La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « sumac »

Sumac

Variantes Singulier Pluriel
Masculin sumac sumacs

Définitions de « sumac »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUMAC, subst. masc.

BOT. Plante de la famille des Térébinthacées poussant dans les régions chaudes et tempérées, et dont certaines espèces possèdent des propriétés utilisées en médecine et en droguerie (vernis, laques, tanins). Grappes du sumac; palmes d'un sumac. On prescrira (...) une décoction (...) le plantain, la presle (...) les fruits de sumac (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 376).Et ces pentes couvertes d'arbustes corail, rose lavé, rose de flamme, rouge vermeil, de ces sumacs dont j'appris plus tard le nom (Arnoux, Chiffre, 1926, p. 24).
Prononc. et Orth.: [symak]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1256 somac (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 53); fin xiiies. sumac (Simples médecines, éd. P. Dorveaux, 716, p. 124). Empr., peut-être par l'intermédiaire de l'esp.zumaque (att. dep. le xes. dans des textes lat.), à l'ar. summāq « sumac ». Voir Cor. et FEW t. 19, p. 164b.

Wiktionnaire

Nom commun - français

sumac \sy.mak\ masculin

  1. (Botanique) Genre d’arbres et d’arbrisseaux à feuilles alternes, qui comprend un grand nombre d’espèces.
    • Le Sumac ou Rhus, est un genre de plante dont les botanistes comptent au moins neuf espèces, outre plusieurs variétés. — (La Bibliothèque canadienne - Volumes 7 à 8, 1828)
    • J'arrivai à la fin de la première pinède, au bord d'un plateau : on y avait, jadis, cultivé des vignes. Des sumacs, des romarins, des cades les avaient remplacées. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 297.)
  2. (Par extension) Poudre de cette plante, et en particulier du sumac des corroyeurs, pour tanner les peaux.
    • Ce coudrement de sumac, pratiqué à Nicosie, est remplacé par celui de noix de galle qui se pratique en France, dont nous parlerons, après la misse en en rouge. A Nicosie, on n'emploie le coudrement de noix de galle avant la couleur, que pour les peaux que l'on veut mettre en jaune. — (Art du Maroquinier, dans Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l'Académie royale des sciences de Paris, nouvelle édition, publiée par Jean-Élie Bertrand, tome 3, Neuchatel : Société typographique, 1775, p. 349)
    • Le sumac s'emploie dans la proportion de 2 à 3 livres, selon son plus ou moins de force tannante, par chaque peau à coudrer. — (Pelouze, « Art du Teinturier-Peaussier », dans le Dictionnaire technologique ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers et de l'économie industrielle et commerciale, tome 21 , Paris : chez Thomine, 1834, p. 491)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUMAC. n. m.
T. de Botanique. Genre d'arbres et d'arbrisseaux à feuilles alternes, qui comprend un grand nombre d'espèces. Sumac des teinturiers. Sumac des corroyeurs. Sumac vénéneux. Sumac vernis.

Littré (1872-1877)

SUMAC (su-mak) s. m.
  • 1Genre de la famille des térébinthacées ; on y distingue : le sumac des corroyeurs, rhus coriaria, L. arbrisseau de l'Europe méridionale ; le sumac vénéneux, rhus toxicodendrum, L. arbrisseau de l'Amérique ; et le sumac au vernis, dont le suc, également vénéneux, sert, chez les Japonais, à vernir les ustensiles de bois.
  • 2Nom donné par les teinturiers aux feuilles, fleurs, baies et graines de sumac, récoltées, séchées et réduites en poudre plus ou moins grossière. Sumac ou sommac et herbe de maroquin, le 100 pesant payera 10 sols, Tarif, 18 sept. 1664.

    On a dit aussi sommail. Vieil sommail qui a servi à passer les maroquins, Règl. sur les manuf. août 1669, teinturiers en laine, art. 6.

HISTORIQUE

XVIe s. Eau de forge, en laquelle on auroit fait bouillir sumach et roses rouges, Paré, VIII, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUMAC, rhus, s. m. (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposées en rond ; le pistil sort du calice, & devient dans la suite une capsule arrondie, qui a presque la forme d’un rein, & qui renferme une semence de la même forme. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Sumach, rhus, petit arbre qui vient naturellement dans l’Europe méridionale, dans quelques contrées de l’Amérique septentionale, & en Afrique ; mais les sumachs d’Afrique sont toujours verds, de plus petite stature, & bien différens de ceux d’Europe & d’Amérique : ces derniers s’élevent à douze ou quinze piés : ils font rarement une tige droite, leur écorce est lisse sur les vieilles branches, & extrèmement velue sur les jeunes rameaux, ce qui, joint à la direction courbe & oblique de ces rameaux qui sont fort gros, leur donne de loin l’apparence d’un bois de cerf ; c’est ce qui a occasionné de donner au sumach le nom de bois de cerf ; leurs feuilles sont composées de plusieurs folioles longues, pointues, dentelées & rangées par paires sur un filet commun qui est terminé par une seule foliole. Ces arbrisseaux donnent en Juin & Juillet de grosses grappes de fleurs un peu jaunâtres, & de peu d’apparence ; les graines qui s’étendent, sont de très petites baies velues, & bien peu charnues, qui contiennent un noyau rond l’automne & le tems de leur maturité.

Les sumachs d’Europe & d’Amérique sont très-robustes, & leur accroissement est très-prompt : on les voit réussir par-tout, depuis le sol de pur argile, jusque dans les terreins les plus pierreux : ils s’accommodent de toutes les expositions, ils reprennent aisément à la transplantation, ils souffrent la taille dans toutes les saisons, & ils se multiplient plus que l’on ne veut : on n’est pas en usage de les semer, ce seroit un moyen trop long, & d’ailleurs les graines levent difficilement ; mais leurs racines qui rampent près de la surface de la terre, & qui s’étendent au loin, poussent une grande quantité de rejettons : cependant à leur défaut, on peut se servir des seules racines, qui étant coupées de la longueur du doigt, & mises en terre au printems, reprennent très-aisément.

On peut tirer quelque parti des sumachs pour l’agrément ; leur feuillage est fort apparent & d’une belle verdure, quelques especes même donnent des grappes rouges qui sont d’un bel aspect dans l’automne & pendant tout l’hiver, & ces arbrisseaux sont très-propres soit à faire de la garniture dans les bosquets, soit à remplir promptement des places vuides, où quantité d’arbrisseaux ne pourroient réussir à cause de la défectuosité du terrein ; mais ces arbrisseaux ne sont pas sans utilité : on se servoit anciennement de leurs graines pour assaisonner différens mets. Bellon rapporte que de son tems les Turcs les employoient à cet usage, qui n’a cessé vraissemblablement qu’à cause que cet assaisonnement noircissoit les dents. Il y a tout lieu de présumer cette propriété dans la graine du sumach, puisque la décoction de ses feuilles noircit les cheveux, & que le bois peut servir à faire de l’encre : on cultive ces arbrisseaux en Espagne & dans nos provinces méridionales, pour la préparation des cuirs, & on emploie à ce service toutes les parties du sumach, le bois, la feuille, & la graine. Ce petit arbre est au nombre des drogues colorantes qui sont communes aux teinturiers du grand & du petit teint ; il sert à teindre en verd, & il entre dans l’apprêt des maroquins noirs, & de quelques autres peaux ; c’est du Portugal qu’on tire la plus grande partie du sumac qui se consomme en France on peut faire du vinaigre avec les grappes de cet arbrisseau ; en faisant des incisions au tronc, il en découle un suc résineux qui pourroit avoir de l’utilité pour les arts : enfin on fait quelqu’usage des graines de sumac en médecine, par rapport à leur qualité astringente & rafraîchissante.

Il y a plusieurs especes de sumacs.

1°. Le sumac à feuille d’orme : c’est le seul qui vienne naturellement en Europe, & celui qui a le moins d’agrément : on doit appliquer particulierement à cette espece, ce qui a été dit ci-dessus.

2°. Le sumac de Virginie : c’est celui que l’on cultive le plus communément dans les jardins pour l’agrément de ses grappes rouges qui restent sur l’arbre pendant tout l’hiver ; son bois est fort tendre, mais il est veiné d’une couleur verte de deux nuances assez belles.

3°. Le sumac de Virginie velouté de rouge : c’est une variété du précédent, il fait un plus grand arbre, son accroissement est plus prompt, ses jeunes rameaux sont garnis de duvet d’un rouge fort vif, ses grappes de fleurs sont blanches, fort grandes, & éparses.

4°. Le sumac d’Amérique à bois lisse : c’est l’espece qui a la plus jolie apparence, par la verdure bleuâtre de son feuillage & de ses jeunes rameaux, qui sont sans aucun duvet ; ses grappes sont éparses, & elles n’ont jamais de couleur apparente ; cet arbre fait une tige plus droite que les autres.

5°. Le sumac de Canada à feuilles longues, ou le vinaigrier : cet arbrisseau s’éleve moins que les précédens ; ses feuilles sont luisantes & d’une couleur de verd de mer, & ses grappes de fleurs d’un rouge vif de la plus belle apparence ; il est vrai que ses branches viennent fort irrégulierement, & qu’il pousse un grand nombre de rejettons, ce qui déprime un peu l’agrément qu’il a d’ailleurs.

6°. Le petit sumac de Virginie : cet arbrisseau ne s’éleve guere qu’à quatre piés ; sa fleur n’a rien de fort remarquable ; toute sa beauté consiste dans la singularité de ses feuilles qui sont doublement empannées, c’est-à-dire que le filet qui soutient plusieurs paires de folioles est bordé d’un fanage qui se réunit avec les folioles ; cet arbrisseau ne donne point de rejetton du pié, il faut le faire venir de graine.

7°. Le sumac de Caroline à fruit écarlate.

8°. Le sumac de Caroline à fruit noir : ces deux dernieres especes sont encore très-rares, & peu connues.

9°. Le sumach copal, rhus obsoniorum : cet arbre est originaire de la Caroline & de la Virginie, où il s’éleve à plus de vingt piés ; ses feuilles sont ailées & composées de quatre, cinq, ou six paires de folioles, mais celle qui termine le filet commun n’a point de pédicule ; il sort du tronc de cet arbre un suc épais qui a quelque ressemblance avec la gomme copal.

On connoit encore de cinq ou six sortes de sumacs qui sont originaires de l’Afrique : ce sont de petits arbrisseaux fort délicats, qui n’ont d’autre agrément que d’être toujours verds.

Sumac, (Mat. med.) ordinaire ou commun, & sumac de Virginie. Les fruits de la premiere espece de sumac étoient employés dans la cuisine des anciens, à titre d’assaisonnement ; aussi portent-ils chez plusieurs botanistes le titre de sumac, ou rhus obsoniorum, rhus culinaria, &c. les Turcs s’en servent encore aujourd’hui, au rapport de Bellon ; mais il est absolument inusité à ce titre parmi nous.

Nous n’employons plus cet arbrisseau, & principalement celui de la seconde espece, le sumac de Virginie, qu’à titre de remede ; ses feuilles & ses fruits sont comptés parmi les plus puissans astringens : on en emploie l’infusion & la décoction dans les cours de ventre & les hémorrhagies qu’il faut arrêter. Ces remedes sont encore mis au rang des bons anti-scorbutiques.

Le fruit de sumac entre dans le sirop myrtin & dans le vin astringent pro tolu, de la pharmacopée de Paris ; les semences entrent dans l’onguent de la comtesse.

Sumac, s. m. (Teinture.) drogue propre pour teindre en verd ; cette drogue dont on se sert aussi dans l’apprêt des maroquins noirs & de quelques autres peaux, n’est autre chose que les feuilles & les jeunes branches de l’arbrisseau, pilées dans un mortier.

Quoique le sumac soit du nombre des drogues colorantes, qui sont communes aux teinturiers du grand & du petit teint, il est néanmoins défendu aux uns & aux autres d’en employer de vieux, c’est-à-dire qui a déja servi à passer les maroquins, ou autres peaux. Le meilleur sumac pour la teinture est celui qui est verdâtre & nouveau. C’est du port de Porto, en Portugal, que vient la plus grande partie du sumac qui se consomme en France. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sumac »

Esp. zumaque ; portug. summagre ; de l'arabe sommak.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Par l’intermédiaire de l’espagnol zumaque de l’arabe سماق, summāq.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sumac »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sumac symak

Citations contenant le mot « sumac »

  • Depuis que la cuisine est devenue si trendy, le goût suit des modes et des mouvements, s’embarquant souvent vers des saveurs inhabituelles. Aujourd’hui, les papilles, à travers le monde, se laissent titiller avec plaisir par le piquant sumac rouge, roi de nos cuisines libanaises depuis bien des lunes. L'Orient-Le Jour, La seconde vie du sumac - L'Orient-Le Jour
  • Apparemment, le sumac faisait partie de cette liste. Brownstein avance que cette plante devait sûrement accroître l’arôme et la saveur de la fumée, mais surtout pour ses qualités médicinales. On l’utilise notamment pour ses vertus antiulcéreuses gastriques et digestives. Fredzone, Les Amérindiens ne fumaient pas que du tabac, il y avait aussi du sumac dans leurs pipes
  • Le carpaccio de dorade rose de Yoni Saada avec du sumac, baie aux nombreuses vertus LExpress.fr, [Recette] Le carpaccio de dorade rose, épine-vinette et sumac de Yoni Saada - L'Express Styles
  • https://7detable.com/article/en-7-minutes/sumac-muscade-wasabi-elisabeth-scotto-nous-donne-des-idees/2980 , Sumac, Muscade, Wasabi.. : Élisabeth Scotto nous donne des idées ! - 7detable.com
  • Analyse du marché mondial sumac acide 2020 couvre lensemble de la chaîne dapprovisionnement, en mettant laccent sur loffre, la demande, le commerce et les prix par pays et par produit. Nous fournissons également des prévisions à cinq ans pour ces mêmes fondamentaux du marché. La force concurrentielle est susceptible daugmenter dans un proche avenir. marché sumac acide devrait maintenir lexpérience un niveau plus élevé de la concurrence avec un nombre croissant de joueurs mettant laccent sur la sécurisation dune part de marché plus importante. Il a également des discussions sur la taille du marché des différents segments et leurs aspects de croissance ainsi que les tendances de croissance, les différentes parties prenantes comme les investisseurs, chefs dentreprise, commerçants, fournisseurs, recherche et médias, directeur mondial, directeur, président, analyse SWOT-à-dire la force, faiblesses, opportunités et menace pour lorganisation et dautres. , sumac acide Perspectives du marché avec un impact du marché intérieur et mondial joueurs Top 2020: Tendances du marché, Segmentation, la consommation par des données régionales, la croissance du marché – MillauJournal

Traductions du mot « sumac »

Langue Traduction
Anglais sumac
Espagnol zumaque
Italien sommacco
Allemand sumach
Chinois 漆树
Arabe السماق
Portugais sumagre
Russe сумах
Japonais スマック
Basque sumac
Corse sumac
Source : Google Translate API

Sumac

Retour au sommaire ➦

Partager