La langue française

Scille

Sommaire

  • Définitions du mot scille
  • Étymologie de « scille »
  • Phonétique de « scille »
  • Citations contenant le mot « scille »
  • Images d'illustration du mot « scille »
  • Traductions du mot « scille »
  • Synonymes de « scille »

Définitions du mot scille

Trésor de la Langue Française informatisé

SCILLE, subst. fém.

A. − BOT. Plante herbacée bulbeuse d'Europe et d'Afrique du Nord (de la famille des Liliacées), caractérisée par une tige lisse, des feuilles radicales en rosette, des fleurs en grappe terminale bleues ou blanches, généralement à six divisions libres étalées en étoile et six étamines à filet filiforme, et dont certaines espèces sont cultivées pour l'ornementation ou utilisées en droguerie et en pharmacie. Scille printanière; scille d'automne, d'Italie, du Pérou. Les environs de Fès n'y invitent guère [à la promenade] (...). Partout (...) des touffes de scilles, dont on ne voit maintenant que des gerbes de feuilles (Gide,Journal, 1944, p. 259).Les Scilles (Scilla) fournissent des médicaments cardiaques et diurétiques (Bot., 1960, p. 1208 [Encyclop. de la Pléiade]).
Scille maritime. Scille qui croît dans les sols sablonneux du littoral méditerranéen, caractérisée par une hampe épaisse, haute de 1 m, de larges feuilles lancéolées, entières, vert foncé, des fleurs blanches en épi terminal de 60 cm et dont le bulbe est utilisé pour ses propriétés raticides, diurétiques et tonicardiaques. Synon. pop. squille.Le bulbe de la scille (Scilla maritima L), qui croît sur les bords de la Méditerranée et sur les rivages sablonneux de la Sicile, de l'Espagne, du Portugal, de la Syrie et de l'Afrique septentrionale, est ovale (Kapeler, Caventou,Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 656).Scille (à deux feuilles). Scille répandue dans les bois au printemps, caractérisée par deux longues feuilles radicales lancéolées et engainant la tige, par de petites fleurs bleu parme. Je retrouvai successivement (...) la blanche anémone, le muscari à l'odeur de prune, la scille à deux feuilles et sa senteur de jacinthe (Bourget,Disciple, 1889, p. 154).
B. − P. méton.
1. Rare. Couleur bleue évoquant celle de certaines scilles. La marée de six heures, qui, vidant les ateliers de métallurgie et d'électricité, verse sur Paris (...) l'aconit, la gentiane et la scille (Colette,Ces plais., 1932, p. 213).
2. PHARMACOL. Produit extrait de la scille. La scille, qui est un excellent raticide (L'Œuvre, 18 avr. 1941).Veiller à ne pas irriter le rein par l'administration de diurétiques violents (sel de nitre (...), scille) (Garcin,Guide vétér., 1944, p. 114).
REM.
Scillarène, subst. masc.,,Poudre granuleuse amère constituée par le mélange des principes actifs du bulbe de la scille maritime`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Les scillarènes sont utilisés comme cardiotoniques (Méd. Biol. t. 3 1972).
Prononc. et Orth.: [sil]. Homon. cil, sil. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. xiiies. esquille (Simple medicines, f o37 r ods DG); xves. squille (Le Grant Herbier, n o461, J. Camus ds Gdf. Compl.); 1549 scille (L. Fousch, Commentaires de l'hystoire des plantes, 40b ds R. Ling. rom. t. 42, p. 452). Empr. au lat.scilla (empr. au gr. σ κ ι ́ λ λ α), qui a d'abord désigné la scille ou oignon marin, puis des plantes à bulbe (v. André Bot.). Bbg. Quem. DDL t. 12, 18.

Wiktionnaire

Nom commun

scille \sil\ féminin

  1. (Botanique) Plante bulbeuse dont l’espèce la plus connue, la scille maritime, a un bulbe épais et était employée comme diurétique et tonicardiaque.
    • Quels parterres auront pu ainsi être établis artificiellement dans les bois d’agrément avec les pervenches, les primevères, les scilles, les cyclamens, les sceaux de Salomon, les galanthes, les nivéoles, le saxifrage ombreux, etc... : […]. — (G. Plaisance, Demain la forêt, Paris : SEDES, 1964, chap. 2)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SCILLE. n. f.
T. de Botanique. Plante bulbeuse, de la famille des Liliacées, dont l'espèce la plus connue, appelée Scille maritime, a une racine épaisse qui est employée comme diurétique.

Littré (1872-1877)

SCILLE (si-l') s. f.
  • Genre de la famille des liliacées, où l'on distingue la scille maritime, aussi dite simplement scille, scilla maritima, L., qui est usitée en médecine, surtout comme diurétique.

    Scille blanche, pancrais maritime (voy. PANCRAIS, aux ADDITIONS).

HISTORIQUE

XVIe s. La squille cuite sous la cendre, Paré, XXIII, 23. Les racines et les morceaux de scille…, Paré, XXV, 26.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SCILLE, s. f. (Hist. nat. Botan.) nous prononçons squille. Linnæus en fait un genre distinct de plante, ayant les caracteres suivans : il n’y a point de calice ; la fleur est à six pétales, ovoïdes, ouverts, & qui tombent ; les étamines forment six filets à pointe aiguë, & qui n’ont que la moitié de la longueur de la fleur ; leurs bossettes sont oblongues ; le germe du pistil est arrondi ; le stile est simple, de la longueur des étamines, & ne subsiste pas ; le stigma est simple ; le fruit est une capsule lisse, de forme presque ovale, sillonnée de trois raies, formée de trois valvules, & contenant trois loges ; les graines sont nombreuses & rondelettes.

Cette plante est rangée par Tournefort sous le genre étendu des ornithogales. Il y a deux especes de scilles connues dans les boutiques par leurs grosses racines bulbeuses, on les nomme scille rouge & scille blanche.

La scille rouge est ornithogalum maritimum, seu scilla radice rubrâ, I. R. H. 381.

Sa racine est un oignon ou une bulbe, grosse comme la tête d’un enfant, composé de tuniques épaisses, rougeâtres, succulentes, visqueuses, rangées les unes sur les autres, garnies en-dessous de plusieurs grosses fibres. Elle pousse des feuilles longues de plus d’un pié, larges presque comme la main, charnues, vertes, pleines de suc visqueux & amer. Il s’éleve de leur milieu une tige à la hauteur d’environ un pié & demi, approchante de celle de l’asphodele, droite, laquelle soutient en sa sommité des fleurs à six feuilles, blanches, sans calice, disposées en rond, qui s’ouvrent successivement, avec autant d’étamines à sommets oblongs. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succede des fruits presque ronds, relevés de trois coins, & divisés intérieurement en trois loges, qui renferment plusieurs semences arrondies & noires. Sa racine est seule d’usage ; elle est estimée détersive, incisive, & apéritive.

La scille blanche, ornithogalum maritimum, seu scilla, radice albâ, I. R. H. 381, ne differe de la rouge que par la couleur de la racine, & pour être moins grosse que la précédente. (D. J.)

Scille, (Mat. méd.) grande scille ou squille, blanche & rouge, oignon marin ; on se sert indifféremment en médecine de la scille rouge & de la blanche.

C’est le bulbe ou racine de cette plante, qui est proprement connue dans les boutiques sous le nom de scille : & c’est aussi cette partie qu’on y employe uniquement.

La scille est un remede ancien : Dioscoride, Pline, & Galien, la recommandent comme propre à faire couler les urines & les menstrues, & à dissiper les embarras du foie & des visceres du bas-ventre. Leur usage est presque borné aujourd’hui aux maladies catharreuses de la poitrine, telles que ce crachement abondant & incommode qui est connu dans le langage ordinaire sous le nom de pituite, les toux humorales, l’asthme humide, &c. à l’hydropisie commençante, & aux bouffissures des membres. On ne prescrit point ordinairement de préparation magistrale de ce remede ; mais on en garde chez les Apoticaires plusieurs préparations officinales : savoir le vin scillitique, le vinaigre scillitique, le miel scillitique, l’oximel scillitique, & les trochisques scillitiques.

Le vin scillitique se prépare en faisant infuser au bain-marie pendant douze heures une once de scilles seches & hachées menu dans une livre de vin d’Espagne, qu’on passe ensuite au papier gris : il est beaucoup moins usité que le vinaigre ; on peut l’employer aux mêmes usages & à la même dose.

Le vinaigre scillitique se fait en faisant infuser pendant quarante jours au soleil d’été dans un matras bien bouché, huit onces de scilles seches dans six livres de fort vinaigre. Il faut ensuite passer la liqueur & exprimer le marc, puis laisser dépurer le vinaigre par la résidence, le décanter, & le garder pour l’usage. La dose en est depuis une once jusqu’à trois ; on s’en sert principalement dans les gargarismes contre l’esquinancie œdémateuse, & la fausse inflammation des amygdales.

L’oximel scillitique n’est autre chose que du vinaigre scillitique, dans lequel on a fait fondre par le secours d’une légere chaleur, du miel blanc jusqu’à saturation, c’est-à-dire, autant qu’il en peut dissoudre. On le donne depuis demi-once jusqu’à une once.

Le miel scillitique se prépare avec la décoction de deux onces de scille seche dans trois livres d’eau commune, dans laquelle on fait fondre une livre & demie de miel blanc qu’on clarifie & qu’on cuit en consistence de syrop dans un vaisseau de fayence ou de porcelaine. Ce remede qui est beaucoup moins usité que l’oximel, peut se donner jusqu’à la dose d’une once.

Les trochisques de scille se préparent ainsi : prenez du cœur, moëlle ou milieu de scille cuite, douze onces ; de farine d’ers blanc tamisée, huit onces : battez-les ensemble dans un mortier de marbre avec un pilon de bois, & formez-en des trochisques du poids d’un gros, que vous sécherez à une chaleur légere : la dose en est depuis un scrupule jusqu’à deux.

La dessication & la cuite de la scille dont nous venons de faire mention, s’exécutent de la maniere suivante : savoir la dessication, en prenant les feuilles ou écailles qui se trouvent entre la peau & le cœur, les enfilant avec une petite ficelle, de maniere qu’elles soient bien séparées les unes des autres, & les exposant au soleil le plus ardent, ou dans une étuve très-chaude.

Pour faire la cuite des scilles, on les prend fraîches ; on les dépouille de leur peau & écaille extérieure ; on les recouvre chacune séparément d’une bonne couche de pâte ; on les fait cuire ensuite dans un four de boulanger jusqu’à ce qu’une paille les pénetre facilement. Alors on les dépouille de la croute qui s’est formée dessus ; on les monde des petites peaux ; on les pile, & on les passe au tamis.

Les trochisques de scille entrent dans la thériaque, & le vinaigre scillitique dans l’emplâtre de ciguë. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « scille »

Lat. scilla, du grec σϰίλλα.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin scilla.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « scille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
scille sil

Citations contenant le mot « scille »

  • Voici une scille à la floraison spectaculaire ! Dite du Pérou, elle n'en a, cependant, pas l'origine. En effet, cette plante vivace est originaire du bassin méditerranéen. auJardin.info, Scille du Pérou, Scilla peruviana : planter, cultiver, multiplier
  • Origine: On trouve des scilles dans de nombreuses régions d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord. Les espèces endémiques en France sont S. bifolia, S. liliohyacinthus et S. verna. Le Figaro.fr, Scilles, plantes à bulbe «tuniqué»
  • La petite centaurée faux scille, espèce rarissime, en voie d’extinction et protégée au niveau national, fait partie des plantes jugées à forte valeur patrimoniale pour la Bretagne. Hormis au sommet du Méné Hoguéné, elle est répertoriée uniquement sur deux autres sites costarmoricains, les monts d’Arrée (29) et dans les environs de Guimaëc et également très peu présente au niveau mondial et national. Une réunion avait eu lieu en mairie en 2018, avec Olivier Le Bihan, en charge de la cellule patrimoine naturel au conseil départemental et Emmanuel Quéré, du conservatoire botanique national de Brest, pour sensibiliser les propriétaires ou exploitants à la préservation et au développement de la fleur. À l’issue de cette concertation, M. Pellerin, en charge du foncier du département, avait suggéré l’acquisition de plusieurs parcelles voisines de l’endroit où la plante a élu domicile, afin d’en favoriser l’épanouissement. Le conseil municipal vient de voter la vente d’une parcelle communale au tarif de 12 690 € TTC et des transactions sont en cours avec d’autres propriétaires riverains. Le Telegramme, Le Télégramme - Louargat - Des parcelles vendues pour protéger la petite centaurée faux scille

Images d'illustration du mot « scille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « scille »

Langue Traduction
Anglais sparkle
Espagnol brillar
Italien scintillare
Allemand funkeln
Chinois 火花
Arabe التألق
Portugais brilhar
Russe искриться
Japonais 輝く
Basque sparkle
Corse scintilla
Source : Google Translate API

Synonymes de « scille »

Source : synonymes de scille sur lebonsynonyme.fr
Partager