La langue française

Syphilis

Sommaire

  • Définitions du mot syphilis
  • Étymologie de « syphilis »
  • Phonétique de « syphilis »
  • Citations contenant le mot « syphilis »
  • Traductions du mot « syphilis »

Définitions du mot « syphilis »

Trésor de la Langue Française informatisé

SYPHILIS, subst. fém.

A. − Vx. Maladie vénérienne. (Dict. xixeet xxes.).
Rem. 1. La syphilis a reçu de nombreuses dénominations dont les plus cour. étaient: le mal français, le mal de Naples, la (grosse) vérole. 2. Jusque dans la 1remoit. du xixes., la théorie uniciste a prévalu et la syphilis était confondue avec les autres maladies transmises par contact sexuel et en particulier avec le chancre mou et la blennoragie.
B. − PATHOL. Maladie vénérienne, contagieuse et inoculable, dont l'agent pathogène est le tréponème pâle. Syphilis accidentelle, professionnelle; incubation, prophylaxie, thérapeutique, traitement de la syphilis; sérodiagnostic, sérologie de la syphilis. La syphilis des parents peut être la cause de désordres profonds du corps et de la conscience de leurs enfants. (...) Le tréponème pâle a exterminé plus de grandes familles que toutes les guerres du monde (Carrel,L'Homme,1935,p. 318).« ... je parie que c'est encore un de ces m'as-tu-vu qui a peur de la syphilis. Question de chance, la syphilis! » Et, de force, elles le prirent, l'une après l'autre (Michaux, Plume, 1930, p. 167).
[Suivi d'un adj. précisant le type de la maladie]
Syphilis endémique, non vénérienne. Syphilis contractée accidentellement en dehors de tout contact sexuel (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972).
Syphilis congénitale, précoce. Syphilis transmise par la mère par voie transplacentaire au fœtus pendant la grossesse. Syphilis congénitale précoce. Syphilis qui se manifeste dès la naissance et qui est caractérisée par des manifestations cutanées, muqueuses, viscérales et des signes osseux. Syphilis congénitale tardive. Syphilis qui se décèle après plusieurs années et qui est caractérisée par des anomalies dentaires, une kératite, une surdité labyrinthique et des troubles de l'ossification (notamment de la voûte du palais et des os du nez). Les hydarthroses syphilitiques sont rares (...) c'est la syphilis congénitale tardive qui est responsable du plus grand nombre de cas (Ravault, Vignon,Rhumatol.,1956,p. 538).
Rem. La syphilis congénitale a longtemps été dénommée syphilis héréditaire avant qu'on la considère comme une syphilis acquise (v. hérédo-syphilis s.v. hérédo- I).
Syphilis nerveuse. Atteinte syphilitique du système nerveux central. L'œuvre de Fournier sur la syphilis nerveuse devait être tout d'abord complétée grâce aux acquisitions du début du siècle sur la cytologie et la biologie du liquide céphalo-rachidien. Ces acquisitions (...) ont éclairé non seulement l'étude de la syphilis nerveuse, mais encore celle de la thérapeutique antisyphilitique en général (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 124).
Syphilis cérébrale. Syphilis localisée aux méninges et aux vaisseaux du cerveau. [La] paralysie générale. C'est la plus fréquente et la plus grave des syphilis cérébrales. (...) Le tréponème qui est le germe responsable de la syphilis a été mis en évidence au niveau de l'écorce cérébrale des sujets atteints de paralysie générale(Quillet Méd.1965, p. 355).
Syphilis sérologique. Syphilis qui se manifeste par une réaction sérologique positive, en l'absence de tout symptôme (Méd. Biol. t. 3 1972).
[Suivi d'un adj. précisant le stade de la maladie] Syphilis primaire. ,,Stade initial de l'infection syphilitique qui se manifeste cliniquement par l'apparition d'un chancre primaire induré`` (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Syphilis secondaire. ,,Stade de l'infection syphilitique dû à la dissémination du tréponème dans l'organisme par voie sanguine et lymphatique et qui se traduit essentiellement par des lésions cutanéo-muqueuses superficielles de courte durée`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Syphilis tertiaire. Stade de l'infection syphilitique caractérisé par l'apparition, après une période de latence, par des lésions cutanées (gommes dermiques, tubercules, etc.), des lésions muqueuses (à prédominance buccale), des lésions viscérales (en particulier cardio-vasculaire) et des atteintes du système nerveux (tabès, paralysie générale) (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972).
Rem. Les conceptions épidémiologiques modernes ont conduit à une nouvelle classification: a) Syphilis récente, précoce. ,,Syphilis considérée pendant les deux premières années de son évolution`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Cliniquement la syphilis récente peut présenter successivement les manifestations de la syphilis primaire et de la syphilis secondaire, ou uniquement celles de l'un de ces deux stades (ibid.). b) Syphilis tardive. Syphilis évoluant au-delà de deux ans et correspondant à la fin de la syphilis secondaire et à la syphilis tertiaire. Certains cas de syphilis tardive symptomatique (gomme, syphilis cutanée tertiaire, tabès non traité) peuvent comporter un liquide céphalo-rachidien (ibid.).
REM. 1.
Syphilomanie, subst. fém.,méd. Synon. de syphilophobie.Déjà, au début du XIXesiècle, les médecins déploraient la « syphilomanie » de certains malades (Cl. Quétel, Le Mal de Naples, Hist. de la syphilis, 1986, p. 185).
2.
Syphilophobe, subst.,méd. Personne obsédée par la crainte morbide d'être atteint de la syphilis. Ce « syphilophobe » qui depuis vingt-six ans se cautérisait chaque jour lèvres, langue, gorge et nez au nitrate d'argent (Cl. Quétel, Le Mal de Naples, Hist. de la syphilis, 1986, p. 186).
3.
Syphilidophobie ou syphilophobie, subst. fém.,méd. Crainte obsessionnelle et morbide de la syphilis. Synon. syphilomanie.Je veux bien que la « siphilido-phobie » soit une crainte déguisée de la souillure morale, que la phobie de la pau-vreté soit, déguisée toujours, la crainte de n'être pas aimé (belle et profonde expli-cation) (Green, Journal, 1943, p. 65).
4.
Syphiloïde, adj. et subst.a) Qui a l'aspect de la syphilis. Lésion syphiloïde. (Ds Garnier-Del. 1989). b) Subst. fém. Éruption cutanée rappelant par son aspect celle de la syphilis, mais indépendante de cette maladie (Ds Garnier-Del. 1989).
Prononc. et Orth.: [sifilis]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1659 syphilis, siphilis (Lettre de Guy Patin ds FEW t. 11, p. 653b-654a, note 1). Empr. au lat. de la Renaissancesyphilis, mot créé par l'humaniste ital. Fracastoro de Vérone qui a publié en 1530 un poème intitulé Syphilidis seu morbi gallici libri tres. L'opinion la plus répandue veut que la syphilis soit une maladie d'orig. amér., apparue à la fin du xves. Sa première et importante diffusion a eu lieu parmi les soldats de Charles VIII qui assiégeaient Naples (1494), d'où le nom de mal de Naples sous lequel elle fut connue en fr. (v. FEW t. 7, p. 9, s.v. Naples; grayne de Naples, 1496, André de La Vigne, Mystère Saint Martin, éd. A. Duplat, 2269; malle grayne, id., 63; aussi appelée bubon, pouplain). Les rivalités pol. aidant, chaque peuple a accusé un voisin de lui avoir transmis ce fléau: cf. esp. el mal francés, ital. il mal francese, all. die Franzosen, angl. the French disease (dès 1503, the Frenche pox, v. NED). Pour célébrer la découverte du remède tiré de la plante médicinale appelée le gaïac, Fracastoro raconte l'aventure du jeune berger amér. Syphilus qui entraîne le peuple à la révolte contre le dieu du soleil. Apollon se venge en le frappant ainsi que tout son peuple d'un mal redoutable dont la nymphe Ammerica leur donnera le remède (le gaïac). Fracastoro a puisé chez Ovide le nom de son berger et le thème de la vengeance d'Apollon: Sipylus est, chez Ovide, Métamorphoses, VI, 231, le nom du fils aîné de Niobé, qui est né près du mont Sipylus en Lydie. Qq. mss d'Ovide portent la var. siphylus, d'où Fracastoro aurait tiré Syphilus, nom du jeune berger amér. Syphilis est non seulement le titre du poème mais aussi le nom de la maladie même, et a été formé p. anal., avec Aeneis, Thebais, etc. pour désigner le « poème de Syphilus », tout comme Aeneis est le poème d'Enée. (FEW t. 11, p. 653). Fréq. abs. littér.: 59.
DÉR. 1.
Syphilide, subst. fém.,pathol. Lésion cutanée (à l'exception du chancre) ou muqueuse de la syphilis secondaire et/ou tertiaire, présentant l'aspect d'une tache, d'une élevure purulente ou non. Syphilide bulbeuse, maculeuse, papuleuse, pustuleuse, secondaire, tertiaire. Pour mieux examiner Pécuchet, il lui souleva sa casquette et apercevant un front couvert de plaques cuivrées: Ah! ah! fructus belli! − ce sont des syphilides, mon bonhomme! soignez-vous! diable! ne badinons pas avec l'amour (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 87).Au cours de la syphilis secondaire, il est tout à fait ordinaire de constater des syphilides pigmentaires cervicales (Josué, Godlewski dsNouv. Traité Méd.fasc. 81925, p. 355). [sifilid]. − 1resattest. 1818 syphilide pustuleuse merisée (Alibert, Précis sur les maladies de la peau, t. 2, p. 222), 1830 syphilide papuleuse (Encyclop. méthod. Méd., s.v. syphilis); de syphilis, suff. -ide*.
2.
Syphiloïde, adj. et subst.a) Qui a l'aspect de la syphilis. Lésion syphiloïde. (Ds Garnier-Del. 1989). b) Subst. fém. Éruption cutanée rappelant par son aspect celle de la syphilis, mais indépendante de cette maladie (Ds Garnier-Del. 1989).
3.
Syphilome, subst. masc.,pathol. Tumeur d'origine syphilitique. Syphilome diffus. Le syphilome (...) est (...) encore désigné sous le nom de gomme syphilitique (Quillet Méd.1965,p. 341).Syphilome primaire. Chancre induré. Des tréponèmes (...) pullullent (...) dans toute l'étendue du syphilome primaire (Bory dsNouv. Traité Méd.fasc. 5, 11924, p. 46). [sifilo:m], [-ɔm]. Lar. Lang. fr. [o:], Rob. 1985 [o:] ou [ɔ]. 1reattest. 1865 (Littré-Robin); formé de syphilis et de -ome1*.
BBG.Migl. Nome propr. 1968 [1927], p. 174. − Quem. DDL t. 21 (s.v. syphilide et syphilome). − Spitzer (L.). Nazi, syphilis, syphilitique. Mod. Lang. Notes. 1936, t. 51, p. 35.

Wiktionnaire

Nom commun

syphilis \si.fi.lis\ féminin singulier et pluriel identiques

  1. (Nosologie) Maladie vénérienne, autrefois mortelle, due à une infection par le tréponème pâle (Treponema pallidum).
    • J’ai établi […] que ce n’est pas prouver la non existence du virus vénérien que de prétendre, de démontrer même que la syphilis ne vient pas du Nouveau-Monde, qu’elle n’a pas été apportée d’Italie, qu’on la connaissait à Paris avant 1494. — (M. Richond des Brus, De la non existence du virus vénérien, dans Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie, t. 95, 34e de la nouvelle série, 1826, p. 120)
    • — Mais, mon cher ami, tu ne connais pas l’hôpital Broca. J’ai vu tout cela et je te dis qu’à l’hôpital Broca l’on voit des filles. Elles sont bien malades, elles ont la syphilis. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 119)
    • Elle avait la syphilis. En ce temps-là elle eut beaucoup de mal dans la bouche et je pense que tous ses baisers avaient la syphilis. Il y eut bien des oiseaux pris. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 143)
    • La syphilis, une infection bactérienne transmissible sexuellement, était rare au Canada il y a cinq ans. Or, les taux d’infection sont en hausse, ce qui indique que les personnes ne se protègent pas de façon systématique lors de relations sexuelles. — (La syphilis, Site Santé Canada, février 2004)
    • Jusqu’à un passé récent, la théorie dominante à propos de l’origine de la syphilis en Europe était la théorie américaine, qui énonçait que la maladie vénérienne épidémique ramenée en Europe par les marins de Christophe Colomb, en 1493, était la syphilis vénérienne : […] On faisait peu de cas de ceux qui objectaient que des traces de lésions osseuses de syphilis se rencontraient en Europe sur des squelettes datés d’avant la découverte de l’Amérique. — (L. J. André, Du nouveau dans l’histoire du Tréponème et de l’Homme)
    • Hallopeau présenta devant l’Académie de médecine l’observation d’un homme de 35 ans atteint d’une syphilis secondaire d'abord traitée par le mercure puis par le salvarsan du fait d’une récidive. Après deux injections, le malade mourait. — (Gérard Tilles, Dermatologie des XIXe et XXe siècles : Mutations et controverses, Springer, 2011, p. 195)
    • Hahnemann rattachait la luèse aux effets de la syphilis. — (Dominique-Jean Sayous, L’homéopathie : Tous les remèdes pour guérir en douceur les maux du quotidien, Éditions Eyrolles, 2014, p. 21)

Nom commun

syphilis \Prononciation ?\

  1. (Nosologie) (Indénombrable) Syphilis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SYPHILIS. n. f.
T. de Médecine. Sorte de maladie vénérienne. Les symptômes de la syphilis. Syphilis héréditaire.

Littré (1872-1877)

SYPHILIS (si-fi-lis') s. f.
  • Terme de médecine. Autrefois, maladie où étaient confondues les affections vénériennes ; aujourd'hui, maladie spécifique transmise par contact et par hérédité, caractérisée, à ses différentes périodes, par certains accidents dont l'évolution est subordonnée à l'action du virus syphilitique et dont la marche est ordinairement déterminée ; distincte des affections vénériennes, qui, elles aussi, se gagnent par le contact, mais qui ne deviennent pas constitutionnelles.

HISTORIQUE

XVIe s. De nostre temps Fracastor s'est montré très excellent en sa Syphilis, bien que ces vers soient un peu rudes, Ronsard, 584.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SYPHILIS, s. m. (Maladies.) est un terme employé par certains auteurs pour exprimer la vérole. Voyez Vérole. Quelques-uns le dérivent du grec σὺν, avec, & φιλία, amour ou amitié, parce que cette maladie provient d’un commerce amoureux avec une personne infectée. D’autres le font venir du nom d’un berger ainsi appellé, & qui étoit violemment attaqué de cette maladie. Quoi qu’il en soit, plusieurs auteurs distingués emploient le mot de syphilis, & en particulier Fracastor, célebre médecin italien, qui l’a mis pour titre à un beau poëme qu’il a écrit sur la vérole.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « syphilis »

Du latin syphilis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mot inventé par Fracastor dans son poëme latin sur la maladie vénérienne ; on ignore s'il le tirait de quelque autre mot ; dans tous les cas il l'écrivait syphilis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « syphilis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
syphilis sifilis

Citations contenant le mot « syphilis »

  • L’atavisme, c’est comme la syphilis : les enfants trinquent. De Frédéric Dard / Réflexions jubilatoires sur l’existence
  • Un véritable homme du monde n’est jamais trop pauvre pour faire un cadeau à une femme. Il peut toujours lui donner la syphilis. De François Cavanna / Le Saviez-vous ?
  • Tout homme qui a des rapports sexuels avec deux femmes à la foi risque la syphilis même si les deux femmes lui sont fidèles, car toute attitude libertine incite spontanément cette maladie. De Alexandre Weill / Les lois et les mystères de l’amour
  • Dans le dico, à côté du mot "syphilis" c'est marqué "voir index". J'ai regardé mes doigts. J'ai rien. De Régis Hauser / Les murs se marrent
  • Les épidémiologistes affirment que 242 cas de syphilis ont été notifiés en 2019, une augmentation de 112 % par rapport à 2018, où 114 cas ont été enregistrés. Aucun cas de syphilis congénitale n'a été signalé. L'Alaska signale un doublement des cas de syphilis, L'Alaska signale un doublement des cas de syphilis - MesVaccins.net
  • Le Japon a signalé plus de 5 000 cas de syphilis trois années de suite d'affilée et deux années consécutives avec plus de 6 000 cas. Avant 2018, la dernière fois que le Japon a enregistré plus de 6 000 cas de syphilis remonte à 48 ans. Le nombre de syphilis dépasse les 3 000 cas au Japon, Le nombre de syphilis dépasse les 3 000 cas au Japon - MesVaccins.net
  • Un mythe populaire veut que le peintre, dont on célèbre cette année le 500e anniversaire de la mort, ait succombé en 1520, à seulement 37 ans, à la syphilis après avoir courtisé une dame de trop. Les experts s’accordent à dire qu’il a succombé à une infection. , Culture - Loisirs | Le peintre Raphaël ne serait pas mort de la syphilis mais d’une "maladie de type coronavirus"
  •  Une autre façon de protéger les enfants consiste à fournir aux femmes enceintes un traitement antiviral pour réduire la transmission du VHB de la mère à l’enfant. L’OMS recommande déjà le dépistage systématique du VHB chez toutes les femmes enceintes ainsi que du VIH et de la syphilis au plus tôt pendant la grossesse. À la lumière des nouvelles données probantes concernant l’innocuité et l’efficacité de la prophylaxie antivirale chez les femmes enceintes et leurs enfants, l’OMS présente aujourd’hui deux nouvelles recommandations : , Journée mondiale contre l’hépatite : accélérer l’élimination de l’hépatite B ‎chez la mère et chez l’enfant
  • On la pensait appartenir au passé, pratiquement disparu dans les pays développés. Pourtant la syphilis revient en force ces dernières années, comme nous l'explique le docteur Jean-Jacques Erbstein. France Bleu, La syphilis est de retour
  • Infection sexuellement transmissible très contagieuse, la syphilis est due à une bactérie appelée treponema pallidum, ou tréponème pâle. Si cette pathologie a vu son nombre de cas largement diminué depuis l’apparition des médicaments antibiotiques, elle n’en reste pas moins dangereuse pour la santé si elle n’est pas dépistée et traitée à temps. Causes, symptômes et traitements. Femme Actuelle, Tout savoir sur la syphilis : causes, symptômes et traitements : Femme Actuelle Le MAG
  • La syphilis est une maladie sexuellement transmissible avec de lourdes conséquences sur la santé de la personne infectée. Si une femme enceinte contracte cette MST, son bébé encoure de graves dangers. Femme Actuelle, Syphilis : quels sont les risques en cas de grossesse ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Des recherches archéologiques ont démontré que la présence de la syphilis dans les Amériques remonte au moins au 4e siècle de notre ère. Le mystère entourant son origine fut résolu en 1905 avec la découverte de la bactérie du tréponème pâle. Cette bactérie provient d’une mutation du pian, une maladie contagieuse débilitante, en Amérique latine. Cette dernière provoque ainsi une infection vénérienne chronique connue communément sous le nom de syphilis. Le Soleil, La syphilis: un fléau du 16e siècle | Gilles Vandal | Chroniques | Le Soleil - Québec
  • On la croyait disparue depuis longtemps. Depuis une dizaine d'années, la syphilis est en recrudescence en Bretagne. Un constat inquiétant rappelé à l'occasion des premières Semaines de la santé sexuelle en Bretagne.  France 3 Bretagne, Santé sexuelle: recrudescence des cas de syphilis en Bretagne - France 3 Bretagne
  • Alors que cette infection bactérienne très contagieuse avait très fortement diminué depuis le milieu du siècle dernier, la syphilis revient désormais en force en Europe. , La syphilis connaît une forte recrudescence en Europe 

Traductions du mot « syphilis »

Langue Traduction
Anglais syphilis
Espagnol sífilis
Italien sifilide
Allemand syphilis
Chinois 梅毒
Arabe مرض الزهري
Portugais sífilis
Russe сифилис
Japonais 梅毒
Basque sifilisa
Corse sifilisa
Source : Google Translate API
Partager