La langue française

Talmud

Sommaire

  • Définitions du mot talmud
  • Étymologie de « talmud »
  • Phonétique de « talmud »
  • Citations contenant le mot « talmud »
  • Traductions du mot « talmud »

Définitions du mot « talmud »

Trésor de la Langue Française informatisé

TALMUD, subst. masc.

RELIG. JUIVE. Loi orale (ou Tora orale); ensemble des recueils qui en renferment la substance, en particulier le code constitué de la Michna et de son commentaire (palestinien ou babylonien) la Guemara. Fixation, rédaction du Talmud; les enseignements, les subtilités du Talmud. La Torah orale (...) est transmise dans les œuvres suivantes: la Mékhilta, le Sifra, le Sifréy, la Michna, la Tossefta, le Talmud de Jérusalem, le Talmud de Babylone (...) on utilise d'ordinaire (...) le terme de Talmud pour désigner l'ensemble de la Torah orale (D. Malki, Le Talmud et ses Maîtres, 1972, p. 16).Le Talmud est, en même temps qu'une tradition, l'incessante relecture et la constante réactualisation de l'insondable Tora de Moïse par des docteurs qualifiés. « Tout ce qu'un disciple fervent est destiné à apporter de neuf, lit-on (...) dans le Talmud, a été déjà dit à Moïse sur le mont Sinaï... » (Encyclop. univ.t. 151973, p. 718).V. pharisaïque A ex. de Bible 1912.
[P. oppos. à la Michna] Synon. de guemara.L'exégèse haggadique [de (h)ag(g)ada*] a atteint son plus fort développement dans la grande époque de la Michna et du Talmud, entre le IIeet le VIesiècle, après J.-C. (H. Schilli, Regards sur le midrach, 1977, p. 9).
[Dep. sa 1reparution impr.] Ensemble formé par la Michna et la Guemara, accompagné de commentaires dont celui de Rachi et celui des Tossafot [additions], œuvre collective de Maîtres élèves ou descendants de Rachi (xiieet xiiies.) qui font corps avec lui (d'apr. M. A. Ouaknin ds Aggadoth du Talmud de Babylone, 1983 [1982], introd., p. 26 et sqq.). Quant au Talmud babylonien, il présente un morceau de la gemara au milieu de chaque page, qu'entourent, sur deux colonnes latérales, le commentaire de (...) Rachi (1040-1105) et des notes de glossateurs ultérieurs (A. Cohen, Le Talmud, 1970, p. 34).
REM.
Talmud-Tora, subst. masc.Cours d'instruction religieuse. [L'Institut d'hébreu] pourrait compléter pour les jeunes Juifs de l'Université l'enseignement reçu dans leur enfance au Talmud-Tora (J. Straussds La R. juive de Lorraine, juin 1987, no357, p. 7).
Prononc. et Orth.: [talmyd]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1254 Talemus (Louis IX, Ordonance pour la reformation des mœurs ds Ordonn. des Rois de France, t. 1,32, p. 75: que leur Talemus et leurs autres livres esquiex sunt trouvez blasphemes soient ars); 1315 Talemeus (Louis X, Ordonance pour le rappel des Juifs, ibid., p. 596: les livres de leur loy [...] leur seront rendus, exceptés les Talameus); 1321 Thalm[ud] (Extrait du Secundus Jornalis de la Chambre, éd. Ch. V. Langlois ds Notices et extr. des mss de la B. N., t. 40, 1916, p. 263: aucunes accordances ou auctor[ités] du Thalm[ud]; fin xves. Talmuth (Symon de Phares, Rec. des plus célèbres astrologues, éd. E. Wickersheimer, p. 46); 1512 Thalmud (J. Lemaire de Belges, De la différence des schismes ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. 3, p. 265); 1585 Talmud (J. Scaliger, Lettres fr. inéd., éd. Ph. Tamizey de Larroque, p. 204 [9 oct., à Cl. Du Puy]). Empr. à l'hébr. mishnaïquetalmūd « enseignement; étude; Talmud », dér. de lāmad « apprendre, étudier ». Fréq. abs. littér.: 38.
DÉR. 1.
Talmudique, adj.a) Qui est relatif, qui est propre au Talmud. Enseignement, étude, science talmudique; dialectique, discours, locution, texte talmudique; sources talmudiques; judaïsme, morale, tradition talmudique; principe, réglementation talmudique; école talmudique. L'époque talmudique n'est pas close à l'achèvement du Talmud : (...) la Haggada continue à produire des recueils très importants qui se rattachent étroitement à la littérature talmudique (E. Fleg, Anthologie juive, 1951, p. 643).En compos. De l'aveu même des Israélites, la littérature talmudicorabbinique ne sera plus étudiée de personne dans un siècle (Renan, Avenir sc., 1890, p. 218).Données de la tradition biblico-talmudique (Philos., Relig., 1957, p. 48-11).b) Rare. [En parlant d'une pers.] α) Synon. de talmudiste (infra dér. 2 a en appos.).Parvenu au plein de sa vie et son œuvre (...) [Rabbi Israël] n'en tenait pas moins à demeurer un disciple, et jamais il ne cita une sentence d'un des Maîtres talmudiques ou d'un Maître ultérieur sans trembler de crainte en prononçant son nom (M. Buber, Les Récits hassidiques, trad. par A. Guerne, 1978 [1963], p. 33). β) Synon. de talmudiste (infra dér. 2 b en appos.).V. juif ex. 4. [talmydik]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1resattest. 1546 talmudicque (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap. 38, p. 263), 1556 talmutique (A. Thévet, Cosmographie de Levant, p. 171), attest. isolées, à nouv. 1721 talmudique (Trév.); de Talmud, suff. -ique*.
2.
Talmudiste, subst. masc.a) Celui dont l'opinion est consignée dans le Talmud; maître du Talmud. En appos. [Des] divergences d'opinions, parfois fort substantielles (...) existaient entre les Sages talmudistes (D. Malki, Le Talmud et ses Maîtres, 1972, p. 35).b) Cour. Celui qui se consacre à l'étude du Talmud. [Rachi] n'eut pas de fils mais trois filles qui épousèrent des talmudistes renommés, ses élèves (Rachi, Paris, Serv. techn. pour l'éduc., 1974, p. 17).En appos. Les leçons de la yéchiba m'ont beaucoup plus servi que les tragédies de Racine que vous nous commentiez à l'Université. Au fond, je suis toujours resté un étudiant talmudiste, coupeur de fil en quatre, ingénieux à découvrir le fort et le faible d'un argument (Tharaud, An prochain, 1924, p. 286).c) [P. oppos. aux caraïtes, aux hassidim] Tenant du judaïsme traditionnel. Non loin d'elle, était un groupe d'hommes et de femmes (...). Je ne sais s'ils étaient talmudistes ou caraïtes, mais, en revanche, je puis affirmer qu'ils prétendaient appartenir, d'après la tradition de famille, à la tribu d'Aaron (Borel, Champavert, 1833, p. 134).Malgré la réaction énergique qu'il suscita de la part des talmudistes, le mouvement [hassidique] n'aboutit jamais à la formation d'une secte dissidente (Philos., Relig., 1957, p. 48-12).V. piétiste I ex. de Weill. [talmydist]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) 1532 thalmudiste « auteur, compilateur du Talmud » (Rabelais, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. 8, p. 46: les Thalmudistes et Cabalistes), 1546 talmudiste (Id., Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap. 44, p. 300). b) 1611 thalmudiste « érudit spécialiste du Talmud » (Cotgr.); de Talmud, suff. -iste*.
BBG.Quem. DDL t. 3 (s.v. talmudique), 26. − Zolli (P.). St. fr. 1970, t. 14, no3, p. 597 (s.v. talmudique).

Wiktionnaire

Nom commun

talmud \tal.myd\ masculin

  1. (Religion) (Judaïsme) Livre qui contient la loi orale, la doctrine, la morale et les traditions des juifs.
    • Or, c'était fête à la synagogue, ténébreusement étoilée de lampes d'argent, et les rabbins, en robes et en lunettes, baisaient leurs talmuds, marmottant, nasillonnant, crachant ou se mouchant, les uns assis, les autres non. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)

Nom commun

talmud \tal.mʊd\ masculin inanimé

  1. (Religion) Talmud.
    • Známe dva talmudy - Jeruzalémský talmud a Babylonský talmud.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TALMUD. (On prononce le D.) n. m.
Livre qui contient la loi orale, la doctrine, la morale et les traditions des juifs.

Littré (1872-1877)

TALMUD (tal-mud ; on fait sonner le d) s. m.
  • Ancien recueil des lois, des coutumes, des traditions et des opinions des Juifs compilées par leurs docteurs (on met un T majuscule). Le Talmud de Jérusalem. Le Talmud de Babylone, qui est le plus estimé. Ils ont un livre qu'ils nomment Talmud, c'est-à-dire doctrine, qu'ils ne respectent pas moins que l'Écriture elle-même ; c'est un ramas des traités et des sentences de leurs anciens maîtres, Bossuet, Hist. II, 8. Le Talmud contient un million de fables, toutes plus impertinentes les unes que les autres, Huet, Orig. des romans, p. 37, dans POUGENS. Il y a des chrétiens qui, à l'imitation des juifs, regardent le Talmud comme une mine abondante d'où l'on peut tirer des trésors infinis, Diderot, Opin. des anc. phil. (Juifs).

    Se dit absolument du Talmud de Babylone. Le Talmud de Babylone a été terminé l'année même de la mort de Rabina, chef de l'école de Sura, et mort l'an 500 ; quelques-uns de ses collaborateurs lui ont survécu, notamment le rabbin Achaï, mort en 506 ; ce qui a pu faire penser que la clôture définitive de cet ouvrage a eu lieu en cette dernière année, Le Grand Rabbin Ulmann, dans LEGOARANT.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TALMUD, s. m. (Critiq. hébraïq.) ouvrage de grande autorité chez les Juifs ; cet ouvrage est composé de la Misna & de la Gémare ; la Misna fait le texte, la gémare, le commentaire, & les deux ensemble sont le talmud, qui comprend le corps complet de la doctrine traditionelle, & de la religion judaïque ; mais les Juifs distinguent deux talmuds, le talmud de Jérusalem, composé en Judée ; & le talmud de Babylone, fait en Babylone. Le premier fut achevé environ l’an 300, & forme un gros ouvrage ; le second parut vers le commencement du sixieme siecle, & a été imprimé plusieurs fois. La derniere édition est d’Amsterdam, en 12 vol. in-fol.

Ces deux talmuds, qui étouffent la loi & les prophetes, contiennent toute la religion des Juifs, telle qu’ils la croient & qu’ils la professent à présent. Mais celui de Babylone est le plus suivi : l’autre à cause de son obscurité & de la difficulté qu’il y a à l’entendre, est fort négligé parmi eux. Cependant comme ce talmud de Jérusalem & la Misna, sont ce que les Juifs ont de plus ancien, excepté les paraphrases chaldaïques d’Onkelos & de Jonathan ; & que l’un & l’autre sont écrits dans le langage & le style de Judée ; le docteur Lightfoot s’en est servi utilement pour éclaircir quantité de passages du N. Testament, par le moyen des phrases & des sentences qu’il y a déterrées ; car la Misna étant écrit environ l’an 150 de Nôtre Seigneur, il n’est pas surprenant que les idiomes, les proverbes, la phrase & le tour qui étoient en usage du tems de Nôtre Seigneur, se soient conservés jusque-là.

Mais pour l’autre talmud, dont le langage & le style sont de Babylone, & qui n’a été composé qu’environ cinq cens ans après Notre Seigneur, ou même plus tard, selon quelques-uns ; on n’en peut pas tirer les mêmes secours à beaucoup près. Quoi qu’il en soit, c’est l’alcoran des Juifs ; & c’est-là qu’est renfermée toute leur créance & leur religion : il y a cette différence entre ces deux ouvrages, que si l’un est plein d’impostures, que Mahomet a données comme apportées du ciel ; l’autre contient mille rêveries auxquelles on attribue ridiculement une origine céleste. C’est cependant ce livre qu’étudient parmi les Juifs, tous ceux qui prétendent au titre de savans. Il faut l’avoir étudié pour être admis à enseigner dans leurs écoles & dans leurs synagogues, & être bien versés, non-seulement dans la misna, qui est le texte, mais aussi dans la gémare qui en est le commentaire. Ils préferent si fort cette gémare à celle de Jérusalem, qu’on ne donne plus parmi eux ce titre à la derniere ; & que quand on nomme la gémare sans addition, c’est toujours celle du talmud de Babylone qu’on entend ; la raison est, qu’en regardant la misna & cette gémare, comme contenant le corps complet de leur religion, auquel rien ne manque pour la doctrine, les régles & les rites ; le nom de gémare qui en hébreu signifie accomplissement & perfection, lui convient mieux qu’à aucun autre.

Maimonides a fait un extrait de ce talmud, où en écartant la broderie, les disputes, les fables & les autres impertinences, parmi lesquelles étoit confondu ce qu’il en tire, il ne rapporte que les décisions des cas dont il y est parlé. Il a donné à cet ouvrage le titre de Yadhachazakah. C’est un digeste de lois des plus complets qui se soient jamais faits, non pas par rapport au fonds, mais pour la clarté du style, la méthode & la belle ordonnance de ses matieres. D’autres juifs ont essayé de faire la même chose ; mais aucun ne l’a surpassé ; & même il n’y en a aucun qui approche de lui. Aussi passe-t-il à cause de cet ouvrage & des autres qu’il a publiés, pour le meilleur auteur qu’ayent les Juifs, & c’est à fort juste titre. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « talmud »

Hébreu, talmud, du verbe lamad, apprendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’hébreu תלמוד, talmud (« étude, instruction »), plus avant, de למד (« apprendre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’hébreu תלמוד, talmud.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « talmud »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
talmud talmyd

Citations contenant le mot « talmud »

  • Médecin vasculaire, enseignant, auteur prolifique et grand connaisseur des textes de la tradition talmudique et de la Kabbale, Ariel Toledano a mis le confinement à profit pour écrire des articles centrés sur l’herméneutique talmudique dont certains ont été publiés par Le Monde des religions et la revue La Règle du jeu. C’est une belle idée que de les avoir réunis dans un ouvrage érudit, bienveillant et encourageant. The Times of Israël, Épidémie, coronavirus et Talmud : entretien avec Ariel Toledano | The Times of Israël
  • Le code se termine par la question du Messie et, reprenant des considérations talmudiques sur le sujet, il explique que les temps du messie ne sont pas des temps miraculeux où les lois naturelles n’auront plus court, mais que la seule différence avec ces temps-ci est d’ordre politique, le peuple juif recouvrant son indépendance et sa terre.  , Moïse Maïmonide (1138 - 1204) - L’homme qui a transformé le judaïsme - Herodote.net
  • D’autres programmes offrent aux femmes des diplômes en droit talmudique. Des lycéennes américaines peuvent choisir entre une vingtaine de séminaires pour femmes à Jérusalem. La fille de Michelle Farber a fréquenté Migdal Oz, jumelée à la Yeshivat Har Etzion, un établissement orthodoxe prisé et réservé aux hommes dans l’implantation d’Efrat, en Cisjordanie. The Times of Israël, Autrefois réservé aux hommes, le Talmud devient le quotidien des femmes | The Times of Israël
  • La prière fait partie de l’arsenal thérapeutique dans la tradition talmudique. Le Monde des Religions, Quand Moïse et le Talmud exhortaient au confinement en cas d’épidémie - Actualité - Le Monde des Religions
  • Le ministre de l’Éducation Rafi Peretz a annoncé cette décision dans un communiqué. Il y indique que le comité de sélection du prix avait considéré que Noam avait fait preuve « d’excellence en matière de recherche » et noté que son travail couvrait « un large éventail de sujets allant de la littérature de la période du Second Temple à la littérature talmudique, des traditions anciennes enracinées dans la littérature rabbinique à l’exégèse talmudique des Rishonim [principaux rabbins qui ont vécu entre le 11e et le 15e siècle] ». The Times of Israël, Vered Noam, première lauréate du Prix Israël pour les études sur le Talmud | The Times of Israël
  • Dans son nouvel essai, Bernard-Henri Lévy s’interroge sur l’étonnante formule talmudique qui affirme que le meilleur des médecins ira en enfer. Analyse. La Règle du Jeu, Ariel Toledano, « Ce virus qui rend fou » ou l’éloge de l’esprit talmudique - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Selon Irit Offer Stark, chercheuse à l’institut Shalom Hartman de New York, ces deux approches talmudiques résument les deux approches éthiques d’un problème plus global : que faire lorsqu’il y a une pénurie d’équipements vitaux ? The Times of Israël, Coronavirus : Talmud, éthique et Lady Gaga | The Times of Israël

Traductions du mot « talmud »

Langue Traduction
Anglais talmud
Espagnol talmud
Italien talmud
Allemand talmud
Chinois 塔尔穆德
Arabe التلمود
Portugais talmude
Russe талмуд
Japonais タルマッド
Basque talmud
Corse talmud
Source : Google Translate API
Partager