La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « se toucher »

Se toucher

Définitions de « se toucher »

Wiktionnaire

Verbe - français

se toucher \sə tu.ʃe\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Forme pronominale de toucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « se toucher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
se toucher sœ tuʃe

Citations contenant le mot « se toucher »

  • Un pas en avant, un pas en arrière, le couple est un tango. L’important est de finir par se toucher... De Christophe Chenebault
  • On se toucherait bien, mais on n’arrive qu’à se donner des coups. De Jean-Luc Godard
  • Je ne fais jamais d’exercices. Si Dieu avait voulu que l’Homme puisse se toucher les pieds, il les lui aurait mis plus haut sur le corps. De Gene Perret
  • Le jeu de l'amour, c'est le coeur et les sens jouant au colin-maillard, et passant perpétuellement l'un près l'autre sans jamais se toucher. De Malcolm de Chazal / Sens-plastique
  • Sur la scène de la grande salle du Sadler’s Wells Theater de Londres, dix-sept danseurs du ballet de l’opéra de Lyon tourbillonnent, sautent, se frôlent sans jamais se toucher. En ce soir de mars, voici la première de « Dance », chef d’œuvre millésimé 1979 signé de la Lucinda Childs, sur une musique lancinante de Philipp Glass et un décor de Sol Lewitt. « À l’époque, le spectacle a été hué à Paris. Puis le concept du revival est venu… », sourie alors la danseuse et chorégraphe, d’une élégance absolue à quatre-vingt ans passés. Ce soir-là, à Londres, ce fut un tonnerre d’applaudissement pour les danseurs de la compagnie françaises, et pour ce spectacle mythique à l’affiche du Festival Dance Reflections, organisé par la maison Van Cleef & Arpels tout au long du mois dans la capitale britannique. « C’est vraiment très, très bien, et la soliste est au moins au même niveau que Lucinda Childs à l’époque », confie en sortant un monsieur à casquette, qui a vu la toute première version il y a plus de quarante ans. Vanity Fair, À Londres, le Festival Dance Reflections by Van Cleef & Arpels comme une ode à la vie | Vanity Fair
  • Arrêter de se toucher pour se protéger. A l’heure des privations de bises, d’embrassades et de câlins, le toucher n’a jamais paru aussi essentiel. Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Grenoble Alpes, autrice de L’Aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l’émancipation (Presses universitaires de Grenoble, 2020), rappelle l’aspect vital de ce sens. Développant une approche anthropologique de la communication corporelle et des émotions, elle constate que « les gestes barrières sont venus bouleverser notre rapport au toucher, en définissant de nouvelles règles de proximité et de distance ». Le Monde.fr, « Le toucher est lié à la vie, il donne un sens à l’existence »
  • Une vie sans se voir, sans se toucher, sans société, c’est acceptable un temps. Mais ce n’est pas ça, la vie, hein ? La Presse, Ce que vaut la vie, ce que vaut la liberté | La Presse
  • Selon lui, les recherches sur les synesthésies promettent de captivantes applications : celles sur la sensation tactile en miroir - voir quelqu'un se toucher le visage et le ressentir sur son propre visage - pourraient mener au développement de thérapies pour les patients équipés de prothèses ; la compréhension de l'interaction entre différents sens pourrait inspirer la conception de robots ultraperceptifs, par exemple pour l'exploration spatiale. Mais pour le président de l'IASAS, la plus grande satisfaction est de pouvoir aider les enfants synesthètes à comprendre cette particularité et son caractère non pathologique. « J'ai récemment écrit une lettre à l'école d'une enfant de 12 ans, à la demande de ses parents, car elle éprouvait des difficultés à cause de sa synesthésie. J'ai expliqué ce dont il s'agit et proposé qu'on lui octroie plus de temps pour certains exercices. Cette jeune fille m'a dit que cela avait changé sa vie. Elle est maintenant fière de sa synesthésie ! » Les Echos, Synesthésie, ce mystérieux phénomène qui touche une personne sur cinq | Les Echos
  • Cependant, récemment, lors du processus créatif, le rapprochement des corps entre les deux interprètes s’est imposé. « On avait besoin de ce contact extérieur, concret. Ça éveille d’autres sensations et apporte beaucoup à la pièce. Quand on s’est rapprochés la première fois en studio, c’était jouissif ! Après deux ans de pandémie, on n’avait plus l’habitude de se toucher, on était comme rouillés, alors que c’est un besoin tellement humain ! » raconte Mme Rajotte. Le Devoir, Rentrée culturelle | Le contact reprendra-t-il sa place en danse? | Le Devoir
  • Dans la pièce, ce nouveau départ passe par le langage. Sur un plateau nu, les acteurs ont les yeux bandés, les mains nouées dans le dos. Ils n’ont pas le droit de se regarder, de se toucher, pour prendre de la distance, remettre les choses à plat et élaborer un nouveau contrat, qui concerne tout le monde. midilibre.fr, Nîmes : un mois consacré aux artistes femmes au Télémac théâtre - midilibre.fr
  • On parle beaucoup depuis le début de la pandémie de cette sale manie qu’on a de se toucher le visage en permanence. Pour les scientifiques, ce geste incontrôlable, la « micro-démangeaison », est dans nos gènes. France Bleu, On n’arrête pas de se toucher le visage mais pourquoi ?
  • On se toucherait le visage en moyenne 500 fois par jour, et jusqu’à 3 000 fois pour certains ! Ce geste ancré en nous avant même notre naissance peut-il vraiment être évité ? Si oui, comment ? Des psychothérapeutes spécialistes du comportement en région Centre-Val de Loire nous répondent. France 3 Centre-Val de Loire, Coronavirus : comment faire pour éviter de se toucher le visage, ce geste ancré dans notre inconscient ?
  • Les gens portent souvent leurs mains au visage. On s’essuie les yeux, se gratte le nez, se ronge les ongles et joue avec sa moustache. On a tendance à se toucher davantage le visage lorsqu’on est anxieux, gêné ou stressé, mais on le fait aussi quand on ne ressent rien de particulier. Des études montrent que les étudiants, les employés de bureau, le personnel médical et les passagers des trains se touchent le visage en moyenne de 9 à 23 fois par heure. The Conversation, Coronavirus: il faut cesser de se toucher le visage. Voici comment

Images d'illustration du mot « se toucher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Se toucher

Retour au sommaire ➦

Partager