La langue française

Sexuation

Définitions du mot « sexuation »

Wiktionnaire

Nom commun

sexuation \sɛk.sy.a.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de sexuer, d’attribuer un genre sexuel, processus de différentiation sexuelle.
    • Car, de même que la sexuation physique est un mode supérieur de génération auquel l’évolution vitale n’est arrivée que tardivement, de même je vois dans la sexuation psychique un tardif et précieux produit de l’évolution sociale. — (Jean Bernard Joachim Izoulet, Quatre problèmes sociaux, 1898)
    • Pour Judith Depaule, le sport reste un révélateur des inégalités entre femmes et hommes, et des questions du genre et de la sexuation. — (Sports virils au féminin, LeMonde.fr, 5 février 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « sexuation »

(Fin XIXe siècle) Mot composé de sexuer et -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sexuation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sexuation sœksyasjɔ̃

Citations contenant le mot « sexuation »

  • MBK ne se contente pas de « sexuer » les ontologies ; il élabore une métaphysique de la sexuation, de la constitution du genre. Cette notion relève de l’identification à un pôle symbolique (masculin ou féminin) et se distingue de l’appartenance biologique à un sexe. Selon le philosophe, la position féminine – et le type de libido qui l’accompagne – se différencie radicalement de la masculine ; elle se définit par « l’identité du désir et de la jouissance ». Tout se fonde sur le modèle du « rut » chez les mammifères (où la femelle entre en transe avant le coït, visée ultime du mâle) dont la sexualité humaine n’est qu’une « parodie », une imitation sophistiquée. Bref, chassez le naturel (par le symbolique), il revient au galop. , Etre et sexuation (pour lecteur motivé) • Stock • Fiche de lecture, Mehdi Belhaj Kacem, Sexualité, Sexe, Féminin, Masculin • Philosophie magazine
  • C’est au nom de la sexuation des corps que l’on dénie aux femmes trans leur identité de femmes. L’argument est récurrent qui se réfère aux organes génitaux féminins comme à un socle exclusif et indéboulonnable. «Nous sommes des femmes parce que nous avons des vulves. C’est un fait biologique», écrit ainsi Marguerite Stern, militante féministe connue pour avoir lancé la campagne des collages féminicides, dans un long post Twitter (22  janvier ) où elle exprime sa révulsion face à ce qu’elle interprète comme «une nouvelle tentative masculine pour empêcher les femmes de s’exprimer», soit le fait que la question trans «colonise le débat féministe». Je ne m’attarderai pas sur cette affirmation aberrante tant elle contredit la position ultra-minoritaire des combats transidentitaires et la place tout aussi ténue réservée aux femmes trans dans le féminisme. Je me concentrerai sur le fond intenable du propos, soit ce déterminisme biologisant qui conduit à affirmer, comme le fait Pauline Arrighi dans un texte republié sur le site de Marianne (17 février), qu’être une femme, «cela correspond à une réalité physiologique très spécifique et à un vécu social tout aussi spécifique. Tout cela est réel». Libération.fr, Etre une femme trans ou devenir soi - Libération
  • La question « féminine » est peut-être plus refoulée encore que celle de la sexualité en général. C’est une chose de refouler la sexualité. C’en est une autre de penser la sexuation, la division ou aussi les relations, qui divisent d’ailleurs, et depuis le début, jusque dans la psychanalyse. Y a-t-il sexualité « féminine » et « masculine » ? Jacques André a écrit deux livres classiques respectivement sur ces sujets, et pourtant il analyse la « bisexualité » première, les aventures, mais aussi les critères et les épreuves de la sexuation, dans la théorie, mais aussi la clinique contemporaine, les « paroles d’hommes », par exemple, et de femmes. L’inconscient est-il sexué ? Encore une question qui change tout. France Culture, L’inconscient est-il sexué ? - Ép. 3/5 - Les femmes changent tout
  • Pour en arriver à fabriquer des bébés comme des artefacts, il faut théoriser l’indistinction de la sexuation humaine. Or, la prolifération des transidentités – transsexuels, transgenres, transhumains – témoigne d’une véritable crise des appartenances sexuelles. Ni homme ni femme, et homme et femme, non-binaire, queer ou cyborg, les « transidentitaires » qui grossissent les rangs des groupes LGBTIQ entendent mettre fin à la domination du « mâle blanc hétérosexuel » par la « dénégation mythifiante des deux sexes » (Devereux). Transhumanisme et Intelligence Artificielle, L’Homme artefact : Indistinction des sexes et fabrique des enfants
  • La Grande Table reçoit Juliette Rennes, sociologue, enseignante à l’EHESS, qui a dirigé l’ouvrage "Encyclopédie du genre" (La Découverte) et Geneviève Fraisse, philosophe, auteure de "La sexuation du monde" (Presses de Sciences Po). France Culture, Le corps des femmes : quels enjeux politiques ?
  • On remarque bien que les différences s'accentuent surtout à partir de la puberté, comme on pourrait s'en douter vu que cette période de la vie marque une sexuation différenciée de tout le corps et que, surprise, le cerveau en fait partie. leplus.nouvelobs.com, Différences sexuelles dans le cerveau : le danger, c'est de les nier, pas de les observer - le Plus

Traductions du mot « sexuation »

Langue Traduction
Anglais sexuation
Espagnol sexuacion
Italien sessuazione
Allemand sexuation
Chinois 性化
Arabe جنس
Portugais sexuação
Russe sexuation
Japonais 性別
Basque sexuation
Corse sessuazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « sexuation »

Source : synonymes de sexuation sur lebonsynonyme.fr

Sexuation

Retour au sommaire ➦

Partager