La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « sphinx »

Sphinx

Variantes Singulier Pluriel
Masculin sphinx
Féminin sphinge sphinges

Définitions de « sphinx »

Trésor de la Langue Française informatisé

SPHINX1, subst. masc.

A. −
1. HIST. ET ART ÉGYPTIENS . Statue colossale à tête droite, à face d'homme (androsphinx*) ou de bélier (crio(-)sphinx*), de faucon, et à corps de lion, en position couchée, les pattes allongées parallèlement, représentant un roi ou une divinité, symbolisant la fécondité, la force protectrice, la sagesse, et qui se trouve généralement placée devant les temples (isolée ou en files). Sphinx égyptien, d'Égypte; grand sphinx; sphinx de pierre. Deux obélisques (...) marquaient le commencement de cette prodigieuse allée de deux mille sphinx à corps de lion et à tête de bélier, se prolongeant du palais du nord au palais du sud; sur les piédestaux l'on voyait s'évaser les croupes énormes de la première rangée de ces monstres tournant le dos au Nil (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 212).Me voilà devant le colossal sphinx de granit rose de l'entrée, devant cette puissante image de la royauté, soudant une tête d'homme à un corps de lion, dont les pattes reposent sur un anneau, symbole d'une longue succession de siècles (Goncourt, Journal, 1891, p. 133).
Rem. ,,Le Sphinx qu'on voit en Égypte est un monstre masculin dans l'art ancien qui devient féminin sous le Nouvel Empire`` (Nér. Hist. Art 1985). L'antique sphinx s'allonge, énorme et féminin (...) Accroupi sur l'amas des siècles révolus, Immobile au soleil, dardant ses seins aigus (...) Il songe (Samain, Chariot, 1900, p. 163).
P. méton., ARCHIT., DÉCOR. [Notamment sous l'infl. de la Campagne d'Égypte, pendant le Directoire, l'Empire] Figure, élément décoratif s'inspirant de ce genre de statue. Prullière (...) regarda l'horloge et le baromètre (...) que des sphinx dorés, de style Empire, accompagnaient (Zola, Nana, 1880, p. 1196).Les griffons, les sphinx, les pattes de lion servent de supports ou de pieds (Hautecœur, Art sous Révol. et Emp., 1954, p. 118).V. affronter ex. 25, ancien ex. 21.
2. P. anal. [À propos d'un animé, d'une chose] De sphinx. Qui évoque les traits physiques, l'expression et l'attitude impassibles, énigmatiques du sphinx égyptien. Œil, sourire de sphinx. [Les médecins] reparaissent avec leur air de sphinx, leur physionomie murée (Coppée, Henriette, 1889, p. 353).Elle excellait à ne rien dire et à garder une immobilité de sphinx quand on attendait d'elle une exclamation (Green, Malfaiteur, 1955, p. 134).V. couvrir ex. 11.En sphinx. Dans une posture qui évoque celle du sphinx égyptien. Elle allaite couchée en sphinx et le nez sur les pattes (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 222).
3. Au fig. Ce qui fascine, étonne par sa fixité indéchiffrable. Les âges d'autrefois, en s'éloignant de nous et en retombant dans leur immobilité, deviennent des sphinx; il faut les forcer à rendre leur secret (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 7, 1852, p. 212).
B. −
1. MYTH. GR. Monstre fabuleux (né de Typhon et d'Échidna), à tête et buste de femme, à corps de lion et ailes d'aigle, qui proposait des énigmes aux passants près de Thèbes, et qui dévorait ceux qui ne parvenaient pas à les résoudre. Énigme, griffes du sphinx. L'énigme que le Sphinx de la haute antiquité payenne présentait à résoudre, et qu'Œdipe, dit-on, résolut (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 833).La fable du sphinx est belle. Le sphinx attendait l'homme, et lui proposait quelque énigme; qui ne devinait pas était dévoré. L'homme est à lui-même ce monstre (Alain, Propos, 1928, p. 755).V. comment ex. 12.
P. méton., ARCHIT., DÉCOR. Figure représentant ce monstre. Le rictus des mascarons prenait une expression étrange (...); deux sphinx casqués, à mamelles de femmes et à oreilles de faunes, paraissaient chuchoter (Hugo, Rhin, 1842, p. 341).
2. P. anal. ou au fig.
a) Personne entourée de mystère, qui suscite des interrogations, qui ne veut pas laisser deviner ses pensées tout en pénétrant celles des autres. Ce singulier personnage pénétrait ses passions et lisait dans son cœur, tandis que chez lui tout était si bien clos qu'il semblait avoir la profondeur immobile d'un sphinx qui sait, voit tout, et ne dit rien (Balzac, Goriot, 1835, p. 115):
Pour les artistes purs, le charme suprême de l'être féminin réside précisément dans ces sinuosités incertaines et dangereuses de caractère. Ils sont ravis que le sphinx dissimule si profondément son énigme, parce que cette énigme double d'infini les prunelles de l'inaccessible créature... Bourget, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 53.
En compos. Nous avons aussi, pour les imaginations exaltées, (...) la femme-sphinx, la femme-démon, la femme troublante et fatale (Lemaitre, Contemp., 1885, p. 346).
Par personnification. Gadagne (...) s'indigna (...) au point d'effrayer son chat, angora gris, sphinx ironique, détenteur probable des solutions que cherchait son maître (Péladan, Vice supr., 1884, p. 146).
b) Ce qui pose des questions cruciales, des problèmes difficiles à résoudre. Des difficultés sans nombre nous arrêtent (...). Les sphinx sont semés tout au long de notre route et nous posent des problèmes de vie ou de mort (Barrès, Cahiers, t. 13, 1921, p. 127).J'eusse aimé mettre un point final au mystère de la poésie et trouver la réponse décisive propre à tuer le sphinx. Mais c'était vantardise, et je crains que la chienne qui chante, comme l'appelaient les Grecs, ne continue à dévorer toute une jeunesse, éprise d'énigmes, et joyeuse de mourir pour elles (Cocteau, Poés. crit. II, 1960, p. 217).V. devin ex. de Amiel.
REM. 1.
Sphinge, sphynge, subst. fém.a) [Notamment dans la myth. gr.] Sphinx à buste de femme. Créature mythique (...) chimère ou sphynge (Blanche, Modèles, 1928, p. 169).b) P. méton., décor. Statue, figure représentant cette créature fabuleuse. Le sphinx, mâle, est mis à la mode après la campagne d'Égypte; il se substitue à la sphinge grecque à buste de femme, utilisée à l'époque Louis XVI. Par une curieuse hybridation, la sphinge grecque se coiffe parfois du (...) bonnet royal égyptien (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 123).c) P. anal. Femme qui évoque cette créature fabuleuse par son caractère mystérieux, cruel. Le sourire ensorceleur, etc., etc., de la Sphynge éternelle (...) ils se gargarisèrent (...):Alors, vous non plus, dit Costals, vous ne croyez pas au mystère insondable de la femme? (Montherl., Démon bien, 1937, p. 1274).Christel est méprisante, c'est une princesse, lointaine, une sphinge (Gracq, Beau tén., 1945, p. 27).En partic., rare. Dévoreuse d'hommes, prostituée. Les anciennes courtisanes de Mégare, qu'on appelait des sphinges (Barrès, Voy. Sparte, 1906, p. 42).
2.
Sphingerie, subst. fém.,néol. Le troupeau de sphinx regagne la sphingerie à petits pas (...) J'aimerais mieux nuit et jour dans les sphingeries Vouloir savoir pour qu'enfin on m'y dévorât (Apoll., Alcools, 1913, p. 110).
3.
Sphinxial, -ale, -aux, adj.Qui rappelle l'attitude, l'expression du sphinx égyptien. Il semblait figé dans une attitude apathique et sphinxiale (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 12).
Prononc. et Orth.: [sfε ̃:ks]. Att. ds Ac. dep. 1694. Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 106: sphynx. Étymol. et Hist. A. 1. 1546 sphinge (J. Martin, trad. F. Colonna, Discours du songe de Poliphile, fo44 vods Quem. DDL t. 12: y avoit un monstre Égyptien, faict d'or en forme de Sphinge, gisant dessus ses quatre pieds); 1553 sphinx (P. Belon, Observations, II, 46, [1588], p. 260 ds R. Philol. fr. t. 43, p. 203); 1794 deviner l'énigme du sphinx (Beaumarchais, Mère coupable, II, 18 ds Littré); 2. 1817 fig. (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, p. 55). B. 1. 1736 zool. « chenille du papillon » (Réaumur, Mém. pour servir à l'hist. des insectes, t. 2, p. 253); 2. 1762 id. « papillon » (E.-L. Geoffroy, Hist. abr. des insectes des environs de Paris, t. 2, pp. 76-77). Mot lat. sphinx (empr. au gr. Σ φ ι ́ γ ξ) désignant un monstre ayant un corps de lion et une tête d'homme (sphinx d'Égypte), ou un monstre ayant un corps de lion et une tête de femme et des ailes (sphinx de Thèbes). Avec B., cf. Cuvier, Règne animal, 1817, III, 556: Des Sphinx de Linnaeus: L'attitude de plusieurs de leurs chenilles, semblable à celle du sphinx de la Fable, leur a valu la première dénomination. Bbg. Fröhlicher (P.). Des Centaures aux sphinx... B. Gr. Rech. sémio. ling. 1981, no20, pp. 16-26.

SPHINX2, subst. masc.

ENTOMOL. Insecte lépidoptère de mœurs surtout crépusculaires, de grande taille, généralement caractérisé par une longue trompe, un corps robuste, des ailes antérieures triangulaires, plus grandes que les postérieures, et par un vol rapide. Des papillons du soir, de grands sphinx blonds, battaient des ailes autour des fleurs, avec un ronflement de petit rouet (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 853).V. chenille ex. 1.
Sphinx atropos*, sphinx tête de mort. Sphinx aux ailes brunes et jaunes, réputé maléfique. Dans les régions où pullule le hideux sphinx tête-de-mort, l'acherontia [achérontie] atropos, elles [les abeilles] construisent à l'entrée de leurs ruches des colonnettes de cire entre lesquelles le pilleur nocturne ne peut introduire son énorme abdomen (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 82).Sphinx du/des laurier(s)-rose(s). Sphinx aux ailes vertes, roses et blanches. Contre le fin grillage (...), un sphinx des lauriers-roses donne de la tête (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 11).Sphinx du liseron. Sphinx aux ailes grises, au ventre noir, rose et blanc. L'insecte de la classe des lépidoptères, dit sphinx du liseron, a une trompe très déliée (Boucher de Perthes, Création, t. 2, 1838-41, p. 147).Sphinx du troène. Sphinx aux ailes brun-rose, au ventre noir-rose. Sphinx du troène. Le Sphinx ligustri a les ailes de devant (...) d'un brun rougeâtre (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 269). Sphinx de la vigne, de(s) vigne(s). Sphinx aux ailes roses et vertes. Des sphinx de vigne bourdonnaient au-dessus des phlox en fleurs. Hélène (...) parvint à enfermer dans ses mains un des sphinx (...) l'insecte (...) faisait faire le moulinet à ses ailes roses et grises (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 64).
REM.
Sphingides, sphingidés, subst. masc. plur.,entomol. Famille d'insectes lépidoptères des régions chaudes et tempérées, de mœurs crépusculaires ou nocturnes, de moyenne ou grande taille et qui a pour type le sphinx. Les Sphingides butinent en volant sur place au-dessus de la fleur (Zool., t. 2, 1963, p. 789 [Encyclop. de la Pléiade]). La longue trompe des sphingidés et leur aptitude à voler sur place leur confèrent un rôle important dans la pollinisation de certaines fleurs (Hachette1980).
Prononc.: [sfε ̃:ks]. Étymol. et Hist. V. sphinx1.
STAT. Sphinx1 et 2. Fréq. abs. littér.: 499. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 503, b) 1 540; xxes.: a) 784, b) 395.

Wiktionnaire

Adjectif - français

sphinx \sfɛ̃ks\

  1. (Rare) Énigmatique ; incompréhensible.
    • Tous cherchaient l’ambition en moi, et à la fin me jugèrent un peu sphinx quant aux projets. Il n’y avait point d’ambition, ni de projet ; il n’y avait qu’un homme du peuple qui luttait pour son propre compte contre les tyrans de toute espèce. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, page 176)

Nom commun - français

sphinx \sfɛ̃ks\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Mythologie)
    1. (Mythologie égyptienne) Monstre ayant une tête humaine et un corps de lion.
      Le sphinx de Gizeh, en Égypte
      • Le sphinx de Gizeh.
      • Ton père fut un sphinx et ta mère une nuit. — (Apollinaire, Le Larron, in Alcools, 1913)
    2. (Mythologie grecque) Monstre ayant la tête et les seins d’une femme, le corps d’un lion et les ailes d’un aigle.
  2. (Sculpture) Figure qui a une tête et la poitrine d’une femme sur le corps d’un lion. Les sphinx sont représentés couchés sur le ventre, les pattes de devant étendues, et la tête droite.
    • Là, tout à coup, pour la première fois, dans un réduit obscur, une crypte, une sorte de cave, nous découvrîmes le sphinx. À Giseh, depuis 4 500 ans, le sphinx a quelque chose à dire. — (Robert Carré, Le sphinx et l’homme : essai contributif à l’élucidation d’un mythe, 1974)
  3. (Par métonymie) (Art) Figure fantastique s’inspirant de l’art égyptien à la mode au XIXe siècle.
    • C’étaient toutes ses anciennes lettres. […] Elle les avait enfermées dans un secrétaire d’acajou portant à ses angles des sphinx de cuivre. — (Maupassant, Une Vie, 1883)
  4. (Figuré) Personne dissimulée, énigmatique impénétrable et cruelle, souvent membre des sphères de la politique ; par allusion au Sphinx de la légende d’Œdipe, qui proposait des énigmes aux passants, lesquels ne pouvant jamais répondre, payaient leur embarras de leur vie.
    • Rastignac ne pouvait donc pas demeurer longtemps sous le feu des batteries de Vautrin sans savoir si cet homme était son ami ou son ennemi. De moment en moment, il lui semblait que ce singulier personnage pénétrait ses passions et lisait dans son cœur, tandis que chez lui tout était si bien clos qu’il semblait avoir la profondeur immobile d’un sphinx qui sait, voit tout, et ne dit rien. — (Balzac, Le Père Goriot, 1835)
    • Ces réflexions traversèrent rapidement mon esprit, pendant que l’étrange personnage se taisait, absorbé et comme retiré en lui-même. Je le considérais avec un effroi mélangé d’intérêt, et sans doute, ainsi qu’Œdipe considérait le Sphinx. — (Verne, Vingt mille lieues sous les mers, 1870)
    • Cette fille, qui me paraissait plus sphinx, à elle seule, que tous les Sphinx dont l’image se multipliait autour de moi, dans cet appartement Empire. — (Barbey d’Aurevilly, Le Rideau cramoisi, in Les Diaboliques, 1874)
  5. (Figuré) Symbole du mystère, de l’impénétrable. Situation angoissante comme le défilé où le Sphinx de Thèbes (en Grèce) arrêtait les voyageurs pour leur poser des questions mortelles.
    • Gauvain voyait dans l’ombre le sinistre sourire du sphinx.
      Cette situation était une sorte de carrefour redoutable où les vérités combattantes venaient aboutir et se confronter, et où se regardaient fixement les trois idées suprêmes de l’homme, l’humanité, la famille, la patrie.
      — (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874)
    • L’Ivrognerie est un Sphinx toujours pénétré, qui s’en console en allant se soûler avec ses Œdipes. — (Bloy, Le Désespéré, 1887)
  6. Personne qui s’amuse à poser des questions compliquées pour embarrasser son interlocuteur.
  7. (Spécialement) Auteur de grilles de mots croisés, à cause de l’habitude de proposer des définitions en forme d’énigme.
    • Avant de devenir un « sphinx » l’auteur de mots croisés, a dû être d’abord un « œdipe » et apprendre à répondre aux énigmes. — (Raphaël Brossart, « La croix et le mot », dans Littoral, n° 18, Éditions ERES, janvier 1986, p. 98)
    • Les mots croisés, c’est une passion que j’ai d’abord eue comme œdipe. Je pose le stylo, il se marre. Oui, dans les années 1930, on appelait œdipe celui qui résolvait les grilles et sphinx celui qui les composait.
      — Au début, je faisais l’œdipe, et puis j’ai fait le sphinx, avec des dictionnaires spécialisés. C’est difficile... Une bonne définition doit être évidente quand on a trouvé, et obscure tant qu’on n’a pas trouvé.
      — (Georges Perec, Entretiens et conférences: 1965-1978, vol. 1, mis en ordre par Dominique Bertelli & Mireille Ribière, Éditions Joseph K., 2003, p. 265)
  8. (Zoologie) Variante de sphynx.
    Chat sphinx (sens 8)
    • Au-delà du téléphone, je sentis les larmes couler sur ses joues tandis qu’il me parlait de son chat, son chat sphinx. La vie était bizarre. Alors que Max semblait avoir enfin trouvé le bonheur, son seul compagnon, ce qu’il aimait par-dessus tout, était en train de partir. — (Jean-Michel Le Boulanger, Entre les pages…, TheBookEdition, 2010, Seconde édition, page 147)
  9. (Entomologie) Papillon de nuit surtout crépusculaire de la famille des sphingidés qui a le corps gros, les yeux grands et les ailes horizontales, longues et étroites, ornées de couleurs vives et variées.
    Un sphinx du troène (sens 9)
    • Ce sphinx a beaucoup de ressemblance avec le Fuciforme, mais il en diffère par les caractères suivans : la bande du milieu de l’abdomen est mélangée de noir et de verdâtre ; […] ; les premières ailes ne présentent pas de taches près du milieu de la côte, et la cellule de leur base n’est pas divisée par une nervure.
      On trouve ce sphinx aux environs de Paris, dans les mois de mai et de juin.
      — (Hippolyte Lucas, Histoire naturelle des lépidoptères d’Europe, p. 109, 1834)
    • Une fenêtre, au revers de la maison de ferme, est ouverte, éclairée : la ronde des moustiques et des sphinx tournoie autour d’une lampe Pigeon qui file. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 63.)
    • Il y eut la capture des papillons, des sphinx à deux queues et aux grandes ailes blanches bordées de bleu, qui laissaient sur mes doigts une poudre d’argent. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 178.)
  10. (Héraldique) Meuble représentant le monstre du même nom dans les armoiries. Sa représentation varie entre le sphinx grec et l’égyptien (l’origine n’était jamais précisée) et aboutit souvent à un mélange des deux. La version égyptienne est généralement représentée sans ailes et couchée, parfois sur une tablette. La version grecque est plutôt représentée assise. Suivant les auteurs, des précisions sont ajoutées dans le blasonnement pour indiquer à quel type de sphinx on fait référence.
    Armoiries avec un sphinx grec (sens héraldique a)
    1. Sphinx grec en héraldique :
      • De sinople au sphinx ailé d’or, assis et contourné, qui est de la commune de Bessines-sur-Gartempe de la Haute-Vienne → voir illustration « armoiries avec un sphinx grec »
    2. Sphinx égyptien en héraldique :
      • Coupé : au I, parti de gueules à la croix alaisée d’argent et de sinople à une ancre d’argent, posée en bande et à une épée aussi d’argent, montée d’or, posée en barre et en sautoir ; au II, d’or au sphinx de sable, qui est de la famille de la Fite Pelleport → voir illustration « armoiries avec un sphinx égyptien »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SPHINX. n. m.
T. de Mythologie. Monstre ayant la tête et les seins d'une femme, le corps d'un lion et les ailes d'un aigle. Il se dit aussi, en termes de Sculpture, d'une Figure qui a la tête et les seins d'une femme et le reste du corps d'un lion. On représente les sphinx couchés sur le ventre, les pattes de devant étendues et la tête droite. Un sphinx de marbre. Il se dit figurément d'une Personne énigmatique, par allusion au sphinx de la légende d'Œdipe, qui proposait des énigmes aux passants. En termes d'Entomologie, il se dit d'un Genre de papillons surtout crépusculaires qui ont le corps gros, les yeux grands et les ailes horizontales, ornées de couleurs vives et variées.

Littré (1872-1877)

SPHINX (sfinks') s. m.
  • 1Monstre de la Fable, que Junon en colère suscita contre la ville de Thèbes pour affliger le pays ; les poëtes lui donnent la tête et le sein d'une fille, le corps d'un lion et les ailes d'un aigle ; il proposait une énigme et dévorait ceux qui ne la devinaient pas. On t'a parlé du sphinx dont l'énigme funeste Ouvrit plus de tombeaux que n'en ouvre la peste, Corneille, Œdipe, I, 4.

    Fig. Deviner l'énigme du sphinx, ou bien en être dévoré, Beaumarchais, Mère coupable, II, 18.

  • 2 Terme de sculpture. Figure de sphinx sans ailes. Au haut de chaque rampe un sphinx aux larges flancs Se laisse entortiller de fleurs par des enfants, La Fontaine, Psyché, I, p. 103.
  • 3 Terme d'histoire naturelle. Genre de papillons.

REMARQUE

Autrefois sphinx était du féminin, conformément au grec qui fait ce mot féminin, car le sphinx était une femme. La sphinx, le P. VANSLEB, Nouv. relation, p. 144.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SPHINX. Ajoutez :
4 Fig. Ce qui est mystérieux. Nouveau sphinx, la vie abandonnera le secret de sa destinée à qui saura le lui ravir au prix d'une lutte acharnée, G. de Saporta, Rev. des Deux-Mondes, 1er déc. 1871, p. 616.

REMARQUE

Ajoutez : Voici un exemple où sphinx est du féminin : Dans le voisinage de la cité de Thèbes, s'était posé sur un rocher élevé un horrible monstre au visage de femme et au corps de lion… et la respiration de cette sphinx, empoisonnant l'air pur du ciel, répandait dans leurs demeures une peste affreuse, les Dieux et les héros, contes mythologiques, trad. de l'anglais de G. COX par F. Baudry et E. Delerot, Paris, 1876, p. 35.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SPHINX, s. m. & f. (Mytholog.) monstre fabuleux, auquel les anciens donnoient ordinairement un visage de femme, avec un corps de lion couché.

Le sphinx, célebre dans la fable, est celui de Thèbes qu’Hésiode fait naître d’Echidne & de Typhon. Junon irritée contre les Thébains, envoya ce monstre dans le territoire de Thèbes pour le désoler.

On représente le sphinx de Thèbes avec la tête & le sein d’une jeune fille, les griffes d’un lion, le corps d’un chien, la queue d’un dragon, & des aîles. Elle exerçoit ses ravages sur le mont Phycée, d’où se jettant sur les passans, elle leur proposoit des énigmes difficiles, & mettoit en pieces ceux qui ne pouvoient les déchiffrer. Œdipe qui fut assez heureux pour expliquer l’énigme qu’elle lui proposa, a fait lui-même la peinture suivante de cette cruelle sphinx.

Né parmi les rochers aux piés du Cythéron,
Ce monstre à voix humaine, aigle, femme & lion,
De la nature entiere exécrable assemblage,
Vomissoit contre nous l’artifice & la rage.

Enfin cette sphinx barbare, outrée de dépit de se voir devinée, se cassa la tête contre un rocher.

Il y en a, dit Pausanias, qui prétendent que la Sphinx étoit une fille naturelle de Laïus, & que, comme son pere l’aimoit fort, il lui avoit donné connoissance de l’oracle que Cadmus avoit apporté de Delphes. Après la mort de Laïus, ses enfans s’entre-disputerent le royaume ; car outre ses fils légitimes, il en avoit laissé plusieurs de diverses concubines ; mais le royaume, suivant l’oracle de Delphes, ne devoit appartenir qu’à un des enfans de Jocaste. Tous s’en rapporterent à Sphinx, qui, pour éprouver celui de ses freres qui avoit le secret de Laïus, leur faisoit à tous des questions captieuses : & ceux qui n’avoient point connoissance de l’oracle, elle les condamnoit à mort, comme n’étant pas habiles à succéder. Œdipe instruit de l’oracle par un songe s’étant présenté à Sphinx, fut déclaré successeur de Laïus.

D’autres ont dit que Sphinx, fille de Laïus, peu contente de n’avoir aucune part au gouvernement, s’étoit mise à la tête d’un troupe de bandits, qui commettoient mille desordres aux environs de Thèbes ; ce qui la fit regarder comme un monstre. On lui donnoit pour mere Echidne, pour pere Typhon ; c’étoient toujours les peres & meres de ce qu’il y avoit de plus monstrueux. Les griffes de lion marquoient sa cruauté ; son corps de chien, les desordres dont une fille de ce caractere est capable ; ses aîles désignoient l’agilité, avec laquelle elle se transportoit d’un lieu à un autre, pour éviter les poursuites des Thébains ; ses énigmes signifioient les embuches qu’elle dressoit aux passans, les attirant dans les rochers & dans les brossailles du mont Phycée où elle habitoit, & dont il leur étoit impossible de se dégager, faute d’en savoir les issues qu’elle connoissoit parfaitement. Œdipe la força dans ses retranchemens, & la fit mourir. Sphinx vient de σφίγγειν, embarrasser.

Rien de plus commun que la figure de sphinx avec des aîles ou sans aîles, dans les monumens égyptiens. Plutarque dit qu’on mettoit des sphinx dans leurs temples, pour marquer que la religion égyptienne étoit toute énigmatique. Les oracles que les Egyptiens faisoient rendre à leur célebre sphinx, étoient une frauduleuse invention de leurs prêtres, qui ayant creusé sous terre un canal aboutissant au ventre & à la tête de cette prétendue divinité, entroient aisément dans son corps, d’où ils faisoient entendre d’une voix sépulcrale des paroles superstitieuses en réponse aux voyageurs qui venoient consulter l’oracle.

Pline dit que la tête du sphinx, dont nous parlons, avoit quarante-trois piés de longueur, douze de circuit, & qu’il en avoit cent soixante-douze du sommet de la tête jusqu’au ventre. On lit dans les observations curieuses, qu’à trois cens pas de la grande pyramide & presque vis-à-vis du vieux Caire, proche le rivage du Nil, on voit encore la tête de ce fameux sphinx, & que le reste du corps est enterré sous le sable ; mais ce récit est un nouveau conte à ajouter aux autres. (D. J.)

Sphinx, (Sculpt.) ouvrage de sculpture imitant les sphinx de la fable ; on les représente d’ordinaire avec la tête & le sein d’une fille, & le corps d’un lion ; tel est le sphinx de l’escalier qui porte ce nom à Fontainebleau ; tels sont les deux sphinx de marbre blanc, devant le parterre de la dauphine à Versailles. On en voit plusieurs autres semblables qui ornent des rampes de terrasse dans les jardins ; mais il n’y a point de sphinx modernes, qui égalent les anciens en goût & en travail exquis.

C’est dommage que le sphinx de bronze qui a été déterré à Rome, se soit trouvé dans un si grand désordre, qu’on a eu beaucoup de peine à le restaurer. On ne peut nier qu’il n’ait été grec. L’assemblage des morceaux met les connoisseurs en état de juger combien les Grecs avoient altéré la premiere forme de ces animaux. Il est vrai qu’ils n’y attachoient pas les mêmes idées, & qu’ils étoient éloignés de l’allégorie des signes célestes, qui avoient donné naissance à cet objet fantastique. Le sphinx n’étoit en quelque façon connu dans la Grece que par l’histoire d’Œdipe ; on le voit même sur quelques pierres gravées, lorsqu’il propose à ce prince une énigme qui ne mérite guere d’être si célebrée. Le sphinx est encore traité de la même façon sur le revers des médailles des Antiochus, & sur un poids de plomb trouvé dans l’île de Chio. Ces différens emplois du même objet méritent d’être présentés ; ils sont capables de piquer la curiosité, & font naître l’envie de chercher pourquoi les Grecs ont adopté le sphinx ; pourquoi ils ne l’ont point représenté accroupi ; enfin, pourquoi ils lui ont donné des aîles, de l’arrondissement desquelles il y a lieu d’être surpris ? Toutes ces réflexions sont de M. de Caylus. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sphinx »

Σφὶγξ, mot d'origine étrangère (Hésiode a à l'accusatif φῖϰα), mais assimilé par les Grecs à σφίγγω, serrer, étouffer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle)[1] Via le latin sphinx, du grec ancien Σφίγξ, Sphínx.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sphinx »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sphinx sfɛ̃ks

Citations contenant le mot « sphinx »

  • Le seul mot de passe pour n'être pas dévoré par le sphinx, c'est - l'Homme. André Gide, Œdipe, Gallimard
  • La politique est comme le sphinx de la fable : elle dévore tous ceux qui n’expliquent pas ses énigmes. De Antoine de Rivarol / L’esprit de Rivarol
  • Les dieux ont définitivement fermé les portes de l’Olympe, et ils s’amusent sans nous. Ils se sont désintéressés de ces créatures qui se sont inventé un dieu unique à leur image, eux qui vivent parmi les faunes, les centaures, les sphinx et les hippogriffes… Nous avons cessé de les intéresser. Nous allons rester seuls avec cette autre image de nous-mêmes, ce Christ qui voulait tant d’amour, et qui mourut crucifié. Peut-être qu’Isis pleure en silence. De Bernard Domeyne / Arsinoé d’Afrique (2013)
  • Didier Robert est installé au hameau de Greignac, à Vernoux-en-Vivarais. Il a découvert dans son jardin une chenille peu courante. En y regardant de plus près, elle n’est pas si exceptionnelle puisqu’il s’agit du sphinx tête de mort, une espèce de lépidoptères de la famille des Sphingidae. Principalement présent en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, ce grand papillon migrateur est connu pour le motif de son thorax qui évoque une tête de mort. , Environnement | Vernoux-en-Vivarais : le sphinx tête de mort, papillon prédateur des abeilles

Images d'illustration du mot « sphinx »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sphinx »

Langue Traduction
Anglais sphinx
Espagnol esfinge
Italien sfinge
Allemand sphinx
Chinois 狮身人面像
Arabe أبو الهول
Portugais esfinge
Russe сфинкс
Japonais スフィンクス
Basque esfinge
Corse sfinge
Source : Google Translate API

Synonymes de « sphinx »

Source : synonymes de sphinx sur lebonsynonyme.fr

Sphinx

Retour au sommaire ➦

Partager