La langue française

Syndicalisme

Sommaire

  • Définitions du mot syndicalisme
  • Étymologie de « syndicalisme »
  • Phonétique de « syndicalisme »
  • Citations contenant le mot « syndicalisme »
  • Traductions du mot « syndicalisme »

Définitions du mot syndicalisme

Trésor de la Langue Française informatisé

SYNDICALISME, subst. masc.

SOCIO-POLITIQUE
A. − Mouvement qui a pour objet d'organiser, de grouper certaines catégories professionnelles (ouvriers notamment), certaines classes sociales, en vue d'étudier et de défendre leurs intérêts (salaires, conditions de travail, etc.); doctrine sociale et politique issue de ce mouvement, visant à la transformation des institutions politiques, des structures sociales existantes. Syndicalisme ouvrier, enseignant. Pour parvenir à ce régime économique, une révolution politique est donc nécessaire. La tâche du syndicalisme est de la préparer, en rognant sur les pouvoirs adverses, en donnant aux masses conscience de l'exploitation qu'elles subissent, des forces dont elles disposent et des solutions souhaitables (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 277):
Où est donc à mes yeux la lutte de classes, sinon dans ce mouvement de pensée qui remonte du travail, et qui change continuellement les mœurs et les religions? Mais cela ne signifie pas qu'un ouvrier pense juste en toutes choses; cela signifie qu'il pense juste autant qu'il pense les conditions de son travail; et cette remarque peut servir à distinguer le syndicalisme, chose neuve et créatrice, de tous les genres de socialisme et de communisme, qui sont, je le crains, des pensées bourgeoises, ou, si l'on veut, logiques, c'est-à-dire des pensées nées de pensées. Alain, Propos, 1932, p. 1079.
Syndicalisme d'industrie, de métier. Le syndicalisme de métier, qui apparut le premier, unit en un même syndicat tous ceux qui exercent une même spécialité professionnelle, dans quelque entreprise qu'ils travaillent. (...) Les non-qualifiés commencèrent en Angleterre, à partir de 1875, à se syndiquer, mais dans un syndicalisme d'industrie, c'est-à-dire groupant dans un même syndicat, et quelle que soit leur spécialité, les travailleurs d'une même entreprise, puis d'une même branche industrielle (Romeuft. 21958).
Syndicalisme de collaboration, de contrôle. ,,Forme du syndicalisme (...) où les syndicats ouvriers ne mettent nullement en cause les principes du régime économique en place, mais essayent d'obtenir tous les avantages possibles pour leurs membres`` (Suavet 1963). Le syndicalisme de « collaboration » (du type américain ou scandinave) obéit à un principe-clé: c'est de ne jamais mettre en question le système de l'entreprise patronale fondé sur la propriété privée du capital (Traité sociol., 1967, p. 484).
Syndicalisme de contestation ou réformiste. Syndicalisme ,,cherchant à transformer et améliorer le système économique au bénéfice des travailleurs, sans toutefois aboutir à une remise en cause fondamentale du régime`` (Mathieu 1970).
Syndicalisme révolutionnaire ou marxiste. Syndicalisme ,,plus ou moins étroitement lié à tel ou tel parti de caractère socialiste, visant par son action à l'instauration d'une société socialiste`` (Mathieu 1970). Le syndicalisme révolutionnaire (...) a prodigieusement amélioré la condition ouvrière depuis la journée de seize heures jusqu'à la semaine de quarante heures (Camus, Homme rév., 1951, p. 367).
P. ext. Regroupement de personnes ayant des intérêts communs dans le domaine industriel (patrons, cadres), agricole, ou dans l'exercice de certaines professions libérales (artisans, commerçants, médecins, etc.). Le jeune syndicalisme agricole n'a pas eu, comme le syndicalisme ouvrier, de maîtres à penser, ni de théoriciens (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 264).Sous l'unité de l'organisation, le syndicalisme patronal abrite des tendances et des orientations diverses, dont la coexistence ne va pas toujours sans conflits (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 113).
B. − P. méton. Activité exercée au sein d'un syndicat; fait d'y militer. Faire du syndicalisme; syndicalisme de salon. Le principe de la participation des femmes au syndicalisme peut être admis sans que, pour autant, la présence des femmes dans les organisations syndicales soit effective (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 153).Dans la plupart des pays du monde, les dirigeants syndicaux changent peu. En Angleterre comme en France, ils peuvent quitter le syndicalisme pour la politique (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 121).
Prononc. et Orth.: [sε ̃dikalism̭]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1894 « mouvement qui groupe des personnes exerçant une même profession en vue de la défense de leurs intérêts communs » (Sachs-Villatte, Französisch-deutsches Supplement-Lexikon ds Quem. DDL t. 5); 1923 « activité exercée dans un syndicat » (Lar. univ.). Dér. de syndical*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 59. Bbg. Bonnafous (S.), Tournier (M.). La Désignation socio-pol. en France de 1879 à 1914. Saint-Cloud, 1983, pp. 208-209. _ Mouriaux (R.). La CGT. Paris, 1982, pp. 128-134. − Tournier (M.). L'Envers de 1900. MOTS. 1982, no5, p. 123.

Wiktionnaire

Nom commun

syndicalisme \sɛ̃.di.ka.lism\ masculin

  1. (Politique) (Économie) Activisme des syndicats dans laquelle des acteurs économiques s’unissent.
    • Ainsi pourvue d'un statut légal et de moyens financiers, la vulgarisation se développe rapidement, surtout dans la mouvance du syndicalisme, […]. — (Paul Houée, Les politiques de développement rural, page 120, INRA, 1996)
  2. (En particulier) Mouvement social qui vise à unifier les travailleurs dans des syndicats, pour défendre leurs intérêts communs.
    • Ainsi on ne pourrait plus contester qu’il y ait une opposition absolue entre le syndicalisme révolutionnaire et l’État ; cette opposition prend en France la forme particulièrement âpre de l’antipatriotisme […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p. 152)
    • Il se peut qu’à l’heure du péril de guerre, le syndicalisme souffrît d’un léger fléchissement. — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    • Il existait en 1914 trois principaux courants de pensée à la S.F.I.O. : le syndicalisme révolutionnaire, le jaurésisme et le guesdisme. Dans l'entre-deux-guerres, deux de ces courants connaissent une éclipse durable, au profit du troisième. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, page 23)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SYNDICALISME. n. m.
Doctrine sociale d'après laquelle les ouvriers, commerçants, agriculteurs et généralement tous les travailleurs doivent se syndiquer.

Étymologie de « syndicalisme »

(1894) Mot dérivé de syndical avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « syndicalisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
syndicalisme sɛ̃dikalism

Citations contenant le mot « syndicalisme »

  • Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme ! Le syndicalisme, c'est le contraire. De Coluche / Le syndicat - 1979
  • Dirigeant historique et figure de proue de la cgt-FO, Léon Jouhaux (1879-1954) a été applaudi et dénigré. Trajectoire exceptionnelle : le petit ouvrier anarcho-syndicaliste est devenu l’un des grands leaders mondiaux du syndicalisme indépendant. Force Ouvrière, Léon Jouhaux, le rassembleur - Force Ouvrière
  • Reste qu’il serait trop simple d’opposer frontalement les deux types de syndicalisme infirmier, qui peuvent utilement se compléter. « Savoir à quel syndicat on doit adhérer est surtout une affaire de caractère », estime ainsi Céline Laville, qui considère que selon leurs appétences, certains infirmiers se sentiront plus à l’aise dans un syndicat généraliste ou dans un syndicat catégoriel. Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession, Pourquoi tant de fractures au sein du syndicalisme infirmier ? - Actusoins actualité infirmière
  • « Il a été un pionnier du syndicalisme de combat dans l’une des plus grandes entreprises automobiles de notre pays, Volkswagen (l’actuelle Audi). Il était également internationaliste, allant à la rencontre de partis de gauche du monde entier. C’était un antifasciste, endurci dans la lutte contre le dictateur Franco dans sa seconde patrie, l’Espagne. Solidaire, Pablo Demoor, vie et mort d’un syndicaliste marxiste | Solidaire
  • Dans son unique expérience de cinéma de fiction, Jean-Pierre Thorn s’inspire librement des moments de la vie de Georgette Vacher au destin tragique, révélatrice de l’évolution de l’engagement dans le militantisme syndicaliste menant à des décennies de lutte jusqu’à la victoire au goût amer du candidat du parti socialiste à la présidence de la République française en 1981. La personnalité inédite de Georgette Vacher, ses convictions, ses contradictions comme la singularité de son cheminement permettent au cinéaste de dresser une histoire inédite du syndicalisme qui n’a pas su se saisir des revendications de base de la société en faisant le choix de privilégier le renforcement de sa propre hiérarchie. Ainsi en 1981, ce n’est pas la gauche qui prend le pouvoir mais toujours l’affirmation de la continuité des intérêts de la hiérarchie au pouvoir. Pas étonnant dès lors qu’à partir de 1983 la présidence prétendument socialiste révèle son véritable visage en démontrant par ses décisions l’imposition aux citoyens des mesures ouvertement néolibérales. Club de Mediapart, Georgette Vacher ou la destinée tragique du syndicalisme | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « syndicalisme »

Langue Traduction
Anglais unionism
Espagnol unionismo
Italien unionismo
Allemand unionismus
Chinois 工会主义
Arabe النقابية
Portugais sindicalismo
Russe унионизм
Japonais 組合主義
Basque sindikalismo
Corse sindicalisimu
Source : Google Translate API
Partager