La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « térébration »

Térébration

Définitions de « térébration »

Trésor de la Langue Française informatisé

TÉRÉBRATION, subst. fém.

A. − CHIR., MÉD., peu us. Perforation avec une tarière. La térébration du crâne dans l'opération du trépan (Ac.1878, 1935).
B. − TECHNOL. Perforation du tronc d'un arbre pour en tirer la gomme, la résine. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [teʀebʀasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1540 [éd.] méd. « action de percer le crâne avec un trépan » (Tolet, Chirurg., p. 304 ds Gdf. Compl.); 1677 technol. « action de percer avec une tarière » (Danet, Racines latines ds Trév. 1752); en partic. 1732 « action de percer avec une tarière l'écorce de certains arbres afin d'en retirer la sève utilisée dans le commerce » (Liger, La Nllemaison rustique, 3eéd., Paris, t. 2, p. 557). Empr. au lat. d'époque impérialeterebratio « percement, action de percer », formé sur terebratum, supin de terebrarer, v. térébrer.

Wiktionnaire

Nom commun - français

térébration féminin

  1. Action de percer avec une tarière.
  2. (En particulier) Action de percer pour tirer la gomme, la résine, etc., en parlant des arbres.
  3. (Chirurgie) Trépanation.
    • La térébration du crâne dans l’opération du trépan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TÉRÉBRATION (té-ré-bra-sion) s. f.
  • Action de percer. La térébration du crâne dans le trépan, des côtes dans la thoracocentèse.

    Particulièrement. Action de percer un arbre pour en tirer un suc résineux, ou gommeux, ou gommo-résineux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TÉRÉBRATION, s. f. (Botan.) art de tirer le suc des arbres en les perçant. Il y a dans les plantes des sucs aqueux, vineux, oléagineux, gommeux, résineux, bitumineux ; il y en a de toutes sortes de couleurs & de qualités. Ces sucs sortent quelquefois d’eux-mêmes & se coagulent en gomme. Quelquefois ils sortent par incision de leur écorce, comme sont les sucs de la scamonée, du pavot, &c. qu’on fait ensuite dessécher au soleil. On tire des sucs par contusion, par expression ou par la distillation.

Mais il y a une nouvelle maniere de tirer des sucs, particulierement les sucs des arbres. Elle se fait par la térébration ; c’est-à-dire en perçant le tronc d’un arbre avec une tariere, lorsque la seve vers le commencement du printems commence à monter. Cette maniere a été inconnue aux anciens, du-moins on ne sache pas qu’aucun en ait fait mention ; nous tenons cette invention des Anglois. L’immortel Bacon, chancelier d’Angleterre, parle de cette térébration ; mais il ne la propose que comme un remede pour faire mieux fructifier les arbres : c’est pour cela qu’il la compare à la saignée. On a bien enchéri sur les premieres vues de Bacon. Les Anglois ont mis la térébration en regle & l’ont réduite en méthode. Ensuite ils ont trouvé que ces sucs tirés par cette térébration méthodique pouvoit avoir de grandes utilités.

Voici l’ordre qu’il y faut garder, selon le docteur Tonge : Il y a, dit-il, différentes manieres de tirer le suc d’un arbre. Pour en avoir beaucoup, il ne suffit pas d’entamer l’arbre légerement avec un couteau. Il faut percer le tronc du côté du midi, passer au-delà de la moëlle, & ne s’arrêter qu’à un pouce près de l’écorce, qui est du côté du septentrion. On doit conduire la tariere de telle sorte que le trou monte toujours, afin de donner lieu à l’écoulement de la seve.

Il est bon d’observer que le trou doit être fait proche de la terre ; premierement pour ne point gâter le tronc de l’arbre ; secondement, afin qu’il ne soit pas besoin d’un long tuyau pour conduire la seve dans le vaisseau qui la doit recevoir.

Une racine coupée par l’extrémité rend plus de suc qu’une branche, parce qu’il en monte au-dessus de la racine plus qu’au-dessus de la branche ; aussi l’écoulement doit être plus abondant. Il est probable que plus les arbres approchent de leur perfection, plus il en distille de seve.

Il y a aussi plus de sels dans la racine que dans l’écorce ; plus dans les végétaux durant le printems que durant l’automne ; parce que durant les mois d’été les sucs salins s’évaporent en partie, & en partie mûrissent par l’action & le mélange de la lumiere.

C’est une observation de Théophraste, que quand les plantes & les arbres poussent, c’est alors qu’ils ont le plus de seve ; mais lorsqu’ils cessent de germer & de produire, alors leur seve a le plus de force, & caractérise mieux la nature de la plante ; & qu’à cause de cela les arbres qui rendent la résine, ne doivent être incisés qu’après leur pousse. Il y a aussi tout lieu de penser que le suc des vieux arbres dont les parties organiques ne forment point de nouvelle seve, est plus mûr que celui des autres.

Ainsi le tems de percer les arbres pour en extraire le suc, c’est depuis la fin de Janvier jusqu’au milieu du mois de Mai. Le noyer ne se doit percer qu’à la fin de Mars. M. Midfort, homme d’une attention merveilleuse à ramasser & à conserver des sucs, assure que le peuplier & le frêne sont inondés de seve à la fin de Mars, & que le sycomore donne des sucs même en pleine gelée.

Les arbres ne donnent aucun suc en automne, & n’en donnent au printems qu’environ durant un mois. Quand le printems est trop sec, on tire très-peu de seve ; s’il est fort humide, il en distille davantage, & toujours à proportion de ce qu’il en monte par les pores du tronc.

La térébration ou le percement des arbres se fait avec plus de succès à midi, dans la chaleur du jour, parce que les sucs sont d’ordinaire plus en mouvement. La chaleur fait monter la seve, c’est un alembic fait de la main de la nature, & les alembics artificiels n’en sont que des copies.

Les arbres qui fournissent abondamment des sucs sont le peuplier, le frêne, le plâne ou sycomore, le saule, le bouleau, le noyer, le chêne, l’ormeau, l’érable, &c.

M. Ratrai, savant écossois, dit qu’il sait par sa propre expérience, que dans le printems on pourra en un mois tirer du bouleau une assez grande quantité de seve, pour égaler le poids de l’arbre avec ses branches, ses feuilles & ses racines.

Le docteur Hervey est descendu de la térébration des arbres à la ponction des plantes. Il a trouvé le secret de tirer des têtes des pavots l’opium le plus pur. Il commence par exposer au soleil durant quelques heures les plantes entieres, ensuite il en pique les têtes, & en peu de tems il en tire plein une tasse de suc de pavot, qui est l’opium véritable. Mais ce qu’on a déja essayé de faire sur les pavots, se peut aussi pratiquer sur les péones mâles & sur plusieurs autres plantes singulieres dont on célebre les vertus. On se flatte d’obtenir par la térébration les gommes, les résines, les teintures, les sels, les odeurs.

On conjecture que les sucs qui coulent d’eux mêmes, sont plus efficaces que les sucs & les extraits qu’on fait en chimie, parce que dans ces préparations forcées, on perd souvent & nécessairement les parties volatiles qui font la vertu de plusieurs végétaux. Les sucs concrets coagulés ou le sel succulent, comme l’appellent si bien Lauremberg & Schroder, a deux avantages sur le sel tiré par la voie de l’incinération. 1°. Il est plus doux, plus tempéré, moins sec & moins mordicant. 2°. Il tient encore de la plante le soufre & le mercure que le sel tiré des cendres n’a plus du tout. Enfin on ne peut trouver que des avantages à perfectionner la méthode de la térébration. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « térébration »

Lat. terebrationem, de terebrare, percer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin terebratio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « térébration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
térébration terebrasjɔ̃

Traductions du mot « térébration »

Langue Traduction
Anglais terebration
Espagnol terebración
Italien terebration
Allemand terebration
Chinois 恐惧
Arabe فكر
Portugais terebration
Russe трепанация
Japonais 祝福
Basque terebration
Corse terebrazione
Source : Google Translate API

Térébration

Retour au sommaire ➦

Partager