La langue française

Soixante

Définitions du mot « soixante »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOIXANTE, adj. et subst. masc. inv.

I. − Adjectif
A. − Adj. numéral cardinal. Six fois dix. Âge, femme, homme de soixante ans; température de soixante degrés; coûter soixante francs; rouler à soixante kilomètres à l'heure. La division du cercle en trois cent soixante parties ou degrés, celle du degré en soixante minutes, de la minute en soixante secondes et de la seconde en soixante tierces (Chauve-Bertrand, Question calendrier, 1920, p. 13).Chaque concurrent a soixante balles à tirer en deux passes de trente balles (Jeux et sports, 1967, p. 1460).
[Avec ell. du subst. déterminé] Un franc soixante [centimes]; un mètre soixante [centimètres]. Nous sommes trois ici, et nous avons place pour soixante [personnes] (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 12).Se jetant dans la voiture (...), il dit au chauffeur: − Du soixante [kilomètres] à l'heure, Édouard (R. Bazin, Blé, 1907, p. 362).
In-soixante-quatre. V. in(-)3.
[Avec ell. d'un subst. déterm.] Tourner dans ta [voiture de] soixante chevaux de Paris à Rouen (Colette, Chéri, 1920, p. 151).
B. − Adj. numéral ordinal. Qui occupe le rang marqué par le nombre soixante. Synon. soixantième.Numéro, page soixante. L'an mil soixante. Le paragraphe soixante (DG). [Il] a compris, et cela dès les années [dix-huit cent] soixante, que la libre concurrence (...) avait fait son temps (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 196).
Mai* 1968.
II. − Subst. masc.
A. − [Sans art.] Le nombre soixante. Soixante en chiffres arabes (60), en chiffres romains (LX). Soixante et quarante font cent (DG). Le quotient de soixante divisé par dix est six (Ac.1935).
B. − P. méton. [À valeur ordinale; désigne un élém. d'un ensemble numéroté] Habiter au soixante de la rue. Le soixante a gagné (Davau-Cohen1972).
C. − Soixante-neuf. V. fellation rem. 2.
REM. 1.
Soixante-quinze, subst. masc.Canon de soixante-quinze millimètres de calibre. On parla chevaux et canons. − Le nouveau 75 est un bijou, dit le général (France, Crainquebille, Gdes man., 1904, p. 160).Il est dur d'entendre derrière soi un soixante-quinze vous empêcher de dormir toute la nuit (Giraudoux, Bella, 1926, p. 10).V. pétarade B 2 ex. de Benjamin.
2.
Soixanter, verbe,vieilli. a) Empl. intrans., jeux. ,,Terme de jeu de piquet. Compter soixante pour trente, en premier, avant que l'adversaire ait rien compté`` (Littré). Le point, une quinte basse, et quelques mauvaises tierces, l'ont fait soixanter (Ac.1835, 1878).b) Empl. trans., agric. Chauffer (des céréales) à soixante degrés pour détruire les insectes qui s'y trouvent. Soixanter du blé pour détruire les insectes (Lar. 19e). Soixanter les grains (DG).
Prononc. et Orth.: [swasɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 seixante (Benoit, Ducs de Normandie, 321 ds T.-L.); ca 1228 soissante (Gerbert de Montreuil, Roman de la Violette, 3687, ibid.); 2. 1872 page soixante (Littré). Réfection orth. d'apr. le lat. sexaginta « soixante » de seisante (1100, Roland, éd. J. Bédier, 1689) du lat. tardif sexanta (v. FEW t. 11, p. 557a), contraction de sexaginta. Fréq. abs. littér.: 3 427. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 750, b) 6 025; xxes.: a) 4 862, b) 3 514.

Wiktionnaire

Adjectif numéral

soixante \swa.sɑ̃t\ pluriel

  1. (Antéposé) Cinquante-neuf plus un, adjectif numéral cardinal correspondant au nombre 60.
    • Arrêtons-nous devant les célèbres bains de Tiflis, dont les eaux thermales peuvent atteindre soixante degrés centigrades. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Ainsi l’échardonneur Garnett opère au moyen d’un cylindre peigneur de 0m562 de diamètre; ayant soixante peignes disposés sur sa demi-circonférence, soit une rangée de peignes par 14 millimètres de circonférence. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. (Postposé) Soixantième.
    • Page soixante.
    • L’article soixante du code civil.

Nom commun

soixante \swa.sɑ̃t\ masculin et féminin identiques invariable

  1. (Au masculin) Nombre 60, entier naturel après cinquante-neuf.
  2. (Par métonymie) Chose portant le numéro 60.
  3. (Sans article) (Par ellipse) Année qui se termine par 60, par exemple 1960.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOIXANTE. adj. numéral cardinal des deux genres
. Six fois dix. Soixante hommes. Soixante francs. Soixante et un. Soixante-deux. Soixante-dix, soixante et onze, soixante-douze, etc., Soixante augmenté de dix, de onze, de douze, etc. On disait autrefois et on dit encore en certains pays et en certaines provinces : Septante, septante et un, septante-deux.

SOIXANTE s'emploie aussi comme adjectif numéral cardinal pour Soixantième. Page soixante.

SOIXANTE s'emploie encore comme nom masculin. Le quotient de soixante divisé par dix est six.

Littré (1872-1877)

SOIXANTE (soi-san-t') adj. numéral
  • 1Nombre composé de six dizaines. Eh bien ! qu'est-ce que cela, soixante ans ? voilà bien de quoi, Molière, l'Avare, II, 6. Voiture et Sarrazin n'ont pas, à eux deux, plus de soixante pages, Voltaire, Temple du goût. On peut parier 4133 contre 185, ou 22 1/3 contre 1, qu'une personne de soixante ans vivra un an de plus, Buffon, Prob. de la vie, Œuvr. t. X, p. 399.

    Soixante et un, soixante-deux, soixante-trois, etc. soixante et dix, soixante-douze, soixante-treize, etc. On peut parier 3175 contre 196, ou 16 3/19 contre 1, qu'une personne de soixante-cinq ans vivra un an de plus, Buffon, ib. Œuvr. t. X, p. 412. On peut parier 2216 contre 189, ou 11 13/18 contre 1, qu'une personne de soixante-dix ans vivra un an de plus, Buffon, ib. p. 425. On peut parier 663 contre 144, ou 4 4/7 contre 1, qu'une personne de soixante-dix-neuf ans vivra un an de plus, Buffon, ib. p. 446.

    On dit moins souvent soixante-un, soixante-dix.

    Les soixante-douze, se dit des membres de la Commune qui furent exécutés après le 9 thermidor.

    Les soixante-treize, se dit des membres de la Convention qui protestèrent contre les actes du 31 mai 1795.

  • 2Soixantième. Vous trouverez ce passage à la page soixante.
  • 3 S. m. Le produit de soixante multiplié par dix.

    On dit de même : Le nombre soixante.

HISTORIQUE

XIe s. Ne mes [excepté] seisante que Deus ad esparniez, Ch. de Rol. CXXV.

XIIe s. À chascun d'els quatre ad sessante mars donez, Th. le mart. 137.

XIIIe s. Sixante sols [un cheval] cousta, un an a, en certain, Berte, LXXIII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOIXANTE. - HIST. Ajoutez :

XIIIe s. En l'an de grace mil cc sissante dis et nuef…, Varin, Archives admin. de la ville de Reims, t. I, 2e partie, p. 965.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOIXANTE, (Arithmét.) nombre pair composé de six dixaines, ou de dix fois six, ou de cinq fois douze, ou de douze fois cinq, ou de quinze fois quatre, ou de quatre fois quinze, ou de vingt fois trois, ou de trois fois vingt, ou de deux fois trente, ou de trente fois deux ; ainsi que six soit multiplié par dix, ou que dix le soit par six, ou que cinq par douze, ou douze par cinq, ou quinze par quatre, ou quatre par quinze, ou vingt par trois, ou trois par vingt, ou trente par deux, ou deux par trente : cela ne produiroit jamais que soixante. Le nombre de soixante multiplié par lui-même, produit 3600. En chiffre commun ou arabe, soixante s’écrit 60 ; en chiffre romain de cette maniere LX ; & en chiffre françois de compte & de finance, lx. On dit soixante & un, soixante-deux, soixante-trois, & ainsi de suite jusqu’à quatre-vingt. Irson. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « soixante »

(Date à préciser) Du latin sexaginta.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. sexaginta, de sex, six.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « soixante »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soixante swasɑ̃t

Citations contenant le mot « soixante »

  • Une heure de justice vaut soixante-dix ans de prière. De Proverbe turc
  • Année. Période de trois cent soixante-cinq déceptions. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Les hommes de soixante ans, en dehors de moi, me font l’effet d’en avoir soixante-dix. De Tristan Bernard / Les parents paresseux
  • De vingt à quarante ans, on voudrait avoir. De quarante à soixante, on voudrait être. De soixante à quatre-vingts, on voudrait ne pas avoir été. De Gilles Jacob
  • Chaque minute de cafard vous prive de soixante secondes de bonheur. De Blas de Otero
  • A soixante-dix ans commence l'été indien de la vie. De Edwin Schneidman
  • On devient jeune à soixante ans. Malheureusement, c'est trop tard. De Pablo Picasso
  • Etre juste une heure de temps, vaut mieux qu'adorer Dieu durant soixante années consécutives. De Wahhb Ibn Monabbih
  • En littérature, un homme qui débute a toujours vingt ans, même s’il en a soixante. De Alfred Capus / Les Pensées
  • On ne devrait plus accepter de responsabilités suprêmes au-delà de soixante ans. De Charles de Gaulle / La tragédie du Général
  • A vingt ans, c'est une promenade, à soixante ans c'est un pèlerinage. De Serge Bonnet / Prières secrètes des Français d'aujourd'hui
  • A cinquante ans on commence à se lasser du monde, et à soixante le monde se lasse de vous. De Axel Oxenstiern
  • Il faut soixante ans pour faire un homme, et après il n’est bon qu’à mourir. De André Malraux
  • Ici, impasse est en référence au contexte dans lequel une résolution ou une action supplémentaire semble très difficile ou improbable pour tous. Force est donc de constater en ce jour où nous célébrons soixante ans d’indépendance que nous sommes dans l’impasse au Bénin, dans un cul-de-sac, socio-économique et politique de tout point de vue.  Club de Mediapart, LE BÉNIN A SOIXANTE ANS MAIS DANS LE CUL-DE-SAC | Le Club de Mediapart
  • La flotte de vélos électrique du réseau Idecycle s’offre soixante nouvelles unités à partir de cette semaine. De quoi porter à 700 le nombre de vélos électriques disponible à la location. Un nombre déjà élevé qui va un petit peu faire baisser la très longue liste d’attente pour louer un de ces modèles. La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es, Agglo de Pau : soixante nouveaux vélos électriques disponible à la location - La République des Pyrénées.fr
  • Avec la proposition de planter un arbre pour chaque naissance dans le village, le symbole donnera une couleur verte à la commune. Le nouveau maire et toutes ses équipes, qui font surtout depuis soixante jours « de la mise à niveau des dossiers », espèrent retrouver dès la rentrée, les thèmes qui leur tiennent à cœur : l’activité à l’année, l’habitat, la concertation, le développement durable et le patrimoine. Le Phare de Ré, Les soixante premiers jours bien remplis de la nouvelle mandature - Le Phare de Ré
  • Venues du Val-d’Oise, soixante caravanes de la communauté des gens du voyage ont pris possession des deux terrains de football. Courrier picard, Soixante caravanes se sont installées sur le stade de Mesnil-en-Thelle
  • Tout en respectant des gestes barrières (lavage fréquent des mains, pas de mélange intégral de l'ensemble de l'effectif), l'équipe éducative a donné une belle impulsion à la vie quotidienne des trois groupes, petits moyens et grands, d'un effectif total de soixante enfants. www.leveil.fr, Trois groupes pour un effectif total de soixante enfants - Polignac (43770)
  • Les pères de l’Indépendance n’auraient jamais parié que soixante ans après, le congolais lambda serait sur un si mauvaise posture et agirait comme un suppliant assis sur une mine d’or. Les promesses trahies d’un développement durable, la désespérance d’une jeunesse confinée soit dans le chômage, soit dans le brain drain, la dilapidation des richesses du pays, la médiocrité observée çà et là, le laisser- aller de certains fonctionnaires brandissant, à tout va, le slogan : «Tu fais semblant de me payer, je fais semblant de travailler », persistent et continuent à faire le lit de la descente aux enfers du pays. Et comme si tout cela ne suffisait pas, des pratiques malsaines telles que le népotisme, la corruption, le détournement des derniers publics, le culte de la personnalité sont venues se greffer à la liste déjà longue des tares qui trouvent leurs justifications dans le fameux Article 15.Loin de moi l’idée de faire du catastrophisme. Mais le moins que l’on puisse dire, est que le bilan du sexagénaire R.D. Congo n’est pas du tout reluisant. En témoigne les indices de développement humain, compilés par le PNUD, qui font autorité en la matière. Celles-ci placent le Congo dans le peloton de queue, que ce soit sur le plan mondial où sur le plan continental.Quelques circonstances atténuantes à ce tableau de l’opprobre, tout de même !Sur les soixante années qui ont suivi l’Indépendance, le Congo a connu la belligérance sur un total de 22 ans. De plus il a dû batailler ferme contre les épidémies de la Rougeole, du Choléra et en ce moment du Covid-19. Ces bruits de bottes et ces épidémies ont, selon toute probabilité, fait perdre au pays de nombreux investissements qui auraient pu le propulser sur la trajectoire de l’émergence. II est, par conséquent, nécessaire d’engager des réformes drastiques pour relever le pays et l’arracher du cercle vicieux de la pauvreté, de l’endettement, bref du sous-développement. Réformes qui, à notre humble avis, devraient passer par un changement des boites à outils politique, économique, sociale et environnementale du pays. Construire un vivre ensemble harmonieux, doublé d’un sens élevé de patriotismeQuoi de plus normal pour un homme que de manifester de l’affection et de l’attachement pour l’espace qui l’a vu naître et grandir. Le désir et la volonté de se dévouer pour un tel espace et pour des gens avec lesquels on est unis par le sort, ne peuvent qu’être très forts. Comme par prémonition, les pères de l’Indépendance avaient prévenu, urbi et orbi, que rien de consistant ne pouvait se faire sous l’emprise de la haine, des querelles et des soucis récurrents de vengeance. C’est donc, pas seulement un besoin mais plutôt une nécessité pour les congolais, de développer une culture de paix, comprenant le respect et l’appréciation mutuelles, le bon voisinage et des relations coopératives. A ce vivre ensemble convivial devait se greffer une lutte sans merci contre l’atonie patriotique. Les écoles, les églises, les partis politiques, la société civile devraient tous, chacun dans sa sphère d’actions, aider à inculquer les valeurs nationalistes aux fils et filles de ce pays. Ceci entrainerait l’éveil d’une conscience nationale avec comme corollaire, la réduction à la portion congrue des citoyens qui se comportent comme des mercenaires dans leur propre pays. Citoyens, qui n’hésiteraient pas, pour rien au monde, à se livrer aux antivaleurs préjudiciables à la nation.Pas mal de congolais croient mordicus qu’aimer son pays, c’est enfiler un T-shirt à l’effigie d’une grande figure du pays. Ou encore réciter des mantras du genre «Congo oyé ! », « Vive le Congo ! ». Nenni ! Aimer son pays c’est surtout d’une part, se conformer aux règles, aux lois et aux us et coutumes du pays. Et d’autre part, se soustraire de toutes les médiocrités qui ternissent son image.Qu’on ne se fasse pas d’illusions, on ne peut pas s’imaginer un grand Congo respectable et respecté avec des citoyens incultes et antipatriotiques. Des gens qui ne mettent pas le cœur à l’ouvrage dans ce qu’ils font pour le pays et qui foulent allègrement aux pieds, toutes les dispositions légales et légitimes du pays. Des individus qui croient mordicus que les pratiques de népotisme, de tribalisme, de la ruse, sous toutes ses formes, font d’eux de héros. Et qui, à contrario, pensent que s’éloigner des telles antivaleurs les fait descendre au rang subalterne des ‘’yumas’’ (stupides). Avec des citoyens au patriotisme avéré et dans un climat apaisé le Congo pourrait faire front commun et ainsi gagner une vitalité créatrice renforcée. Celle-ci le mettrait en position de convoquer le passé pour comprendre le présent et ainsi préparer un avenir radieux pour un grand Congo dont rêvaient les pères de l’Indépendance.Il ne sert à rien de maudire l’obscurité, il faut plutôt allumer une bougie.Les problèmes congolais sont complexes, parce que faisant intervenir beaucoup d’acteurs et des enjeux colossaux. Ce n’est donc pas en naviguant dans les méandres de l’ignorance, qu’on peut venir à bout des telles situations. Ceux qui sont aux manettes devaient, ipso facto, déployer un leadership éclairé et une gouvernance de qualité, pour mutualiser les intelligences congolaises (intelligences transformationnelles et non stratégies d’adversité). Ce génie congolais pouvant être associé à des Think tanks étrangers pour des orientations nouvelles et ainsi mettre en place des réponses pérennes aux nombreux défis qui obnubilent les congolais. Un autre réflexe de bon sens pour le Congo serait celui de réduire le gap numérique. Ceci favoriserait des gains énormes de temps et de productivité, et un recours à l’Intelligence Artificielle. Celle-ci pouvant aider à exploiter l’intelligence collective ; qui rend plus efficace le travail en groupe et plus apte à résoudre les problèmes urgents de société.En actionnant avec dextérité les leviers politique, économique, social et environnemental, des tels groupes de réflexion pourraient engendrer un ensemble des mutations positives pour le pays. Mutations qui, selon toute vraisemblance, pourraient accélérer l’émergence du Congo. Sur le plan politique, notre jeune démocratie se conforte, se compose, se construit. Nous avons besoin des transformations qui vont dans le sens d’unir la nation, de refonder l’Etat et de lutter, avec la dernière énergie contre les antivaleurs. Le Congo serait bien inspiré de disponibiliser des fonds pour le financement des projets essentiels dans les domaines de la gouvernance, de la sécurité, de la résilience et de l’assainissement du jeu électoral. Il devrait aussi soutenir des projets sur l’indépendance de la justice, sur la régulation des médias et sur la remise en marche de la territoriale.Autant on ne change pas une approche qui gagne, autant, par principe de contraposition, on devrait changer une approche qui perd. Au vu du bilan amer des approches précédentes, le Congo devrait réinventer son système économique. Celui-ci devrait sortir le pays du cadre rentier, qui subit de plein fouet les conséquences de la volatilité des prix. Un réflexe de bon sens serait d’appuyer le nouveau système sur des objectifs de développement clairement ciblés et sur une politique macro-économique rigoureuse.Les responsables du pays, seraient bien inspirés de considérer en matière économique, outre le secteur primaire, les secteurs secondaire et tertiaire afin d’accroitre la valeur ajoutée. Des finances publiques gérées de manière efficiente feraient le bonheur du pays. Surtout si les moyens générés sont mis au service de tout le monde dans le cadre d’une justice distributive. Des réformes fiscales pertinentes et attrayantes devraient aussi être mises en place. Une lutte sans merci, contre l’inflation et l’endettement non contrôlés serait vivement souhaitée. Les bonnes performances économiques qui émergeraient d’une telle orthodoxie financière, seraient en mesure d’agrandir considérablement l’assiette financière du pays. Par voie de conséquence, ce dernier pourrait ainsi lancer des projets structurants et propulseurs pour un meilleur futur. Sur le plan social, le pays gagnerait en relevant les nombreux défis qui se posent en matière d’inclusion sociale et infrastructures de base. Des projets de développement humain et de création d’emplois suffisants, pour une insertion sur le marché de travail devraient aussi être financés. La faiblesse des indicateurs sociaux tels que l’indice du capital humain et l’indice des inégalités entre hommes et femmes appelle une sérieuse amélioration. La crise du Covid-19, qui a bouleversé toutes nos certitudes, vient de montrer, de la plus belle manière, que la santé est au carrefour de tous les secteurs économiques, « Pas de santé, pas d’économie pérenne » stipule un vieil adage. Cette crise a aussi mis à nu la défaillance du système sanitaire de notre pays. L’Etat devrait, ipso facto, mettre en place un système de santé, globale solidaire et durable pour les populations.Pour un développement harmonieux, les congolais devraient aussi s’attaquer aux nombreux problèmes environnementaux qui assaillent le pays. Il s’agit, entre autre, de la préservation de la faune et de la flore, du combat contre les érosions qui menacent pas mal des cités, de la protection de l’avenir dans toutes les solutions apportées dans le cadre du développement du pays, de la lutte contre l’insalubrité et du respect de la biodiversité. Il s’agit des questions de survie et non des simples arguties intellectuelles. Etant donné que le remède contre les pandémies est l’Ecologie, le pays devrait aussi veiller à un meilleur équilibre entre les populations et leur environnement naturel ainsi qu’à la protection de ce dernier. Tout ceci impose aussi que nous réinventions nos systèmes éducatifs, pour les mettre au niveau des défis du futur. Le Congo possède des atouts non négligeables que sont sa jeunesse, sa diaspora et son intelligence féminine. La jeunesse de la RD Congo est l’une des plus brillantes du continent. Elle a développé une résilience qui lui sert de ressort pour entretenir le rêve d’un pays fort. Il faut lui créer un écosystème fait de lois et de politiques publiques qui lui permettent d’atteindre son plein potentiel. Le Congo serait aussi bien inspiré de changer son regard vis-à-vis de sa diaspora. Le modèle unidimensionnel du migrant captif qui n’existe que par ses transferts financiers à la famille, devrait être déconstruit en faveur d’un écosystème fédérateur. Ce dernier faisant se rencontrer les contributions multidimensionnelles de la diaspora dans leur globalité, où les fruits profitent à tous. Ceci est possible dans les secteurs de l’épargne, de l’investissement, du tourisme, du soutien à l’exportation, du transfert de compétences et même de la philanthropie.Le pays devrait cesser de dire à sa diaspora : «Envoyez de l’argent à vos familles, mais restez là où vous êtes ». Il devrait plutôt leur dire :«Vous êtes des partenaires à part entière, nous sommes prêts à soutenir des projets où vous mettez vos compétences au service de votre pays d’origine ». Au Congo, l’éducation et l’instruction se conjuguent bien, à l’heure actuelle, tant au masculin qu’au féminin. Le pays peut donc tirer profit de l’intelligence du cœur, de la touche féminine quasi maternelle, teintée de sainteté et d’une discipline de fer pour la gestion de la chose publique. Le Sénégal et le Rwanda l’ont compris, qui se trouvent tous les deux aux portes de l’émergence. En dehors de l’Afrique, nous pouvons prendre les cas de la France et de la Belgique. La première a comme ministres dans son gouvernement actuel 17 femmes contre 13 hommes. La seconde a fait appel au génie féminin pour chapeauter la primature dans son dernier gouvernement. Le courage disait, Jaurès, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel. Après une longue histoire de soixante années faites de joies, de larmes, de sueurs et de sang nous n’avons pas pu arracher notre pays du cercle vicieux de l’instabilité politique, économique et sociale. Le résultat combiné de notre inexpérience, de la convoitise extérieure de nos richesses et de notre atonie patriotique sont, parmi tant d’autres, les raisons de ce départ raté. Prenons courage, au sens de Jaurès, et cherchons à appréhender le quid juris de cet état des choses. Ceci nous permettra d’opérer les transformations nécessaires et ainsi d’accélérer l’émergence de notre pays. En se projetant sur des scénarios aussi lointains, on risque de passer à côté d’une menace immédiate bien réelle. Celle de célébrer des promesses au lieu de travailler pour leurs réalisations. L’essentiel est de nous atteler, chacun en ce qui le concerne, aujourd’hui, à labourer et semer ce changement de paradigme que nous appelons de tous nos vœux, pour notre pays. En effet, comme le dit un proverbe africain : «on ne peut pas labourer, semer, récolter et manger le même jour ». , Soixante ans d’indépendance : et si la RDC optait pour un changement de paradigme !
  • La métropole de Lille, le Touquet, soixante-neuf communes en Mayenne... Plusieurs villes de France rendent le port du masque obligatoire dans certaines parties de l'espace public, afin d'endiguer la recrudescence de l'épidémie de coronavirus. France Inter, Covid-19 en France : ces villes de plus en plus nombreuses qui rendent le masque obligatoire à l'extérieur
  • Stefan Mackowiak et Marie-Rose Duquenoy ont tous les deux 85 ans et ils viennent de fêter leurs soixante ans de mariage. La Voix du Nord, Cambrai : soixante ans de mariage pour Stefan et Marie-Rose, «toujours à côté l’un de l’autre»
  • Contrôle des naissances, actes de stérilisation forcés, internement arbitraire dans des camps de travail, mariages contraints entre femmes ouïghoures et hommes hans, surveillance continue, contrôle des déplacements. En 2020, entre 1,5 et 3 millions de Ouïghours seraient détenus dans des camps et la France par la voix de son ministre des Affaires étrangères vient de demander à Pékin d’ouvrir ses frontières internationales pour que des observateurs indépendants puissent vérifier l’existence de mauvais traitements dont cette minorité chinoise musulmane du nord-ouest du pays serait victime. Camps de concentration, internement arbitraire : ces mots résonnent de façon particulière aux oreilles des Français et les Européens, dont l’inconscient collectif est peuplé par le souvenir de la Solution finale. C’était il y a soixante-quinze ans. Plus près de nous, on se souvient du génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda et du rôle trouble de la France. Le massacre de cette ethnie musulmane du Xinjiang est, elle, des plus actuelle. Sans tarder, la Chine a dénoncé des « mensonges » après les critiques de la France. « Nous sommes fermement opposés à l’utilisation des questions religieuses à des fins politiques et d’ingérence dans les affaires intérieures », a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. Selon lui, la politique de son pays dans la région ne relève pas des droits de l’Homme ni de la liberté de culte, mais de la lutte contre « le terrorisme et le séparatisme ». , Politique | Camps de concentration
  • Fêter soixante ans de mariage est un moment exceptionnel. Ce ne sont pas Yvette et Pierre Lequet, de Genlis, qui vont nous contredire. La famille s’est retrouvée au restaurant le week-end dernier pour célébrer l’événement. L’occasion de retracer une partie de leur vie. , Société | Genlis : soixante ans de mariage pour Yvette et Pierre
  • La ville d'Anglet s'est réveillée avec un poumon vert en moins ce vendredi. Cent-soixante-cinq hecteres de forêt ont brûlé dans la nuit. Le feu, désormais circonscrit, n'a pas fait de victimes, mais les habitants sont sous le choc. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bayonne.  France 3 Nouvelle-Aquitaine, Incendie à Anglet : au lendemain du drame, un spectacle de désolation
  • Ritter Sport est la tablette de chocolat que tous les Allemands connaissent : « carrée, pratique, bonne », selon le slogan inchangé depuis les années soixante-dix. Indémodable et maintenant pour encore longtemps, puisque la Cour de justice fédérale allemande de Karlsruhe a jugé en dernière instance que Ritter Sport avait le droit de protéger sa forme carrée comme marque. Les Echos, Ritter Sport, le petit carré de chocolat l'emporte face au géant Milka | Les Echos
  • La soixante-douzième édition de la fête des vins de Chablis n’aura pas lieu sous sa forme habituelle annoncent l’Office du Chablis et le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB). Se tenant les samedi 24 au dimanche 25 octobre prochains, les festivités se maintiennent avec une nouvelle configuration baptisée « fête en caves ». Vitisphere.com, Commerce / economie -Oenotourisme- : La fête des vins de Chablis se confine en caves
  • La complicité de ce couple, qui dure depuis soixante-neuf ans, a débuté un jour où le jeune gendarme Roland Cochet, originaire de Rians, qui débutait sa carrière, en poste à Vailly-sur-Sauldre, a croisé une demoiselle de la commune, Madeleine Bailly… Les amoureux se sont mariés le 2 août 1951 à Vailly-sur-Sauldre. www.leberry.fr, Noce de mélèze pour Madeleine et Roland - Trouy (18570)
  • Installée en France depuis plus de soixante ans, Olivia de Havilland a obtenu en 1939 le second rôle d’un des films les plus mythiques du cinéma outre-atlantique : Autant en emporte le vent de Victor Fleming. Elle y incarnait la vertueuse Melanie Hamilton, la prétendante d’Ashley Wilkes dont est follement éprise Scarlett O’Hara (Vivien Leigh). Elle décroche à cette occasion sa première nomination aux Oscars. Née au Japon le 1er juillet 1916 de deux parents britanniques, Olivia de Havilland était l’une des dernières étoiles du mythique âge d’or du cinéma américain. , Hollywood : Olivia de Havilland, star d'« Autant en emporte le vent », est morte à 104 ans
  • Les habitants de soixante-neuf communes de Mayenne devront dès lundi porter obligatoirement le masque en extérieur. Pour Luc Duquesnel, médecin généraliste dans le département, "on n'arrive pas à limiter la circulation du virus". Franceinfo, Port du masque obligatoire en extérieur en Mayenne : "C'est une course-contre-la-montre" estime un médecin du département
  • Hakim EL KAROUI. - C’est tout l’inverse qui s’est produit: l’épidémie a produit un immense mouvement mondial de solidarité entre les générations, des moins de soixante ans vers les plus de soixante ans, des jeunes et des actifs vers les retraités. Ce mouvement de solidarité est inédit dans l’histoire de l’humanité: le monde s’est arrêté pour préserver les plus anciens. Et, personne n’a remis en cause la nécessité de ce mouvement. Ce qui a été critiqué, ce sont les modalités du confinement, son caractère intrusif, les privations de liberté, la gestion par la peur… Le Figaro.fr, Hakim El Karoui: «Les retraités doivent contribuer à l’effort de guerre sanitaire»
  • D'ordinaire discret sur sa vie privée, Richard Berry, qui fête ce 31 juillet son soixante-dixième anniversaire, n'hésite pas à prendre la parole lorsqu'il s'agit de raconter l'histoire de sa sœur, Marie. Depuis 2005, cette dernière vit avec son rein. En 2014, ils avaient accepté de revenir sur leur histoire dans les colonnes de Paris Match pour encourager le don d'organe. Gala.fr, Richard Berry : comment il a sauvé la vie de sa sœur Marie - Gala
  • Elle s’était fixé un délai de soixante jours, six auront suffi. L’éleveuse bourguignonne Emilie Jeannin a bouclé, jeudi 30 juin, son appel à financement participatif de 250 000 euros, lancé sur la plate-forme spécialisée Miimosa dans le but de mettre en œuvre le premier abattoir mobile en France. Le projet, qu’elle espère voir se concrétiser en 2021, consiste en un camion entièrement aménagé, qui se déplacerait sur les exploitations pour y abattre des bovins à la ferme, en présence de leur éleveur. Un tel modèle était jusqu’à peu interdit, l’abattage devant impérativement être effectué dans une structure agréée. Mais une disposition de la loi agriculture et alimentation (EGalim) a ouvert la voie en avril 2019 à l’expérimentation de l’abattage mobile, sans qu’aucun projet ait encore abouti. Le Monde.fr, Les projets d’abattage mobile à la ferme connaissent un coup d’accélérateur
  • Dans la thématique du musée, cet ancien maître tailleur de pierres de soixante-douze ans présente et vend vingt-sept sculptures, de l'abstrait au figuratif, en revendiquant la pensée de sa profession d'origine : « C'est mal payé, mais il y a une éthique et le respect du travail, du fait de ne pas tricher. » « Nous voulions vraiment mettre en valeur un artiste local et donner accès à ce type d'art », explique l'adjoint à la culture et au patrimoine, Stéphane Bordier. www.leberry.fr, L’ancien maître tailleur, Denis Pugnère, expose ses œuvres au musée des Métiers d’antan à Argent-sur-Sauldre - Argent-sur-Sauldre (18410)
  • Chausseur historique de la rue « depuis plus de soixante ans », à la tête de l’enseigne Cousin-Store avec son frère Philippe, Éric Cousin pointe du doigt une politique « déraisonnée » au profit des grands groupes et des fonds d’investissement. Des « colosses aux pieds d’argile auxquels on a déroulé le tapis rouge et qui ont grugé les politiques en privilégiant le profit plutôt que la pérennité humaine ». Les boutiques indépendantes en ont fait les frais. , Economie | Fermetures à la chaîne : le blues de la rue Serpenoise
  • Pour les rugbymen de l’Union Sportive Caussadaise, les entraînements collectifs ont repris lundi en fin d’après-midi au stade de la Piboulette, sous une chaleur caniculaire. Après cette longue interruption et en respectant les conditions sanitaires liées au Covid-19, les beurre blanc ont rechaussé les crampons, d’abord sur le terrain d’entraînement pour une première phase d’échauffement, avant de se retrouver sur le terrain d’honneur pour quelques phases de jeu de passes. Sur un effectif de soixante-dix joueurs, cinquante étaient déjà présents pour cette première séance, malgré la période de vacances. Les entraînements vont continuer de s’enchaîner tous les lundis, mercredis et vendredis du mois d’août à la Piboulette. ladepeche.fr, Caussade. Les rugbymen ont repris l’entraînement - ladepeche.fr
  • D’origine polonaise, Lea Evron a échappé aux camps d’extermination de même que sa mère, lorsque son père et sa sœur ont été déportés, en 1943. «Quand des gens disent en ligne que l’holocauste n’a jamais eu lieu, ils disent que mon père, ma sœur et soixante membres de ma famille n’ont pas été assassinés par les nazis», explique la survivante de 85 ans. , Facebook: la demi-sœur d’Anne Frank lance une campagne...
  • A l’été 2019, l’ancien maire de Bordeaux, Nicolas Florian, remplacé le 28 juin par l’écologiste Pierre Hurmic – mettant fin à soixante-treize ans de gouvernance à droite –, avait fait installer avec son équipe une ombrière place Pey-Berland. Face à la mairie, une cinquantaine d’arbres en pot (lauriers, hibiscus et oliviers) avaient été disséminés, agrémentés de toiles, tandis que, le 23 juillet 2019, le mercure indiquait 42,6 °C à 16 heures, battant le précédent record établi lors de la canicule qui avait frappé la France en 2003. Le Monde.fr, A Bordeaux, les écologistes au défi de verdir la « ville de pierre » pour lutter contre les canicules
  • Les Etats-Unis figurent désormais sur cette liste des seize pays pour lesquels un test de dépistage sera désormais obligatoire. En CDSN, vendredi 24 juillet, a en effet été décidé que les voyageurs en provenance des Emirats arabes unis, des Etats-Unis, de Bahreïn et du Panama doivent présenter un test PCR négatif datant de moins de soixante-douze heures avant le vol avant d’embarquer dans l’avion à destination de la France. Pour douze autres pays, qui n’ont pas de capacités de test suffisantes au niveau local, un test PCR sera obligatoirement effectué à l’arrivée des passagers en France. Il s’agit de l’Afrique du Sud, du Koweït, du Qatar, d’Israël, du Brésil, du Pérou, de la Serbie, de l’Algérie, de la Turquie, de Madagascar, de l’Inde et enfin d’Oman. Ces passagers devront laisser leurs coordonnées et se mettre à l’isolement volontaire en attente du résultat du test. Si ce test est positif, ils seront contactés par l’assurance maladie pour se mettre en quarantaine. Libération.fr, Covid-19 : sous quelles conditions peut-on entrer en France aujourd'hui ? - Libération

Images d'illustration du mot « soixante »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « soixante »

Langue Traduction
Anglais sixty
Espagnol sesenta
Italien sessanta
Allemand sechzig
Chinois 六十
Arabe ستون
Portugais sessenta
Russe шестьдесят
Japonais 60
Basque hirurogei
Corse sessanta
Source : Google Translate API

Soixante

Retour au sommaire ➦

Partager