La langue française

Tamaris

Définitions du mot « tamaris »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAMARIS, subst. masc.

BOT. Arbuste originaire d'Orient, à feuilles minuscules en écailles, à grappes de petites fleurs d'un rose plus ou moins vif, cultivé dans le Midi et le Sud-Ouest comme plante ornementale. Synon. rare tamarin2.Allée, haie de tamaris. La terrasse où végétaient des touffes de tamaris, brûlées par les vents du large (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 840).Je me rappelle certains matins de mai (...), le tamaris avec ses plumes de corail rose (Chardonne, Romanesques, 1937, p. 227).
REM. 1.
Tamaricacées, tamariscinées ,subst. fém. plur.vieilli. Famille d'arbustes ayant pour type le tamaris. Les tamariscinées (...) habitent toutes l'Ancien Monde, en deçà de l'équateur, entre le 5 et le 15 lat. nord. Elles abondent surtout dans la partie orientale de la région méditerranéenne (Hoefer1850).La famille des Tamaricacées (...) renferme des arbrisseaux garnis de feuilles alternes, très-petites, disposées sous forme d'écailles ou bien engainantes, et de fleurs disposées en épis simples ou paniculés (Bouillet1859).
2.
Tamarix, subst. masc.Synon. sc. de tamaris.Sur les côtes de Méditerranée où le climat est sec, on arrête le mouvement des sables à l'aide de plantations de tamarix, arbuste qui vient facilement en bouture et peut vivre en eau saumâtre (Bourde, Trav. publ., 1929, p. 207).
Prononc. et Orth.: [tamaʀis]. Littré [-ʀi]. Ac. 1694-1798: tamaris ou tamarisc; 1835, 1878: tamaris, tamarisc ou tamarix (id. ds Littré); 1935: tamaris id. ds Rob.: ,,scientifiquement tamarix, et communément tamarin``. Lar. Lang. fr., et Rob. 1985: ,,on écrit et on dit parfois tamarix [tamaʀiks]``. Gautier, Rom. momie, 1858, p. 195: tamarisque. Étymol. et Hist. 1213 thamarisque (Fet des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 612, 8); xiiies. poldre de tamaris (Simples médecines, éd. P. Dorveaux, no236); xves. tamarisc (Grant herbier, no472, J. Camus ds Gdf. Compl.); 1568 tamarix (Paré, Œuvres, éd. J.-Fr. Malgaigne, XXIV, 21, t. 3, p. 395 a). Empr. au lat.tamarix(Columelle), tamarice, -es (Pline); b. lat. tamariscus (ives., Rutilius Palladius), tamaricium (fin ives., Servius) « tamaris », v. André Bot., Cf. l'a. prov. tamaris (ca 1250 ds Levy Prov.), tamarisc (xives. ds Rayn.), auquel, d'apr. Thomas (A.). Essais, p. 76, aurait été empr. le n. fr. de cette plante méditerranéenne. Fréq. abs. littér.: 43.

Wiktionnaire

Nom commun

tamaris \ta.ma.ʁis\ masculin

  1. (Botanique) Arbrisseau à feuilles très petites et à fleurs en épis, qui est répandu dans la région méditerranéenne.
    • La maison était environnée de lins roses et de tamaris. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • De place en place, une dune ressort sur cette platitude, donnant sa note propre avec ses grands pignons ou ses buissons de tamaris, seuls à résister au vent de la côte, et parfois de véritables bois comme cette extraordinaire génévraie des Bièges. — (Annales de la Faculté des sciences de Marseille, 1937, page 8)
    • Cette distance, ces années qui séparaient les ruines chaudes des barbelés, je les retrouvais également en moi, ce jour-là, devant les sarcophages pleins d'eau noire, sous les tamaris détrempés. — (Albert Camus, « Retour à Tipasa », L'Été, Gallimard, 1959, p. 158.)
    • Lorsque nous nous arrêtons pour dresser le campement, en fin d’après-midi, sur un banc de sable bordé de tamaris, les falaises sont déjà dans l'ombre. — (Sophie Picon, Les rapides en équipée, Le Monde, 22 avril 1978)
    • Çà et là, des touffes d’herbe sèche et coupante, jaune comme la paille, émergeant du sable et des pierres, des berbéris roses, des tamaris bleuâtres et chétifs, les ombres rares et pâles des acacias épineux et rabougris répandues sur les arbustes, les herbes et la terre. — (Ryszard Kapuściński, Ébène. Aventures africaines, 1998 ; traduit du polonais par Véronique Patte, 2000, page 317)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAMARIS. n. m.
T. de Botanique. Arbrisseau à feuilles très petites et à fleurs en épis, qui est répandu dans la région méditerranéenne. Tamaris commun. Tamaris d'Afrique.

Littré (1872-1877)

TAMARIS (ta-ma-rî ou ta-ma-risk ou ta-ma-riks') s. m.
  • Arbrisseau à feuilles très petites et à fleurs en épis, dont l'écorce est employée en médecine comme astringente, tamarix gallica, L.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li barillier puent [peuvent] faire baris de fuz de tamarie et de bresil, Liv. des mét. 104.

XVIe s. On fera brusler bois de genest, fresne et tamarix, Paré, XXIV, 21.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAMARIS, tamariscus, s. m. (Hist. nat. Botan.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le pistil sort du calice & devient dans la suite une capsule semblable au fruit du saule ; elle est oblongue & membraneuse, elle s’ouvre en deux parties, & elle renferme des semences garnies d’une aigrette. Tournefort. Inst. rei herb. app. Voyez Plante.

Tamaris, tamariscus, petit arbre qui se trouve en Espagne, en Italie, & dans les provinces méridionales de ce royaume. Il fait une tige assez droite, quand on a soin de le conduire, sans quoi il se charge de quantité de rameaux qui poussent horisontalement, & dont les plus vigoureux en exténuant la maîtresse tige, forment tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, des coudes aussi défectueux qu’impossibles à redresser. Ce petit arbre s’éleve en peu de tems à 15 ou 20 piés. Son écorce est unie, rougeâtre, & d’un joli aspect sur les branches, au-dessous de l’âge de 4 ou 5 ans, mais fort rude & rembrunie sur le vieux bois. Ses racines sont longues, éparses, peu fibreuses, & d’une écorce lisse & jaune. Les feuilles de cet arbre sont si petites, qu’à peine peut-on les appercevoir en les regardant de fort près. Ce sont moins des feuilles qu’un fanage, qui de loin a la même apparence, à-peu-près, que celui des asperges. Ce sont les plus tendres rameaux qui constituent ce fanage, parce qu’ils sont entierement verds, & qu’ils se fannent & tombent pendant l’hiver ; à la différence des branches qui sont rougeâtres, & qui ne tombent pas : ce fanage est d’un verd tendre & bleuâtre, d’un agrément fort singulier. Quoique tous ceux de nos auteurs modernes qui ont parlé de cet arbre, s’accordent à dire que cet arbre fleurit trois fois ; il n’en est pas moins vrai qu’il ne donne qu’une fois des fleurs pendant les mois de Juin & de Juillet. Elles sont très petites, & rassemblées fort près en grapes d’un pouce environ de longueur, sur autant de circonférence : leur couleur purpurine blanchâtre avant de s’ouvrir, lorsqu’elles sont épanouies, les rend assez apparentes. Les graines qui succedent sont extrêmement petites & renfermées dans une capsule triangulaire & oblongue, qui s’ouvre & laisse tomber les semences à la fin de l’été.

Le tamaris, quoiqu’originaire des pays chauds, résiste au froid de la partie septentrionale de ce royaume. Son accroissement est très-prompt, il vient assez bien dans toutes sortes de terreins, pourvu qu’il y ait de l’humidité, ou au moins de la fraîcheur : il se plaît le longs des rivieres & des ruisseaux, au-tour des étangs & des eaux dormantes ; mais plus particulierement sur les plages maritimes & les bords des marais salans. On a même remarqué que le tamaris étoit presque le seul bois que produisent les terres salées des environs de Beaucaire. Néanmoins on le voit réussir dans différens terreins, quoique médiocres & éloignés des eaux. Il se multiplie très-aisément de branches couchées, & sur-tout de bouture qui est la voie la plus courte ; elles réussissent assez généralement de quelque façon qu’on les fasse, quand même on les planteroit à rebours ; & quoiqu’on les laisse exposées au grand soleil. Il faut préférer pour cela les branches qui sont de la grosseur du doigt : elles poussent souvent de 4 piés de hauteur dès la premiere année. On les fait au printems.

La singularité du fanage & des fleurs de cet arbre, & la durée de sa verdure qui ne se flétrit que fort tard en hiver, & qui n’est sujette à aucuns insectes, peuvent engager à l’employer pour l’agrément dans des bosquets d’arbres curieux.

Le bois du tamaris est blanc, assez dur & très cassant. On en fait dans les pays chauds de petits barils, des gobelets & autres vaisseaux, dans lesquels on met du vin, que l’on fait boire quelque tems après, comme un souverain remede aux personnes attaquées d’obstructions, & sur-tout pour prévenir les opilations de la rate. Mais la Médécine tire encore d’autres services des différentes parties de cet arbre. Les Teinturiers se servent des graines pour leur tenir lieu de noix de galles, & teindre en noir.

On connoît deux especes de tamaris.

I. Le tamaris de France ou de Narbonne ; c’est à cette espece qu’il faut particulierement appliquer le détail que l’on vient de faire.

II. Le tamaris d’Allemagne. Il s’éleve moins que le précédent. Son fanage a plus de consistance, & il est bien plus précoce, sa verdure est bleuâtre & plus agréable ; ses fleurs sont plus apparentes, & durent pendant tout l’été. Son écorce est jaunâtre ; son accroissement est aussi prompt, & sa multiplication aussi aisée ; mais il exige absolument un terrein humide, du reste il a les mêmes propriétés.

Notre tamaris ou tamarisc, nommé tamariscus Narbonensis, J. R. H. 661, a la racine grosse, à-peu-près comme la jambe ; elle pousse une ou plusieurs tiges en abrisseau, lequel forme quelquefois un arbre, à-peu-près comme un coignassier, ayant le tronc couvert d’une écorce rude, grise en dehors, rougeâtre en dedans, & le bois blanc. Ses feuilles sont petites, longues & rondes, approchantes de celles du cyprès, d’un verd pâle.

Ses fleurs naissent aux sommités de la tige & des rameaux sur des pédicules oblongs, disposées en grapes petites, purpurines, composées chacune de cinq pétales. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succede des capsules ou fruits pointus, qui contiennent plusieurs semences menues, & chargées d’aigrettes.

Cet arbre croît principalement dans les pays chauds comme en Italie, en Espagne, en Languedoc & ailleurs, proche des rivieres & autres lieux humides. Il fleurit d’ordinaire trois fois l’année, au printems, en été & en automne. Il se dépouille de ses feuilles pendant l’hiver & tous les ans, il en repousse de nouvelles au printems ; il demande une terre humide & noire ; il se multiplie de bouture, & de rejettons.

Tamaris, (Mat. méd. & Chimie.) tamaris, petit tamaris ou tamaris d’Allemagne ; & tamaris de Narbonne, tamaris ordinaire ou commun.

On attribue les mêmes vertus à l’un & à l’autre de ces abrisseaux.

L’écorce du bois & de la racine est très-communément employée dans les aposèmes & les bouillons apéritifs, & principalement dans ceux qu’on ordonne contre les obstructions des visceres du bas-ventre, & les maladies de la peau.

Cette écorce est regardée aussi comme un bon diurétique. Quelques auteurs ont assuré qu’elle étoit très-utile contre les maladies vénériennes, mais cette propriété n’est rien moins qu’éprouvée.

Les anciens pharmacologistes lui ont attribué la vertu très-singuliere, mais vraissemblablement très imaginaire, de détruire & consumer la rate.

Le sel lixiviel du tamaris, est d’un usage très-commun dans les bouillons & les aposèmes fondans, purifians, diurétiques, fébrifuges, & dans les opiates & les poudres fébrifuges. La nature de ce sel a été parfaitement inconnue des Chimistes, jusqu’au commencement de l’année 1759, tems auquel M. Montel, célebre apoticaire de Montpellier, de la société royale des Sciences, démontra que c’étoit un vrai sel de Glauber absolument pur. (b)

Tamaris, (Géogr.) fleuve de l’Espagne tarragonnoise, au voisinage du promontoire Celtique, selon Pomponius Mela, l. III. c. j. Ce fleuve est nommé Tamara par Ptolomée, l. II. c. vj. qui marque son embouchure entre celle du fleuve Via ; & le port des Artabreres. Le tamaris donnoit son nouveau nom aux peuples qui habitoient sur ces bords. On les appelloit Tamarius. On nomme aujourd’hui ce fleuve, Tambra, qui signifie délices ; il se jette dans l’Occéan, auprès de Maros, sur la côte de la Galice. Plin. l. XXXI. c. ij. lui donne trois sources, qu’il nomme Tamaricifontes. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tamaris »

(1213) Du latin tamarix devenu tamariscus, tamaricium en bas latin ; thamarisque ; (XIIIe siècle) poldre de tamaris ; (XVe siècle) tamarisc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. tamarisc, du latin tamarice, tamaricum, tamariscus, tamarix. Les Jardiniers disent à tort tamarin, ce qui est loin d'être la même chose.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tamaris »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tamaris tamaris

Citations contenant le mot « tamaris »

  • Le nom du cabinet fait penser au savoir-faire qu’il propose : le tamaris est un arbre endurant poussant dans les zones arides, qui s’adapte à un environnement hostile et résistant aux intempéries. Tamaris Avocats est une nouvelle boutique dédiée à la gestion des risques industriels, à la défense des professionnels dont la responsabilité civile est engagée et à l’adaptation du droit des assurances aux contraintes liées aux événements. Emmenée par Alexandra Cohen-Jonathan, l’équipe de six avocats conseille et défend les compagnies d’assurance, les courtiers en assurances, les professionnels et les grandes entreprises. Des sociétés de tous secteurs, mais en particulier de la biotechnologie, de la construction, de la grande distribution et de l’industrie, sollicitent déjà l’équipe de Tamaris Avocats. https://www.magazine-decideurs.com, Tamaris Avocats : Alexandra Cohen-Jonathan s’installe avec son équipe - Magazine Decideurs

Traductions du mot « tamaris »

Langue Traduction
Anglais tamarisk
Espagnol tamarisco
Italien tamarisco
Allemand tamariske
Chinois
Arabe الطرفاء
Portugais tamarisco
Russe тамариск
Japonais タマリスク
Basque tamarisk
Corse tamariscu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tamaris »

Source : synonymes de tamaris sur lebonsynonyme.fr

Tamaris

Retour au sommaire ➦

Partager