La langue française

Sautereau

Définitions du mot « sautereau »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAUTEREAU, subst. masc.

A. −
1. Rare, région. Sauterelle. (Dict. xixeet xxes.).
2. Vx, péj. Enfant ou personne de peu d'importance. Synon. garnement, vaurien.Quelquefois il levait une armée de tous les sautereaux qu'il rencontrait, divisait ses conscrits en deux bandes, et nous escarmouchions sur la plage à coups de pierres (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 51).
B. − TECHNOLOGIE
1. MUS. ,,Partie du mécanisme du clavecin, consistant en une petite planchette de bois mince dressée verticalement sous chaque corde et terminée à son extrémité supérieure par une sorte de griffe taillée dans une plume de corbeau. Lorsque l'exécutant presse la touche, le sautereau se trouve lancé vers la corde, que le bec de plume pince en dessous`` (Brenet Mus. 1926).
2. TAPISS. Balancier en bois et en métal transmettant aux lisses le mouvement impulsé aux marches (D'apr. GDEL).
Prononc. et Orth.: [sotʀo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiiies. satereax « sauterelle » (Apocalypse, 446 ds T.-L.); 1393 sautereaux (Ménagier, II, 256, ibid.) − 1694, Ac.: ,,on dit plus ordinairement sauterelle'', encore dans les dial. du Centre; 2. a) 1611 sautereaux de Verberie « jeune garçon agile » ``(Cotgr.) − 1771, Trév.; b) 1848 sautereaux (Chateaubr., loc. cit.); 3. a) 1611 « pièce du clavecin » (Cotgr.); b) 1783 « pièce de la vielle » (Corrette, Méthode pour apprendre à jouer de la vielle, p. 9). Dér. de sauter*; suff. -eau*.

Wiktionnaire

Nom commun 1

sautereau masculin

  1. (Musique) Lame de bois garnie d’un morceau de plume, qui, en sautant par le mouvement de la touche, fait sonner la corde d’un clavecin, d’une épinette.
    • Il manque deux ou trois sautereaux à ce clavecin.
    • Et les yeux de Gérard Cattin s’éclairent quand il parle du rabotage à la main, d’un ressort de sautereau en soie de sanglier, des becs en matériau d’aujourd’hui aussi performants que des plumes de rapaces, [...] ou des tables d’harmonie qui proviennent du Bois de Lutherie à Fertans (Doubs). — (Frédéric Menu, Les claviers de Bonnétage, dans Le Mag, supplément de Vosges Matin, 18 février 2018)
  2. (Musique) Élément du clavier de la vielle à roue.
  3. Nom donné à la langouste, car le déplacement de ce crustacé se fait par sauts successifs.

Nom commun 2

sautereau masculin

  1. Ancienne bouche à feu légère, non renforcée à la culasse.
    • En réalité, bien que le château des Carpathes fût mieux conservé qu’il n’en avait l’air, une contagieuse épouvante, doublée de superstition, le protégeait non moins que l’avaient pu faire autrefois ses basilics, ses sautereaux, ses bombardes, ses couleuvrines, ses tonnoires et autres engins d’artillerie des vieux siècles. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 17-27)

Nom commun

sautereau \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de sauterel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAUTEREAU. n. m.
Lame de bois garnie d'un morceau de plume, qui, en sautant par le mouvement de la touche, fait sonner la corde d'un clavecin, d'une épinette. Il manque deux ou trois sautereaux à ce clavecin.

Littré (1872-1877)

SAUTEREAU (sô-te-rô) s. m.
  • Petit morceau de bois qui remue et fait sonner la corde d'un clavecin, d'une épinette, par le moyen d'un petit bout de plume qu'on met dans la languette.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SAUTEREAU, s. m. (Lutherie.) partie des instrumens à clavier & à cordes, comme le clavecin & l’épinette. Il y a à ces instrumens autant de sautereaux que de cordes.

Un sautereau ainsi nommé à saltando, parce qu’ils sautent, lorsqu’ils exercent leurs fonctions, est une petite regle de bois de poirier ou autre facile à couper, large d’un demi-pouce, épaisse seulement d’une ligne, & longue autant qu’il convient : cette petite regle a à son extrémité supérieure une entaille AC large d’une ligne & demie, & longue environ d’un pouce : cette entaille dont la partie inférieure est coupée en biseau, reçoit une petite piece de bois blanc KL, que l’on appelle languette ; cette piece est taillée en biseau à la partie inférieure : ce biseau porte sur celui de l’entaille AC.

Lorsque la languette est placée dans cette entaille, on l’arrête par le moyen d’une cheville D, qui est une petite épingle, laquelle traverse le sautereau & la languette qui doit se mouvoir facilement autour de cette cheville. A la partie supérieure de la languette est un petit trou o dans lequel passe une plume de corbeau ok taillée en pointe, & amincie autant qu’il convient, pour qu’elle ne soit point trop roide : ce qui feroit rendre aux cordes un son desagréable. A la partie postérieure des mêmes languettes est une entaille ou rainure, suivant leur longueur. Voyez la fig. 1. Cette entaille reçoit un ressort ed, qui est une soie de porc ou de sanglier, qui renvoie toujours la languette entre les deux côtes de l’entaille du sautereau jusqu’à ce que le biseau de celle-ci porte sur le biseau de celui-là. Voyez les fig. EHI.

Les sautereaux traversent deux planches ou regles de bois fort minces, percées chacun d’autant de trous qu’il y a de sautereaux : ces trous sont en quarré, & répondent perpendiculairement, savoir, ceux des registres sur ceux du guide. Voyez Registre de clavecin & Guide de clavecin. Les sautereaux, après avoir traversé le registre & le guide, descendent perpendiculairement sur les queues des touches qui font chacune une petite bascule. Voyez Clavier de clavecin.

Il suit de cette construction, que si on abaisse avec le doigt une touche du clavier, elle haussera (à cause qu’elles sont en bascules) du côté de sa queue, laquelle élevera le sautereau qui porte dessus. Le sautereau, en s’élevant, rencontrera par la plume de sa languette, la corde qui est tendue vis-à-vis de lui ; il l’écartera de son état de repos jusqu’à ce que la résistance de la corde excede la roideur de la plume ; alors la corde surmontera cette roideur, & fera fléchir la plume qui la laissera échapper : cette corde ainsi rendue à elle-même, fera plusieurs oscillations : ce qui produit le son. Voyez l’explication de la formation du son par les cordes à l’article Clavecin. Si ensuite on lache la touche, elle retombera par son propre poids, le sautereau n’étant plus soutenu, retombera aussi jusqu’à ce que la plume touche la corde en-dessus ; alors, si le poids du sautereau excede la résistance que le ressort ou soie de sanglier dont on a parlé est capable de faire, ainsi que cela doit toujours être, le sautereau continuera de descendre, parce que le ressort, en fléchissant, laissera assez éloigner la languette de la corde, pour que sa plume puisse passer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sautereau »

De l’ancien français sautereau (« sauterelle, petit sauteur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sautereau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sautereau sotœro

Images d'illustration du mot « sautereau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sautereau »

Langue Traduction
Anglais grasshopper
Espagnol saltamontes
Italien cavalletta
Allemand heuschrecke
Chinois 蚱蜢
Arabe الجراد
Portugais gafanhoto
Russe кузнечик
Japonais バッタ
Basque txitxarra
Corse pappagallo
Source : Google Translate API

Synonymes de « sautereau »

Source : synonymes de sautereau sur lebonsynonyme.fr

Sautereau

Retour au sommaire ➦

Partager