La langue française

Tabes

Sommaire

  • Définitions du mot tabes
  • Étymologie de « tabes »
  • Phonétique de « tabes »
  • Images d'illustration du mot « tabes »
  • Traductions du mot « tabes »
  • Synonymes de « tabes »

Définitions du mot « tabes »

Trésor de la Langue Française informatisé

TABÈS, subst. masc.

PATHOL. Maladie nerveuse d'origine syphilitique, caractérisée par des lésions dégénératives de la moelle épinière, se manifestant par des troubles de la sensibilité profonde avec abolition des réflexes, hypotonie, incoordination, des crises douloureuses paroxystiques, une atteinte de certains nerfs crâniens et des troubles trophiques (d'apr. Man.-Man. Méd. 1980). Fournier avait eu aussi l'immense mérite de démontrer (...) l'origine syphilitique du tabes et de la paralysie générale, affections qu'on avait attribuées jusque-là à des causes imaginaires (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 122).
Prononc. et Orth.: [tabεs]. Passy 1914 [-bε:s]. Martinet-Walter 1973 [ε], [ε:] (10, 2). Ac. 1935: tabes, avec la précision « es se prononce esse ». Lar. Lang. fr.: tabès; Rob., Rob. 1985: tabes, tabès. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 219: -bès. Étymol. et Hist. [1520 (J. Falcon, Le Guidon en françois, fo142 ds Sigurs, p. 419: selon nous docteurs nous avons ces termes: ethica febril eth. Senectiis tabes marasmus et phtisis et marcor)]. I. a) 1752 (Trév. Suppl.: Tabes, ce mot lat. signifie maladie de consomption, phthisie, atrophie, hétisie, marasme); 1800 tabès (Boiste); b) spéc. 1765 tabes dorsalis (Encyclop. t. 15: tabes dorsalis est une espèce, ou plutôt un degré de consomption qui vient quelquefois d'excès dans l'acte vénérien); 1812 tabès dorsal (Mozin-Biber). II. 1859 neurol. (Dr. Duchenne ds Arch. Gén. de Méd., Vesérie, t. 13, p. 447: M. le professeur Romberg [...] nous a décrit, sous le nom de tabes dorsalis, une affection qui se rapproche, pour un grand nombre de symptômes, de l'ataxie loco-motrice); 1880 tabès dorsal spasmodique, tabès dorsal ataxique (J.-M. Charcot, Leçons sur les maladies du système nerveux, t. 2, p. 275 et 277). Mot lat. tabes « putréfaction »; « consomption, dépérissement ». I b tabes dorsalis, prob. par l'intermédiaire de l'angl., 1758, Lewis, Essay upon the Tabes dorsalis, London, cité ds la bibliogr. de Toppinard, p. 559.
DÉR.
Tabétique, adj. et subst.,méd. a) Adj. Qui est provoqué par le tabès ou qui en est caractéristique. Démarche, pied tabétique. On peut observer des déformations articulaires siégeant principalement au niveau des genoux et qui rappellent beaucoup des arthropathies tabétiques (Quillet Méd.1965, p. 347).b) Subst. Celui, celle qui est atteint de tabès. La pratique d'un examen du fond d'œil doit être systématique chez tout tabétique (Quillet Méd.1965, p. 354). [tabetik]. 1reattest. 1878 adj. (Lar. 19eSuppl.); de tabès, suff. -ique*.

Wiktionnaire

Nom commun

tabes \ta.bɛs\ masculin

  1. Variante de tabès.
    • (Figuré) Cet intervalle de vingt ans, entre le moment où l'on frappe sur les réflexes de notre nation et le moment où ils répondent, est un tabes qui bat tous les records. — (Jean Giraudoux, Œuvres littéraires diverses, II : Critique littéraire et essais, « Les cinq tentations de La Fontaine », La tentation de la vie bourgeoise ; Éditions Bernard Grasset, Paris, 1958, page 322.)

Nom commun

tābes \Prononciation ?\ féminin

  1. Putréfaction, déliquescence.
    • cadavera tabes absumebat.
      les cadavres tombaient en décomposition.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TABES. (ES se prononce ESSE.) n. m.
T. de Médecine. Lésion de la moelle épinière. Il se dit aussi de la Maladie résultant de cette lésion.

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TABES, s. m. Tabide, adj. en Médecine, qui convient généralement à toutes sortes de consomptions. Voyez Consomption, Phthisie, Atrophie, Marasme, &c.

Tabes dorsalis est une espece, ou plutôt un degré de consomption, qui vient quelquefois d’excès dans l’acte vénérien.

Le malade n’a ni fievre, ni degoût, mais une certaine sensation, comme si une multitude de fourmis lui couroit de la tête le long de la moelle de l’épine ; & lorsqu’il urine, ou qu’il va à la selle, il rend une matiere liquide, qui ressemble à la semence.

Après un violent exercice, il a la tête pesante, & un tintement d’oreille ; & à la fin il meurt d’une lipyrie, c’est-à-dire d’une fievre où les parties externes sont froides, tandis que les internes sont brûlantes.

Les causes sont les mêmes que dans la consomption, l’atrophie & la phthisie, en général & en particulier ; la cause ici est un épuisement, causé par la partie la plus spiritueuse de nos fluides qui est la semence ; elle est aussi ordinaire aux femmes épuisées par des fleurs blanches continuelles. La phthisie dorsale est une maladie incurable ; elle est suivie d’insomnie, de sécheresse, d’anxiété, de douleurs nocturnes, de tourmens, de tiraillemens dans les membres, & sur-tout dans l’épine du dos.

La cure est la même que celle de la consomption : ainsi les restaurans, les fortifians, les gêlées, le vin vieux pris modérément, l’eau de gruau, le lait coupé, les alimens restaurans aromatisés ; & surtout les bouillons de veau, de bœuf : on doit aller par degré des alimens légers aux plus nourrissans.

L’air doit être pur, celui de la campagne dans une plaine, & tempéré, est le meilleur, le malade s’y proménera. Voyez Gymnase & Exercice.

Le sommeil sera long & pris sur un lit modérément mollet, chaud & sec. On le placera dans un lieu airé, on en écartera toute vapeur mal saine.

Les passions seront tranquilles, on donnera de la gaieté, on animera l’esprit par les compagnies. Voyez Maladie de l’esprit.

La meilleure façon de guérir cette maladie, est de rendre au sang sa partie balsamique & spiritueuse, emportée par l’excès des plaisirs de l’amour.

Tous les symptomes des autres maladies s’y rencontrant, on doit les calmer ; mais la cause seule étant une fois extirpée, mettra en état d’y remédier. V. Consomption, Phthisie. Car cette maladie prend la forme de toutes les différentes especes de consomption & de phthisie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tabes »

De [1] tabeo (« liquéfier, fondre ») ou apparenté [2] au grec ancien τήκω, ἐτάκην avec le même suffixe que dans plebes, pubes.
Comparez avec tání (« fonte, fusion ») en tchèque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tabes »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tabes tab

Images d'illustration du mot « tabes »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tabes »

Langue Traduction
Anglais tabes
Espagnol tabes
Italien tabes
Allemand tabes
Chinois 塔贝斯
Arabe علامات التبويب
Portugais tabes
Russe табес
Japonais タブ
Basque tabes
Corse tabulazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « tabes »

Source : synonymes de tabes sur lebonsynonyme.fr
Partager