Salière : définition de salière


Salière : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SALIÈRE, subst. fém.

A. −
1. Petit récipient contenant du sel (et parfois aussi du poivre, lorsqu'il est à deux compartiments), que l'on place sur la table lors des repas. Salière en argent, en cristal, en faïence, en porcelaine; salière et poivrière. Le long du cordon des assiettes, l'armée des verres, les carafes d'eau et de vins, les petites salières, tout le cristal du service était mince et léger comme de la mousseline, sans une ciselure, et si transparent, qu'il ne jetait aucune ombre (Zola, Curée, 1872, p. 339).Une salière à deux coquilles que domine une figure de naïade assise (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p. 52).
Renverser une salière. [Geste considéré par certains comme un présage de malheur, chez les personnes superstitieuses] Elle était follement superstitieuse, elle voyait des signes partout: à table, les couteaux, les fourchettes en croix, le nombre des convives, la salière renversée: c'étaient alors toute une suite de rites, qu'il fallait accomplir pour écarter le malheur (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 334).
2. Boîte généralement en bois, destinée à conserver le sel employé pour la cuisine. (Dict. xixeet xxes.).
B. − P. anal. (d'aspect)
1. Enfoncement situé au-dessus de l'orbite du cheval et qui s'accentue au cours du vieillissement. Le cheval gisait toujours entre ses brancards. (...) La salière enchâssant l'œil vitreux s'approfondissait de plus en plus et la joue maigre semblait disséquée (Gautier, Fracasse, 1863, p. 170).
2. Fam. Creux marqué derrière la clavicule chez une personne maigre. Elle a (...) aux épaules, des salières telles qu'il faudrait mettre du poivre dedans pour exciter quelque homme (Renard, Lanterne sourde, 1893, p. 89).
3. BOUCH. Partie de l'épaule du bœuf (proche du cou). (Dict. xxes.).
4. TECHNOL. Outil de lapidaire utilisé pour la taille des gemmes. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [saljε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: -iere; dep. 1740: -ière. Étymol. et Hist. 1. Av. 1188 salere « petit récipient dans lequel on met le sel et que l'on place sur la table du repas » (Partenopeus de Blois, éd. J. G. Gildea, 890); ca 1225 saliere (Durmart le Gallois, éd. J. G. Gildea, 9947); 2. a) α) 1600 [éd.] « partie enfoncée au-dessus de l'œil du cheval » (O. de Serres, Théâtre d'agric., p. 301: sallieres); β) 1718 « id. (en parlant d'une personne) » (Ac.); b) 1611 « enfoncement derrière la clavicule chez les personnes maigres » (Cotgr.). Fém. de l'a. subst. masc. saler, salier, au sens 1 (xiies. ds T.-L. et Gdf.), de l'adj. lat. salarius « de sel », dér. de sal, salis, v. sel. Fréq. abs. littér.: 52.

Salière : définition du Wiktionnaire

Nom commun

salière \sa.ljɛʁ\ féminin

  1. Récipient dans lequel on met le sel sur la table.
    • Salière de faïence, de cristal, d’argent.
    • Le long du cordon des assiettes, l’armée des verres, les carafes d’eau et de vin, les petites salières, tout le cristal du service était mince et léger comme de la mousseline. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • La salade manque de sel, et la salière n'est pas sur la table. Normalement, elle devrait être là. C'est comme ça que je l'ai remarquée, parce qu'elle n'était pas là, comme toujours.[...] Son rôle : juste être là. Au cas où. Si par hasard.— (Roger-Pol Droit. Dernières nouvelles des choses. Paris, Odile Jacob, 2003, pages 49-50)
  2. Ustensile de cuisine, ordinairement de bois, où l’on met le sel et qu’on pend à la cheminée pour le tenir au sec.
    • Salière de bois.
  3. (Par analogie) (Familier) Creux que les femmes ont quelquefois vers les clavicules.
    • Cette femme a beaucoup maigri : elle a des salières.
    • Et de grogner que ça la gênait, que ça agrandissait son décolleté, que, maintenant, on voyait ses salières. — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 67)
    • « Je dois t’avertir qu’elle est un peu forte. Mais il vaut mieux ça que des salières. Et ça peut s’arranger avec l’âge. » — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 27)
  4. (Hippologie) Creux qui se forme au-dessus des yeux des chevaux quand ils vieillissent.
    • Une des choses les plus importantes à connaître, c'est l’âge du cheval ; les vieux chevaux ont ordinairement les salières creuses, mais cet indice est équivoque, puisque de jeunes chevaux, engendrés de vieux étalons, ont aussi les salières creuses. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 520.)
    • Le maquignon de bas étage […] travaille les oreilles, souffle les salières, burine les dents, place une queue postiche, taille les sabots, mastique les seimes, donne un coup de pinceau, refait une jeunesse, farde, corrige, embellit ; […]. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Salière : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SALIÈRE. n. f.
Récipient dans lequel on met le sel sur la table. Salière de faïence, de cristal, d'argent. Il désigne aussi un Ustensile de cuisine, ordinairement de bois, où l'on met le sel et qu'on pend à la cheminée pour le tenir au sec. Salière de bois. Il se dit, par analogie et familièrement, de Certains creux que les femmes ont quelquefois vers les clavicules. Cette femme a beaucoup maigri : elle a des salières. Il se dit encore de Certains creux qui se forment au-dessus des yeux des chevaux quand ils vieillissent. Les vieux chevaux ont ordinairement des salières au-dessus des yeux.

Salière : définition du Littré (1872-1877)

SALIÈRE (sa-liè-r') s. f.
  • 1Pièce de vaisselle pour mettre du sel. Salière de faïence, d'argent.

    Une superstition vulgaire regarde une salière renversée comme une annonce de malheur. Il [Montrevel] avait les misères des femmes qui l'avaient fait subsister : il ne craignait rien tant qu'une salière renversée, Saint-Simon, 447, 241. Verrons-nous, sans pâlir, tomber notre salière ? Racine L. Religion, V.

    Il ouvre les yeux grands comme des salières, se dit quand un homme regarde attentivement et avec avidité quelque chose. Dans le moyen âge, la salière, avec la nef, était, sur la table, la pièce importante, et ce rôle lui resta si tard, que François Ier, ayant sous la main le plus grand orfévre de l'Italie, ne sut mieux faire que de lui commander une salière, De Laborde, Emaux, p. 489. La salière servait aussi à faire l'épreuve ou l'essai des mets, et, à cet effet, elle était entourée de langues de serpent, De Laborde, ib. p. 489.

  • 2Petit vaisseau de bois où l'on met du sel ; on le pend au jambage de la cheminée de la cuisine pour tenir le sel sèchement.
  • 3L'enfoncement plus ou moins profond qui se remarque au-dessus de l'œil dans le cheval. Les vieux chevaux ont ordinairement les salières creuses ; mais cet indice est équivoque, Buffon, Quadrup. t. I, p. 50. Si c'est pour la selle qu'on achète le cheval, on examinera s'il a la tête petite, sèche et bien placée, les salières élevées, Genlis, Mais. rust. t. I, p. 189, dans POUGENS.
  • 4 Populairement. Le vide qui existe derrière la clavicule, chez les personnes maigres. Cette femme montre ses salières.
  • 5Outil de lapidaire.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant qu'il fu ore de mangier, Et que les napes furent mises, Et desus les tables asises Et les salieres et li pains, Ren. 22773.

XIVe s. La grande salliere, à façon d'une nef, que la ville de Paris donna au roy, De Laborde, Émaux, p. 490.

XVe s. Une salliere d'agathe, dont le couvercle est d'or, assise sur quatre roes d'or, en maniere d'un chariot, et au bout du moyeu de chacune roe a une perle, De Laborde, ib. La saliere doit être au milieu de la table, De Laborde, ib.

XVIe s. [chez le cheval] Les salieres de dessus les sourcils sortans en dehors ; grande gueule et bien fendue pour le facile bridement, De Serres, 301.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « salière »

Étymologie de salière - Littré

Wallon, salîr, coffre où l'on garde le sel ; provenç. saliera, saleira ; ital. saliera ; du lat. sal, sel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de salière - Wiktionnaire

Du latin salarium (« ration de sel qui constituait une partie du salaire du soldat »), de sal (« sel »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « salière »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
salière saljɛr play_arrow

Citations contenant le mot « salière »

  • Il fut un temps, pas si lointain, où pour saler son manger il suffisait de secouer la boîte de sel au dessus de son assiette. Mais ça, c’est bon pour les hommes préhistoriques ! Les gens raffinés et de bon goût sont aujourd’hui connectés, et leurs salières aussi. Le Smalt est un boîtier vraiment épatant pour les foyers les plus modernes : non seulement il intègre un haut-parleur, un écran et un filet lumineux au dessus, mais il s’agit aussi et surtout d’un distributeur de sel ! iGeneration, Le Smalt est une salière connectée, parce que pourquoi pas après tout | iGeneration
  • Vendredi, un couple originaire d’Indre-et-Loire comparaît devant la justice pour le vol de fourchettes, d’un tabouret et d’une salière, ce qu’il dément. LA VDN, Fouquet’s: un couple jugé pour avoir volé des fourchettes, un tabouret et une salière
  • Seul bémol : certains plats manquaient d’assaisonnement – rien qui ne se règle avec une bonne salière – et il a été plus difficile de bien enrober les pâtes de leur sauce que nous aurions voulu retrouver en plus grande quantité. Il faut aussi posséder de grands chaudrons pour plonger les sacs congelés dans l’eau bouillante. Quebec Hebdo, Le généreux délice du Côtes-à-Côtes Resto & Traiteur en version surgelée
  • Vous connaissez les dîners en ville ou dehors : on ne sait jamais d’où vient la conversation ni pourquoi chacun se croit tenu d’apporter son grain de sel. Ni comment se prend le pouvoir sur les mots, sur le sel. Nos amis les bêtes passent à table, un soir, au milieu des pins. Bêtes humaines, vous l’avez compris, bêtes supérieures aux bêtes. Ils sont neuf hôtes réunis à ciel ouvert, dont sept invités - dont ma femme et moi. On mange de la viande bleue, une large pièce de bœuf de Galice saisie à la plancha, fumée au rameau de vigne, on boit deux magnums de rouge à reflets bleus, quatorze degrés au bas mot. Pourquoi les cigales chantent ? Et bien pour se rafraîchir l’abdomen. Constatez d’ailleurs qu’elles ne chantent plus, le soleil ayant remballé ses fournaises. La salière change de mains : à propos d’abdomen, j’ai vu saouler un éléphant royal à la bière, l’autre jour, dans une noce indienne, et il y a eu trois morts dont la mariée quand ils ont abattu l’éléphant. Le Telegramme, [Miscellanées] Dominant, dominé - Débats - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « salière »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « salière »

Langue Traduction
Corse salone agitatore
Basque gatza astindu
Japonais 塩入れ
Russe солонка
Portugais saleiro
Arabe شاكر الملح
Chinois 盐罐
Allemand salzstreuer
Italien saliera
Espagnol salero
Anglais salt shaker
Source : Google Translate API

Synonymes de « salière »

Source : synonymes de salière sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires