La langue française

Sécularisation

Définitions du mot « sécularisation »

Trésor de la Langue Française informatisé

SÉCULARISATION, subst. fém.

A. − HIST., RELIG. CHRÉT.
1. Action de séculariser une personne, une institution, un établissement religieux; résultat de cette action. [MmeLouise] va lire à l'église son office de la Vierge, selon une des règles de son ordre dont la sécularisation ne la dispense pas (Bernanos, Mauv. rêve, 1948, p. 1004).Indult de sécularisation. Acte juridique en vertu duquel un clerc passe de la condition régulière à la condition séculière, ou un non-clerc (frère, religieux) de la condition régulière à la condition laïque (d'apr. Foi t. 1 1968).
2. Action de transférer un bien d'Église dans le domaine public, laïc; résultat de cette action. La Prusse s'est formée en grande partie par la sécularisation de principautés ecclésiastiques (Ac.1878, 1935).Ses membres [du clergé] se trouvaient réduits, par la sécularisation de ses biens, à la condition de fonctionnaires salariés (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 187).
3. Action de soustraire une fonction, une institution sociale à la domination, à l'influence religieuse, ecclésiastique, de (la) mettre entre les mains des laïcs, des pouvoirs publics; résultat de cette action. Synon. laïcisation.1881, sécularisation des grands services de l'État (hôpitaux, tribunaux...) (Le Nouvel Observateur,12 août 1968,p. 16, col. 1).
B. − Action de donner à quelque chose un caractère laïc, non religieux, non sacré; résultat de cette action. Le pas décisif qu'il [Nietzsche] fait accomplir à l'esprit de révolte consiste à le faire sauter de la négation de l'idéal à la sécularisation de l'idéal (Camus, Homme rév., 1951, p. 103).Une étude historique intégrale du mot [âme] montrerait une sécularisation croissante depuis les premiers emplois dans les textes chrétiens les plus anciens jusqu'à nos jours (P. Imbsds Communio, 1987, t. 12, n o3, p. 59).
Prononc. et Orth.: [sekylaʀizasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: secularisation; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. 1. 1567 « action de séculariser un religieux » (Papon, Rec. d'arretz notables, 3 b ds Fonds Barbier); 2. 1690 « action de faire passer dans le domaine séculier un établissement religieux » (Fur.); 3. 1890 « processus d'élimination progressive de tout élément religieux » (Renan, Avenir sc., p. 82). Dér. de séculariser*; suff. -(a)tion*.

Wiktionnaire

Nom commun

sécularisation \se.ky.la.ʁi.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de séculariser un religieux, une communauté régulière.
    • Bulle de sécularisation.
    • Obtenir la sécularisation d’un monastère, d’un chapitre.
  2. Acte par lequel on fait passer dans le domaine séculier, entre les mains des laïques, une principauté, un établissement ecclésiastique.
    • La Prusse s’est formée en grande partie par la sécularisation de principautés ecclésiastiques.
    • La sécularisation des biens du clergé, loi par laquelle l’Assemblée constituante déclara le 2 novembre 1789 que les biens du clergé deviendraient biens nationaux.
  3. (Figuré) Action par laquelle on fait rentrer dans le domaine du pouvoir civil celles des fonctions publiques qui étaient un privilège du clergé.
    • Comment ces hommes d’intelligence étaient-ils à ce point déroutés par le mouvement démocratique, à ce point affolés par la sécularisation de l’État que le chefs républicains, en accord avec les masses, poursuivaient ? — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉCULARISATION. n. f.
Action de séculariser un religieux, une communauté régulière. Bulle de sécularisation. Obtenir la sécularisation d'un monastère, d'un chapitre. Il se dit aussi de l'Acte par lequel on fait passer dans le domaine séculier, entre les mains des laïques, une principauté, un établissement ecclésiastique. La Prusse s'est formée en grande partie par la sécularisation de principautés ecclésiastiques. La sécularisation des biens du clergé. Il se dit figurément de l'Action par laquelle on fait rentrer dans le domaine du pouvoir civil celles des fonctions publiques qui étaient un privilège du clergé. La sécularisation de l'enseignement public.

Littré (1872-1877)

SÉCULARISATION (sé-ku-la-ri-za-sion ; en vers, de sept syllabes) s. f.
  • 1Action de séculariser un religieux, une communauté religieuse. Bulle de sécularisation.

    Se dit aussi d'un bénéfice qui cesse d'appartenir au clergé, d'un lieu, d'un édifice qui cesse d'être sacré.

  • 2Acte par lequel on fait passer dans le domaine séculier une principauté, un établissement ecclésiastique. Je ne crois pas qu'il [le roi de Prusse] voulût que la France se mêlât de cette sécularisation [de principautés ecclésiastiques en faveur de l'Autriche], Voltaire, Lett. Amelot. 8 oct. 1743.

    Sécularisation des biens du clergé, leur transformation en biens nationaux pendant la Révolution.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SECULARISATION, s. f. (Gram. & Jurispr.) est l’action de rendre séculier un religieux, un bénéfice ou lieu qui étoit régulier.

Pour parvenir à la sécularisation d’un religieux, il faut obtenir un bref du pape, qu’on appelle bref de sécularisation.

On ne doit point séculariser les monasteres ni les religieux, sans des raisons importantes, & sans avoir obtenu à cet effet un brevet du roi, qui permet de demander au pape la sécularisation.

Les bulles de sécularisation doivent être communiquées à l’évêque du lieu, avant d’être fulminées ; il faut ensuite qu’elles soient revêtues de lettres-patentes, & registrées au parlement. Voyez les mémoires du clergé, tome IV. (A)

Sécularisation, (Hist. mod. polit.) dans le tems que les dogmes de Luther & des réformateurs eurent été adoptés par un grand nombre de princes d’Allemagne, un de leurs premiers soins fut de s’emparer des biens des évêques, des abbés & des moines, qui étoient situés dans leurs états. L’empereur Charles-Quint n’ayant pu venir à bout de réduire les Protestans, ni de faire restituer à l’Église les biens qui en avoient été démembrés ; lassé d’avoir fait une guerre longue & sans succès, il convint que chacun des princes protestans demeureroit en possession des terres ecclesiastiques dont il s’étoit emparé, & que ces biens seroient sécularisés, c’est-à-dire ôtés aux gens d’église. L’Allemagne ayant été déchirée par une guerre de 30 ans sous les regnes de Ferdinand II. & de ses successeurs, on fut encore obligé de recourir à des sécularisations, pour satisfaire les parties belligérantes ; en conséquence par le traité de Westphalie qui rendit la paix à l’Allemagne, on sécularisa un grand nombre d’évêchés & d’abbayes en faveur de plusieurs princes protestans, qui ont continué à jouir de ces biens jusqu’à ce jour, malgré les protestations des papes qui ne vouloient point donner les mains à de pareils arrangemens.

Les immenses revenus que possedent un grand nombre d’évêchés & d’abbayes d’Allemagne, fournissoient une maniere facile de terminer les disputes sanglantes qui déchirent souvent les princes & les états séculiers dont le corps germanique est composé. Il seroit à desirer que l’ont eût recours à la sécularisation pour tirer des mains des ecclésiastiques, des biens que l’ignorance & la superstition ont fait autrefois prodiguer à des hommes, que la puissance & la grandeur temporelles détournent des fonctions du ministere sacré, auxquels ils se doivent tout entiers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sécularisation »

 Dérivé de séculariser avec le suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Séculariser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sécularisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sécularisation sekylarisasjɔ̃

Citations contenant le mot « sécularisation »

  • L’islamisme n’est pas l’islam mais cette maladie de l’islam qu’est la recherche effrénée d’un bouc émissaire au marasme dans lequel la relégation des femmes et l’échec de la sécularisation ont plongé le monde arabo-musulman. De Alain Finkielkraut / Figaro du 14 janvier 2015
  • Le ministre de l’Intérieur a particulièrement insisté sur la menace représenté par l'islamisme politique. "Je ne le confonds en aucun cas avec nos compatriotes musulmans qui vivent leur fois, et c’est bien logique, et le ministre de l’Intérieur doit protéger la vie de n’importe quel croyant sur le territoire national, mais à la condition stricte que la loi est toujours au-dessus de la foi", a déclaré Gérald Darmanin. "Le communautarisme islamiste doit être combattu, le projet politique de l’islamisme politique doit être combattu, les financements étrangers doivent être limités. Nous devons imaginer une sécularisation de toutes les religions dans notre pays." Europe 1, "Séparatismes" : "La loi est toujours au-dessus de la foi", martèle Gérald Darmanin
  • Dans l’important « Les Pouvoirs du sacré », le sociologue allemand Hans Joas revient sur le « grand récit » de la sécularisation, de Hume à Marcel Gauchet en passant par Max Weber et Emile Durkheim. Le Monde.fr, « Les Pouvoirs du sacré », de Hans Joas : par-delà le conflit entre foi et incroyance
  • Même si le long processus de sécularisation ne s’est pas fait sans heurts entre l’Église et les autorités politiques et que l’État québécois est, depuis peu, laïque, le cardinal Lacroix rappelle que « la société ne l’est pas ! ». Pour l’archevêque, cette fin de non-recevoir adressée aux cultes n’est pas un signe de « bonne santé pour notre société québécoise ». La Croix, Coronavirus, le coup de semonce de l’archevêque de Québec
  • Même s’ils s’en trouvent moins affectés que le reste du monde occidental, les États-Unis sont confrontés à la sécularisation croissante. Le visage de la jeunesse catholique s’y renouvelle, dans le sillage de l’arrivée continue d’hispaniques, mais aussi de fidèles du Pacifique, d’Inde, des Caraïbes ou d’Afrique sub-saharienne. Malgré tout, la part de catholiques dans la population s’érode à la faveur d’autres Églises chrétiennes, et surtout de la catégorie des « nones » : les « sans religions ». La Croix, L’épiscopat américain lance un dialogue d’un an avec les jeunes
  • La générosité et l’ouverture d’esprit d’Ataturk étaient intéressées. Pour lui modernité et sécularisation de la Turquie allaient de pair. En 2020 Recep Erdogan fait le calcul inverse de l’homme dont il se prétend pourtant l’héritier direct. L’édifice redevient mosquée au nom d’une vision qui combine rêves d’empire et exploitation d’un nationalisme religieux. Mustapha Kemal avait dit parlant de Sainte Sophie – qui avait été dix siècles cathédrales et près de cinq siècles mosquée – « C’est à Nous », « Nous » signifiant l’humanité. Erdogan dit de Hagia Sophia « C’est à Moi », « Moi » signifiant le peuple turc, sinon le monde musulman. Le choix d’Ataturk était visionnaire, celui d’Erdogan rétrograde, et plus encore un dangereux précédent. Depuis hier l’humanité aurait-elle fait un grand pas en arrière, sous le regard distrait, indifférent, sinon résigné d’un monde obsédé par l’épidémie de Covid-19 ? , POINT DE VUE. Sainte-Sophie : un pas en arrière ?. Sport - Hyères.maville.com
  • Réforme de l’islam de France, sécularisation des religions, sentiment d’insécurité croissante des communautés… Fervent défenseur de la liberté de conscience et de croyance – tout en rappelant que la foi ne doit jamais se placer « en surplomb » de la loi -, il confiait encore, en marge d’un hommage (2) au cimetière militaire français de Rome, vouloir cultiver un dialogue franc, « sans tabou », avec les responsables des cultes. La Croix, À Rome et au Vatican, Gérald Darmanin confirme son intérêt pour les cultes
  • La transformation de Sainte-Sophie en mosquée a fait les gros titres des médias grecs ce week-end. Le grand quotidien Kathimerini souligne "la dimension politique" de cette décision à l'intérieur de la Turquie "qui annule la sécularisation du pays" et prouve selon lui "la mégalomanie d'Erdogan". LaProvence.com, France - Monde | Sainte-Sophie, nouveau motif de tension entre Grèce et Turquie | La Provence
  • Il faut bien prendre conscience que ce n’est pas tant le terrorisme qui constitue le danger majeur mais l’idéologisation islamiste de la communauté musulmane de France et au-delà de la société dans son ensemble. Frères musulmans, salafistes et autres djihadistes pratiquent tous la taqia, stratégie de dissimulation et d’infiltration qui, à partir des années 1970, leur ont permis d’islamiser de nombreux pays musulmans comme l’Égypte ou l’Iran, qui s’étaient pourtant inscrits dans un processus de sécularisation. Opinion Internationale, Propositions contre l’islam radical : Jean Castex passera-t-il des paroles aux actes ? - Opinion Internationale
  • En Europe, la sécularisation peut apparaître comme un facteur de l’effacement inéluctable du religieux. À l’occasion de la sortie d’un ouvrage sur la question, plusieurs experts nuancent cependant ce phénomène en pointant une résistance des questions spirituelles. La Croix, L’effacement des religions en Europe, jusqu’où ?

Traductions du mot « sécularisation »

Langue Traduction
Anglais secularization
Espagnol secularización
Italien secolarizzazione
Allemand säkularisierung
Chinois 世俗化
Arabe العلمنة
Portugais secularização
Russe секуляризация
Japonais 世俗化
Basque sekularizazioa
Corse secularizazione
Source : Google Translate API

Sécularisation

Retour au sommaire ➦

Partager