee que poussent des milliards d'êtres humains sur cette planète si maltraitée en s’exclamant: «  Enfin j’existe de nouveau, l’homme souffre encore de plus en plus! Pourvu que que cela dure! » Bonnes fêtes. Le Devoir, Noël politique | Le Devoir
  • Elle laisse en effet entendre que l’Église serait toujours divisée en deux classes inégales, les laïcs et les clercs. Certes l’histoire atteste qu’elles se sont progressivement constituées avant d’être justifiées théologiquement et spirituellement à l’époque de la Contre-Réformation. La Croix, « Réduire à l’état laïc », une expression malheureuse et dépassée
  • Les Églises protestantes plus « conservatrices théologiquement » grandissent beaucoup plus vite que les plus libérales, révèle… La Croix Africa, « L’Afrique peut contribuer à une théologie de l’écologie » - La Croix Africa
  • Les rabbins orthodoxes allemands se préoccupent moins des points individuels dont traite le pape émérite que de «la question très fondamentale de savoir si l’Eglise catholique peut valoriser le judaïsme contemporain et en quoi cette appréciation s’exprime théologiquement», peut-on lire dans la lettre de trois pages. «Nous ne pouvons pas éviter l’impression que le pape Benoît XVI laisse peu de place, dans ses réflexions théologiques, pour une appréciation religieuse du judaïsme contemporain et pour un dialogue qui en découlerait». cath.ch, Théologie de Benoît XVI: les rabbins allemands interpellent le cardinal Koch – Portail catholique suisse
  • Le pionnier du dialogue a étayé théologiquement sa préoccupation: l’Eglise a, «depuis trop longtemps, joué au Jugement Dernier et n’a pas suffisamment considéré que le Dieu qui émet ce jugement est le même qui, en Jésus-Christ, est descendu dans l’impiété de tous…. de ceux qui, dans toutes les communautés, sont tombés dans l’abîme d’une solitude impie et inhumaine». cath.ch, Il y a 30 ans disparaissait le théologien suisse Hans Urs von Balthasar – Portail catholique suisse
  • T. H. : Le catholicisme français nous a beaucoup aidés à interpréter théologiquement notre situation pendant le communisme. Notre expérience de prêtres dans l’Église clandestine rappelle à bien des égards la mission des « prêtres-ouvriers ». Jusqu’à aujourd’hui, je suis resté fidèle à cette unité du sacerdoce et de la profession civile – je suis recteur de la paroisse universitaire et professeur dans une université laïque. Le fait de ne pas avoir suivi de formation au séminaire ni vécu en presbytère mais d’avoir passé ma vie parmi les gens ordinaires m’a appris à connaître leurs problèmes, les questions et le langage du monde laïc. Et ce que je fais maintenant est un fruit de toutes ces années. La Croix, Tomas Halik : « L’Église doit être là pour tous, pas uniquement pour les croyants »
  • «Je trouve juste théologiquement de célébrer la messe dans un café. C’est un repas qu’on célèbre, alors pourquoi pas dans un café où l’on sert habituellement des repas?», relève l’abbé Lafargue. Il y trouve aussi une belle occasion, conformément aux recommandations du pape, d’aller rejoindre les gens là où ils sont. «Mais ce ne sera pas une messe de comptoir», prévient-il. cath.ch, Regardez la messe au bistro en direct sur cath.ch – Portail catholique suisse
  • Dans une affirmation discutable théologiquement mais significative humainement, de nombreux laïcs et parmi eux une majorité de femmes se sont proclamés comme « étant l’Église » [2] et méritant à ce titre d’être pleinement associés au travail de pénitence et de conversion requis par la crise de l’autorité ecclésiale. Dans l’Église catholique allemande, le besoin de changement n’est donc pas porté par quelques minoritaires aux extrémités du corps ecclésial. Il prend plutôt la forme d’un besoin de conversion par fidélité au sacerdoce baptismal commun ressenti par le cœur même de l’église confessante, laïcs et clercs largement confondus. La Croix, Ce que nous pourrions apprendre du chemin synodal allemand
  • "La musique n'a pas été totalement approuvée théologiquement par les conservateurs", dit Muhammed. BBC News Afrique, Abdullah Haron: l'imam décédé en combattant l'apartheid en Afrique du Sud - BBC News Afrique
  • Du coup, on est un peu perdus même si c'est théologiquement intéressant.  France Inter, "Soif" d'Amélie Nothomb : "Le Masque & la Plume" salue un Jésus original, sacré, féministe et potache
  • 16. Pour les réformés, la justice n’est pas simplement le résultat éthique de la justification, une sorte d’étape suivante, elle est plutôt déjà impliquée théologiquement en tant que telle dans la justification. Cette idée a été développée dans le rapport final de la quatrième phase du Dialogue international réformés-catholiques, intitulé La justification et la sacramentalité : la communauté chrétienne comme opératrice de justice : « Le fait que ces deux notions s’expriment par le même mot montre qu’elles sont profondément liées. Celui qui est justifié par la foi est appelé à agir de manière juste. En conséquence, la doctrine de la justification ne peut être perçue de manière abstraite, sans rapport avec la réalité de l’injustice, de l’oppression et de la violence du monde actuel » (paragraphe 59). La justification c’est à la fois « être déclaré juste » et « instaurer la justice ». C’est probablement cette idée qui est à la base de l’insistance de Calvin sur le fait que la justification et la sanctification sont inséparables (Institution, III.2.1) ; il faut les concevoir comme une grâce double (duplex gratia). Nous reconnaissons que la déclaration sur la justification (DCDJ 4.2), impliquant « pardon des péchés » et « renouvellement de la vie » va dans ce sens. Nous saluons également l’invitation exprimée au paragraphe 43 de poursuivre la clarification sur « la relation existant entre justification et éthique sociale ». Dans les lignes qui suivent, les réformés pensent amorcer des propositions sur ce point La Croix, La Communion mondiale d’Églises réformées (CMER) rejoint la Déclaration commune sur la justification
  • Il s’agit là d’un geste spirituel extrêmement fort car c’est le seul acte que peut faire le Pape pour se rapprocher de tous les croyants à travers le monde. Bien sûr, il y a la messe que chacun peut suivre en direct. Mais « suivre » la célébration de la messe à travers les médias ne signifie pas, théologiquement, « participer ». Il n’y a pas de sacrements médiatiques. La messe télévisée ne remplace pas le sacrement de l’Eucharistie. Si l’on ne peut pas assister à la messe, la messe à la télévision peut être d’une grande aide, mais ce n’est pas un sacrement. L’acte que peut poser le Pape pour être concrètement présent dans la vie de chaque fidèle n’est autre que la bénédiction Urbi et Orbi. En d’autres termes, derrière leur écran ou en l’entendant à la radio, les fidèles reçoivent réellement cette bénédiction sur eux. Aleteia, Pourquoi la bénédiction Urbi et Orbi du Pape aujourd’hui est vraiment historique ?
  • Qu’il y ait des présences inexpliquées, théologiquement c’est possible. L’Église nous apprend qu’après la mort il y a une rencontre avec Jésus et une question : veux-tu vivre ton éternité avec Jésus, Dieu et les Saints ? Ou le refuses-tu ? Le choix est libre. Si la personne dit oui, elle va au paradis, si elle dit non, elle va en enfer. Entre les deux, Dieu nous purifie des manques d’amour par le purgatoire. L’Église définit cette étape, mais pas le lieu. Peut-on ainsi imaginer qu’une âme ayant vécu des années quelque part puisse faire son purgatoire à proximité. Je pose un point d’interrogation. lindependant.fr, L’exorciste du diocèse de Perpignan au secours des âmes en peine - lindependant.fr
  • La communauté musulmane est sous pression et essaie de trouver des solutions, mais entre l’annonce et la mise en œuvre effective, il y a parfois un fossé. Tout ce qui se fait est le résultat d’une situation d’urgence dont les responsables musulmans ont bien conscience. Mais je comprends qu’on soit sceptique. Ce chantier va être très difficile, car un certain nombre de communautés - au nombre desquelles celles qui soutiennent les interventions des États étrangers - vont essayer d’éviter cette affaire, mais ça n’est pas impossible. Cette évolution statutaire peut s’initier à tous les niveaux, départemental, régional, ou national. Il se fera certainement à la faveur d’un renouvellement générationnel des responsables du culte musulman. Restera aussi à régler la question du financement des salaires de ces imams, et leur formation. Néanmoins, ce problème se superpose à celui, plus vaste, de l’organisation du culte musulman tel qu’il existe actuellement. Pour qu’un statut des imams soit adopté, il faut qu’il soit adoubé par une organisation qui soit légitime pour l’adouber théologiquement. Or le CFCM ne dispose pas d’un conseil théologique avec une véritable assise. Si on veut prendre le problème dans le bon sens, la première étape, c’est l’établissement d’une autorité théologique légitime. Le Figaro.fr, Francis Messner: «Il faut rappeler les devoirs des imams, mais aussi garantir leurs droits»
  • Pour les théologiens, Noël est souvent considéré comme une fête seconde, la principale fête chrétienne étant Pâques. Pourtant, si nous prêtons attention à ce qu’elle signifie théologiquement, elle dit quelque chose d’essentiel sur notre compréhension de Dieu. Reforme.net, Noël et le mystère de l'incarnation - Reforme.net
  • La télévision invite généralement à s’asseoir « pour la regarder ». En dehors des jeux télévisés et des débats ouverts aux publics par téléphone ou visioconférence, on ne participe à rien à la télévision. On la regarde, passif. Pour une personne qui souhaite participer à la messe par la télévision, chez elle, que doit-elle considérer comme essentiel à son « spectacle » ? Doit-elle se penser être dans une Église, en regardant un écran ? Comment cela se passerait-il pour qu’il en soit ainsi ? Dans quelle tenue doit-elle se mettre pour assister à la messe à/par la télévision ? Peut-on suivre une telle messe en étant couché dans son lit, sans être malade, ou en étant à table ? Quel sens cette personne donnerait-elle à sa participation effective à la messe ? Doit-elle accomplir devant l’écran tous les gestes habituels de la messe ? Quel sens prend la notion d’offrande pour le sacrifice eucharistique, en notant bien que sacrifice et sacrement sont liés ici ? Au moment de la consécration, doit-elle se mettre à genoux devant l’écran, dans une posture d’adoration ? Et quel sens revêt la Présence du Christ dans l’Eucharistie télévisée ? Peut-on parler là de Présence réelle, alors que la télévision n’est pas un média transparent, c’est-à-dire que par définition, la télévision n’est pas dans la réalité, comme le soutient formellement Len Masterman ? S’il s’agit d’une présence figurative, en quoi est-il plus indiqué de suivre la messe ainsi, que de prier autrement ? On appelle ceux qui regardent la télévision les « téléspectateurs », c’est-à-dire qu’ils sont en dehors de ce qu’ils regardent à la télévision. Comment devrions-nous appeler ceux qui disent participer à la messe, en regardant un écran de télévision ? La participation télévisuelle à la messe ne serait-elle théologiquement valide qu’en cas de crise ? Ou devrions-nous l’encourager pour les communautés sans prêtres ? Quelle différence les personnes doivent-elles faire entre le fait d’organiser une prière en famille, autour de la Parole de Dieu, et la participation à la messe télévisée, sans communion « matérielle » ? À ce moment-là, quelle différence fait-on entre le réel et le fictif, deux notions à partir desquelles les Recherches, même profanes, se posent des questions pertinentes sur le sens à donner à tout cela ? Et finalement, pour les enfants comme pour les jeunes, comment passe-t-on d’un écran où l’on regarde joyeusement des films et des contenus médiatiques infantiles, à un écran « sacralisé », devant lequel le silence est requis pour « suivre la messe » ? Ces questions peuvent paraître dérisoires et inutiles à ceux qui pensent être dans l’urgence des réponses à l’impossibilité de se réunir physiquement pour la messe. Je consens à ce qu’on me dise, comme l’a bien montré Yves de Montcheuil, que la présence du Christ dans l’Eucharistie est ordonnée à la présence spirituelle. Ce qui est indiscutable. Mais Karl Rahner ajoute à cela le fait « qu’au sens le plus profond, l’Église ne devient pleinement événement que dans la célébration locale de l’Eucharistie ». Ce qui veut dire que la messe télévisée ou radiodiffusée n’est pas le seul mode de présence spirituelle, en plus du fait qu’elle va poser, après la crise du coronavirus, d’énormes problèmes pastoraux sur le rassemblement physique en Église. La créativité pastorale est requise pour que les chrétiens découvrent, en ces temps de crise sanitaire, que l’Église ne se réduit pas à l’Eucharistie, bien que cette dernière en constitue la réalité et le fondement, comme Corps du Christ : « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Mat 18, 20). Toutes ces questions évoquent un débat théologico-communicationnel, qui n’est pas clos au niveau des spécialistes. Il continue de s’approfondir, et c’est bien ainsi. , L’Église en Afrique et son usage des médias, à l’heure du coronavirus - Linfodrome
  • Dans le monde protestant, cette position instaure un paysage inédit. Après avoir critiqué en long et en large le catholicisme, lui reprochant de tirer de la nature des observations qu’il «sanctuarise» théologiquement et éthiquement, voilà que la FEPS semble faire de même. Certes pour arriver à des conclusions diamétralement opposées en ce qui concerne le mariage pour tous. L’épreuve de vérité de la position réformée n’est donc pas d’abord au niveau du fond mais de la forme. Quand un président-évêque dit: «C’est cela que l’Eglise doit transmettre», il profile un argument d’autorité. Quand il rajoute: «Dire non à cette position serait un scandale», il «sanctuarise» une position. Peut-on ne pas être d’accord, refuser d’aller si loin? Comment discuter avec des arguments d’autorité? Les semaines qui viennent vont être intéressantes. Le Temps, Mariage pour tous: la messe est dite? - Le Temps
  • « CL » est sans doute l'une des rares communautés nouvelles de l'Église catholique à penser théologiquement l'engagement politique, avec toutes ses ambiguïtés et dérives La Croix, Communion et libération, cinquante ans d'engagements en Italie
  • Tout cela est heureusement complètement remis en question par les réformistes et les penseurs musulmans, femmes et hommes contemporains, et selon un argumentaire théologiquement construit.   Medias24 - Site d'information, Asma Lamrabet: 'Le prophète n'était pas misogyne
  • Willou, théologiquement vous ne me semblez pas être très au point... lindependant.fr, Coronavirus / Perpignan - Religieuses confinées : "On n'est pas coupé du monde, j'ai rencontré le Christ le 13 novembre 1997 à 18h45" - lindependant.fr
  • C’est une révolte intérieure très ancienne face à la souffrance d’énormément de personnes. Elles ne se reconnaissent pas dans ce que l’Église dit de leur état de vie. Alors beaucoup s’en vont sur la pointe des pieds, ne font pas baptiser leurs enfants. Ma révolte vient aussi de ce qu’il n’est pas seulement fait violence aux personnes, mais aussi à des fondements de notre foi : l’alliance, la miséricorde de Dieu et le sacrement de réconciliation, le sacrement de l’eucharistie. J’ai la conviction qu’il est théologiquement possible d’affirmer en même temps l’indissolubilité de tout amour conjugal réel, l’unicité du mariage sacramentel et la possibilité d’un pardon en cas d’échec de ce qui constitue l’une des plus belles mais aussi des plus périlleuses aventures humaines, le mariage pour toute la vie. La Vie.fr, Une proposition pour sortir de l’impasse sur les divorcés remariés
  • Dans le second tableau, nous assistons à la joie. En effet, une fois à table, après avoir béni le repas, l’inconnu est reconnu, c’est Jésus Christ. C’est donc le dénouement. Nous sommes ici à une célébration eucharistique. Après les lectures et l’homélie représentée ici par l’explication des Écritures, c’est à la consécration qu’on reconnaît la présence réelle de Jésus Christ. Le Ressuscité en se faisant connaître au repas, explicite le repas du jeudi saint et lui donne un sens théologiquement nouveau qui est la Messe. Quand ils découvrent le Christ dans l’inconnu, ils reviennent à Jérusalem, là où le Christ a demandé aux apôtres de rester jusqu’à la venue du Saint Esprit. Mais cette fois, c’est avec joie qu’ils refont le parcours poussés par le Saint Esprit. A leur arrivée, les autres leur annoncent le Kérygme : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. ». La Croix Africa, Homélie du dimanche : « le chrétien est celui qui se laisse transformer chaque jour pour annoncer avec audace la Bonne Nouvelle » - La Croix Africa
  • Ca fait 40 ans que je suis un prêtre fidèle à sa foi, à son célibat et à son sacerdoce. C’est pourquoi je pardonne aux inconscients et aux ignorants. Au cas où vous ne seriez pas au courant, ça fait 7 ans que le cardinal Ratzinger n’est plus le pape Benoît XVI et c’est parce qu’il n’avait plus la force d’accomplir sa mission qu’il a même donné sa démission. Il est maintenant totalement dépendant. Quant au cardinal Sarah qui fait écrire ses livres par un autre, son livre Des Profondeurs est un chant de deuil (De Profundis) sur l’Eglise d’avant le saint Concile Vatican II. Comme vous n’avez pas l’air de le savoir, un concile oecuménique approuvé par le pape est la plus haute autorité dans l’Eglise catholique. Le cardinal Sarah, pour être légitime, doit nécessairement l’accepter sans négationnisme ni révisionnisme. De plus, il doit, comme cardinal, ne pas parjurer le serment de fidélité qu’il a prononcé envers le pape légitime, c’est-à-dire le pape François, « usque ad effusionem sanguinis » jusqu’à l’effusion du sang. La manipulation qu’il vient donc de réaliser contre le pape François en instrumentalisant l’ancien pape est très grave. Les spécialistes sont d’accord pour reconnaître que son livre est très insuffisant théologiquement et historiquement. Comme quoi, avant de m’insulter pour tout raisonnement, vous feriez mieux d’apprendre le B A BA de notre religion. Désolé pour vous mais c’est mieux de réfléchir avant d’écrire. La Croix Africa, Le cardinal Sarah vu d’Afrique - La Croix Africa
  • Le rôle du diacre est théologiquement caractérisé par la triple diaconie de la liturgie, de la parole et de la charité. Sur le plan de la charité, les femmes font déjà largement leur part. Sur le plan de la liturgie, aussi. Personnellement, c’est donc la diaconie de la parole qui me paraît la plus importante. La Croix, Diaconat féminin : « Le plus important, c’est la diaconie de la parole »
  • Dans son dernier livre, le professeur Gérard Delteil sort de son silence pour méditer sur le silence de Dieu, un thème théologiquement fondamental. Reforme.net, Lecture : "Par-delà le silence", se mettre à l'écoute du silence de Dieu - Reforme.net
  • Si, dans la pratique de la foi, les différences peuvent paraître importantes, spirituellement et théologiquement, chrétiens orthodoxes et catholiques sont assez proches. euronews, Catholiques et Orthodoxes : qu'est-ce qui les divise ? | Euronews
  • « C’est une absurdité… même si c’est possible théologiquement et théoriquement » : c’est en ces termes que le P. Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a réagi aux rumeurs d’une éventuelle création par le pape François de femmes cardinales lors du consistoire du 22 février 2014. La Croix, Le Vatican dément une éventuelle création de femmes cardinales
  • Né en 1921 à Roanne (Loire), cet ancien étudiant en sciences était entré au séminaire et avait été ordonné prêtre en 1951 pour le diocèse de Lyon. Enseignant au séminaire, il accompagne théologiquement les prêtres ouvriers « insoumis » quand son archevêque, le cardinal Pierre Gerlier, l’emmène avec lui à Rome comme expert au concile Vatican II qui vient de s’ouvrir. Dès les premières semaines, il est très actif, participant notamment à « l’Église des pauvres », groupe d’évêques et d’experts qui débat des questions sociales. La Croix, Décès du Père Henri Denis, prêtre avant tout
  • Nous avons bien déjà quelques exceptions : le sacrement du mariage, administré l’un à l’autre par les deux époux ; le sacrement du baptême, qui peut, en cas d’urgence (danger de mort), être administré par n’importe qui (éventuellement même pas baptisé !) Concernant l’eucharistie, pourquoi seuls les prêtres seraient-ils habilités à consacrer les espèces ? Pourquoi tout chrétien, s’il a reçu la plénitude de l’initiation — tout chrétien confirmé —, ne pourrait-il pas en faire autant ? Qu’est-ce qui s’y opposerait fondamentalement, théologiquement parlant ? Club de Mediapart, Pour une décléricalisation radicale de l’Église catholique romaine | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « théologiquement »

Langue Traduction
Anglais theologically
Espagnol teológicamente
Italien teologicamente
Allemand theologisch
Chinois 神学上
Arabe لاهوتيا
Portugais teologicamente
Russe теологически
Japonais 神学的に
Basque theologically
Corse teologicamente
Source : Google Translate API
Partager