La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « surtendre »

Surtendre

Définitions de « surtendre »

Trésor de la Langue Française informatisé

SURTENDRE, verbe trans.

Rare. Soumettre quelque chose à une tension intense ou excessive. (Dict. xxes.). Empl. pronom. passif, p. métaph. Il est un certain point de maturité de la pensée, en deçà ou au delà duquel la phrase qui la revêt se surtend ou se ride. Il importe de la cueillir au bon moment (Gide, Journal, 1927, p. 861).
Part. passé en empl. adj. [En parlant d'une chose] Les plus hautes [des « saucisses », c.-à-d. des dirigeables], arrêtées dans les nues au bout de leur câble surtendu, avaient quelque chose d'irrité, d'agité, d'impatient et semblaient prêtes à rompre leur attache (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 293).[En parlant d'une pers., d'une collectivité] En proie à une vive tension. L'air est plein d'une angoisse abominable. Fantastique aspect de Paris, les rues, vides de voitures, pleines d'un peuple bizarre, à la fois surtendu et calme (Gide, Journal, 1914, p. 453).
Prononc.: [syʀtɑ ̃:dʀ ̥], (il) surtend [syʀtɑ ̃]. Étymol. et Hist.1902 part. passé adj. surtendu (Gide, Immor., p. 386: ma volonté surtendue); 1927 se surtendre (Id., Journal, p. 861). Dér. de tendre1*; préf. sur-*. Fréq. abs. littér.: 16.

Wiktionnaire

Verbe - français

surtendre \syʁ.tɑ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Tendre avec excès.
    • Le despote couvre-chef surtend impitoyablement les cheveux, bride l’œil et interdit le sourire. — (Marie-Christine Autin Graz, Le Bijou dans la peinture, p. 146, 1999, Skira)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « surtendre »

De tendre, avec le préfixe sur-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « surtendre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
surtendre syrtɑ̃dr

Citations contenant le mot « surtendre »

  • Arnaud Benedetti : Pas certain que d’annoncer de l’étranger de nouvelles mesures restrictives constitue le bon vecteur de communication pour en faciliter l’acceptation. Symboliquement et psychologiquement, cela crée de la distance et pour un Président auquel on reproche parfois son éloignement quant au quotidien des Français, il y a là un risque de de renforcer ce halo d’impressions. Tout le problème du chef de l’Etat est qu’il traine comme un boulet depuis le début de l’épidémie sa mauvaise "entame", comme diraient les amateurs de rugby, de la gestion de la crise sanitaire tant au niveau de l’action publique que de la parole ayant accompagné cette dernière. Son précédent Premier ministre avait quelque part réussi, après des semaines erratiques, a recrédité un tant soit peu l’expression de l’Etat. Depuis son départ, tout se passe comme si, à proportion de l’évolution de la situation épidémiologique, à nouveau nous assistions à une perte de contrôle de la communication du gouvernement sur le sujet : multiplicité des interventions entre les ministres, manque de lisibilité des propos du Premier ministre, et une communication apparemment insuffisante entre le local et le central, comme l’atteste la situation des Bouches-du-Rhône. Pour autant pouvons-nous en conclure à un recul de l’acceptabilité de l’opinion quant au niveau de contraintes que l’exécutif souhaite relever au regard de la situation sanitaire ? À ce stade, malgré des annonces parfois contradictoires, la complexité croissante des dispositifs mis en œuvre par les autorités n’a pas entraîné de mouvements massifs de défiance, à l’exception des professions de la restauration et des cafés qui subissent un choc sans précédent pour leurs activités. Les Françaises et les Français semblent souvent  manifester des doutes, du scepticisme, de l’incompréhension mais ils se résolvent, malgré leur scepticisme, à appliquer pour le moment les consignes gouvernementales. Au demeurant des segments de l’opinion considèrent au demeurant que les pouvoirs publics ne vont pas assez loin dans le relèvement du seuil de vigilance. Néanmoins, l’incertitude si elle devait se prolonger ne manquera pas de "surtendre " la relation gouvernants/gouvernés. Pour une raison au demeurant assez simple à déceler : l’installation de cette idée selon laquelle la question de l’insuffisance des moyens sanitaires, la fameuse offre de soins, est à l’origine des contraintes sur nos vies sociales et personnelles. Le pacte avec l’Etat, surtout dans le modèle français, c’est une allocation des moyens indispensables à notre protection en échange du civisme, garant de la cohésion de la société. Ce que révèle cette crise, c’est la rupture de la chaîne d’approvisionnement des moyens et la variable d’ajustement qui en résulte : une restriction de nos libertés.  Atlantico.fr, Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique | Atlantico.fr
  • Les avantages par zones ont contribué à surtendre certains territoires au détriment d’autres. Je pense que le logement social a aussi un rôle à jouer. Ce secteur réalise 22 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec un taux de TVA à 10 %, pas d’impôt sur les sociétés, pas de taxe foncière. Secours Catholique, Mal-logement : faut-il encadrer les loyers ? | Secours Catholique

Traductions du mot « surtendre »

Langue Traduction
Anglais overextend
Espagnol extender
Italien sovraestendere
Allemand überdehnen
Chinois 过度扩张
Arabe يفرط
Portugais estender demais
Russe перенапрягаться
Japonais 過度に伸ばす
Basque gehiegizko hedapena
Corse eccessivu
Source : Google Translate API

Synonymes de « surtendre »

Source : synonymes de surtendre sur lebonsynonyme.fr

Surtendre

Retour au sommaire ➦

Partager